Jan 06

COMMUNIQUE DE PRESSE

Bourse du travail : une fermeture qui interroge sur les priorités de la Ville de Lyon en matière d’investissements

 

La fermeture soudaine de la Bourse du travail interpelle tant il s’agit d’un équipement culturel majeur pour notre Ville. Si la sécurité impose effectivement de ne prendre aucun risque, cet événement confirme qu’une partie du patrimoine de la Ville de Lyon n’est pas suffisamment entretenue.

Comme de nombreux Lyonnais, je suis surpris d’apprendre la fermeture soudaine de la Bourse du travail pour des raisons de sécurité liées aux défaillances du système anti-incendie. La salle de spectacle de la Bourse du travail est en effet un équipement majeur et apprécié pour la vie culturelle et l’animation de notre cité. J’ai une pensée bien sûr pour les compagnies qui ont été contraintes de renoncer à une représentation et bien sûr à leur public, privé de leur spectacle dans une période festive.

Il faut néanmoins être clair et responsable. Si le système anti-incendie ne peut garantir la sécurité des spectacles, il est logique que cet arrêté de fermeture soit pris. En la matière, aucun risque ne peut être pris, l’actualité nous montre régulièrement ce à quoi peuvent aboutir les négligences.

Il demeure que cette fermeture soudaine, non anticipée, conforte le sentiment qu’une partie du patrimoine de la Ville de Lyon n’est pas maintenue comme elle le devrait. D’un côté, la Ville et la Métropole communiquent sur de nouveaux projets, sur des réalisations clinquantes, mais de l’autre, des équipements très importants (salles de spectacle, gymnases…) sont délaissés. Le dernier rapport « Développement durable » de la Ville de Lyon démontre d’ailleurs l’insuffisance des investissements quand on constate les mauvais résultats en matière d’efficacité énergétique, ce que nous avons souligné en Conseil municipal.

écrit par Pierre BERAT \\ tags:

Déc 27

Voici la vidéo de mon intervention lors du Conseil municipal du 17 décembre 2018 à propos du rapport d’activité de la Société Publique Locale d’aménagement Part-Dieu : l’occasion d’évoquer les éléments positifs et négatifs du projet Part-Dieu et de regretter que les élus décideurs se défaussent sur la SPL pour ce qui est de la concertation sur le projet.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , ,

Déc 27

Voici la vidéo de mon intervention lors du Conseil municipal du 17 décembre 2018 pour approuver l’engagement de la Ville de Lyon dans un projet financé par l’Union européenne pour développer la sécurisation des rassemblements sur l’espace public, dans le contexte de menace terroriste.

écrit par Pierre BERAT

Déc 09

Alors que la crise des « gilets jaunes » dure depuis maintenant plusieurs semaines, avec une tension croissante, l’idée d’un « Grenelle de la fiscalité » fait son chemin, le Gouvernement prenant enfin conscience de la profondeur du mécontentement. Mais un Grenelle de la fiscalité suffira-t-il ?

Le mouvement des gilets jaunes a pour origine (déclencheur) une forte augmentation programmée des taxes sur les carburants. Cette dernière, motivée officiellement par la transition énergétique, a été la taxation de trop, pour des Français qui voient leur pouvoir d’achat se réduire du fait des prélèvements fiscaux et sociaux et des autres dépenses contraintes.

Mais au-délà de ce ras-le bol fiscal, je pense que le malaise national est beaucoup plus profond. Il y a d’abord un clivage entre la France rurale et le péri-urbain et la France des grandes villes. Il s’impose avec cette question du prix des carburants, vécue avec raison comme une injustice par des Français qui n’ont pas de solution alternative à la voiture pour leurs déplacements quotidiens. Il y a là un sujet d’aménagement du territoire, qui était déjà apparu au moment où le Gouvernement fermait des classes dans l’espace rural pour en dédoubler d’autres dans les quartiers « politique de la ville ». Cette équité territoriale s’impose dès lors que l’on considère que la vie et l’activité doivent pouvoir continuer dans tous nos territoires.

Et puis il y a aussi le profond malaise des classes dites moyennes, qui craignent un déclassement, doutent de l’ascenseur social et des perspectives pour leurs enfants. Il y a aussi le malaise des actifs dont le pouvoir d’achat est bloqué alors que les efforts sont croissants.

Alors effectivement, une réforme de la fiscalité, cohérente et globale, peut contribuer à rétablir certains équilibres. Mais cette réponse risque fort d’être incomplète ; parce que la malaise porte finalement sur un pacte national terriblement fragilisé et parce qu’à la base, il y a le problème d’une France qui vit au-dessus de ses moyens depuis trop longtemps. C’est bien d’un nouveau pacte national dont a besoin la France, pacte sur lequel une majorité de Français doit s’entendre. Et c’est bien là la difficulté de la sortie de crise, du fait de la diversité des revendications, des gilets jaunes et d’autres mouvements de protestation : d’un côté il y a des appels à retrouver certains équilibres et de l’autre, une volonté de poursuivre dans la fuite en avant, avec toujours plus de dépense publique, à la mode union de la gauche de 1981… Juste pour illustrer le problème, une question d’actualité dans ce mouvement social de décembre : une majorité de Français est-elle d’accord pour qu’une partie de nos impôts continue de servir à réduire le coût d’inscription dans l’enseignement supérieur des étudiants étrangers, dans une proportion beaucoup plus forte que dans des pays “concurrents” en matière d’enseignement supérieur ?

L’impasse dans laquelle nous nous trouvons n’est pas surprenante. Les élections nationales de 2017, présidentielle puis législatives, ont été tronquées pour diverses raisons. Leur résultat fut spectaculaire, un grand bouleversement, mais sans finalement que la population française se prononce sur ses choix pour l’avenir.

Tôt ou tard, il faudra bien que l’expression de ses choix puisse se faire. Mais sommes-nous encore capables dans ce pays d’avoir une campagne électorale synonyme de débat politique sur le fond ?

Un dernier souhait, que les élections européennes ne soient pas le cadre de cette clarification. La situation nationale est bien sûr liée aux orientations politiques définies par l’Union européenne. Mais il y a une part importante de responsabilité spécifique au Gouvernement de la France. Et par ailleurs, il y a d’autres enjeux qui se posent à l’Europe, notamment au plan géopolitique, dont on peut espérer qu’ils soient traités lors de la campagne européenne.

écrit par Pierre BERAT

Nov 24

La Ville de Lyon consacre 470 000 euros à une dotation d’animation locale qui est censée permettre aux arrondissements de soutenir financièrement les projets qui contribuent à la vie locale, à l’animation de nos quartiers, par exemple des projets associatifs ou issus des conseils de quartier.

Lors du Conseil d’arrondissement du 6 novembre j’ai posé la question de l’utilisation de cette dotation. Mon intervention :

“Juste une remarque sur la dotation d’animation locale. Je voudrais d’abord vous remercier, j’ai vu que vous avez répondu de façon très précise à ma question. Je vous en remercie. Simplement, dans votre réponse, vous dites que 38 % de la dotation d’animation locale servent à éditer notamment les actions de communication de la mairie, à éditer le journal d’arrondissement. Vous nous expliquez qu’il y a des contraintes budgétaires qui font qu’on a des moyens qui sont réduits, des budgets qui sont contraints. Je pense que la dotation d’animation locale s’appelle « dotation d’animation locale » et non pas « dotation d’animation et d’information locale ». On sait que les besoins dans les quartiers pour des actions d’animation, pour soutenir les initiatives des acteurs locaux, sont importants, que parfois, on leur répond qu’il n’y a pas de moyens pour soutenir les projets. Je m’étonne donc un peu que cette dotation d’animation locale serve, à hauteur de plus de 1/3, à financer le journal d’arrondissement. Vous allez me dire que vous diffusez de l’information utile à tout le monde. C’est d’abord de la communication politique, c’est d’abord le journal de la municipalité, avec un tout petit espace pour l’opposition. (…). C’est d’abord un support de communication politique et de soutien aux élus de la majorité. Je trouve que ce n’est pas normal qu’il soit financé par la dotation d’animation locale.”

écrit par Pierre BERAT \\ tags: ,