jan 27

Depuis quelques jours, informations et rumeurs circulent à propos du choix du candidat UMP pour les élections législatives dans la 4e circonscription du Rhône. Tout cela sur un fond « d’événement exceptionnel » au motif de l’existence de plusieurs candidatures : celles de deux élus du territoire Dominique Nachury, conseillère générale et élue du 6e arrondissement, et la mienne, conseiller régional et élu du 3e arrondissement, dont parle la presse, ainsi qu’une possible candidature de Nora Berra, secrétaire d’Etat et également élue du territoire (8e arrondissement). Il y a par ailleurs trois autres candidatures, issues du 6e arrondissement : Anne-Claire Pech (également élue du 6e arrondissement en tant qu’adjointe), Brigitte Grisard et Fabien Perrussel. Certains observateurs vont jusqu’à parler de « guerre », qualificatif qui ne correspond pas du tout à la situation que je vis actuellement.

Qu’y-a-t-il de si exceptionnel à ce que plusieurs candidats se fassent connaître ? N’est-ce pas plutôt la démonstration qu’à l’UMP chacun peut s’exprimer et exposer son projet ?

Certains expriment leur étonnement sur le fait que Dominique Perben ait annoncé sa décision début janvier et qu’il « n’ait pas préparé » sa suite. Ne peut-on comprendre qu’une telle décision de ne pas se représenter demande un temps de réflexion, surtout dans un contexte politique particulièrement mouvant ? Quant à la préparation, on ne peut à mon avis que saluer sa position consistant à dire qu’il n’y a pas de « dauphin à mettre en place ». Voilà une attitude moderne et respectable. Une circonscription législative, ce n’est ni un fief à transmettre, ni un bâton de maréchal, ni un marchepied pour autre chose.

La seule question à laquelle il faut répondre, c’est qui a le meilleur profil pour fédérer, dynamiser et représenter le centre et la droite sur la 4e circonscription, et plus largement, pour porter la voix de tous ceux qui se reconnaîtront dans le projet présidentiel, de Mermoz aux Brotteaux, en passant par tous les quartiers du 3e Est et du 6e.

La seule question qui vaille, c’est qui aura le profil le plus adapté pour gagner cette circonscription, pas aujourd’hui mais en juin prochain, dans le cadre de l’une des 577 batailles électorales dont va résulter la majorité parlementaire : les sondages c’est utile, mais sachons aussi nous projeter dans le contexte de juin 2012.

Enfin, la question subsidiaire qui compte, c’est qui est le mieux à même de mener la bataille face à la candidate du PS, Mme Vallaud-Belkacem, puisque les choses font que nous connaissons à cette heure le candidat du PS : il ne s’agit pas de faire de cette dernière le « centre de l’univers » (elle n’a pas besoin de nous pour rechercher ce positionnement), mais simplement de prendre en compte, dans le choix du candidat, les caractéristiques de cette challenger PS et son approche de la politique.

Alors la priorité du jour, c’est sang-froid et respect des fondamentaux.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: ,

jan 09

Dominique PERBEN a annoncé ce matin sa décision de ne pas se représenter, dans la 4e circonscription du Rhône,  lors des élections législatives de juin prochain. Il s’agit d’un événement important compte tenu des fonctions ministérielles qu’il a assurées et du travail parlementaire qu’il a accompli au sein de l’Assemblée nationale.

Cette décision crée une situation nouvelle qui m’amène aujourd’hui, dans le cadre de l’UMP, à présenter ma candidature à la candidature pour les élections législatives dans la 4e circonscription. J’ai en effet la volonté de m’engager dans le combat politique des prochains mois, afin de contribuer directement à la constitution d’une majorité renouvelée pour soutenir le Président de la République.

Mes fonctions d’élu local dans le 3e arrondissement, et mes initiatives politiques, me semblent être un atout dans une circonscription au sein de laquelle la partie 3e arrondissement est le secteur le plus important en termes de population.

Je m’engage par ailleurs avec détermination dans une compétition électorale qui verra, dans cette circonscription, l’UMP être opposée à la candidate du PS Madame Vallaud-Belkacem, porte-parole de François Hollande. J’ai ainsi la volonté de défendre une vision alternative de la politique à celle incarnée par Mme Vallaud-Belkacem.

Soyez assuré(e) que je mettrai toute mon énergie dans cette candidature, pour porter les convictions qui sont celles de la majorité présidentielle et pour contribuer au renouvellement en politique.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: ,

mar 22

Journée bizarre que ce dernier dimanche d’élection. Je l’ai passé dans un bureau de vote, en tant que Président de ce bureau. Bizarre de participer à ce rendez-vous démocratique très « partiel », compte tenu du niveau de participation, alors que dans le même temps la France s’engageait militairement en Libye (ce qui est tout à son Honneur) et que l’on imagine aussi la situation dramatique que vivent les Japonais.

Les résultats de ce 1er tour ont aussi été  « bizarres », avec une multitude de configurations au 2e tour. C’est l’effet du mode de scrutin, qui garde toutefois ma préférence. Bizarre car il y a certes un score très décevant pour la droite et le centre, mais de beaux résultats ici ou là et une bascule du Département du Rhône qui peut être évitée si la mobilisation est là.

Dans le 11e canton, les résultats sont décevants et ne sont pas à la hauteur de la belle campagne menée par Gérard VOLLORY. Prenons soin de noter toutefois que si des dizaines de bulletins de notre candidat n’avaient pas été déclarés « nuls » de façon tout à fait abusive, Gérard VOLLORY aurait été devant le FN. Je regrette sur ce sujet l’attitude de certains élus de gauche du 3e (pas tous c’est vrai). C’est ce qui m’amène à ne pas présider de bureau de vote au 2e tour. Notons aussi que sans les candidatures « divers droite », Gérard VOLLORY aurait été présent au 2e tour. Quand on parlait des effets de la division ce n’était pas de la fiction. Nous aurons donc un duel PS-Verts au 2e tour…

Que dire du débat lié à la (re)montée du FN ? Dans l’adversité, ne nous laissons pas embarquer dans des débats qui ne peuvent être que contreproductifs. L’UMP a donné sa position sur la question des alliances. Concentrons-nous sur la bataille pour nos idées : ce ne sont celles ni de la Gauche, ni du FN (quelles sont d’ailleurs les solutions concrètes de ce dernier ?). Notre secrétaire départemental, Michel FORISSIER, qui a réalisé un beau score dans le canton de Meyzieu, en est un bon exemple.

Le FN n’a pas le monopole de certains sujets. Nous avons notre ligne directrice : mais de grâce, et je m’adresse à mon mouvement politique, ayons pour première préoccupation d’assurer la clarté de cette ligne. Je suis affligé chaque fois que le Président ou le Gouvernement prend une position « forte » sur les sujets « nationaux » ou « de société », qui répondent aux préoccupations de fond de nos concitoyens, d’entendre des voix « originales » de notre camp, tel ou tel député « marginal » en quête de notoriété, venir saper médiatiquement l’ouvrage.

Nos idées ne sont pas non plus celles du PS. Et je veux dénoncer, comme je l’ai déjà fait sur ce blog, l’attitude de trop d’élus de gauche qui ont beaucoup contribué au panorama politique qui s’est mis en place depuis quelques mois : positions démagogiques qui déresponsabilisent et minent notre société, violence des attaques contre le Président de la République qui ont fait « sauter » des verrous, aveuglement sur les questions de cohésion nationale…  Les Manuel VALLS ne sont pas légion aux PS. Pour ne prendre qu’un exemple « local » de ces dérives, voyez le communiqué de presse de Mme VALLAUD-BELKACEM, il y a quelques jours, en réaction aux propos du Ministre de l’intérieur. Il faudrait nier les situations que peuvent vivre certains de nos compatriotes et il serait scandaleux de tenir aux caractéristiques de notre vie en société…

Bref soyons nous-même. Et travaillons d’ici dimanche pour que nos candidats l’emportent. Je pense notamment à nos candidats lyonnais : Lionel LASSAGNE dans le 8e canton (3e arrondissement), Dominique NACHURY dans le 7e canton (6e arrondissement), Dominique PERBEN dans le 6e canton (6e arrondissement), engagé dans une bataille pour la clarté en politique et  Jean-Pierre DUFOUR dans le 5e canton (5e arrondissement).

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , , ,

sept 25

Restaurant_scolaire

Nous devons tous être mobilisés dans la bataille de l’emploi, car en cette période de sortie de crise, il faut faire redescendre le niveau du chômage. L’emploi est la priorité, et pourtant, plusieurs familles lyonnaises, dont les deux parents travaillent, doivent actuellement faire face à l’impossibilité d’accueillir leur enfant à la cantine de l’école, dans plusieurs groupes scolaires de la Ville, dont Meynis et Charial. Ils doivent donc venir récupérer leur enfant à 11H20 – ce qui comme chacun sait, est très facile quand on travaille -, ou bien trouver le moyen de confier leur enfant à quelqu’un.

Les raisons : des cantines trop petites pour la demande de restauration et des critères pour prioriser les demandes qui placent les familles dont les deux parents travaillent au 4e rang en termes de priorités ! C’est faire peu de cas des contraintes des parents actifs ; un constat que l’on peut faire aussi devant le manque d’empressement de la Ville de Lyon à mettre en place, et à faire connaître, un service minimum d’accueil des enfants les jours de grève de qualité (sujet que nous avons déjà traité).

Que faut-il penser de cette situation aberrante ?

D’abord ces critères de priorisation sont aberrants. Lors du vote du règlement de restauration scolaire, qui fixe ces nouveaux critères, les élus « Ensemble pour Lyon » se sont opposés.

Ensuite, la cause du problème, c’est un défaut de prospective, une mauvaise prévision des besoins. Soyons réalistes, cette prévision n’est pas si facile que cela, tant la Ville change rapidement dans certains secteurs, avec de nouvelles constructions, mais aussi les changements de structure de la population. La vérité d’une année ne sera pas forcément celle de quatre années plus tard. On peut cependant s’étonner qu’une cantine comme celle de Charial, qui vient d’être rénovée, soit trop petite la rentrée suivant son inauguration.

Face à cette situation, la première exigence, c’est d’accélérer la réalisation des équipements permettant d’augmenter la capacité. Mais dans l’attente, il faut trouver des solutions temporaires de remplacement, et ce très rapidement. Même si ce n’est pas une obligation juridique, la Ville doit rendre ce service qui est vraiment un service fondamental pour les habitants.

La Ville de Lyon semble aujourd’hui compter sur les solidarités de proximité entre les parents pour résoudre le problème. Cette solidarité est bien évidemment une bonne chose, mais elle ne peut être érigée en système de gestion. La Ville doit faire face.

Notre mobilisation ne faiblit pas pour que la Ville assure ses responsabilités : le groupe municipal « Ensemble pour Lyon » reviendra sur le sujet en Conseil municipal et Dominique Perben, en tant que député, a de nouveau saisi Gérard Collomb du problème des écoles du quartier Villette.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , ,

sept 18

Moments particulièrement émouvants mardi dernier, lors de l’inauguration du Mémorial de la prison Montluc, en présence d’Hubert Falco, secrétaire d’Etat aux anciens combattants. Alors que l’activité urbaine redoublait en cette fin de journée, le temps s’est arrêté dans la prison, avec les hommages aux victimes devant le mur des fusillés et les témoignages poignants des rescapés ; un contraste saisissant qui permettait de prendre toute la mesure de ce que nous devons, nous citoyens de 2010, à ceux qui ont souffert ou perdu la vie dans cette prison.

Je vous invite à prendre connaissance du discours prononcé à cette occasion, par Dominique Perben, député du Rhône, représentant le Conseil général.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: ,