mai 25

SécuritéMontchatVoici le texte de mon intervention lors du Conseil d’arrondissement du 16 mai 2017 sur l’attribution de subventions à différentes associations pour la prévention de la délinquance.

“Je voulais intervenir sur ce rapport car je le fais habituellement en Conseil Municipal et vous savez que cela déclenche toujours des aigreurs chez M. SECHERESSE. Je voulais l’aborder en partant de notre arrondissement, du terrain, du concret. Je vous dis tout de suite que ce n’est pas contre Mme ELBAHAR parce que je sais, car nous échangeons souvent ensemble, qu’elle est très à l’écoute des problématiques de délinquance et des tracasseries que les habitants peuvent rencontrer au quotidien. Je ne remets pas en cause l’Adjointe qui vient de porter ce dossier. Mais de façon plus globale, vous nous demandez là d’approuver une programmation qui s’intitule : au titre du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance.

Si nous savons lire cela veut dire qu’il faudrait qu’il y ait des actions qui contribuent effectivement à la sécurisation, à la prévention de la délinquance, et mettre dans les objectifs une amélioration durable de la sécurité et de la tranquillité publique du quotidien des habitants. Nous nous attendrions à ce qu’il y ait des actions très concrètes qui permettent d’atteindre cet objectif.

Je prends l’exemple du quartier de Montchat actuellement. Cela peut sans doute se retrouver dans d’autres quartiers de notre arrondissement, mais je prends Montchat parce que ces derniers mois s’est produit un certain nombre de choses dans ce quartier réputé tranquille, qui sont complètement inacceptables. Des dégradations très fréquentes de véhicules dans des rues complètes, des pneus crevés, des vitres cassées, des vols d’objets à l’intérieur des véhicules, des intrusions et des vols répétés dans des copropriétés. L’urbanisme de Montchat fait que l’on peut assez facilement entrer dans les jardins. Des commerces ont été fracturés, et des rodéos ont lieu sur la place Ronde. Peut-être pas ces derniers jours mais ces derniers mois, il y en a eu très régulièrement et ces rodéos obligent à avoir des actions de police nationale. Ce sont des choses que nous constatons plutôt là où nous avons l’habitude de parler de banlieue. Les habitants sont excédés par cette situation, notamment autour de la place Ronde, et je crois qu’ils vous ont saisis déjà de ces problèmes. Ils attendent des réponses.

La question que je pose très concrètement est : comment ces 180 000 euros contribuent à résoudre ces problèmes, ces tracasseries, ces nuisances du quotidien que nous rencontrons dans le quartier de Montchat ? Je suis désolé mais lorsque nous voyons la liste, sans doute ce sont des actions qui ont un intérêt au plan associatif, mais je ne vois pas en quoi elles répondent directement à nos enjeux en matière de prévention de la délinquance sur le quartier.

(…) Compte tenu des explications que vous nous donnez, nous allons nous abstenir sur ce dossier. Je crois Mme ELBAHAR que vous nous avez dit faire ce que vous pouvez avec ce que vous avez. Visiblement nous n’avons pas assez. »

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,

mai 05

Vous trouverez ci-dessous le texte de mon intervention, lors de l’installation du Conseil d’arrondissement pour le mandat 2014-2020.

“Monsieur le Maire, mes chers collègues, nous n’avons pas présenté de candidature au poste de Maire parce que nous prenons acte du résultat de cette élection qui conduit finalement à un statu quo dans la composition de ce Conseil d’Arrondissement ; si ce n’est le remplacement d’un élu du Centre par un élu du Front National. Nous en prenons acte, de même que nous aimerions que soit prit acte du fait qu’au niveau de la Métropole, l’union de la Droite et le Centre l’emporte avec 20 000 voix. Nous espérons que mercredi,  l’issue démocratique constatera cette majorité au niveau de la Métropole, qui vous le savez est pour nous et nos affaires locales, demain, la collectivité politique d’avenir.

Nous vous adressons bien évidemment nos félicitations républicaines pour cette élection. Je voudrais aussi saluer l’élection de Monsieur Kepenekian au poste de 1er Adjoint de la Ville de Lyon. Je pense que ses qualités humaines et sa « rondeur » seront un atout pour un mandat, dont nous savons tous, et notamment vous dans la majorité, qu’il sera sans doute éprouvant.

Je voudrais également remercier les 10 259 électeurs qui ont choisi notre liste de l’union de la Droite et du Centre au 2ème tour et je salue tous les colistiers et tous les sympathisants qui nous ont accompagnés dans ce combat électoral et qui ont fait preuve de beaucoup d’ardeur. Je pense que cela a été noté sur le terrain, un grand remerciement à tous !

Je voudrais aussi exprimer un certain regret du fait d’une campagne qui a été, je pense, d’une certaine manière escamotée. Nous avons été face à une non-campagne au niveau de la Ville et de cet arrondissement. L’une des conséquences que vous avez évoquée, c’est le niveau très élevé de l’abstention, 43,4% sur notre arrondissement, c’est nettement plus qu’au plan national. De ce résultat nous ne pouvons pas tirer un grand soutien pour le modèle lyonnais que Gérard Colomb souhaite incarner. Je voudrais puisque l’on parle abstention, déplorer aussi le fait que de trop nombreux Lyonnais n’aient pas pu voter pour cette élection du fait de radiations abusives. J’ai rencontré des Lyonnais en colère, des Lyonnaises en colère notamment, qui repartaient d’un bureau de vote dans l’impossibilité de voter et qui n’auront même pas la possibilité de se réinscrire dans cette année électorale. Cette situation est bien sûr totalement inacceptable, priver quelqu’un de son droit de vote est un grave problème. Je dis que cela l’est d’autant plus que c’était “chronique d’une colère annoncée” car nous en avons souvent débattu ici. Nous savions qu’il y avait eu des radiations à la « hache », des cas de personnes qui n’auraient pas dû être radiées. Cela pose un problème démocratique, et je constate que nous n’avons toujours pas d’explications rationnelles de ce raté démocratique.

Campagne escamotée car je pense qu’effectivement pendant toutes ces semaines de campagne, nous avons fait face à un non débat, une stratégie d’évitement. Cela a été vrai pour la Ville de Lyon avec Gérard Collomb, cela a été vrai dans le 3ème arrondissement. Je donne juste quelques exemples. Grand étonnement  de voir que sur la question des rythmes scolaires, question fondamentale pour la Ville, question fondamentale pour les parents, question fondamentale pour les familles, il n’a pas été possible de débattre de cette question. J’ai été consterné des propos qui m’ont été rapportés par des représentants de parents d’élèves, à qui on a dit en conseil d’école, quand ils posaient la question de ce qu’il allait advenir à la rentrée, que « nous ne pouvons pas vous en parler nous sommes en campagne municipale ». Si l’on ne peut pas évoquer dans une campagne municipale les sujets clés de la Ville, là aussi il y a un problème démocratique.

Nous aurions aimé aussi pouvoir débattre, mais l’occasion médiatique n’a pas été au rendez-vous, des problèmes de sécurité et de tranquillité publique qui se posent dans cet arrondissement. En matière de sécurité et de tranquillité publique, je constate que l’on a laissé pourrir, je pèse mes mots, certaines situations. On a vu autour de certains espaces publics, et on a vu sur certains camps à Montchat, et on a vu le long des berges du Rhône, une exaspération monter dans la population. Cette exaspération on l’a laissé monter et cette exaspération a eu sa traduction électorale que bien évidemment vous avez dénoncée dans votre discours. Je dis que logiquement quand on laisse les gens s’exaspérer, que l’on n’apporte pas de solutions, cela a cette traduction électorale. On nous a beaucoup attaqués dans cette campagne sur le système UMPS, mais ce que je vois aujourd’hui ce sont les effets de la convergence d’intérêts FN-PS. J’invite chacun à regarder les résultats électoraux dans le 3ème et vous verrez, la géographie de ce vote, comment elle recoupe très précisément, les problèmes au bord des berges du Rhône, les problèmes autour de la place de la Reconnaissance, les problèmes autour du boulevard Pinel.

Vous avez évoqué vos scores sur Montchat, et je corrige votre propos Monsieur le Maire, certes vous êtes en tête dans un contexte de triangulaire, mais il y a de nombreux bureaux de vote où vous êtes minoritaires, vous n’avez pas atteint la majorité absolue. Nous avions un contexte de triangulaire dans cette élection, bien sûr que cela a cassé la dynamique, bien sûr que cela a facilité la réélection de la liste de gauche. Nous ne sommes pas obligés de ne pas le dénoncer et je voulais quand même le signaler et que chacun en tire les leçons pour l’avenir et pour l’efficacité de son vote.

Enfin en termes de débat, nous aurions aimé pouvoir débattre avec vous des questions d’urbanisme. Pouvoir confronter nos projets sur la Part-Dieu, il n’y a pas de caricatures, il y a des projets alternatifs, on aurait aimé pouvoir en parler. Sur Montchat, nous aurions aimé pouvoir vous entendre, sur comment vous pouvez de nouveau promettre des choses en 2014 alors que ce que vous aviez promis en 2008 n’a été suivi d’aucun effet, puisque nous n’avez rien fait en matière de PLU pour changer la situation.

Campagne escamotée, campagne tronquée également, puisque vous vous êtes présentés à la tête d’une coalition rose-verte. Nous avions vu toute la fin du dernier mandat le début de vos divergences, puisqu’il y avait dans les interventions de vos adjoints, deux interventions parallèles. Vous vous êtes présentés au 1er tour, avec deux listes distinctes, en nous expliquant qu’il y avait des divergences qui motivaient le fait qu’il y ait deux listes. Entre les deux tours, dans l’urgence, vous vous êtes “rabibochés”, puisqu’il fallait constituer les listes. Vous vous êtes présentés au 2e tour avec une liste unique, vous avez gagné les élections et quelques jours après en conseil municipal Monsieur Etienne Tête nous a dit qu’il faisait un constat que vous n’étiez pas d’accord sur les objectifs et que donc, il n’y aurait pas de participation des Verts à l’exécutif. Alors je vous pose une question toute simple, pour quel programme ont voté les électeurs, les 15 752 électeurs qui ont voté pour vous au 2ème tour, puisque aujourd’hui vos alliés Verts font le constat que vous n’êtes pas d’accord sur les objectifs. Cela pose là aussi un problème de transparence politique. Là ce que je souhaite c’est que cela ne soit pas comme à la Région, un mandat de paralysie qui s’ouvre, parce qu’effectivement vous avez trop de divergences pour mener une politique qui ait des bienfaits pour les Lyonnais.

Cette campagne escamotée, cette campagne tronquée, encore une fois nous en admettons les résultats, mais c’est maintenant que tout commence, parce qu’il va falloir maintenant être clair et transparent sur ce que vous voulez faire. Je vous dirais bien évidemment que nous, le mandat qui nous est donné, est un mandat d’opposition, que nous mènerons cette opposition de façon ouverte et constructive, mais de façon totalement déterminée. Et, je dis aux habitants du 3ème arrondissement quels qu’ils soient, de droite ou de gauche, que nous serons comme nous l’avons été les six dernières années, des veilleurs attentifs, pour dénoncer notamment toutes les choses qui vont dans le mauvais sens, je fais référence aux démolitions Part-Dieu, aux problèmes d’urbanisme à Montchat, aux problèmes de sécurité qui ne sont pas traités. Nous sommes à leur disposition pour porter leurs messages et pour qu’ils soient entendus dans le sens de l’intérêt général.” 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , ,

sept 22

J’ai interpellé le Maire du 3e arrondissement lors du Conseil d’arrondissement de mardi dernier à propos des atteintes à la tranquillité publique cet été en de multiples lieux de notre arrondissement.

Vous trouverez ci-dessous le texte de cette intervention.

Vous pourrez lire les réponses de Thierry Philip dans le compte-rendu officiel qui sera mis en ligne sur le site de la Mairie du 3e à la mi-octobre. Parmi ces éléments de réponse, un élément d’un ridicule avéré : “c’est la faute à Nicolas Sarkozy”. Par ailleurs, il a affirmé que la police municipale ne faisait que de la prévention. C’est pas l’impression que j’ai en matière de stationnement et peut-être faudrait-il voir les choses différemment.

« Je souhaite revenir sur les questions de tranquillité publique que l’on a pu connaitre dans l’arrondissement cet été et traduite médiatiquement, surtout sur la Place du Château de Montchat, pour laquelle j’ai lu le compte-rendu de la réunion que vous avez tenue samedi dans le Progrès.

Je suis un peu étonné de la réponse tardive aux problèmes, puisque nous sommes au 15 septembre et que les problèmes ont duré 2 mois, selon les échos que j’ai entendus sur le marché.

Je souhaite également dire que nous avons été  de nouveau confrontés à un aménagement qui a été mal conçu à l’origine, puisqu’il est dit dans l’article, qu’il va y avoir un aménagement complémentaire. Cela rappelle l’aménagement du parc Kaplan, pour lequel il a fallu corriger des dysfonctionnements dès son ouverture.

Quand nous discutons avec les habitants du 3ème, nous nous rendons compte que la situation était compliquée à plusieurs endroits. Certes ce n’est que de la tranquillité publique, mais pour les personnes restées chez elles cet été, cela a été des nuisances pendant 2 mois, qui, à répétitions, peuvent créer un réel sentiment de malaise. On rencontre des gens  prêts à quitter leur quartier parce qu’ils n’en peuvent plus. Pour citer quelques exemples, sur la Place de la Reconnaissance, le square est occupé jusqu’à 2 heures du matin, le square Jussieu est un problème qui subsiste, le square Kaplan qui a été difficile également et la Place Sainte-Anne. Au-delà de ce que vous avez annoncé sur la Place du Château, quelle réponse pouvons-nous donner sur l’occupation du domaine public, du respect des règles de vie en société et de la quiétude des habitants ? Nous avons l’impression d’être dans une incapacité de réponse, ne voyant pas de solution arriver. Du coup, cela crée chez nos concitoyens, un sentiment de frustration et une baisse de croyance en la politique. Nous avons un bel outil avec la police municipale et plutôt que de faire certaines tâches, ne pourrait-elle pas intervenir pour remettre les choses en ordre ? »

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , ,

sept 07

Ecoutant Gérard Collomb dimanche dernier à l’inauguration des berges de Saône, j’ai été étonné de le voir se satisfaire du modèle lyonnais de cohésion, modèle qui expliquerait une situation plus enviable que dans d’autres villes (sans doute voulait-il faire allusion à Marseille). D’abord, je pense qu’un Maire doit éviter de porter des jugements sur d’autres villes. Ensuite et surtout, la situation lyonnaise en termes de sécurité ne me semble pas justifier un tel contentement. Pour ne parler que de la situation du 3e arrondissement : viols dans les coursives de la gare Part-Dieu, braquages de commerces, trafics de la place du Pont, agression contre les pompiers cet été devant l’auditorium…

Il y a aussi l’intéressant dossier qui vient de paraître dans LyonMag2 sur les cartes de l’insécurité à Lyon. On apprend ainsi que le 3e arrondissement est bien mal placé. Je l’avais déjà signalé il y a quelques mois à propos du nombre record de cambriolages. Un bilan pas brillant dans un arrondissement dont le Maire, Thierry Philip, a pourtant dit que dans sa vocation de chef d’orchestre, il prenait directement les choses en mains… Il faudra le faire aussi pour le bilan !

Et puis il y a aussi la tranquillité publique. Je ne compte plus les témoignages d’habitants depuis la rentrée qui me font part de l’été difficile qu’ils ont passé du fait de nuisances dans les espaces publics, notamment la nuit. Le centre de Monchat a dû supporter régulièrement des cris la nuit, des équipements publics récemment installés ont été dégradés. Les riverains ont dû supporter une occupation du square de la place de la Reconnaissance jusqu’à 2H du matin ! Pas idéal quand il faut se lever à 6H du matin pour aller travailler. On peut aussi mentionner la Buire, la place Sainte Anne, Bazin…. et bien sûr la boîte à ciel ouvert des berges du Rhône.

Peut-être que pour certains des responsables de cette ville qui s’absentent de Lyon tout l’été cette situation importe peu. La réalité des Lyonnais est autre : ils sont en général présents la moitié de l’été, pour y travailler. Nombreux sont aussi ceux qui restent tout l’été à Lyon. Chacun a droit à la quiétude de son cadre de vie. Il est bien que les espaces publics contribuent à la convivialité des quartiers, mais je dirais aux “heures ouvrables”. On ne peut accepter un usage non maîtrisé de nos places, parcs et jardins.

Toujours d’après les témoignages que j’ai collectés, la Mairie semble avoir fait la sourde oreille aux problèmes signalés, quand elle n’avoue pas une incapacité à agir. La Ville doit pouvoir agir. Elle dispose d’une des plus importantes polices municipales du pays. Ce bel outil doit être mobilisé pour empêcher ces dérives.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , ,