jan 27
A la rencontre des Rhônalpins avec Nora Berra, lundi dernier, Gare Part Dieu
A la rencontre des Rhônalpins avec Nora Berra, lundi dernier, Gare Part Dieu

J’ai noté le retour de quelques écharpes « fushia » sur les marchés. Le PS lyonnais a entamé la campagne de l’élection régionale. Nouveauté cette année en termes de «mode électorale », on ne voit plus d’écharpes torsadées rose-rouge-verte, c’est fushia et rien que fushia ! Pourquoi ? Voir Zizanie

Cette présence sur les marchés est l’occasion de diffuser un document « Les 15 mesures qui ont changé Rhône-Alpes ». Je dois dire que le titre m’a interpellé. En tant que Rhônalpin, vous vous sentez changé depuis 2004 ? Bof… à si, la Région a un nouveau logo violet, qui est bien en vue sur les TER. Mais au-delà… La promesse du PS était pourtant : « Rhône-Alpes pour tous, un avenir pour chacun ».

Il ne faut jamais rester sur un a priori. J’ai donc voulu poursuivre l’analyse et je me suis plongé dans le document. Il s’agit donc de mettre en valeur les 15 mesures marquantes qui auraient changé Rhône-Alpes. Mon a posteriori n’est pas plus favorable.

Parmi ces mesures phares, j’ai d’abord été stupéfait de voir concrètement quels sont les résultats affichés. Pour la 1ère mesure « Tout pour l’emploi tout le temps », on apprend ainsi que 750 jeunes ont bénéficié d’un contrat « emploi tremplin ». Tout ça pour un résultat aussi réduit (il y a près de 800 000 jeunes de 15 à 24 ans en Rhône-Alpes…). Même étonnement, en lisant la 2e mesure mise en avant : « Rhône-Alpes l’écorégion ». Que trouve-t-on sous cette mesure : « en 2009 la Région a organisé les Assises nationales du développement durable » (sic). Comme quoi, il n’y a pas qu’à Copenhague que le vent est tiède et mou.

On parle aussi dans le document des TER. Pourtant, comme nous en avons eu la confirmation lundi avec Nora Berra, Gare de la Part Dieu, les Rhônalpins qui ont à se déplacer quotidiennement en TER ont beaucoup à dire…

Etonnement toujours de voir que parmi ces 15 mesures qui auraient changé Rhône-Alpes, on en trouve qui existaient déjà en 2004 et qui étaient même des points forts des mandatures précédentes : il en va ainsi du soutien à la recherche ou des bourses pour financer les études à l’étranger. C’est bien de maintenir les bonnes idées, pas besoin pour autant de chercher à s’en attribuer la paternité.

Enfin, j’ai noté l’absence significative parmi ces mesures marquantes de toute mention relative d’une part au tourisme et d’autre part à l’aménagement du territoire. Pour le tourisme nous savons pourtant que c’est un secteur d’activité majeur de la région, et qu’il faut se battre pour qu’il le reste. Pour l’aménagement du territoire, n’est-ce pas une des missions premières de la Région de mener une politique active pour dynamiser l’ensemble de ses territoires, et notamment ceux qui sont les plus fragiles en montagne, à la campagne et dans les banlieues ? En la matière, la lutte – utile – contre la désertification médicale ne suffit pas à faire une politique ; un constat d’autant plus frappant que la Région n’a pas brillé non plus par sa politique agricole, puisqu’il n’y avait même pas de vice-président en charge de cette question.

 

écrit par Pierre BERAT

jan 24

Intervention lors du Conseil d’arrondissement du 12 janvier 2010.

Les débats du Conseil d’arrondissement constituent bien logiquement le cadre privilégié de notre démocratie locale. Aussi, vous trouverez sur ce blog mes interventions dans le cadre de ce conseil (il s’agit de la retranscription de l’intervention orale).

« Monsieur PHILIP, dans le Progrès du 17 décembre dernier, le vice-président du Grand Lyon, conseiller aux questions économiques, a cité « le pôle d’économie sociale et solidaire lancé par Thierry PHILIP, rue Montebello dans le 3ème ».

Dans la présentation du plan de mandat, concernant la rue Montebello, il n’était pas fait mention, sauf erreur de ma part, de ce pôle d’économie sociale et solidaire, je voulais savoir si vous renoncez à un alignement commercial et à la relocalisation d’activités commerciales dans cette rue.

Je suis un peu surpris de lire cette information dans le journal. »

Je ne fais pas figurer les réponses pour éviter les problèmes de citation (le procès-verbal n’est validé qu’avec un certain délai). Mais vous pouvez consulter l’intégralité des débats sur le site de la ville de Lyon à l’adresse suivante :

http://www.lyon.fr/vdl/sections/fr/arrondissements/3arrdt/vie_democratique1733/conseil_darrondisse/?aIndex=1

écrit par Pierre BERAT \\ tags:

jan 19

Lors du dernier Conseil d’arrondissement, en tant qu’élus UMP et apparentés, nous nous sommes abstenus lors du vote d’un projet de création d’un Groupe d’initiatives pour l’égalité dans la Ville. Nous l’avons fait parce que la création d’une « énième » structure ne sous semble pas prioritaire pour garantir l’égalité de traitement des personnes qui sont en relation avec la Ville. Mais je pense aussi que la confusion des objectifs d’un tel organisme n’est pas opportune.

Ce groupe d’initiatives a pour objectif « originel » de veiller au respect de l’égalité de traitement, à la fois pour les personnes qui travaillent ou veulent travailler à la Ville en tant que collectivité, et pour celles qui sont en relation avec la Ville dans le cadre des services qu’elle rend au public. Pas de problème sur cet objectif (nous avons d’ailleurs voté par ailleurs l’approbation d’une convention de partenariat avec la HALDE), si ce n’est encore une fois la question de l’opportunité d’une nouveau « comité » ; autant assurer un bon contrôle interne des politiques et procédures.

Par contre, il y a tout lieu de craindre un dérapage de la mission de cet organisme sur des conceptions beaucoup plus larges de l’égalité, et pour tout dire, plutôt militantes. Le texte de la délibération est à cet égard un signe. Et je dois dire que notre débat au conseil m’a conforté dans cette crainte, les discussions mélangeant allégrement égalité et solidarité, Egalité et lutte contre les inégalités, égalité de traitement dans le cadre des services rendus par la Ville et l’Egalité avec un grand E de notre République ; cette dernière étant il me semble liée à la citoyenneté française avec dans certains cas son extension communautaire.

Après le conseil, une personne qui avait assisté au débat me disait que si notre pays se trouvait bien souvent dans une situation de confusion et de relativisme, c’est aussi parce que les mots perdent leur sens. Je suis bien d’accord avec ce diagnostic, cette perte de sens résultant soit de paresse intellectuelle soit de visées idéologiques. Est-ce une cause ou la conséquence de l’effacement de certains fondamentaux de notre République, je ne sais pas trop ? Mais la réalité est là, autant ne pas l’encourager plus encore.

Dans la logique d’opportune clarté de l’action publique, j’ai particulièrement apprécié cette semaine les propos de François Fillon sur la question du droit de vote et d’éligibilité aux élections locales des étrangers non communautaires : « J’y suis totalement défavorable. J’estime que le droit de vote est fondamentalement lié à la citoyenneté. Si nous sommes un pays d’intégration, ce n’est pas pour offrir aux étrangers des demis droits électoraux, mais pour les inciter à acquérir, s’ils le souhaitent, des droits entiers en rejoignant pleinement notre communauté nationale ». Rien à ajouter.

Pierre Bérat

écrit par Pierre BERAT

jan 13

A quelques heures de Noël, Gérard Collomb a retiré sa délégation à son adjoint Vert Etienne Tête. Le timing était parfait pour limiter l’impact médiatique. Mais d’évidence, il s’agit d’un événement politique marquant. Sans doute l’affaire présente-t-elle un aspect de relations « personnelles » mais elle est aussi un nouveau signe des tensions politiques croissantes entre le PS et les Verts.

On a pu constater aussi ces derniers mois que l’alliance PS-Verts du Conseil régional s’est déchirée sur des dossiers importants (le soutien à la candidature d’Annecy pour les  JO2018, le soutien au photovoltaïque, le subventionnement d’un important centre de loisirs…). Au niveau du 3e arrondissement, le dossier « stationnement payant » a donné lieu à une volée de bois vert ( si j’ose dire) entre les Socialistes et les Verts, les premiers acceptant d’évidence difficilement la simple expression d’une voie dissonante : d’un côté on voulait limiter le nombre de voitures par famille, de l’autre il fallait prélever plus d’argent aux ménages. Rebelote lors du conseil d’hier, sur le dossier des aménagements de voirie rendus nécessaires par le Grand stade : le désaccord sur le projet est total et en plus la “confiance” entre les partenaires s’est “envolée” (ambiance !).

La proximité des élections régionales, qui verront s’affronter listes Europe Ecologie et listes socialistes, en plus de celles du Front de gauche, explique ce durcissement. Mais il ne s’agit là que d’un révélateur d’une mutation plus profonde : celle qui voit l’affirmation d’une force politique, Europe-Ecologie, alors que le PS au mieux patine, voire décline, empêtré dans ses contradictions idéologiques et ses querelles d’ego. Conséquence, les notables PS sont mobilisés pour endiguer cette montée électorale et préserver leurs fiefs ; pas étonnant puisque compte tenu des rapports de force, le PS devrait laisser près de la moitié des présidences des régions qui seront conservées. Le PS se retrouve ainsi dans la situation du PCF des années soixante-dix. Cécile Duflot est très claire quand elle dit que les électeurs de gauche doivent choisir entre un président PS ou un président Vert (dans l’hypothèse d’une victoire bien sûr…).

Et alors me direz-vous ? Laissons les psychodrames se dérouler et les évolutions politiques se faire. Certains ne manqueront pas de dire que tout cela va se tasser, et qu’une fois les élections régionales passées, cela sera de nouveau « embrassons-nous Folleville ». Je ne saurais trop appeler les électeurs à la prudence. Les divergences « idéologiques » sont importantes. Même si les « intérêts » amèneront à trouver les moyens de recoller les morceaux entre les deux tours, on voit bien que sur de nombreux dossiers clés pour Rhône-Alpes (le développement économique, la mobilité, la politique agricole, la sécurité dans les transports régionaux et les lycées…), une nouvelle majorité rose-verte serait synonyme de marchandages permanents et donc d’absence de stratégie claire de développement régional ; surtout si l’on ajoute un zeste de rouge et de orange-rose à la coalition. Bref, la Région deviendrait encore plus qu’aujourd’hui un « bateau ivre », alors même que la collectivité régionale devrait au contraire assumer un rôle d’entraînement majeur dans l’après-crise.

Un dernier élément pour ceux qui croient à la thèse du rabibochage post scrutin. N’oubliez pas que l’élection présidentielle et les législatives se présenteront très rapidement. La lutte pour le leadership reprendra de plus bel dès la fin 2010, quels que soient les résultats des Régionales

Pierre Bérat

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , , , ,

jan 10
Avec N. Berra et D. Perben. Merci Mme J. pour cette belle photo !
Avec N. Berra et D. Perben. Merci Mme J. pour cette belle photo !

Que l’on soit dans la majorité ou dans l’opposition, la cérémonie des vœux est toujours un moment particulièrement sympa, pour échanger dans la bonne humeur entre habitants de notre arrondissement. Nora Berra, qui arrivait de son Ministère et des Vœux du Conseil général, nous a fait le plaisir de nous rendre visite aux Vœux du 3e. Accompagnée de Dominique Perben, elle a ainsi pu discuter avec de nombreux acteurs associatifs et prendre date pour évoquer certains dossiers. Chacun a ainsi pu constater combien notre Secrétaire d’Etat aux Aînés n’a rien perdu de sa convivialité et de sa spontanéité 

Quelques mots sur les discours des Maires. Thierry Philip nous a un peu rejoué sa partition de campagne électorale énumérant les projets qui allaient être réalisés ; une partition avec toutefois deux fois moins de notes ( !) et certaines qui ont changé depuis mars 2008 !!!  Gérard Collomb a parlé de boulimie d’action a propos du Maire du 3e. Je crois surtout qu’il y a clairement une certaine obsession de la communication (avec des dérapages, voir plus bas), l’essentiel étant de trouver des sujets pour communiquer. Pas sûr que cela fasse une politique, même packagée sous l’emballage « l’urbain et l’humain ». Ce qui se profile dans le secteur RVI est d’ailleurs très significatif de cette approche. Mais nous aurons l’occasion d’en reparler ici prochainement.

J’ai écouté attentivement le discours de Gérard Collomb sur la Part Dieu. Comme je l’ai écrit sur ce blog, je partage à 100 % le fait que la Part Dieu doive être un quartier à vivre. Après, il y a les mots et la réalité. Concernant cette dernière, on peut se poser des questions par exemple quand on constate que l’on pousse à la construction de bureaux sans parkings, ou que l’on tarde à trouver des solutions « modes doux » autour du centre commercial.

J’ai envie d’adresser aussi un carton jaune au Maire du 3e pour son propos sur les expositions artistiques à la Mairie, lesquelles à l’entendre seraient une novation de son mandat. C’est bien évidemment inexact puisque des expositions extrêmement variées ont animé la Mairie entre 1995 et 2001. Vous allez me dire que cela ne vaut pas la peine d’être relevé. Je le fais quand même d’une part parce que certaines personnes ayant assisté à la cérémonie m’ont fait part de leur étonnement, mais aussi parce que c’est justice pour mes collègues Simone Epinat et Elisabeth Blanc-Bernard, adjointes du précédent mandat qui n’ont pas ménagé leur peine pour monter ces expositions. Pour rigoler voici ce qui figure dans le guide Lyon 3e : « De plus, la salle du Conseil est sans cesse animée par des expositions : peinture, sculpture, art contemporain ou créatif, art floral… ». C’est mot pour mot ce qui était écrit dans le guide du dernier mandat ! Ce n’est pas très bien de tenir ce genre de propos, surtout dans un discours de vœux…

Pierre Bérat

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , ,