avr 25

CP_210411

Jeudi dernier, Michel Havard, et les élus du groupe municipal « Ensemble pour Lyon » avons tenu un point presse à l’occasion du bilan de mi-mandat municipal (je vous conseille la lecture de la plaquette que nous avons réalisée à cette occasion) ; eh oui, cela fait déjà trois ans que Gérard Collomb et son équipe ont entamé leur deuxième mandat.

Le bilan que nous tirons est celui d’un mi-mandat loin du quotidien des Lyonnais, le Maire de Lyon étant visiblement très occupé par certains grands projets et sa notoriété parisienne. Michel Havard a évoqué la réduction  brutale des dépenses dans des domaines d’action essentiels d’une Ville, ce qui ne manque pas de se traduire par une dégradation du service aux habitants et de la qualité de vie en ville : fermeture d’écoles, absence d’anticipation en matière de restauration scolaire, fermeture de 5 résidences pour personnes âgées sur 23, réduction de l’encadrement de ces résidences, refus d’instruire les demandes de RSA dans les antennes solidarité… Michel Havard a aussi évoqué trois scandales : le scandale immobilier de la rue Grôlée, le scandale financier de la SACVL et le scandale historique de la reconversion de l’Hôtel Dieu. Il a enfin dénoncé une méthode solitaire et l’attitude méprisante à l’égard des oppositions et avis divergents, ce qui explique largement les problèmes et échecs constatés.

En matière de méthode, j’ai évoqué les interrogations qui peuvent être les nôtres quand on constate comment sont engagés ou menés de grands projets d’urbanisme :

  • J’ai d’abord évoqué le projet de la « Confluence », son manque de cohérence avec notamment les difficultés d’accessibilité actuelles, qui seront encore beaucoup plus fortes dans quelques semaines. Je suis pour ma part très surpris de voir combien l’approche de l’aménagement d’un nouveau centre de ville a été déficiente à Lyon, ne serait-ce qu’en comparaison avec ce qui peut s’engager par exemple à Grenoble (municipalité PS, on ne pourra donc m’accuser d’esprit partisan). Lors de la dernière Commission permanente du Conseil régional, nous avons approuvé une convention cadre relative à l’aménagement du projet Presqu’île GIANT, convention à laquelle la Région est partie, avec toutes les collectivités iséroises concernées, les transports en commun de Grenoble, les futurs occupants du site (enseignement supérieur, équipements de recherche…). Nous sommes ici bien éloignés de la méthode lyonnaise pour Confluence.
  • Deuxième fait significatif du problème de méthode : une nouvelle phase de développement de la Part-Dieu a été lancée, prévoyant de multiples projets de démolition, construction pour développer l’offre disponible en locaux d’activité, autour de la gare Part-Dieu ; un projet qui prévoit également à court et moyen terme la réalisation de plusieurs nouvelles tours ? Où ce projet d’ampleur, fortement structurant pour la Part-Dieu et ses quartiers voisins du 3e, a-t-il été dévoilé par le Maire de Lyon : au Conseil du 3e, lors d’une réunion publique, devant les conseils de quartier concernés ? Pas du tout, c’était à Cannes, dans le cadre du salon immobilier MIPIM. Mais peut-être était-ce de la démocratie participative tournée vers les Lyonnais ayant la chance de disposer d’une résidence secondaire sur la Côte d’Azur !

Pour découvrir la plaquette « bilan de mi-mandat » du groupe Ensemble pour Lyon, cliquez ici.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , , , ,

déc 04

PC040045

Rencontre avec les militants et sympathisants ce matin pour un point d’étape sur notre action d’élus du groupe municipal « Ensemble pour Lyon ». Après une réunion similaire la semaine dernière pour la rive droite et la presqu’île, la réunion de ce matin réunissait les 3e, 7e et 8 arrondissements. Au plan politique, cette rencontre a fait la démonstration que Nouveau Centre, Radicaux, MPF et UMP étaient bien décidés à poursuivre leur action commune au sein d’Ensemble pour Lyon.

Michel HAVARD, leader de notre groupe municipal, a dressé le bilan – conséquent – de notre action, en termes de réunions, prises de position et interventions. Il a évoqué les grands dossiers qui avaient jalonné ce début de mandat : l’Hôtel Dieu, le plan Piscines qui fait flop, l’affaire de la SACVL… Nora BERRA, Secrétaire d’Etat à la Santé, présente toute la matinée avant de retourner au Sénat à Paris, a fait le point sur l’action du nouveau Gouvernement. Elle a confirmé qu’elle suivra toujours de près les dossiers lyonnais, malgré son champ de responsabilités étendu. Elle est d’ailleurs repartie avec une « liste de courses » !

La plus grande partie de la réunion a été consacrée aux échanges avec le public. Premier dossier sur lequel nous avons été interpellés : celui de la grève des cantines, pour savoir si la situation était maintenant réglée. L’occasion pour Michel HAVARD de souligner d’une part que le manque de prise en compte des contraintes des Lyonnais qui travaillent continue d’imprimer sa marque à l’action de la municipalité de gauche. D’autre part, il a regretté que cette grève soit la conséquence d’un climat social très dégradé entre la Ville et ses agents, ce qui pousse plutôt au pessimisme pour la suite. Quant au surcoût pour les finances de la Ville qui résulte des mesures prises pour améliorer les moyens de surveillance des enfants, un participant a opportunément rappelé les millions d’euros perdus par la Ville dans l’opération hasardeuse de vente de l’îlot Grolée. 

Plusieurs participants ont aussi déploré que l’aménagement du futur Parc Sergent Blandan soit en panne (je corrige en “traîne en longueur”), et que le projet de passerelle permettant d’accéder au futur parc depuis le 8e (promesse de campagne PS) soit abandonné. Côté 3e, Nora BERRA est revenue sur le dossier de la Résidence pour personnes âgées Constant, que nous avons suivi ensemble, pour rappeler que ce dossier avait été géré avec beaucoup de légèreté par la Municipalité PS, à la fois pour la question du devenir de la RPA et pour celle du lancement d’un EHPAD.

Bref une belle réunion d’échanges pour faire un bilan et commencer à dessiner les perspectives. De prochains rendez-vous à suivre !

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , , , , , ,

sept 18

Je vous conseille de lire l’article du Progrès du jour sur le dossier « Constant », qui prolonge mon intervention lors du dernier Conseil d’arrondissement (voir mon post du 12 septembre). On y apprend que Thierry Philip tient à préciser que le projet d’EHPAD sur le terrain Merck est bien distinct du projet sur le tènement « Constant », sans visiblement prendre la mesure du problème politique que cela pose.

 

On apprend aussi, dans cet intéressant article, que ce que le Maire du 3e dit impossible à réaliser avec la SACVL, société contrôlée par la Ville de Lyon, la municipalité va le faire avec la SAHLMAS, autre société contrôlée par la Ville !

 

A lire donc !

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,

sept 12

Désolé pour ceux qui trouvent que je parle trop du dossier de la RPA Constant. Il le mérite largement, et il y a du nouveau depuis la rentrée. Du nouveau qui tend à confirmer qu’il y avait une autre possibilité permettant de préserver la résidence.

 

Le démantèlement de la résidence pour personnes âgées Constant à Montchat, pour construire à la place un EHPAD, s’est poursuivi cet été, avec les conséquences que l’on imagine pour les résidents. Cela ne manque pas d’attrister tous ceux qui sont attachés à cet équipement de solidarité.

 

Selon le Maire du 3e il n’y avait pas d’autres terrains, pour créer un EHPAD « municipal », que celui de la rue Constant, d’où la fermeture de la résidence. Or il nous apprend en cette rentrée qu’un EHPAD privé pourrait aussi voir le jour dans le quartier, rue Jules Verne, dans les anciens locaux d’une entreprise pharmaceutique ; des locaux commercialisés par la SACVL ! Thierry Philip l’a indiqué mardi dernier suite à une question que j’ai posée en Conseil d’arrondissement.

 

Pour créer son EHPAD « social », la Ville de Lyon n’aurait-elle pas pu trouver un montage adapté avec la SACVL, société qu’elle contrôle, pour une implantation rue Jules Verne ? Il est vrai que suite à une gestion hasardeuse de ses emprunts, la SACVL se retrouve avec une dette de 30 millions. Cela laisse peu de marge pour les projets « sociaux ».

 

On aurait ainsi pu créer l’EHPAD « social » tout en conservant la résidence.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,