Sep 08

Hier 7 septembre 2018, la Présidente du SYTRAL et le Président de la Métropole de Lyon ont organisé une visite de presse promotionnelle pour évoquer notamment le développement du réseau de tram et de la capacité des rames de tram. A cette occasion, j’ai diffusé le communiqué suivant pour que ce soit aussi l’occasion de faire le bilan des horaires d’été des TCL.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Transports en commun à Lyon : l’augmentation future des capacités, c’est bien…

L’utilisation optimale des capacités présentes, ce serait bien aussi

 

 Aujourd’hui 7 septembre, parmi les opérations de promotion de rentrée, le SYTRAL et la Métropole organisent une visite de chantiers pour évoquer notamment les projets d’augmentation des capacités de transport du tramway. Souhaitons que ce soit aussi l’occasion de tirer, enfin, les leçons d’un service estival clairement sous-dimensionné.

Si le SYTRAL et la Métropole veulent progresser dans l’offre de transports en commun à Lyon, outre l’examen de nouvelles lignes et de nouvelles rames de plus grande capacité, il faudrait effectivement aussi réaliser un bilan de la desserte estivale en transports en commun.

Tout d’abord, il faut noter que du fait des nombreux travaux cet été, certains secteurs de la ville ont subi une importante perte de qualité de leur desserte. Dans le secteur Lafayette-Baraban-Bellecombe, mais aussi à Confluence, il fallait beaucoup d’investigations et de persévérance pour savoir où passaient les bus chaque jour.

Mais de façon plus structurelle, on ne peut que faire le constat, encore cette année, que la forte réduction des fréquences de desserte avec les « horaires d’été », y compris sur les lignes de métro et de trams, a été la cause de beaucoup d’inconfort pour les usagers : temps d’attente élevés, correspondances peu fluides, rames bondées, dans des conditions de grande chaleur…

Il est plus que temps de comprendre que Lyon n’est pas une sous-préfecture où le départ en vacances des scolaires fait chuter fortement la fréquentation des transports. Qui peut croire que les Lyonnais prennent deux mois de vacances ? Dans une métropole européenne, en juillet, mais aussi en août, il y a des personnes qui travaillent et qui aimeraient pouvoir le faire dans des conditions normales. Et puis chacun peut constater, et c’est une bonne chose, qu’il y a de plus en plus de touristes qui visitent notre ville. Ces derniers attendent aussi un bon niveau d’accessibilité pour leurs visites.

La fréquence estivale des dessertes dans notre métropole est d’autant plus un souci que cette dernière souffre toujours d’un manque de liaisons performantes entre ses grands pôles : Part-Dieu<>Hôtel de ville, Hôtel de ville<>Confluence, Part-Dieu<>Confluence.

Il faut enfin que nous puissions bénéficier d’une desserte en transport en communs digne d’une métropole, y compris en été.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , ,

Juil 03

Voici la vidéo de mon intervention lors du Conseil municipal de Lyon du 2 juillet 2018, à propos de la suppression des Lions du sport.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,

Juil 03

Innovation dans l’éclairage public à Montchat : oui mais n’oublions pas la tranquillité publique

Cadre de vie, Intervention en Conseil municipal, Montchat, Sécurité Commentaires fermés sur Innovation dans l’éclairage public à Montchat : oui mais n’oublions pas la tranquillité publique

Voici le texte de mon intervention, lors du Conseil municipal de Lyon du 2 juillet 2018.

“Monsieur le Maire,

Cette délibération vise à autoriser, pour un montant de 1,9 million d’euros, la mise en place d’un dispositif de pilotage de l’éclairage public sur le quartier de Montchat. Ce dispositif consiste, pour toutes les rues en dehors des grands axes, à graduer l’intensité lumineuse en 2e partie de soirée ou à allumer les lampadaires uniquement lors du passage d’une voiture, grâce à des détecteurs en début de rue.

Compte tenu de la finalité, qui est de faire des économies d’énergie, le groupe Les Républicains et apparentés aborde cette démarche favorablement.

Nous demandons toutefois à ce qu’elle soit bien étudiée, et mise en œuvre avec pragmatisme, en se gardant de se laisser aveugler par le culte de la technologie, comme nous avons pu le constater dans certaines interventions en conseil d’arrondissement.

S’il faut saisir cette opportunité de réduire la consommation électrique non nécessaire par l’éclairage public, il faut en effet prendre en compte la sécurité et la tranquillité publique des habitants.

Mon propos sera peut-être un peu technique mais la problématique n’est pas anecdotique.

Il se trouve qu’à Montchat, dans la plupart des rues concernées par le projet, il y a un éclairage unique, d’un côté de la rue, pour éclairer la chaussée et ses abords, dont le trottoir. Cela veut dire que si vous réduisez l’intensité lumineuse, ou si vous éteignez les lampadaires en l’absence de circulation, vous supprimez l’éclairage sur la chaussée mais aussi dans les abords (trottoirs, délaissés qui bordent la rue…).

Or il se trouve que des secteurs de Montchat, comme dans d’autres quartiers, souffrent de certains attroupements en soirée, qui occupent l’espace public et « pourrissent » la vie des riverains… il n’y a pas d’autres mots. Sans approche fine, votre dispositif risque ainsi de plonger dans le noir, des parties de l’espace public qui ne doivent pas l’être, surtout aux heures avancées de la nuit.

Il faut être d’autant plus vigilant à Montchat que je le rappelle, c’est un quartier dépourvu d’une présence policière permanente, du fait de votre choix politique assumé, alors même que ce quartier est très éloigné des postes de police municipale et nationale.

J’ai évoqué notre préoccupation en commission et on m’a répondu que tout est sous contrôle. Je préfère insister sur le sujet et vous lister tous les endroits où peuvent se produire les situations que j’évoquais : place de la Reconnaissance, rue Bonnand, rue Antoinette, rue Camille, rue de la Balme, secteur Trarieux/Eugénie, hauts de Montchat, débouché du cours Long sur la place Henri, parking nord du parc Bazin…

Nous sommes donc favorables à la recherche d’économie d’énergie par le pilotage de l’éclairage public, mais nous soulignons la nécessité de prendre en compte la dimension sécurité et tranquillité publique, en déployant le dispositif avec discernement, pour prendre en compte les zones à risque qui ne peuvent rester dans le noir.”

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , ,

Juin 02

Prévention de la délinquance : toujours en quête d’une stratégie efficace

Déplacements, Ecoles, Intervention en Conseil municipal, Sécurité, Société Commentaires fermés sur Prévention de la délinquance : toujours en quête d’une stratégie efficace

Voici la vidéo de mon intervention lors du Conseil municipal du 28 mai 2018, dans laquelle j’en appelle de nouveau à plus de volontarisme et de pertinence dans la lutte contre la délinquance. L’actualité nous en confirme tous les jours la nécessité.

écrit par Pierre BERAT

Mai 23

Chacun le ressent, les enjeux des élections européennes de 2019 sont d’importance. Il n’y a pas trop d’une année pour pouvoir aller au fond du débat. Et compte tenu de ces enjeux, il faut souhaiter que la campagne ne soit pas une caricature, qu’elle ne tombe pas dans le simplisme. Gardons-nous du basique “pour ou contre l’Europe”… mais gardons-nous aussi du slogan “Europe des Etats contre Europe fédérale”.

Car la réalité est plus complexe et c’est cette réalité de 2018, et celle des années qui viennent, à laquelle il faut répondre.

Je prends un exemple, celui de la lutte contre le terrorisme qui renvoie à la défense de nos valeurs et de notre projet de société. Chacun reconnaîtra après les drames que nous avons connus que ce n’est pas un sujet secondaire, qu’il en va des intérêts supérieurs du pays.

Les récents débats auxquels j’ai assisté m’ont confirmé que ce sujet ne peut s’aborder de façon simpliste.

D’abord, d’une façon ou d’une autre, la question se pose au niveau européen, que l’on s’interroge sur la liberté de circulation des personnes ou que l’on considère qu’on mène une lutte plus efficace à plusieurs que seul. J’ai entendu des experts expliquer comment, lors des récentes attaques terroristes, il y avait eu des insuffisances et des râtés dans la coopération européenne… des insuffisances et des râtés qui ne sont pas anecdotiques puisqu’ils se sont traduits par des actions de prévention qui n’ont pu être menées ou des arrestations qui ont été retardées.

Coopérer de façon opérationnelle, dans l’urgence qui s’impose sur ces dossiers, impose forcément une forme d’intégration. Rester bloqué sur l’Europe des Etats, sur ce type de problématique, c’est forcément un gage d’inefficacité. Comment espérer une réaction appropriée à une menace si à chaque fois il faut mettre en branle une machine inter-étatique entre les Etats concernés ?

Niveau supérieur de la problématique : si on vise une intégration opérationnelle en matière de lutte contre le terrorisme, encore faut-il que nous ayons une vision commune de cette menace, un ordre commun des priorités. Il y a donc une feuille de route de niveau politique à établir… ce qui est l’une des illustrations de l’impossibilité de voir la Turquie intégrer l’Union européenne.

La vraie question, c’est donc plutôt quels sont les domaines, les sujets, pour lesquels il y a un intérêt pour les peuples d’Europe à mettre en place des dispositifs intégrés ? La question, c’est de se centrer sur ce qui apporte une valeur ajoutée aux peuples d’Europe. Ainsi, apparaissent plus clairement les domaines pour lesquels une délégation de souveraineté est opportune… et en même temps, cela met en lumière les éléments actuels d’intégration qui ne se révèlent pas utiles compte tenu des besoins des Européens et de la diversité des situations.

Ce qui est vrai pour la lutte contre le terrorisme, l’est pour d’autres sujets : la défense des intérêts européens stratégiques dans le monde, le leadership à gagner dans les grandes percées technologiques, la promotion et la défense de nos intérêts commerciaux… Sur ce dernier sujet, alors que se déroulent sous nos yeux les grandes manœuvres américaines et chinoises, on voit bien que seule une Europe unie peut peser, mais que pour cela il faut qu’elle soit prête à s’imposer dans le bras de fer. Il faut donc là aussi une feuille de route “prête à l’emploi”. Sinon, il n’y a ni réactivité, ni efficacité. C’est bien ce que l’on constate ces derniers jours…

écrit par Pierre BERAT