Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Cantines, la galère continue

Lors du Conseil d’arrondissement de jeudi soir, j’ai interrogé Thierry Philip sur la poursuite de la grève dans les cantines. Directement concerné, j’avais eu aussi dans la journée plusieurs témoignages de parents m’exprimant leur ras-le-bol face à la poursuite du mouvement, en cette rentrée. La situation devient vraiment critique pour les familles notamment lorsque les parents travaillent.

L’adjointe aux affaires scolaires a confirmé l’ampleur de la poursuite de la grève : 7 restaurants scolaires sur 15 sont toujours fermés dans le 3e, avec un préavis courant pour l’instant jusqu’au 9 novembre. Pour le reste, le Maire a expliqué que la négociation se poursuivait avec un syndicat et qu’il restait à espérer une issue prochaine… Cette situation pose à mon avis plusieurs questions.

Tout d’abord celle du conflit social lui-même. De toute évidence, les choses ont été bien mal gérées par la Ville. Les revendications ont tout d’abord été masquées par le mouvement d’opposition à la réforme des retraites. Ensuite la Ville a communiqué sur une fin de mouvement, alors que l’accord n’était pas signé avec tous les syndicats. En tant que parent, nous avons ainsi reçu un courrier annonçant un accord avec la CGT qui se révélait plutôt optimiste quant à la réouverture des cantines à la rentrée. La déception n’en a été que plus grande dans les écoles toujours concernées.

Sur le fond du dossier, et la question de la dégradation des conditions de travail des agents, la Ville met en avant la progression « imprévisible » du nombre d’enfants qui déjeunent à la cantine. Le problème est en fait bien dû en partie à un défaut d’anticipation des conséquences du développement urbain. Je cite le syndicat CFTC : « la Ville de Lyon avait bien connaissance de la croissance démographique sur son territoire, notamment par le nombre de nouveaux logements, et aurait pu en anticiper les conséquences ». Par ailleurs, si la hausse des inscriptions est aussi liée à la crise, qui modifierait les besoins, cela n’exonère pas pour autant la Ville de sa responsabilité. Bien au contraire, la mobilisation en cette période difficile est l’affaire de tous. Et les cantines sont un service fondamental rendu à la population. L’adaptation de ce service aux besoins doit être une priorité, alors qu’il y a tant d’actions de la Ville qui sont un peu en marge.

Enfin, il y a la question des mesures temporaires que la Ville pourrait prendre, pour soulager les parents, dans le contexte de poursuite de la grève. Là encore, c’est le grand flou. Le courrier adressé aux parents ouvre une fenêtre, « en envisageant si nécessaire des solutions d’accueil à partir du 8 novembre si la grève devait durer ». Nous y sommes. Quelles sont ces solutions d’accueil ? Après avoir posé trois fois la question, j’ai obtenu un indice de réponse du Maire du 3e : « on ne va bien sûr pas contribuer à casser la grève ». Avec un tel volontarisme, on peut toujours espérer une solution… Et pourtant, une solution temporaire d’accueil des enfants pendant le temps du repas n’aurait rien d’un « cassage » de grève. Qui peut penser que les parents se satisferaient dans la durée d’un tel service ? Ce serait simplement permettre à de nombreux Lyonnais de sortir de situations éprouvantes et ingérables.

Précédent

Illusions d’orientations

Suivant

7e République des blogs le 16 novembre

7 Comments

  1. magali

    Oui, c’est tout simplement une honte!! Les élus de la majorité comptent sur une solidarité entre les parents qui doivent tous jongler avec leurs contraintes professionnelles.
    On en arrive à etre épuisés et on finit par se demander si on ne va pas inscrire nos enfants dans le privé!!! Un comble pour une circonscription de gauche!!!
    Personnellement sage-femme et mon mari artisan taxi, nous avons des horaires professionnels difficiles et il serait maintenant temps de nous apporter des solutions concrètes plutot que de nous faire des promesses de gascon.

  2. Sylvie

    On constate encore une fois que la mairie ne fait rien pour les parents qui travaillent…

  3. Milan

    Les écoles privées n’ont rien à voir avec la couleur politique de la mairie d’arrondissement …..

  4. Pierre BERAT

    De retour du marché Gabillot ce matin, j’ai pris connaissance d’une nouvelle information, affichée sur le portail de Charial par les parents d’élèves. Il est ainsi précisé que vendredi en fin de journée, la Ville de Lyon a informé l’école qu’à partir de lundi serait mis en place un service d’accueil et de garde des enfants apportant un pique-nique. Mais devant le manque d’informations et de garanties concernant l’encadrement, l’école a préféré ne pas diffuser l’information aux parents. Dans le cahier de liaison de mes enfants il était par contre mentionné “pas d’accueil lundi, tous les enfants rentrent à la maison”. Difficile de déterminer si la Ville de Lyon fait preuve d’une grande hypocrisie, pour ne pas employer d’expression plus triviale, ou si c’est l’improvision totale. On peut ainsi comprendre les parents d’élèves qui expriment leur grande insatisfaction.

  5. Valérie

    Ecole CHARIAL : nous commes confrontés aux difficultés de la cantine depuis la rentrée, avec le retrait arbitairement d’un jour d’admission à la cantine depuis début octobre et depuis le 12/10 la grève tous les jours. Je rejoins Sylvie et Magalie, c’est une honte, nous sommes épuisés.. mon mari est en déplacement toute la semaine et je gère seule mes 3 enfants. Aucune communication en amont, nous découvrons sur la porte de la classe de notre fils de 4 ans la poursuite de la grève pratiquement au jour le jour, cette fois ci report jusqu’au 12/11 et pourquoi pas jusqu’à la fin de l’année …
    “La solution du sandwich avalé à la va -vite sous le préau ” initée par la mairie vendredi soir pour ce lundi n’est pas une solution ! nous rentons dans la période hivernale, est il normal que nos enfants doivent se contenter d’un repas froid … Je pratique la cantine “à la maison” avec 3 autres familles, ce qui nous permet de devoir nous absenter de nos travails respectifs 1 fois par semaine (merci à nos entreprises citoyennes qui comprennent pour le moment nos difficultés) c’est certain la mairie nous prend en otages et nous devons nous débrouiller .. à quand une vraie réforme … pour nous dans tous les cas c’est décidé : notre fils quittera le service public, dès la rentrée prochaine !

  6. Guyot/ Mogu

    Il est à croire que l’histoire des cantines ne mets pas à l’aise la mairie du 3ème, si l’on en croit , le compte rendu du Progrés sur le dernier conseil d’arrondissement, pas plus d’ailleurs que le sort des Roms de la rue Paul Bert que Monsieur Philip a comparé à une patate chaude dont tout le monde veut se séparer
    Il y a ce jour, une réunion publique sur le réaménagement de la rue Garibaldi, est-ce que tout est déja décidé par Monsieur Collomb, ou y-a-t-il encore des possibilés de se faire entendre. Ceux qui ne peuvent assister à cet événement comptent sur votre appréciation. Merci d’avance.

  7. Pierre BERAT

    Monsieur Guyot, j’ai assisté à une partie de la réunion Garibaldi. Je compte en parler prochainement. Bien à vous

Les commentaires sont fermés

2008 - 2020 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén