Juin 16

COMMUNIQUE DE PRESSE

11 juin 2019

 

Ce mardi soir, la Mairie du 3e arrondissement a tenu une réunion publique pour appeler les habitants à la vigilance citoyenne face à la montée de l’insécurité et des atteintes à la tranquillité publique à Montchat. Aussi utile soit-elle, cette vigilance ne peut suffire et il faut que les autorités apportent elles-aussi sans attendre des réponses.

Ces derniers mois, la sécurité et la tranquillité publique à Montchat se sont fortement dégradées : braquage de commerce, voitures incendiées, cambriolages avec acharnement sur des commerces, dégradations sur véhicules parfois de façon purement gratuite, incivilités, lieux de trafic…

Il y a déjà plusieurs mois, j’avais écrit à la Maire du 3e en listant les faits dont j’avais connaissance. Je suis intervenu aussi sur ce sujet lors d’un récent Conseil d’arrondissement. Cette dégradation très préoccupante amène à se poser deux questions. Est-ce un effet du renforcement de la police de proximité sur le 8e arrondissement, provoquant un déplacement de la délinquance ? Est-ce que les caractéristiques de Montchat (nombreux secteurs pavillonnaires, éloignement du centre) sont bien prises en compte dans la stratégie de sécurité ?

Face à cette situation, la Mairie du 3e organise une réunion publique pour inciter habitants et commerçants à être plus vigilants. Si la sécurité est effectivement l’affaire de tous, j’en appelle néanmoins aux autorités pour qu’elles apportent enfin elles-mêmes des réponses structurelles face à cette situation inacceptable qui pèse sur les Montchatois :

  • Les caractéristiques du quartier nécessitent une présence de proximité permanente des forces de police. Cela pose de nouveau la question de l’absence de poste de police dans le 3e Est (60 000 habitants sans poste de police nationale ou municipale), alors que Lyon dispose d’une Police municipale les plus importantes de France.
  • Compte tenu de la nature des actes délinquants, la vidéoprotection ne serait-elle pas utile dans certains secteurs ?
  • Par ailleurs, est-il bien opportun dans ce contexte de mettre en place sur le quartier un éclairage public uniquement par détection ?

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , ,

Juin 05

La dernière élection européenne est pour moi une déception. Une fois encore, ce scrutin,  pourtant essentiel pour notre avenir, n’a pas traité en profondeur le sujet européen. D’abord parce que l’élection a été orientée vers un match “progressistes/populistes” sans plus de contenu. Ensuite, parce que les débats sont trop restés sur des slogans, des postures, de grandes idées… Dès l’automne, le nouveau Parlement européen aura à se prononcer sur des textes importants, concrets… La campagne ayant été ce qu’elle a été, je vois mal comment les nouveaux élus pourront aller chercher dans cette élection le mandat pour se prononcer sur la plupart des sujets soumis au vote…

Le choc ensuite, avec le score réalisé par la liste LR et ses alliés. Quand le Parti populaire espagnol réalise un score de 17 % aux dernières législatives, c’est un grave échec. Quand les conservateurs britanniques font 9 % aux européennes, c’est un tremblement de terre. Alors réaliser un score de 8,5 % quand on est dans l’opposition, c’est un échec terrible qui appelle un effort à la mesure pour se relever.

Car pour ma part, je crois que la droite et le centre ont encore une grande place à occuper sur l’échiquier politique français. Je crois que cette famille politique a encore des choses à dire aux Français. Et je crois que cette famille politique peut être porteuse d’un projet d’avenir.

Mais pour cela, il y a un colossal chantier de refondation à mener… et un certain nombre de conditions à remplir.

La première, c’est d’attirer de nouveau du monde au sein de notre Mouvement. Ces dernières années, suite aux précédentes difficultés politiques, le choix a été fait de reconstruire rapidement, d’organiser, d’encadrer… La reconstruction a certes été rapide mais elle s’est accompagnée d’une perte d’adhérents. Les orientations politiques ont été fixées elles-aussi rapidement, par un “corps politique restreint”. Cela a mené au décalage avec la population. Il faut donc faire revenir du monde au sein du Mouvement, quitte à trouver une organisation souple et agile pour cela pour s’adapter aux changements de notre temps. Un constat que je livre : pour les dernières élections, tous les partis politiques ont eu du mal à fournir les assesseurs chargés de tenir les bureaux de vote. Une tendance débutée depuis déjà pas mal d’années… Mais quand la Ville a fait un appel, elle a pu recruter sans problème de nombreuses personnes prêtes à un engagement citoyen.

Il faut ensuite travailler – oui travailler – à un projet politique pour la France qui réponde aux défis du temps et permette effectivement de fédérer tous les courants de la droite et du centre. Si nous nous focalisons sur le présent et l’avenir plutôt que sur le passé, cela devrait être plus facile. Et ces quelques engagements pour la France, conformes à nos valeurs et à nos convictions, couvrant tous les sujets de préoccupation des Français, il nous faudra les défendre avec constance d’ici 2022. Nous souffrons trop depuis de nombreuses années de positions variables et d’expressions dissonantes. Je soutiens à cet égard l’initiative du Président du Sénat Gérard Larcher, tendant à réunir le plus largement possible pour fixer une ligne et faire des propositions à partir des territoires. Et cela doit être de tous les territoires car la droite et le centre doivent aussi avoir une vision pour le monde urbain.

Il faut aussi un positionnement transparent consistant à reconnaître que nous soutenons celles des décisions gouvernementales qui réforment utilement le pays, mais tout en affirmant notre conviction que le pays a besoin d’un pôle fort de droite et du centre car nous savons que la majorité LREM est trop hétérogène et fragile pour assurer la dynamique dont le pays a besoin (cf. l’alerte récente du FMI sur le niveau d’endettement du pays).

Et pour que tout cela réussisse, il faut que le Mouvement soit dirigé par une personnalité qui s’engage à ne pas être candidat(e) à l’élection présidentielle. C’est à court terme la condition pour ouvrir, mener le travail de fond sur les idées et fédérer. Le choix du candidat qui portera le projet viendra plus tard.

écrit par Pierre BERAT