Sep 23

Alors que l’actualité lyonnaise est rythmée par des atteintes répétées à la tranquillité publique et des faits délictuels inacceptables, voici mon intervention lors du Conseil municipal du 23 septembre 2019 sur le sujet.

“Monsieur le Maire,

Notre Conseil municipal se prononce sur des subventions à des associations qui organisent des chantiers loisirs ou éducatifs dans le cadre de la stratégie territoriale de sécurité et de prévention de la délinquance.

Personne ne contestera ces chantiers de loisirs ou éducatifs qui aident des jeunes en difficulté à rester ou à revenir sur le bon chemin, en les inscrivant dans des projets collectifs qui travaillent le sens de l’effort, de la réalisation et de l’intérêt général.

Ce qui reste préoccupant par contre, c’est la modestie de l’engagement municipal dans la prévention de la délinquance. 75 000 euros sur l’année, soit 9 % du coût de l’expérimentation florale temporaire de la rue du Président Herriot ! On rappellera aussi l’information du dernier rapport développement durable de la Ville : pas plus de 15 jeunes délinquants chaque année concernés par les modules mis en place par la Ville pour une réparation pénale. Et pourtant, chacun mesure combien les besoins en matière de traitement de la délinquance sont colossaux et en augmentation dans notre ville. Une grande partie des Lyonnais ne se reconnaissent pas dans le bilan de baisse de la délinquance que vous avez brossé en début de conseil.

Nous venons de débattre de la situation déplorable la nuit en presqu’île et des pressions qui sont exercées sur les habitants. Beaucoup de choses ont été dites et de ce fait je modifie l’intervention prévue pour aborder deux points de votre propos en début de conseil.

1) Sur les points noirs de la délinquance. Il ne faudrait pas que cette actualité dans le 2e arrondissement occulte le fait que cela fait de nombreuses années que des Lyonnais voient leur cadre de vie se dégrader, la peur s’installer parce que des attitudes délinquantes deviennent la norme. Dans votre intervention, outre la rue Herriot, vous avez cité le bas des pentes et la place Gabriel Péri. Il y a bien d’autres points chauds. Quelques exemples qui illustrent ces réalités : courses de scooter dans les squares et tours de quads en grillant les feux à Villette Paul Bert, braquages et vols à répétition dans les commerces et nouvelle pétition des habitants excédés aux Charmilles à Montchat, trafics, consommation d’alcool et nuisances sonores au square Saint Michel dans le 7e, des rues voire des secteurs entiers où la réglementation n’est pas respectée par des commerces en termes d’horaires d’ouverture, de vente d’alcools…

Concernant la place Gabriel Péri, j’ai constaté récemment la présence de la police municipale sur la place, au milieu de la foule, pour faire cesser les divers débordements et délits qui s’y produisent. Il faut saluer l’engagement de ces agents qui prennent ainsi le sujet à bras-le-corps. Mais les problèmes dépassent largement la place et ce qu’exprime le collectif Guill’en colère, c’est un retour du droit et de la tranquillité dans l’ensemble du quartier côtés 3e et 7e. Et je ne suis pas sûr que l’étude sociologique que vous annoncez sur le secteur soit la réponse la plus attendue.

2) Votre constat M. le Maire d’une montée de l’intolérance mutuelle et votre appel à la concorde.

L’affaire de l’intrusion dans des immeubles du 2e a fait avec justesse beaucoup de bruit. Mais il y a bien longtemps dans d’autres secteurs de la ville que les habitants se gardent bien de s’exposer pour ne pas subir de représailles. Un état de fait inacceptable pour notre République.

La multiplication des collectifs met en pleine lumière cette situation.

Quand des groupes spontanés ou des bandes organisées veulent faire régner leur loi, imposer leur système ou leurs non-valeurs, il n’y a pas d’intolérance mutuelle et ce n’est plus la concorde civique qui est nécessaire, c’est la restauration de l’ordre public qui est nécessaire, avec les réponses à la hauteur des troubles.

En conclusion, l’action de la ville ne peut se limiter à quelques lieux emblématiques ou à quelques actions « coup de poing ». C’est bien d’action à grande échelle et permanente dont la ville a besoin, une action puissance 10 dans tous les lieux qui le nécessitent… ce qui veut dire une volonté politique implacable et des moyens au niveau pour les missions de tranquillité publique, y compris en amont, dans la prévention.

Tout cela n’est pas un sujet de la présidentielle de 2022 comme l’analyse Emmanuel Macron. C’est un sujet d’hier qui s’aggrave et pour lequel il faut des réponses maintenant.”

Voir aussi le compte-rendu du Conseil du 3e de juin 2019 où j’ai interpelé la Maire du 3e sur l’augmentation de l’insécurité à Montchat (pages 21-23). Lire

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , ,

Sep 04

Mea Culpa

Carton rouge, Déplacements Commentaires fermés sur Mea Culpa

Il y a un an, au sortir de la période estivale, je dénonçais une desserte en transports en commun à Lyon en juillet-août indigne d’une métropole européenne. Mea culpa ! Ces propos étaient en effet décalés… tant la situation de cet été s’est avérée encore bien pire !!! Pour les malheureux travailleurs de juillet-août ou les touristes, la mobilité à Lyon cet été a été un calvaire.

Comme chaque année, il a déjà fallu faire face aux fréquences largement allégées, avec des délais de 7/10 minutes entre les dessertes, y compris sur les lignes fortes. Sur un voyage avec correspondances cela fait rapidement tourner l’horloge du déplacement…

Mais il a fallu compter aussi avec une multitude incroyable de chantiers qui a complètement désorganisé le réseau. Il y a bien sûr le cas de Confluence, redevenue une enclave le temps de cet été avec l’interruption des lignes de tram… une vraie galère pour beaucoup de monde compte tenu de l’importance qu’a pris le secteur en termes de pôle d’activité. Mais au-delà de ce point noir, les problèmes étaient partout, avec des interruptions de lignes et des modifications d’itinéraires systématiques. Franchement, les désagréments pour les personnes qui ont eu à se déplacer quotidiennement à Lyon pendant l’été ont été très importants, en termes de temps perdu, de mauvaises conditions de transport, de stress.

Alors bien sûr, les autorités responsables de cette situation vont évoquer la nécessité de faire des travaux et l’intérêt de les concentrer au maximum l’été, quand il y a moins de monde. Comme les élections approchent, il est vrai que la situation était particulièrement tendue cette année…

Deux opinions sur cette vision des choses.

Tout d’abord, comme je le disais déjà l’année dernière, il serait peut-être temps d’intégrer le fait que pour une grande métropole, un certain niveau d’activité continue pendant l’été. Les salariés ne bénéficient pas d’une “trêve” aussi longue que la trêve politique de deux mois. Quand on ajoute les températures de plus en plus chaudes, il serait peut-être opportun de ne plus systématiquement passer par pertes et profits les conditions de vie des travailleurs estivaux. Et puis il y a les touristes, de plus en plus nombreux à Lyon. Pense-t-on à l’image qu’ils ont de la ville face à un niveau aussi dégradé de la desserte en transports en commun ?

Ensuite, je m’interroge sur les mesures prises pour pallier les conséquences de certains travaux. Effectivement, dans certains cas, des solutions de substitution ont été mises en place, avec par exemple des bus relais ou de nouveaux arrêts provisoires. De toute évidence, ces mesures ont été définies à partir de normes techniques appliquées de façon systématique. Mais a-t-on pensé aux besoins des usagers, à la façon de réduire au mieux les nuisances liées au bouleversement du réseau du fait des travaux ? On peut en douter quand on voit par exemple la difficulté à récupérer le bus relais de Confluence à la sortie du métro Perrache ou bien encore la localisation de l’arrêt provisoire du C3 à Cordeliers, bien caché derrière l’Eglise Saint Bonaventure, lorsque la ligne a été coupée.

Bref, il y a une vraie remise en question à opérer sur la gestion des transports collectifs à Lyon pendant la période estivale.

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , ,

Juil 06

Voici le texte de mon intervention en Conseil municipal du 1er juillet 2019 à propos du soutien aux commerces du secteur Gambetta/Guillotière.

“Monsieur le Maire,

Avec cette délibération, vous nous proposez d’étendre à certains axes commerciaux du 3e et 7e arrondissements, fortement impactés par les manifestations du mouvement des Gilets jaunes, la mesure d’exonération exceptionnelle de la redevance d’occupation du domaine public votée par ce conseil en mai dernier pour les commerçants du 1er et du 2e arrondissement.

Cette mesure exceptionnelle est censée constituer une réponse aux difficultés économiques rencontrées par ces commerces du fait du mouvement social.

Ces difficultés économiques sont bien réelles du fait de la perte d’activité occasionnée par la perte de fréquentation commerciale les samedis, pendant un semestre, et notamment lors de la période clé des fêtes de fin d’année. Et cette perte directe de chiffre d’affaires se prolonge car beaucoup de personnes ont perdu l’habitude de fréquenter les commerces du centre-ville, une tendance encore renforcée par l’attentat de la rue Victor Hugo, la canicule et les restrictions de circulation. Les experts du cabinet PROCOS notent ainsi que « les consommateurs se sont détournés des centres-villes car ils craignaient d’être bloqués par des manifestations même si aucune n’était prévue ce jour-là ».

Alors oui il faut apporter une aide aux commerces dans cette période délicate, notamment aux petits commerces indépendants qui peuvent être très vulnérables.

Mais il me semble nécessaire de faire trois remarques.

La première, comme nous l’indiquions en mai dernier, c’est que cette exonération d’occupation du domaine public est une mesure bien limitée et qui plus est, peu équitable, puisque tous les commerces n’ont pas de terrasses sur la voirie. Un soutien plus fort et plus général serait possible avec, par exemple, comme vient de le faire la Ville de Valence, une exonération de la taxe locale sur la publicité extérieure.

2e remarque, il faut effectivement étendre le soutien au secteur Gambetta/Guillotière car il est souvent, bien trop souvent, impacté par les manifestations, avec les dégradations qui peuvent aller avec. Et on ne parle pas que des manifestations « gilets jaunes ». Il serait sans doute opportun d’intervenir auprès de la Préfecture pour que le cours Gambetta ne soit pas considérer comme le terrain systématique des manifestations ou l’arrière-cour des échauffourées à Bellecour.

3e remarque, les secteurs du 3e et du 7e arrondissement qui bordent le cours Gambetta ont aussi besoin d’un appui à la dynamisation commerciale. Il s’agit d’une porte vers le 3e arrondissement, il comporte de beaux cours et avenues avec des atouts pour en faire des axes de prestige. Mais force est de constater que la situation du tissu commercial s’est plutôt dégradée ces dernières années, sauf bien sûr pour le commerce illégal de la place Gabriel Péri et des rues attenantes, qui reste « une cour des miracles »…

Une action volontariste de la Ville est nécessaire pour dynamiser le tissu commercial, entretenir le cadre urbain, rétablir les règles du vivre ensemble et de l’activité commerciale normale, pour inciter à la fréquentation commerciale, faire venir les passants, les touristes, les consommateurs.

Je note que la Mairie du 3e arrondissement avait fait de la redynamisation du secteur Montebello/Mortier une priorité du mandat qui s’achève. Nous sommes loin du compte.

Alors notre groupe des élus Les Républicains et apparentés va voter cette exonération qui est un petit pas dans le bon sens. Mais il reste encore beaucoup à faire pour soutenir les commerces dans le secteur Gambetta/Guillotière.”

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,

Juin 16

COMMUNIQUE DE PRESSE

11 juin 2019

 

Ce mardi soir, la Mairie du 3e arrondissement a tenu une réunion publique pour appeler les habitants à la vigilance citoyenne face à la montée de l’insécurité et des atteintes à la tranquillité publique à Montchat. Aussi utile soit-elle, cette vigilance ne peut suffire et il faut que les autorités apportent elles-aussi sans attendre des réponses.

Ces derniers mois, la sécurité et la tranquillité publique à Montchat se sont fortement dégradées : braquage de commerce, voitures incendiées, cambriolages avec acharnement sur des commerces, dégradations sur véhicules parfois de façon purement gratuite, incivilités, lieux de trafic…

Il y a déjà plusieurs mois, j’avais écrit à la Maire du 3e en listant les faits dont j’avais connaissance. Je suis intervenu aussi sur ce sujet lors d’un récent Conseil d’arrondissement. Cette dégradation très préoccupante amène à se poser deux questions. Est-ce un effet du renforcement de la police de proximité sur le 8e arrondissement, provoquant un déplacement de la délinquance ? Est-ce que les caractéristiques de Montchat (nombreux secteurs pavillonnaires, éloignement du centre) sont bien prises en compte dans la stratégie de sécurité ?

Face à cette situation, la Mairie du 3e organise une réunion publique pour inciter habitants et commerçants à être plus vigilants. Si la sécurité est effectivement l’affaire de tous, j’en appelle néanmoins aux autorités pour qu’elles apportent enfin elles-mêmes des réponses structurelles face à cette situation inacceptable qui pèse sur les Montchatois :

  • Les caractéristiques du quartier nécessitent une présence de proximité permanente des forces de police. Cela pose de nouveau la question de l’absence de poste de police dans le 3e Est (60 000 habitants sans poste de police nationale ou municipale), alors que Lyon dispose d’une Police municipale les plus importantes de France.
  • Compte tenu de la nature des actes délinquants, la vidéoprotection ne serait-elle pas utile dans certains secteurs ?
  • Par ailleurs, est-il bien opportun dans ce contexte de mettre en place sur le quartier un éclairage public uniquement par détection ?

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , ,

Juin 05

La dernière élection européenne est pour moi une déception. Une fois encore, ce scrutin,  pourtant essentiel pour notre avenir, n’a pas traité en profondeur le sujet européen. D’abord parce que l’élection a été orientée vers un match “progressistes/populistes” sans plus de contenu. Ensuite, parce que les débats sont trop restés sur des slogans, des postures, de grandes idées… Dès l’automne, le nouveau Parlement européen aura à se prononcer sur des textes importants, concrets… La campagne ayant été ce qu’elle a été, je vois mal comment les nouveaux élus pourront aller chercher dans cette élection le mandat pour se prononcer sur la plupart des sujets soumis au vote…

Le choc ensuite, avec le score réalisé par la liste LR et ses alliés. Quand le Parti populaire espagnol réalise un score de 17 % aux dernières législatives, c’est un grave échec. Quand les conservateurs britanniques font 9 % aux européennes, c’est un tremblement de terre. Alors réaliser un score de 8,5 % quand on est dans l’opposition, c’est un échec terrible qui appelle un effort à la mesure pour se relever.

Car pour ma part, je crois que la droite et le centre ont encore une grande place à occuper sur l’échiquier politique français. Je crois que cette famille politique a encore des choses à dire aux Français. Et je crois que cette famille politique peut être porteuse d’un projet d’avenir.

Mais pour cela, il y a un colossal chantier de refondation à mener… et un certain nombre de conditions à remplir.

La première, c’est d’attirer de nouveau du monde au sein de notre Mouvement. Ces dernières années, suite aux précédentes difficultés politiques, le choix a été fait de reconstruire rapidement, d’organiser, d’encadrer… La reconstruction a certes été rapide mais elle s’est accompagnée d’une perte d’adhérents. Les orientations politiques ont été fixées elles-aussi rapidement, par un “corps politique restreint”. Cela a mené au décalage avec la population. Il faut donc faire revenir du monde au sein du Mouvement, quitte à trouver une organisation souple et agile pour cela pour s’adapter aux changements de notre temps. Un constat que je livre : pour les dernières élections, tous les partis politiques ont eu du mal à fournir les assesseurs chargés de tenir les bureaux de vote. Une tendance débutée depuis déjà pas mal d’années… Mais quand la Ville a fait un appel, elle a pu recruter sans problème de nombreuses personnes prêtes à un engagement citoyen.

Il faut ensuite travailler – oui travailler – à un projet politique pour la France qui réponde aux défis du temps et permette effectivement de fédérer tous les courants de la droite et du centre. Si nous nous focalisons sur le présent et l’avenir plutôt que sur le passé, cela devrait être plus facile. Et ces quelques engagements pour la France, conformes à nos valeurs et à nos convictions, couvrant tous les sujets de préoccupation des Français, il nous faudra les défendre avec constance d’ici 2022. Nous souffrons trop depuis de nombreuses années de positions variables et d’expressions dissonantes. Je soutiens à cet égard l’initiative du Président du Sénat Gérard Larcher, tendant à réunir le plus largement possible pour fixer une ligne et faire des propositions à partir des territoires. Et cela doit être de tous les territoires car la droite et le centre doivent aussi avoir une vision pour le monde urbain.

Il faut aussi un positionnement transparent consistant à reconnaître que nous soutenons celles des décisions gouvernementales qui réforment utilement le pays, mais tout en affirmant notre conviction que le pays a besoin d’un pôle fort de droite et du centre car nous savons que la majorité LREM est trop hétérogène et fragile pour assurer la dynamique dont le pays a besoin (cf. l’alerte récente du FMI sur le niveau d’endettement du pays).

Et pour que tout cela réussisse, il faut que le Mouvement soit dirigé par une personnalité qui s’engage à ne pas être candidat(e) à l’élection présidentielle. C’est à court terme la condition pour ouvrir, mener le travail de fond sur les idées et fédérer. Le choix du candidat qui portera le projet viendra plus tard.

écrit par Pierre BERAT