mar 31

Voici la vidéo de mon intervention lors du Conseil municipal du 27 mars 2017 à propos du programme prévisionnel des équipements publics de la ZAC Part-Dieu Ouest. Le manque d’ambition de ce programme démontre bien que la Part-Dieu nouvelle n’est pas vue comme un quartier à vivre par la majorité municipale.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , ,

déc 19

Beaucoup de nos concitoyens ont le sentiment d’un laisser-aller dans nos institutions. On peut dire que la Mairie du 3e arrondissement contribue à ce sentiment, sur le sujet ô combien majeur pour notre République, de l’organisation des élections.

Lors des Municipales de 2014, de nombreux habitants du 3e n’avaient pu voter du fait de radiations abusives, suite à un problème de distribution des cartes électorales. Les personnes concernées habitaient bien à la bonne adresse, mais le courrier ayant été mal distribué, après avoir été retourné à la Mairie, les personnes avaient été radiées sans autre vérification. Elles n’avaient pas pu voter… Cela n’avait semble-t-il interpellé aucune des autorités en charge des élections. Un vrai scandale…

Nouveau problème pour les élections régionales : les bureaux de vote du 3e est (60 % de la population) ont été redécoupés, mais certains électeurs n’ont pas été informés, et ils ont passé du temps à chercher leur bureau de vote… Dans certain cas, leur nouveau lieu de vote était très éloigné, dans un autre quartier. J’ai moi-même rencontré de nombreuses personnes dans ce cas, las de devoir attendre pour savoir où aller, ou trop consternées pour repartir dans un autre lieu de vote. L’exaspération était telle que certains disaient vouloir renoncer à aller voter… La participation a pâti de cette situation : dans le bureau 340, elle a par exemple été sensiblement inférieure aux bureaux voisins.

Par ailleurs, ce redécoupage a été fait sans prendre en compte la réalité des quartiers, notamment les plans de circulation ou la topographie à Montchat. Une concentration de bureaux de vote a été réalisée dans un groupe scolaire peu accessible en voiture. Certains électeurs, résidant en face de leur ancien lieu de vote, doivent maintenant parcourir une distance importante. C’est cela le progrès, notamment pour les personnes qui ont des difficultés pour se déplacer ? Un redécoupage devrait nécessairement aboutir à une amélioration, pas à une dégradation de l’organisation.

Alors que tous les discours officiels plaident pour la participation citoyenne aux élections, les ratés en série de la Mairie du 3e sont inacceptables. Et les excuses après scrutin ou l’explication de l’erreur administrative ne peuvent suffire. Le Maire doit s’assurer que toute réorganisation est menée correctement et avec pertinence.

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: ,

juil 09

Restaurant_scolaireNous avons débattu lors du Conseil municipal de ce jeudi soir de la programmation pluriannuelle d’investissement de la Ville de Lyon, la fameuse PPI que nous attendions depuis 15 mois. Quelques mots pour expliquer les raisons pour lesquelles il n’est pas possible d’approuver cette programmation.

Le vote d’une PPI est un élément marquant puisqu’il s’agit de décider du programme d’investissements sur la durée du mandat. En gros, ce qui est dans la PPI a des chances d’être réalisé d’ici 2020, ce qui ne l’est pas a peu de chances de l’être. Le sujet occupe logiquement une bonne place dans l’actualité politique.

Une précision importante tout d’abord. Il y a le vote d’une PPI par la Métropole, pour toutes les communes du “Grand Lyon”, sur les compétences de la Métropole (voirie, aménagement urbain, développement économique, collèges…). Et il y a une PPI de la Ville de Lyon, votée par le Conseil municipal de Lyon et qui porte sur les compétences de la Ville : écoles, parcs et jardins, équipements sportifs et culturels, sécurité et tranquillité publique. Je le précise car Gérard Collomb et Thierry Philip aiment à mélanger les deux, notamment pour mettre en avant à Lyon des projets d’aménagement qui relèvent en fait de la Métropole, voire du SYTRAL pour les transports. Certes, il peut y avoir une articulation entre les PPI, mais il s’agit bien de programmations distinctes, votées par des conseils différents. La démocratie gagne déjà à bien positionner les choses.

Concernant la PPI de la Ville de Lyon donc, on peut noter tout d’abord qu’elle maintient un bon niveau d’investissement. Nous le reconnaissons et nous approuvons cet effort d’investissement. D’abord parce qu’il faut laisser à la Ville la capacité de gérer son développement. Ensuite, parce que dans le contexte d’atonie économique que nous connaissons, l’investissement public est particulièrement utile au soutien de l’activité économique, notamment celle du BTP qui souffre beaucoup actuellement.

Maintenant, il faut aussi se poser la question de la pertinence des choix d’investissement, puisqu’une PPI consiste à prioriser les investissements. Et c’est là que le projet de Gérard Collomb est largement perfectible. Une PPI est censée répondre aux besoins d’équipements nouveaux pour faire face aux évolutions démographiques de la ville… et l’on sait qu’à Lyon il y a croissance de la population.

Le constat que l’on peut faire c’est que ce projet de PPI comporte peu de grands projets confortant une Ville à vivre, et que dans les arrondissements, on est loin du compte en termes d’équipements pour la population, alors que des projets moins prioritaires comme une nouvelle salle de danse sont retenus.

Dans notre 3e arrondissement, secteur qui poursuit son développement, avec le cap des 100  000 habitants qui sera dépassé pendant ce mandat, les lacunes de la PPI sont évidentes.

En matière de bâtiments scolaires, la seule extension prévue sera celle du groupe Léon Jouhaux. Rien sur la partie Est de l’arrondissement pourtant en phase de densification urbaine, comme le montre l’actualité de l’Ecole Louise à Montchat. Quelques autres écoles sont citées, mais il s’agira de petits travaux d’amélioration.

Autre manque flagrant, les équipements sportifs. Les lieux sportifs de l’arrondissement sont déjà saturés et il faut s’attendre à un afflux de candidats à des activités sportives. Mais aucun équipement nouveau ne figure à la PPI et les nécessaires améliorations de gymnases, pourtant promises, ne sont pas au rendez-vous.

Et puis il y a aussi la sécurité et la tranquillité publique. Alors que les besoins dans nos quartiers sont évidents, il n’y aura pas d’ouverture de poste de police municipale, qui aurait permis d’assurer une présence de proximité… pas plus qu’il n’y a d’extension de la vidéoprotection aux secteurs sensibles !

La logique que nous dénonçons depuis des mois se poursuit. Gérard Collomb et Thierry Philip mènent une politique de densification urbaine affirmée, mais ils n’adaptent pas l’équipement des quartiers en fonction. Il ne pourra en résulter que dégradation du service public et désagréments pour les Lyonnais.

On peut aussi bien sûr pointer les projets promis lors de la campagne qui ont disparu de la programmation… Dans sa présentation, Thierry Philip mentionne ces “oublis” en rouge. Pas la peine de jouer avec les couleurs, il suffit de dire que ce sont des promesses non tenues.

Tout cela nous amène à nous abstenir sur cette PPI. Certes nous validons le maintien de l’effort d’investissement, certes il y a dans les choix réalisés des projets que nous soutenons totalement, mais nous ne pouvons approuver une programmation qui répond aussi mal aux besoins de la population, actuels et à venir dans les prochaines années. L’intérêt des Lyonnais nous amène à ce vote… et à le dire clairement !

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , ,

avr 03

Depuis l’élection municipale de mars 2014, Thierry Philip et son équipe ont passé beaucoup de temps à se répartir les postes puis à changer plusieurs fois cette répartition. Le Conseil d’arrondissement a ainsi pris une allure de “Tournez manège” ! 

Pendant ce temps, les sujets de préoccupation perdurent.

En matière de sécurité, si la mobilisation des habitants, relayée par notre opposition, a conduit la Mairie à enfin reconnaitre les problèmes (place Gabriel Péri, Villette…), les solutions durables sont toujours attendues. Par ailleurs, des problèmes perdurent, comme par exemple les dégradations sur véhicules à Montchat.

La densification urbaine se poursuit à marche forcée : les habitants de la Part-Dieu découvrent toujours les projets de tours à l’issue du MIPIM ou autres salons immobiliers et l’ambiance village de Montchat est de plus en plus menacée.

Pour nos déplacements, l’offre des lignes C3, C9 et C13 reste inadaptée.

Quant à l’autosatisfaction du Maire sur les nouveaux rythmes scolaires, elle est bien décalée par rapport à ce que vivent les parents et les équipes éducatives…

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , ,

sept 20

Quelle rentrée ! Pratiquement chaque  jour la « majorité » gouvernementale repousse les limites de l’incroyable. Même le scenariste de l’excellente série Borgen n’imaginerait pas de tels rebondissements. Et pendant ce temps là, la France s’enfonce dans le déclin moral et économique, comme le démontrent chaque mois les enquêtes de conjoncture, avec une France à la traîne en Europe… ou bien l’intervention complètement décalée du Président lors du sommet de l’OTAN. Et ce ne sont pas les oraux de rattrapage de mardi et jeudi dernier qui changent le triste constat…

Ce qui me frappe aussi en cette période, c’est l’hypocrisie de cette « majorité ».

Comment peut-elle se parer des habits du courage, du redressement et de la réforme alors qu’elle vient de gâcher plus de deux années de pouvoir, détricotant des mesures du précédent quinquennat, asphixiant l’économie française par sa pression fiscale et bureaucratique et égarant les Français dans des voies sociétales sans issue ?

Comment le Premier ministre a-t-il pu venir nous alerter sur un danger de crise politique majeure alors que c’est sa famille politique qui depuis 2012, par ses mesures, et même avant, par son attitude irresponsable, a trompé et exaspéré les Français ? Plutôt qu’une alerte, nous attendons au moins une reconnaissance des erreurs commises.

Quant aux « surprenantes » affaires Strauss-Kahn, Cahuzac et Thevenoud…, chaque fois, c’est la stupéfaction sur ces « histoires » qui sont bien sûr des histoires individuelles. Mais comment ne pas se poser la question des logiques collectives qui ont laissé cela arriver au sommet de l’Etat.

Mais cette hypocrisie n’est pas que « parisienne ». Et toute proportion gardée, elle me semble aussi à l’œuvre dans notre arrondissement comme nous venons de le constater à propos des capacités d’expression laissées à l’opposition municipale. Nous pouvons faire le constat que les socialistes locaux, grands donneurs de leçons démocratiques (cf. les déclarations de Thierry Philip lors de son élection en 2008), ne se gênent pas pour brider notre expression : volonté d’interdire aux élus d’assister aux réunions des conseils de quartier, interdiction faite aux élus de participer au débat du CICA, refus d’examiner des vœux en conseil d’arrondissement…

Ils font aussi des choix « surprenants » quant aux tribunes d’opposition dans le journal d’arrondissement Vision 3e. Ce n’est certes pas l’affaire du siècle, il y a bien sûr des choses plus importantes, mais pour autant, il y a des questions de principe à ne pas laisser passer.

Le Maire du 3e et son équipe viennent ainsi sciemment d’augmenter de 25 % l’espace de la tribune d’opposition pour un élu non inscrit, ce qui profite au Front national. Comprenons-nous bien, le Front national, comme tout parti qui obtient des élus lors des élections municipales, a droit à un espace d’expression. Mais par contre, il n’y a aucune raison pour qu’en termes d’expression, un élu FN soit équivalent à 3,4 élus UMP ! Il convient de tenir compte des scores réalisés. C’est pourtant ce qu’ont imposé les socialistes.

Hypocrisie ? C’est en tous cas la confirmation de ce que nous avons déjà dénoncé, à savoir les intérêts électoraux convergents du PS et du FN. Dans ces conditions, que le Maire du 3e nous épargne au moins ses grandes tirades !

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,