juin 22

Après quelques posts “régionaux” et “nationaux”, reprenons notre revue du bilan de mandat de la gauche plurielle dans le 3e arrondissement.

Alors que ces jours, le Maire du 3e et d’autres élus socialistes se permettent, une fois de plus, de venir décerner bons et mauvais points au sein de notre famille politique, je m’interroge sur cette Gauche donneuse de leçons, y compris au plan local.

Trop souvent, les élus de gauche se croient les étendards des valeurs humanistes et sociales ; la politique d’une majorité de gauche serait pas définition la plus humaine et la plus sociale ! Et à l’arrivée de Thierry Philip à la Mairie du 3e arrondissement, nous en avons eu un bel exemple : à l’entendre, après son élection en 2008, l’arrondissement allait enfin connaître les “Lumières” !

Cinq ans plus tard, je dois dire que deux dossiers m’ont choqué, tant ils ont montré à mon sens un manque de considération pour les “gens”. L’un des piliers de l’action du Maire du 3e, à entendre son discours d’investiture, était pourtant “pragmatisme et humanisme”.

Le premier de ces dossiers a été la fermeture de la Résidence pour personnes âgées Constant, dans l’urgence, en raison du projet d’ouverture d’un EHPAD (établissement pour personnes âgées dépendantes) sur le terrain. Alors que le dossier administratif de cet EHPAD n’était pas encore totalement monté (le dossier est complexe pour ce type de projet du fait de la multiplicité des intervenants et des financements à mobiliser), la Ville a tout fait pour opérer une fermeture rapide de la résidence pour personnes âgées. Les résidents ont été pressés de partir pour d’autres établissements, alors qu’ils étaient profondément ancrés à Montchat, dans un établissement exemplaire pour ses liens avec le quartier. La logique gestionnaire l’a clairement emporté sur une solution plus progressive qui aurait été compatible avec le calendrier de réalisation de l’EHPAD. On connait le résultat : une friche “sociale” pendant plusieurs années, dans l’attente de l’EHPAD, et des résidents qui ont été “déracinés”.

Le deuxième dossier est lié au projet Part-Dieu 2020. Ce grand projet de développement urbain de la gare et du quartier de la Part-Dieu, va comporter un certain nombre d’opérations immobilières à plus ou moins long terme. Selon le plan, l’une des premières réalisations sera la démolition de résidences (copropriétés et HLM) à côté de la gare de la Part-Dieu, pour construire à la place des immeubles de bureaux. On peut déjà s’étonner que pour un projet qui prétend promouvoir le “Vivre à la Part-Dieu”, on commence par démolir de l’habitat… Mais la façon de faire est aussi inacceptable. Alors que des sommes importantes sont dépensées dans la promotion de “Part-Dieu 2020”, ce sont des habitants déterminés et vos élus d’opposition de proximité qui ont “levé le lièvre” de ces démolitions, et des conséquences pour les habitants concernés. Un tel projet, sous réserve de la vérification de sa pertinence, devrait passer impérativement par une information complète, personnalisée et le plus en amont possible auprès des habitants et propriétaires qui vont perdre leur logement du fait d’une démolition, et par leur accompagnement. Car là encore, cela impacte des projets de vie qui ne sont pas que sur le papier, théoriques ! Engager une telle démolition, cela veut dire que l’on impacte des projets de personnes, qui ont investi dans un appartement, parfois depuis peu de temps, et qui se sont ancrés dans ce coin de centre-ville. Et cela, à un moment où la conjoncture de l’immobilier n’est pas la plus favorable.

Les projets urbanistiques doivent être abordés avec beaucoup de considération pour les personnes, tout simplement parce que l’urbain doit effectivement être au service de l’humain.

Bien évidemment, ma question titre “C’est quoi cette Gauche ?” gagnerait à être remplacée par l’affirmation toujours d’actualité “la Gauche n’a pas le monopole de l’approche humaine et sociale” ou par celle-ci “ce ne sont pas ceux qui en parlent le plus qui en font le plus” !

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , ,

déc 13

Pour ceux qui ne l’auraient pas lu, vous trouverez ci-dessous l’interview que j’ai réalisée dans Signé Montchat sur les dossiers “chauds” du quartier (l’article est accessible via le lien en dessous du pavé gris). Au-delà de cette interview, j’en profite pour saluer la qualité et l’intérêt de ce journal : le dernier numéro a ainsi traité, de façon approfondie et complète, les sujets d’actualité du quartier . Son dossier principal était : “Le quartier peut-il perdre son âme ?”.

GDE Erreur: Impossible de charger les réglages du profil

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , ,

oct 24

Vendredi dernier, le Maire de Lyon a organisé un voyage de presse dans quatre résidences pour personnes âgées pour promouvoir les travaux de rénovation qui y ont été menés. Accompagné des médias, Gérard Collomb a ainsi visité quatre Etablissements d’hébergement (EHPA) de la ville.

Heureusement que cette opération de communication ne s’est pas déroulée la semaine précédente ! Quand on sait comment Gérard Collomb a « mobilisé » la ville pour soutenir François Hollande dans le cadre des primaires, nous aurions pu craindre que ces visites en résidences pour personnes âgées soient fortement influencées…

Ce promo-tour n’est pas passé par Montchat… et pour cause. Non seulement la résidence pour personnes âgées du quartier, qui était une véritable institution locale, n’a pas été rénovée, mais elle a été fermée, ainsi que le foyer-restaurant. Ainsi, depuis maintenant de longs mois, c’est une « friche sociale » qu’a créé la Ville de Lyon rue Constant. Une friche qui peut constituer, avec l’Hôtel Dieu, l’Internat du Serverin, le village d’enfants de Bachat-Bouloud, quelques foyers-restaurants, un élément d’un circuit des ambitions perdues de la Ville de Lyon en matière de solidarité et de lien social.

Le site de la rue Constant est certes destiné à la réalisation d’un futur EHPAD, établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Mais une question de bon sens demeure : pourquoi avoir démantelé dans l’urgence la résidence Constant, avec ce que cela a impliqué en termes de coupure de lien social pour les pensionnaires, alors que le site reste une friche ?

La version municipale « officielle », qui relève du classique « c’est la faute à l’Etat » qu’affectionne particulièrement la gauche, est de dire que le projet n’attend que le feu vert gouvernemental.

Il convient encore et toujours de rétablir la vérité et de rappeler que cette période de latence est liée à une mauvaise ingénierie du projet par la Ville : celui-ci a été lancé sans tenir compte du processus incontournable de décision collective, du fait de la diversité des institutions impliquées dans les EHPAD, en termes de missions, de responsabilités et de financement. Tous les projets envisagés dans les communes du Rhône ont ainsi fait l’objet d’un classement, en toute transparence, en fonction de critères de priorisation. Si les élus en charge, en Mairies centrale et d’arrondissement, avaient tenu compte de ce contexte, le dossier aurait été mieux défendu, son planning aurait été connu, et la résidence Constant aurait ainsi pu continuer d’offrir son service tant apprécié à de nombreux résidents pendant plusieurs années. Mais cela, il vaut mieux l’occulter dans un promo-tour.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , ,

déc 31

station2

Chers lecteurs de mon blog, en cette période particulière, entre bilan et bonnes résolutions, je souhaite que 2011 soit pour vous une belle année. Ce sont donc des vœux de bonne santé, de joies en famille et avec vos amis, de réussites et de réalisations que je vous adresse bien sincèrement.

Comment faut-il collectivement aborder cette année nouvelle ? J’ai relu mon post d’il y a un an. Ce n’est pas par paresse intellectuelle, mais je crois qu’il reste, un an après, pleinement d’actualité. Oui, il faut (toujours) garder le cap ! Face à la montagne de défis, conjoncturels et structurels, auxquels est confrontée la France, il faut poursuivre sur le chemin « de réalité » qui permettra d’y faire face. Et sur ce chemin, il y a des réformes à effectuer, des approches à modifier. Garder le cap, alors que cette période de sortie de crise reste très dure, tout particulièrement pour ceux qui sont privés d’emploi, cela ne veut pas dire que la France n’a pas progressé. Notre pays a avancé ses dernières années : des capacités d’innovation et d’entrepreneuriat ont été libérées et porteront demain leurs fruits en termes d’emploi, l’impôt imbécile qu’était la TP a été réformé, l’autonomie des universités fait son chemin, la retraite par répartition a été sauvée, il est plus possible qu’hier de parler « défense des intérêts de la France et de l’Europe »… Alors poursuivons notre ascension, le col n’est plus très loin….

Cette période est aussi l’heure des bilans. Non pas dans une logique comptable, mais pour en tirer des enseignements pour l’avenir. Pour ce qui est de mon engagement politique, et de mes deux mandats électoraux, j’ai envie d’évoquer deux sujets. Pour le 3e arrondissement, c’est la tristesse d’avoir assisté en 2010 au démantèlement de la Résidence pour personnes âgées Constant. J’y repensais ces jours, car chaque année, le repas de Noël de la Résidence était un moment fort de convivialité. Les locaux sont aujourd’hui vides ; une « friche sociale ». Ce dossier reste l’exemple d’une aberration politique. Pour ce qui est du Conseil régional, c’est le grand regret de voir se réaliser la « chronique d’un délitement annoncé » tant la majorité régionale est composite. Et pourtant, que d’atouts en Rhône-Alpes qui ne demandent qu’à être valorisés !

Je vous souhaite de bien débuter cette année. Pour ma part, j’espère pouvoir rendre visite aux sommets enneigés, pour faire le plein de grands espaces et d’oxygène. C’est une bonne entrée en matière « annuelle ». Car en 2011, il nous faudra voir loin et nous aurons besoin de beaucoup d’énergie ! Ce ne sera pas une année d’attente. Elle devra être, à la fois, une année de concrétisation et une année de préparation des futurs grands choix pour la France.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,

déc 04

PC040045

Rencontre avec les militants et sympathisants ce matin pour un point d’étape sur notre action d’élus du groupe municipal « Ensemble pour Lyon ». Après une réunion similaire la semaine dernière pour la rive droite et la presqu’île, la réunion de ce matin réunissait les 3e, 7e et 8 arrondissements. Au plan politique, cette rencontre a fait la démonstration que Nouveau Centre, Radicaux, MPF et UMP étaient bien décidés à poursuivre leur action commune au sein d’Ensemble pour Lyon.

Michel HAVARD, leader de notre groupe municipal, a dressé le bilan – conséquent – de notre action, en termes de réunions, prises de position et interventions. Il a évoqué les grands dossiers qui avaient jalonné ce début de mandat : l’Hôtel Dieu, le plan Piscines qui fait flop, l’affaire de la SACVL… Nora BERRA, Secrétaire d’Etat à la Santé, présente toute la matinée avant de retourner au Sénat à Paris, a fait le point sur l’action du nouveau Gouvernement. Elle a confirmé qu’elle suivra toujours de près les dossiers lyonnais, malgré son champ de responsabilités étendu. Elle est d’ailleurs repartie avec une « liste de courses » !

La plus grande partie de la réunion a été consacrée aux échanges avec le public. Premier dossier sur lequel nous avons été interpellés : celui de la grève des cantines, pour savoir si la situation était maintenant réglée. L’occasion pour Michel HAVARD de souligner d’une part que le manque de prise en compte des contraintes des Lyonnais qui travaillent continue d’imprimer sa marque à l’action de la municipalité de gauche. D’autre part, il a regretté que cette grève soit la conséquence d’un climat social très dégradé entre la Ville et ses agents, ce qui pousse plutôt au pessimisme pour la suite. Quant au surcoût pour les finances de la Ville qui résulte des mesures prises pour améliorer les moyens de surveillance des enfants, un participant a opportunément rappelé les millions d’euros perdus par la Ville dans l’opération hasardeuse de vente de l’îlot Grolée. 

Plusieurs participants ont aussi déploré que l’aménagement du futur Parc Sergent Blandan soit en panne (je corrige en “traîne en longueur”), et que le projet de passerelle permettant d’accéder au futur parc depuis le 8e (promesse de campagne PS) soit abandonné. Côté 3e, Nora BERRA est revenue sur le dossier de la Résidence pour personnes âgées Constant, que nous avons suivi ensemble, pour rappeler que ce dossier avait été géré avec beaucoup de légèreté par la Municipalité PS, à la fois pour la question du devenir de la RPA et pour celle du lancement d’un EHPAD.

Bref une belle réunion d’échanges pour faire un bilan et commencer à dessiner les perspectives. De prochains rendez-vous à suivre !

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , , , , , ,