juil 19

Voici la vidéo de mon intervention lors du Conseil municipal du 17 juillet 2017 sur la disparition de la Maison de l’enfance du 3e Ouest et le devenir du tènement du 1 rue Desaix ; l’occasion d’inviter le nouveau Maire de Lyon à infléchir l’approche urbanistique du projet Part-Dieu.

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: ,

mar 31

Voici la vidéo de mon intervention lors du Conseil municipal du 27 mars 2017 à propos du programme prévisionnel des équipements publics de la ZAC Part-Dieu Ouest. Le manque d’ambition de ce programme démontre bien que la Part-Dieu nouvelle n’est pas vue comme un quartier à vivre par la majorité municipale.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , ,

jan 03

La vidéo de mon intervention lors du Conseil municipal de décembre 2016 à propos de la nécessité de prévoir le développement de la Cité scolaire internationale de Lyon, élément clé de l’attractivité internationale de notre ville. A court terme, la Région prend ses responsabilités, en votant un crédit pour créer une nouvelle cour pour le lycée, pour sécuriser l’établissement.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,

déc 19

La Ville de Lyon était propriétaire d’un immeuble du quartier Moncey, rues Villeroy et Gutenberg, loué à l’association Islam Culture et Religion qui l’utilise comme salle de prière. La Ville a décidé de vendre ces locaux à l’association. Le groupe Les Républicains et apparentés s’est opposé à cette vente. Ci-dessous la vidéo et le texte de mon intervention, expliquant les raisons, lors du Conseil municipal du 16 décembre 2016. La vente a néanmoins été approuvée par la gauche.


“Monsieur le Maire, mes cher(e)s collègues,
Le groupe des élus Les Républicains et apparentés n’est pas favorable à votre projet de cession des immeubles détenus par la Ville de Lyon au 14 rue Villeroy et 5 rue Gutenberg. Je vais vous en expliquer les raisons.
Tout d’abord, il nous semble souhaitable de pouvoir continuer à maîtriser pleinement l’usage qui est fait des locaux par l’association qui les loue. Nous nous souvenons qu’au cours de l’année 2015, il avait fallu rappeler à l’ordre l’association lorsque l’exercice du culte avait été constaté sur l’espace public, aux abords des locaux. En gardant la maîtrise des immeubles, la Ville de Lyon peut plus facilement veiller à ce que des prières de rue ne se produisent pas. Je note que la dénomination de l’association a changé. Ce n’est plus l’association Islam Culture et Religion mais l’association cultuelle Abou Bakr Essedik.
Dans le cadre de la location, cette association peut aménager les locaux conformément à ses usages. Elle doit veiller au respect des règles de sécurité et au respect de la laïcité sur l’espace public.

Deuxième argument, urbanistique celui-là, la Ville de Lyon doit garder la maîtrise de ces immeubles dans une perspective d’aménagement urbain. D’ailleurs, si la collectivité a fait l’acquisition de ces immeubles en 2001, ce n’est pas par hasard ou par donation. C’est bien parce qu’elle considérait qu’ils comptaient pour l’aménagement urbain du secteur. Et cet aménagement urbain n’est pas encore terminé. Ces immeubles se situent dans un secteur clé, charnière entre l’axe de prestige Liberté et le quartier Moncey, à côté de l’îlot constitué par un très bel immeuble bourgeois.

On peut enfin avoir deux interrogations sur ce rapport.
D’abord la question du prix de vente : 270 000 euros alors que l’évaluation directe des domaines était plutôt de 325 000 euros. Nous n’avons par ailleurs pas eu d’éléments montrant que ce prix est celui du marché dans le secteur. La mise en avant dans votre délibération de la clause « de retour à meilleure fortune », montre bien que ces immeubles peuvent présenter un intérêt. La Ville doit préserver les siens.

Je m’interroge aussi sur l’empressement dont semble faire preuve le Maire du 3e sur ce projet si j’en crois le courrier annexé à la délibération. J’espère que cet empressement n’a pas de rapport avec les élections de 2017 et qu’il ne s’agit pas de la concrétisation d’une promesse électorale avant les grands rendez-vous démocratiques de l’année prochaine.

Nous n’approuvons donc pas cette délibération. La Ville de Lyon doit garder la maîtrise de ce tènement, pour éviter des dérapages dans son utilisation et pour préserver les capacités d’aménagement urbain.”

écrit par Pierre BERAT \\ tags: ,

nov 15

Le jour même où le Progrès publiait un dossier sur les abus de taxation de la Ville de Lyon sur la publicité extérieure des commerces, nous avons débattu en Conseil municipal du 14 novembre d’une nouvelle classification des rues pour la redevance sur l’occupation du domaine public. Une nouvelle classification qui aboutit à une forte hausse de cette redevance sur les étalages et terrasses, par exemple pour les commerces de la rue Garibaldi ou de la rue Paul Bert dans notre arrondissement. Ci-dessous la vidéo et le texte de mon intervention dénonçant cette hausse masquée et expliquant notre opposition.

“Monsieur le Maire, mes cher(e)s collègues,
Le groupe des élus Les Républicains et apparentés vote contre la classification des rues que vous proposez, car contrairement à la présentation subtile qui en est faite, elle va aboutir à plus de taxation pour certains commerces. Or nous pensons que le petit commerce doit plutôt être soutenu que pressuré une fois de plus.
Vous allez nous dire que votre politique globale permet le développement du commerce. Mais le commerce, ce n’est pas seulement toujours plus de centres commerciaux dans et autour de la ville. Le nirvana commercial ce n’est pas non plus des commerces ouverts 7/7 jours et en nocturne dans les gares, avec des effets d’asséchement autour. La vie commerciale d’une ville, même métropole, c’est aussi et d’abord tous ses commerces indépendants qui animent nos rues, de l’hyper-centre, des centres de quartiers et ailleurs.
Vous allez aussi peut-être nous dire que les hausses programmées ne représentent que quelques centaines d’euros. Mais ne raisonnez pas selon une logique de grands groupes, pour certains petits commerces, quelques centaines d’euros font ou pas le bénéfice, et donc la survie à terme.
Il se trouve que ce petit commerce est économiquement très éprouvé et fragilisé. Selon les derniers chiffres de la Banque de France, le chiffre d’affaires du 3e trimestre est en recul de 1,4 % (- 3 % dans l’habillement, – 2,4 % pour la presse).
Si tout a été fait pour le masquer, votre nouvelle classification des rues se traduit par des augmentations pour certains commerces. Il y a d’abord des rues qui passent de catégorie 3 à 2. Pour leurs commerces, un équipement accessoire sur le domaine public, c’est + 89 %, pour une terrasse saisonnière c’est + 69 %. Et puis il y a des rues qui passent de la catégorie 3 ancienne à la catégorie 3 nouvelle pour lesquelles c’est + 45 % et + 34 %.
Quand j’ai pointé le problème en conseil d’arrondissement, vos élus majoritaires m’ont répondu qu’il ne concernait pas le 3e arrondissement. Pas de chance, il y a bien deux cas assez illustratifs.
La rue Garibaldi qui passe de catégorie 3 à 2 au motif des aménagements urbains en cours. Quid des commerces, même peu nombreux, qui se trouvent dans la section qui sera aménagée on ne sait trop quand. Double peine, ils vont subir les travaux qui se déroulent en amont mais n’embellissent pas leur rue et payer en plus un surcoût.
2e cas, la rue Paul Bert, qui subit l’augmentation de la nouvelle catégorie 3. Vous reconnaitrez qu’avec une rue de 2,6 km, comportant des dizaines de commerces, ce n’est pas un détail. Et qui peut dire que cette rue a été requalifiée…
Ces deux cas ne sont pas isolés. Il y en a plusieurs dizaines, y compris hors de l’hyper-centre dans le 4e, 6e, 7e ou 8e.
Je voudrais évoquer aussi sur une question de principe. Vous établissez une classification pour fixer la redevance que payent les commerces pour occuper l’espace public. Mais êtes-vous sûrs que cet espace public soit partout maintenu par la Ville et la Métropole comme il devrait l’être ?
Dit autrement, je pense que dans certaines rues dégradées, des tarifs même stables, ne sont guère admissibles pour les petits commerces, alors que leur propre rôle est fondamental pour l’animation et la qualité de vie. Nous devrions tous le savoir.
Nous votons donc contre votre projet qui se traduit par des tarifs en forte hausse pour certains commerces, alors que le commerce est déjà économiquement fragilisé. Encore une fois, quelques centaines d’euros, cela peut changer un bilan, sachant que les commerces subissent déjà la hausse des bases de fiscalité locale, vos ajustements de taux et encore la taxe locale sur la publicité extérieure que vous avez fixée au montant maximal. Le petit commerce de nos quartiers n’est pas une vache à lait.”

écrit par Pierre BERAT \\ tags: