Pierre Bérat

Conseiller municipal de Lyon 3e, Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes

Au fil de la campagne

Marché Augagneur 2010_4

Voilà déjà quelques semaines que je suis engagé dans cette campagne des élections régionales en tant que candidat. A quinze jours du scrutin, voici quelques constats que je tire de ma présence sur le terrain dans le 3e arrondissement et ailleurs.

Premier constat, comme pour les dernières campagnes, les candidats sont saisis par des collectifs, lobbies, groupes d’intérêt, et ils sont « sommés » de répondre à des questions plutôt pointues. Je dis « sommés » car ces questionnaires ou ces invitations à des débats, sont parfois très impératifs, menaçant d’apocalypse médiatique en cas de non réponse. Je constate que les sujets évoqués sont parfois très éloignés des compétences de la Région, et parfois que l’interrogation est largement téléguidée par certains mouvements politiques… Diversion, diversion… Pour ma part, j’entends plutôt me concentrer sur le débat relatif aux politiques que peut mener la collectivité « Région ».

Alors quels sont les sujets sur lesquels un candidat aux régionales est amené à discuter dans le cadre de cette campagne ?

Ce serait mentir que de dire que toutes les questions portent sur des compétences régionales. Pas une seule présence marché ou visite de commerce, sans que ne soit évoquée la question de la propreté. C’est le reflet d’une réalité et de l’échec de la politique du Grand Lyon en la matière. Souhaitons que le Vice-président en charge de cette question se saisisse enfin du problème après sa campagne régionale !

De façon générale, on constate que nos concitoyens ont beaucoup de difficultés pour se repérer dans les compétences des collectivités territoriales. Et ne parlons pas du mode de scrutin des régionales. Ce constat que chacun peut faire en faisant campagne devrait amener ceux qui sont vent debout contre la réforme des collectivités territoriales à réfléchir encore au sujet. Pour ma part, je suis encore plus convaincu que oui, il faut clarifier les compétences, pour que chacun sache bien « qui fait quoi avec quel impôt », et oui, un conseiller territorial, bien identifié sur un territoire déterminé, serait une très bonne chose pour susciter l’adhésion des citoyens.

Parmi les sujets de compétences régionales, j’ai noté les échanges suivants lors de mes rencontres :

  • La question de l’insertion professionnelle des jeunes : comment mieux orienter les jeunes vers des métiers d’avenir, pour assurer l’emploi ? C’est le souci de nombreux jeunes et parents. C’est la raison pour laquelle notre programme propose de renforcer l’information sur les filières porteuses, en manque de candidats, de rendre plus réactif le dispositif régional de formation et d’encourager l’apprentissage par une nouvelle aide financière.
  • La question du soutien aux entreprises : de nombreux commerçants et autres responsables de TPE que j’ai rencontrés font part des mois très difficiles qu’ils ont connus ou connaissent du fait de la crise. Souvent, ils posent la question, mais que fait pour moi la Région ? C’est pourtant la collectivité première en matière de soutien à l’économie. C’est pourquoi nous proposons de simplifier le dispositif d’aides en élargissant notamment les conditions pour bénéficier de garanties d’emprunt.
  • Comment conjuguer stratégie régionale de développement économique et réponse de proximité pour les entreprises qui ont besoin d’accompagnement, tout en assurant une équité entre toutes les entreprises ? Voilà une question, évoquée avec des artisans, qui constitue un vrai chantier à mener dans la perspective de la nouvelle organisation des collectivités territoriales.

Je note aussi que nombreux sont les électeurs qui sont sensibles à la nécessité de mieux maîtriser les dépenses des collectivités territoriales. Que cela plaise ou non à ceux qui se sont positionnés comme des contre-pouvoirs locaux, la pression fiscale locale est jugée excessive et la question est souvent posée de la pertinence de certaines dépenses.

Enfin un échange que j’ai trouvé significatif. Samedi sur le marché de Montchat, une dame m’expliquait qu’elle avait rencontré le candidat Thierry PHILIP, lequel en bon candidat PS, se veut le représentant patenté de la Solidarité. La dame lui dit « mais je ne vais pas pouvoir voter ». Le Maire de répondre : mais pourquoi cela ? “Mais parce que j’habite à la Résidence pour Personnes Agées Constant, vous savez la résidence que vous faites fermer !” Il semblerait que l’échange ait tourné court…

Précédent

Quel avenir pour le RAM Citrouille et Potiron ?

Suivant

Au fil de la campagne (II)

8 Comments

  1. sans souci

    En matière de formation, il faut créer des “noeuds” d’aiguillage qui permettront aux jeunes de se réorienter facilement. il faut revaloriser et rendre attractives des filières délaissées. Il faut créer un pendant d”ERASMUS” pour les apprentis.

  2. catelin

    – Cadre de vie, Environnement, Propreté se dégradent puisque les instances signalant ces faits sont complaisamment écoutées et leurs propos oubliés par les édiles municipaux actuels .
    – L’appentissage est une “vieille lune” dont on nous rebat les oreilles. Mais tant que les diplômes feront les choux gras soit de la réussite, soit de la “promotion canapé”, il restera lettre morte. Surtout que parfois son exercice est livré à l’arbitraire de chefs d’entreprise.
    – Les aides pour promouvoir, soutenir des entreprises “non parasitaires” seront toujours les bienvenus. Notre pays comprend 90% d’entreprises de -20 personnes, ce qui rend difficile leur pérennité sachant que leurs fonds propres et en reflet leur trésorerie sont étriqués. La participation à de gros marchés, l’exportation vers l’U.E. ou des pays tiers exigent aussi bien des moyens de négociation qu’une permanence dans l’action. Nos entreprises, dans leur grande majorité, réalisent leur chiffre avec des consommateurs et non des clients. Le consommateur est à “l’instinctif”, le client au “réflexif”.
    – Si l’action régionale mutaient ses investissements de “ronds points” en préoccupations de stratégie économique ce serait un bienfait pour tout le monde socio-économique. Mais surtout il y a trop de régions : vers les années 90/95 un rapport de la DATAR préconisait la création de 7 grandes régions françaises. Projet auquel modestement je souscrivais pour des raisons de développement économique équilibré, mais projet enterré par nos politiques et leurs féodalités.

  3. L'inventeur

    Pourquoi mentir monsieur Bérat, Mr Philip n’était pas sur le marché de Montchat samedi !
    A court d’arguments, il vous faut maintenant les inventer !

  4. Pierre BERAT

    @ Catelin, je ne crois pas que l’apprentissage soit une “vieille lune” : les choses progressent (cf le développement de l’apprentissage dans l’enseignement supérieur) même s’il faut accentuer l’effort, . Concernant le nombre des régions, je pense pour ma part que Rhône-Alpes a la bonne taille.

    @L’inventeur, vous constaterez que je n’ai pas dit que la rencontre avait eu lieu samedi dernier. La personne me parlait d’une rencontre il y a quelques jours, peut être le samedi précédent ou un autre jour. Mais vous me direz sûrement que Thierry Philip n’a pas mis les pieds au marché Montchat depuis 20 ans… Je comprends que cela vous gêne, puisque vous comptez sur l’omerta et l’oubli pour que ce dossier s’estompe. Pour ma part je vous dis, et je pèse mes mots, que ce dossier de fermeture de la résidence pour personnes agées Constant est une HONTE et que cela restera comme une tâche dans le bilan de ceux qui ont initié et mis en oeuvre ce projet. Pas besoin d’ergoter, il n’y a qu’à parler avec les personnes concernées et leurs proches. Même des élus de gauche le reconnaissent “off the record”. Et là nous ne sommes pas au niveau des arguments mais des faits.

  5. catelin

    Comme d’habitude j’ai un défaut, je pousse la caricature pour mieux resituer des problèmes. Il faut, oui et vous avez raison, continuer l’effort sur l’apprentissage. De la plomberie en passant par la couverture sans oublier l’orfèvrerie ou la charpente et la gastronomie. De bien beaux métiers souvent l’apanage des Compagnons du Tour de France.
    Seulement en France, être ouvrier prédestine mal pour des postes de direction, au moins de fabrication ou de production. En Allemagne l’un des Pdg de Mercédes était issu de la classe dite laborieuse.
    Pour les régions,oui Rhône-Alpes a une bonne taille, mais comme dans les affaires nous joignons Auvergne et la Région Est (Hte Saône, Doubs..). Cette perspective de réalisations nous projette sur la France. Et lorsque nous travaillons à l’import, nos correspondants apprécient cette emprise géographique.
    Le déséquilibre des régions actuelles est manifeste : à part Ile de France, Nord/Pas de Calais, Alsace, Paca et Rhône-Alpes les autres présentent des déficits intellectuels et productifs préjudiciables tant aux jeunes qu’aux actifs.
    Comme je le répète souvent, mieux vaux habiter les arrondissements chics de Paris, suivre des études à Jeanson de Sailly, Louis le Grand ou HenriIV voire l’Ecole Alsacienne pour bondir dans les Grandes Ecoles. Les lycées d’Issoudun, de Brioude où d’ailleurs vous préparent peu aux confortables postes de didirection générale.

  6. Effectivement on connait mal les compétences ds différentes “strates territoriales” et cela ajoute à la confusion surtout quand on entend que telle réalisation est financée à la fois par la commune, le département,la région et l’état : or de toutes façons l’argent vient des impôts payés par tous les imposables, les personnes les entreprises les commerçants. avec une répartition hasardeuse qui parfois n’a rien à voir avec les “compétences”.
    La formation et le soutien aux entreprises en insistant sur l’exportation OK
    Mais aussi il faut maitriser les dépenses et en face de chaque dépense mettre ce que l’on pense gagner pour le territoire concerné avec un contrôle; voter les dépenses c’est bien mais les contrôler et sanctionner leur éxécution par un vote c’est encore mieux
    Dans le Figaro d’aujourd’hui il ya quelques graphiques interessants ou l’onvoit que la dotation de l’état augmentée d’autres recettes est environ la moitié du budget des régions et l’on entend à longueur de discours que l’état ne fait rien bizarre !!!!
    Il y a beaucoup de travail à faire

  7. JJ Bois

    Je constate que ça chauffe aussi sur le 3eme…ne serait ce pas cette vieille canaille de Paul M. sur la photo avec toi….Salue le de ma part.
    Bon courage.

  8. Pierre BERAT

    Merci Jean-Jacques, ce sera fait !

Les commentaires sont fermés

2008 - 2019 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén