juil 19

Voici la vidéo de mon intervention lors du Conseil municipal du 17 juillet 2017 sur la disparition de la Maison de l’enfance du 3e Ouest et le devenir du tènement du 1 rue Desaix ; l’occasion d’inviter le nouveau Maire de Lyon à infléchir l’approche urbanistique du projet Part-Dieu.

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: ,

mar 31

Voici la vidéo de mon intervention lors du Conseil municipal du 27 mars 2017 à propos du programme prévisionnel des équipements publics de la ZAC Part-Dieu Ouest. Le manque d’ambition de ce programme démontre bien que la Part-Dieu nouvelle n’est pas vue comme un quartier à vivre par la majorité municipale.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , ,

fév 13

Après plusieurs mois de travail en liaison avec ma commission, le schéma régional de l’enseignement supérieur et de la recherche préparé par le Vice-Président Yannick Neuder a été adopté à une large majorité lors de la session du 9 février 2017 du Conseil régional.

La Région fait le choix d’intervenir en matière d’enseignement supérieur et de recherche. Clairement, il s’agit de miser sur la connaissance, l’innovation et la formation des jeunes pour assurer leur insertion professionnelle. Ce schéma sera notre feuille de route pour cette politique pour les cinq prochaines années. Ci-dessous, la vidéo et le texte de mon intervention lors de l’adoption du schéma.


AP 9 février 2017 ● Intervention de Pierre… par elus_lr_dvd_sc

“Monsieur le Président,
Monsieur le vice-président Yannick NEUDER,
Chers collègues,

Trop longtemps, l’enseignement supérieur et la recherche ont été volontairement éloignés du monde de l’entreprise et de l’économie, le plus souvent pour des raisons purement idéologiques. Il est temps de rattraper le retard pris en la matière, pour répondre au mieux aux problématiques qui, aujourd’hui, se posent à nos universités, aux enseignants, aux chercheurs, et bien sûr aux étudiants.

La première problématique, et c’est celle qui est la priorité de notre majorité depuis le début du mandat, c’est l’emploi.

Si l’insertion professionnelle croît en fonction du niveau de diplômes des jeunes, nous savons que la situation des étudiants du supérieur n’est pas pour autant acceptable : échecs massifs dans les premiers cycles universitaires, débouchés professionnels ne correspondant pas aux projets des jeunes diplômés. La part des jeunes en emploi trois ans après leur diplôme de L3 ou M1 a baissé entre les générations 2004 et 2010. C’est un gâchis pour les étudiants concernés, c’est un gâchis pour leur famille, c’est un gâchis pour la société française. Cette situation nous ne pouvons pas l’accepter.

Avec ce schéma Monsieur le Président, Monsieur le Vice-Président, vous mettez clairement la priorité sur la réussite des étudiants :
– avec la mise en place de parcours de formation répondant aux besoins des acteurs économiques, qui permettront d’assurer des débouchés aux jeunes diplômés dans des secteurs pérennes, tout en offrant aux employeurs des compétences adaptées et reconnues ;
– avec l’augmentation du nombre d’apprentis dans le supérieur,
– avec les expérimentations intéressantes que nous allons mener en matière d’appui à la mobilité internationale pour les étudiants entrepreneurs ou les étudiants en fin de cursus. Auvergne-Rhône-Alpes est en pointe pour les moyens consacrés aux bourses de mobilité, elle l’est aussi pour faire en sorte que cette mobilité soit plus que jamais un atout pour l’insertion professionnelle.

Cette relation gagnant-gagnant avec le monde économique, le schéma la favorise aussi avec la coopération entre les entreprises et les acteurs académiques, notamment les laboratoires de recherche. Il y a en Auvergne-Rhône-Alpes une véritable excellence avec plus de 35 000 chercheurs. Ce doit être une ressource pour les acteurs économiques, y compris les PME. Cela d’autant plus que nous sommes, avec notre objectif de devenir la Silicon Valley européenne, dans une démarche de soutien spécifique à l’innovation, autour des priorités définies dans le SRDEII, en totale cohérence stratégique. (…)

Il y a une autre qualité dont nous tenons, Monsieur le Président, et Monsieur le vice-président, à vous féliciter. Il s’agit, via les contrats d’objectifs et de moyens, du soutien aux universités et grandes écoles de tous les territoires, y compris en dehors des sites majeurs que sont Lyon/Saint-Étienne, Grenoble-Alpes et Clermont-Ferrand. Les 15 sites universitaires de la Région, qui ont tous quelque chose à apporter, sont reconnus et seront soutenus. Un soutien bienvenu, sur une compétence choisie, après un quinquennat présidentiel qui n’a pas tenu ses promesses, sur le sujet de l’enseignement supérieur comme sur les autres.

Ce soutien, ce sont tous les 300 000 étudiants de notre belle et grande région qui vont en profiter pour leur qualité d’étude et leur qualité de vie. L’effort est là pour le logement, avec un objectif de doublement des constructions, de la santé, de la culture, du sport, de la prise en compte du handicap…

Plus de 180 Millions d’euros sur la durée du mandat, c’est le montant que la Région consacrera à l’enseignement supérieur.

Ce schéma a aussi l’avantage d’être souple. Ce n’est pas un carcan administratif mais bien une feuille de route stratégique. Dans le monde d’aujourd’hui, particulièrement en matière de connaissance, il faut savoir être agile. La souplesse, c’est utile.

La pertinence de ce schéma Monsieur le Président, Monsieur le Vice-Président, il faut le dire, c’est aussi le résultat d’une large concertation dans laquelle vous vous êtes investis : avec les acteurs académiques, avec les étudiants, avec les acteurs économiques, avec les agglomérations… Les auditions et les échanges dans le cadre de la commission ont rythmé les douze derniers mois.

Cette concertation, elle va se poursuivre tout au long du mandat avec une conférence régionale annuelle au plus haut niveau.

Pour toutes ces raisons, c’est avec enthousiasme, Monsieur le Président, Monsieur le vice-président, que le groupe Les Républicains, Divers droite et Société civile approuve le Schéma régional d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation.

Réussite des étudiants, grande région de la connaissance et de l’innovation, il est un élément clé de l’ambition que nous portons pour Auvergne-Rhône-Alpes.”

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,

jan 03

La vidéo de mon intervention lors du Conseil municipal de décembre 2016 à propos de la nécessité de prévoir le développement de la Cité scolaire internationale de Lyon, élément clé de l’attractivité internationale de notre ville. A court terme, la Région prend ses responsabilités, en votant un crédit pour créer une nouvelle cour pour le lycée, pour sécuriser l’établissement.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,

déc 09

dsc00763Pour faire face à l’augmentation du nombre d’enfants à scolariser à la Part-Dieu, la Ville de Lyon fait le choix de réaliser une extension du groupe scolaire Léon Jouhaux. Le conseil d’arrondissement du 28 novembre a examiné le lancement des études pour ce projet. Ce choix me semble être une double erreur, pédagogique et urbanistique.

C’est une erreur pédagogique car le groupe scolaire Léon Jouhaux est déjà une “grosse” école de 19 classes. Après l’extension, elle en comptera 23. Or chacun sait que les élèves étudient dans de meilleures conditions quand l’école est de taille limitée. L’adjointe aux affaires scolaires de la Ville de Lyon, Anne Brugnera, le reconnaissait d’ailleurs lors du conseil municipal de septembre : “au delà de 17 classes, c’est difficile de gérer” disait-elle ! Et le choix est d’autant plus inapproprié qu’il faudra créer une cour de récréation sur une partie de la place des Martyrs de la résistance, avec une rue à traverser…

C’est aussi une erreur urbanistique, car la logique voudrait que l’urbanisation de la Part-Dieu s’accompagne de la création d’une nouvelle école, au cœur même du projet urbain. Ce serait rendre un meilleur service aux nouveaux habitants, et ce serait amener de la “vie quotidienne” et de la convivialité au cœur de la nouvelle Part-Dieu. C’est en général ce qui se passe dans le cadre des ZAC : les constructions d’immeubles s’accompagnent d’équipements nécessaires à la vie des habitants. Prenez le nouveau quartier de la Buire. Que serait-il sans l’école Aimé Césaire et le Parc Jacob Kaplan ? Une zone à forte densité d’habitat, sans âme.

Or nous savons que l’une des faiblesses du quartier Part-Dieu, c’est qu’il manque de lieux de vie au quotidien. La Ville de Lyon laisse ainsi passer une occasion d’utiliser l’un des terrains en mutation pour y créer une école. Un choix d’autant plus regrettable que l’un des rares équipements existant, la Maison de l’enfance du 3e Ouest, va quitter la rue Desaix.

Certes, la construction d’une nouvelle école aurait couté plus cher. Mais cela aurait été un investissement confortant le projet urbain “Part-Dieu”.

Depuis des années, avec d’autres, je dénonce un projet urbain qui oublie les fonctions du quotidien, la qualité de vie, qui ne donne pas réellement leur place aux habitants. La promotion du projet a repris notre slogan de “quartier à vivre”, mais il manque toujours de contenu réel ! La Part-Dieu est d’abord faite pour l’activité économique et les visiteurs. Ce choix de ne pas créer une nouvelle école en est une illustration concrète.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , ,