fév 13

Après plusieurs mois de travail en liaison avec ma commission, le schéma régional de l’enseignement supérieur et de la recherche préparé par le Vice-Président Yannick Neuder a été adopté à une large majorité lors de la session du 9 février 2017 du Conseil régional.

La Région fait le choix d’intervenir en matière d’enseignement supérieur et de recherche. Clairement, il s’agit de miser sur la connaissance, l’innovation et la formation des jeunes pour assurer leur insertion professionnelle. Ce schéma sera notre feuille de route pour cette politique pour les cinq prochaines années. Ci-dessous, la vidéo et le texte de mon intervention lors de l’adoption du schéma.


AP 9 février 2017 ● Intervention de Pierre… par elus_lr_dvd_sc

“Monsieur le Président,
Monsieur le vice-président Yannick NEUDER,
Chers collègues,

Trop longtemps, l’enseignement supérieur et la recherche ont été volontairement éloignés du monde de l’entreprise et de l’économie, le plus souvent pour des raisons purement idéologiques. Il est temps de rattraper le retard pris en la matière, pour répondre au mieux aux problématiques qui, aujourd’hui, se posent à nos universités, aux enseignants, aux chercheurs, et bien sûr aux étudiants.

La première problématique, et c’est celle qui est la priorité de notre majorité depuis le début du mandat, c’est l’emploi.

Si l’insertion professionnelle croît en fonction du niveau de diplômes des jeunes, nous savons que la situation des étudiants du supérieur n’est pas pour autant acceptable : échecs massifs dans les premiers cycles universitaires, débouchés professionnels ne correspondant pas aux projets des jeunes diplômés. La part des jeunes en emploi trois ans après leur diplôme de L3 ou M1 a baissé entre les générations 2004 et 2010. C’est un gâchis pour les étudiants concernés, c’est un gâchis pour leur famille, c’est un gâchis pour la société française. Cette situation nous ne pouvons pas l’accepter.

Avec ce schéma Monsieur le Président, Monsieur le Vice-Président, vous mettez clairement la priorité sur la réussite des étudiants :
– avec la mise en place de parcours de formation répondant aux besoins des acteurs économiques, qui permettront d’assurer des débouchés aux jeunes diplômés dans des secteurs pérennes, tout en offrant aux employeurs des compétences adaptées et reconnues ;
– avec l’augmentation du nombre d’apprentis dans le supérieur,
– avec les expérimentations intéressantes que nous allons mener en matière d’appui à la mobilité internationale pour les étudiants entrepreneurs ou les étudiants en fin de cursus. Auvergne-Rhône-Alpes est en pointe pour les moyens consacrés aux bourses de mobilité, elle l’est aussi pour faire en sorte que cette mobilité soit plus que jamais un atout pour l’insertion professionnelle.

Cette relation gagnant-gagnant avec le monde économique, le schéma la favorise aussi avec la coopération entre les entreprises et les acteurs académiques, notamment les laboratoires de recherche. Il y a en Auvergne-Rhône-Alpes une véritable excellence avec plus de 35 000 chercheurs. Ce doit être une ressource pour les acteurs économiques, y compris les PME. Cela d’autant plus que nous sommes, avec notre objectif de devenir la Silicon Valley européenne, dans une démarche de soutien spécifique à l’innovation, autour des priorités définies dans le SRDEII, en totale cohérence stratégique. (…)

Il y a une autre qualité dont nous tenons, Monsieur le Président, et Monsieur le vice-président, à vous féliciter. Il s’agit, via les contrats d’objectifs et de moyens, du soutien aux universités et grandes écoles de tous les territoires, y compris en dehors des sites majeurs que sont Lyon/Saint-Étienne, Grenoble-Alpes et Clermont-Ferrand. Les 15 sites universitaires de la Région, qui ont tous quelque chose à apporter, sont reconnus et seront soutenus. Un soutien bienvenu, sur une compétence choisie, après un quinquennat présidentiel qui n’a pas tenu ses promesses, sur le sujet de l’enseignement supérieur comme sur les autres.

Ce soutien, ce sont tous les 300 000 étudiants de notre belle et grande région qui vont en profiter pour leur qualité d’étude et leur qualité de vie. L’effort est là pour le logement, avec un objectif de doublement des constructions, de la santé, de la culture, du sport, de la prise en compte du handicap…

Plus de 180 Millions d’euros sur la durée du mandat, c’est le montant que la Région consacrera à l’enseignement supérieur.

Ce schéma a aussi l’avantage d’être souple. Ce n’est pas un carcan administratif mais bien une feuille de route stratégique. Dans le monde d’aujourd’hui, particulièrement en matière de connaissance, il faut savoir être agile. La souplesse, c’est utile.

La pertinence de ce schéma Monsieur le Président, Monsieur le Vice-Président, il faut le dire, c’est aussi le résultat d’une large concertation dans laquelle vous vous êtes investis : avec les acteurs académiques, avec les étudiants, avec les acteurs économiques, avec les agglomérations… Les auditions et les échanges dans le cadre de la commission ont rythmé les douze derniers mois.

Cette concertation, elle va se poursuivre tout au long du mandat avec une conférence régionale annuelle au plus haut niveau.

Pour toutes ces raisons, c’est avec enthousiasme, Monsieur le Président, Monsieur le vice-président, que le groupe Les Républicains, Divers droite et Société civile approuve le Schéma régional d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation.

Réussite des étudiants, grande région de la connaissance et de l’innovation, il est un élément clé de l’ambition que nous portons pour Auvergne-Rhône-Alpes.”

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,

jan 08

ConfluenceVoilà un an que notre nouvelle majorité régionale d’Auvergne-Rhône-Alpes, conduite par Laurent Wauquiez, est au travail.

A l’issue de cette première année, voilà ce qui a été réalisé en matière d’exemplarité des élus, de bonne gestion et de nouvelles orientations politiques.

Exemplarité des élus : les conseillers régionaux s’engagent à respecter une charte éthique. Un terme a été mis aux recrutements de complaisance au sein du personnel. Le Conseil régional a fortement réduit son train de vie, 50 véhicules de fonction ont par exemple été vendus. Dans ces temps difficiles où les Français font des efforts, les élus régionaux doivent aussi contribuer à cet effort : l’indemnité de fonction a été réduite de 10 %.

Une gestion rigoureuse : après deux mandats de Jean-Jack Queyranne marqués par une forte hausse de l’endettement et de la fiscalité, un virage a été accompli par une forte réduction de la dépense publique. 75 millions d’euros ont été économisés dès 2016, 300 le seront sur l’ensemble du mandat. Auvergne-Rhône-Alpes est la région française ayant effectué le plus gros effort, et ce dans le contexte pourtant très compliqué de baisse drastique des dotations de l’Etat. Cet effort se fait sans augmentation de la pression sur le contribuable régional : mieux, le tarif des cartes grises a été réduit.

Et gestion rigoureuse ne veut pas dire manque de volontarisme politique. Bien au contraire. Cette première année a aussi été une année d’action, en réalisation des promesses de campagne :

  • pour contribuer à la relance économique et donc à l’emploi, la priorité est donnée à l’investissement (+ 100 millions), notamment pour le soutien aux projets des territoires avec les nouveaux contrats Ambition Région,
  • la Région fait preuve d’initiative et mobilise toutes les possibilités d’action pour assurer une préférence régionale dans les marchés publics, qu’il s’agisse de travaux ou de fourniture des lycées,
  • Signal fort, elle valorise pleinement le Mérite en se substituant au Gouvernement défaillant pour attribuer une bourse aux lycéens ayant obtenu une mention “très bien” au baccalauréat,
  • la participation active de la Région à la sécurité est devenue réalité : elle finance les projets de sécurisation définis par les lycées (contrôle des entrées, fermeture des établissements, vidéoprotection) ainsi que les gares et les TER,
  • pour améliorer la qualité de vie des usagers quotidiens des TER et que chaque territoire puisse se développer, la Région renégocie fermement la convention avec la SNCF. Elle a par ailleurs débloqué des fonds pour sauver des petites lignes ferroviaires que la précédente mandature avait condamné à la fermeture.
  • les crédits pour l’ouverture de maisons de santé ont été doublés.

Un beau bilan de 1ère année… qui se prolonge d’ores et déjà en 2017 !

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , ,

jan 03

La vidéo de mon intervention lors du Conseil municipal de décembre 2016 à propos de la nécessité de prévoir le développement de la Cité scolaire internationale de Lyon, élément clé de l’attractivité internationale de notre ville. A court terme, la Région prend ses responsabilités, en votant un crédit pour créer une nouvelle cour pour le lycée, pour sécuriser l’établissement.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,

nov 05

img-20161017-01212Les 17 et 18 octobre derniers, j’ai participé avec un grand intérêt à un séminaire au Parlement européen entre nos députés européens du PPE et des élus régionaux ; l’occasion de porter un regard pragmatique sur les questions européennes.

Parmi les nombreux sujets évoqués, Françoise Grossetête qui siège dans la Commission “Environnement, Santé” a expliqué les projets en cours en matière de sécurité alimentaire ou encore de gestion des déchets. Nous avons aussi traité de la question de la révision de la directive sur les travailleurs détachés et abordé bien sûr la question des fonds européens disponibles au niveau des régions.

Cette rencontre au Parlement européen intervenait à une période peu favorable pour l’Union européenne : Brexit, affaire Barroso, feuilleton mouvementé de la signature de l’accord CETA entre l’UE et le Canada.

Il y a bien sûr des choses à changer dans les institutions et dans les politiques européennes, mais cela ne veut pas dire qu’il faille jeter le bébé avec l’eau du bain.

Soyons tout d’abord conscients des avancées réalisées sur des sujets clés. Le député européen Arnaud Danjan a ainsi expliqué comment la coopération policière était en train de monter en puissance, au grand bénéfice de la lutte contre le terrorisme. Il a aussi souligné les progrès réalisés en moins d’un an sur FRONTEX, avec un triplement des moyens, pour maîtriser les frontières extérieures de l’Union. On peut regretter que cela n’ai pas été réalisé plus tôt, mais reconnaissons néanmoins les avancées… et l’intérêt de traiter ces sujets clés à un niveau pertinent.

Qu’on le veuille ou non en effet, il est des sujets qu’il est difficile de bien traiter au niveau national. Prenons les accords de libre-échange, et notamment l’affaire du CETA. Oui il est très important de préparer dans le détail ces accords, pour être gagnants en termes de défense de nos intérêts économiques. Mais pouvons-nous nous satisfaire du statu quo. Et qui peut croire aujourd’hui, dans le contexte géo-économique que nous connaissons, qu’un pays européen peut vivre en autarcie, et plus encore qu’une région européenne peut négocier de tels accords avec les puissances économiques mondiales.

Alors la vraie question est celle de la mobilisation pour la défense de nos intérêts dans une Europe forte. Michel Barnier, qui va négocier le Brexit pour le compte de l’Union, nous a rappelés que l’objectif est une Europe unie et pas une Europe uniforme. Et Françoise Grossetête a souligné la question clé de l’influence française à Bruxelles… une dimension parmi tant d’autres pour laquelle le quinquennat Hollande aura été catastrophique !

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , ,

juin 19

Bien difficile de reprendre la “plume” pour rendre compte de l’activité politique permanente après les terribles événements de cette semaine. Avec l’assassinat barbare de deux fonctionnaires de police, dans leur cercle familial, nous franchissons un nouveau stade en termes d’attaque terroriste.

Face à ce drame, il s’agit de penser d’abord à ces deux nouvelles victimes du terrorisme et à la douleur de leur famille. Il s’agit ensuite de rendre hommage aux forces de sécurité, dont chacun peut comprendre la spécificité de la mission face à de tels faits, et le respect que cela exige. Quant à la réponse politique qu’exige cette situation, je reste sur les positions que j’avais pu défendre en janvier 2015 et janvier 2016, à savoir une réponse d’exception à la situation inédite que nous connaissons. Des choses ont été faites, mais nous sommes encore loin du compte…

Concernant mon action politique de ces derniers jours, j’ai représenté la Région à l’occasion de la réunion publique de lancement de la concertation sur le projet “Ouvrons Perrache”, le 15 juin dernier. Ce projet, porté par la Métropole de Lyon, comporte à la fois des aménagements de la gare, de ses abords et de certaines traversées du complexe de Perrache.

Ouvrons_PerracheLa Région est partenaire de ce projet, avec le SYTRAL et SNCF Gare et connexions.

J’ai expliqué, lors de la réunion publique, les raisons de l’engagement régional dans les aménagements que va connaître la gare. Cet engagement est lié bien sûr au rôle de la Région en matière de Transport Express Régional (TER) et à notre volonté de simplifier la mobilité pour tous les habitants de la région.

La Région s’est tout d’abord engagée à investir 2 millions d’euros pour améliorer l’accessibilité de la gare pour les personnes à mobilité réduite. Ainsi, dans le cadre du projet “Ouvrons Perrache”, l’accès aux quais mais aussi à la passerelle depuis la place des Archives sera grandement amélioré. Il était plus que temps d’améliorer la situation. Cet engagement s’inscrit dans une politique générale de la Région de garantir l’accessibilité aux gares (45 millions d’euros d’investissement de 2016 à 2018).

La Région va aussi s’engager, pour près de 2 millions d’euros, pour créer un nouvel accès direct aux quais, au sud de la gare, depuis la place des Archives. Là encore, cet aménagement va grandement améliorer les conditions de transport (accès plus rapide et plus simple) pour les usagers de la gare. Pour les 16 000 voyageurs TER (départ + arrivée) qui  fréquentent la gare chaque jour, ce sera une vraie amélioration, quand on connaît la complexité de l’accès actuel, avec de nombreux niveaux à monter et descendre, avec des escalateurs souvent “en grève”.

On peut aussi se féliciter avec ce projet du prolongement du tramway T2 jusqu’au cours Charlemagne. Ce sera un + pour les nombreux usagers des transports en commun qui gagnent notamment chaque jour la Confluence, même si cela ne résoudra pas la problématique rupture de charge liée au terminus du métro à Perrache.

Quant à la dimension “projet urbain” de Ouvrons Perrache, je laisse mes collègues élus du 2e arrondissement se prononcer !

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,