Pierre Bérat

Conseiller municipal de Lyon 3e, Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes

Catégorie : Cadre de vie Page 1 of 20

Nos propositions pour LYON EST

COMMUNIQUE DE PRESSE : Rivalité Collomb – Kimelfeld : jusqu’où ira le ridicule ? 24/02/2020

Par un communiqué de ce jour, David Kimelfeld et Georges Képénékian appellent Gérard Collomb à reporter à l’après-élection la décision sur la demande de permis de construire pour le projet d’aménagement sur le terrain de la clinique Trarieux à Lyon 3e. Si j’approuve cette demande qui rejoint la position que je porte depuis des mois, je ne peux qu’exprimer ma consternation puisque l’équipe Kimelfeld s’est opposée à toutes les initiatives pour revoir cet aménagement. Il y a des limites à l’hypocrisie, même en période électorale !
Bien sûr qu’il est souhaitable de revoir ce projet. Je le dis depuis 2013, dès la première modification du PLU qui a permis le projet de constructions sur le terrain de l’ancienne clinique Trarieux. Il faut effectivement éviter une trop forte densification prévue sur le site et il faut éviter de détruire des parcelles de ce magnifique écrin de verdure pour y implanter des immeubles en plots. Alors que chacun se préoccupe du réchauffement climatique et de la qualité de l’air, il est effectivement aberrant qu’un projet vienne ainsi réduire l’un des derniers espaces de nature de notre ville.
Néanmoins, Messieurs Kimelfeld et Képénékian sont bien mal placés pour se présenter aujourd’hui, dans cette campagne électorale, comme les protecteurs de cet espace : 

Ils ont pleinement soutenu le projet de Gérard Collomb de modification du PLU en 2013 qui a commencé à permettre une élévation des hauteurs constructibles sur ce terrain qui est au cœur d’une zone pavillonnaire. 

Ils ont pleinement soutenu la nouvelle disposition du PLU-H récemment adopté permettant de construire des immeubles en plots dans le parc de la clinique. Malgré toutes mes demandes en Conseil du 3e arrondissement, la Maire du 3e Catherine Panassier, aujourd’hui n°2 sur les listes de David Kimelfeld et Georges Képénékian, a toujours refusé de porter le message tenant à éviter de construire de nouveaux immeubles dans le parc. Elle a plusieurs fois souligné la qualité du projet porté par le promoteur. 

Monsieur le Faou, Vice-Président chargé de l’urbanisme à la Métropole et autre candidat des listes Kimelfeld pour les prochaines élections, a rejeté l’été dernier le recours gracieux sur les dispositions du projet de PLU-H applicables au site Trarieux.
Alors quel crédit porter à ces déclarations du jour ? Soit Messieurs Kimelfeld et Képénékian trompent leur monde pour tenter de mieux revenir après les élections avec le projet qu’ils soutiennent depuis le début, soit ils se sont égarés toutes ces années en ayant, par leur vote sur les règles d’urbanisme, engagé le quartier de Montchat dans une mauvaise direction, mais alors qu’ils le disent clairement !
Quoi qu’il en soit, il est consternant de voir à quel point la rivalité entre les équipes Collomb et Kimelfeld/Képénékian est préoccupante pour la bonne marche de notre ville.

Un projet dont il faut tirer des leçons

Il y a une semaine se tenait opportunément, en pleine campagne électorale, l’inauguration de la zone 30 km/h de Montchat ! Moment surprenant quand on a entendu Mme Panassier, Maire du 3e, dire qu’elle ne pouvait pas assister à certaines réunions de CIL pour cause de campagne… mais qu’elle inaugure dans le même temps des projets…

Il y a beaucoup à dire sur ce projet de zone 30 km/h. La première, c’est qu’en tant qu’usager de tous les modes de déplacement dans notre ville (à pieds, en transports en commun, en voiture, en vélo’v…) je souscris à l’idée de favoriser le partage de la voirie entre les modes et d’apaiser les circulations. Les zones 30 km/h sont ainsi une solution quand elles sont claires et cohérentes.

Maintenant le projet réalisé à Montchat appelle deux remarques.

La 1ère remarque, c’est que de toute évidence il y a eu un déficit de concertation sur ce projet. Le résultat est là. Certains contre-sens cyclables ne sont pas adaptés, voire dangereux. L’écoute des cyclistes du quartier aurait permis de montrer que des itinéraires auraient du être privilégiés. Par ailleurs, la consultation des habitants aurait permis d’éviter des erreurs grossières comme ces bordures de séparation en milieu de chaussée qui ne permettent plus les girations à partir des rues perpendiculaires… et qui sont la cause d’accidents comme on le voit sur cette photo…

2e remarque : on peut s’interroger sur la gestion des priorités par la Métropole et la Ville. Le budget de ce projet a été conséquent même s’il est difficile d’avoir une réponse précise : la Maire du 3e a répondu à ma question en conseil du 3e en disant que le coût avait été de 640 000 € alors qu’un article du Progrès parle de 1,3 M euros… Quoi qu’il en soit, je m’interroge sur un tel montant alors que dans le même temps, des points noirs en termes de sécurisation sont en attente de traitement. Je l’évoquais il y a quelques semaines, après l’accident dramatique survenu au carrefour Lacassagne/Félix Faure.

En conclusion, il me semble clair qu’on ne peut plus conduire un projet d’une telle ampleur avec ces méthodes. La Métropole ne peut pas aménager nos quartiers sans échange avec la population et les associations locales. Il faut un “travail de dentelle” avec les usagers… et la Mairie d’arrondissement doit jouer son rôle, et pas qu’au moment de l’inauguration.

Echo de campagne

La situation étant ce qu’elle est, la Métropole doit apporter sa contribution à la lutte contre l’insécurité et les atteintes à la tranquillité publique. Et ce concrètement dans nos quartiers de Lyon Est !

Difficile de suivre

Ces derniers mois, j’ai été surpris de constater que la Maire du 3e arrondissement, Catherine Panassier, fuyait les occasions de débat et d’explication des décisions prises. Ainsi, cet été, la promesse faite aux habitants d’une réunion pour leur présenter l’opération immobilière d’aménagement du site de la clinique Trarieux à Montchat n’était pas tenue, au motif que la campagne électorale avait démarré… Plus récemment, j’ai fait le constat d’une absence d’élus de la « majorité » à deux assemblées générales importantes de comités d’intérêt local : à Montchat avec le sujet de la zone 30 km/h en cours de déploiement à l’ordre du jour (seul l’élu écologiste Dominique Hitz était présent), puis à Villette-Paul Bert, où un point détaillé était fait sur les aménagements du projet Part-Dieu (seule l’élue écologiste Françoise Chevallier était présente). Dans les deux cas, on avait laissé entendre aux organisateurs que la « période de réserve » des élections de mars permettait difficilement une participation aux réunions de CIL…

Pour tout dire, je trouve assez inconvenant l’utilisation de cet argument pour éviter l’échange avec les habitants. La loi dispose qu’avant les élections, les élus ne peuvent mobiliser les moyens de la collectivité territoriale à l’appui de leur candidature ou pour promouvoir leurs réalisations. Je ne crois pas que d’assister à une assemblée générale d’une association indépendante entre dans ce cadre. La loi n’a bien sûr pas prévu que l’action des élus s’arrête 6 mois avant le scrutin… et il est bien dans la mission d’un Maire de répondre aux questions des habitants. Je dois dire que c’est bien la 1ère fois que j’entends ces arguments pour expliquer l’absence à une AG de CIL.

Tout cela est d’autant plus étonnant que dans le même temps, la Maire du 3e n’hésite pas à porter et participer à une concertation sur l’aménagement du débouché Sud de la rue Moncey, avec l’idée d’une démolition totale ou partielle du CLIP à la clé… On parle ainsi d’un projet structurant avec une facture pouvant varier de 20 à 35 M.€, qui n’a fait l’objet d’aucune présentation ou débat en Conseil d’arrondissement !

Ainsi, pour cette opération qui met en musique ce qu’il faut bien appeler des promesses de campagne, on ne parle plus de période de réserve…

Page 1 of 20

2008 - 2020 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén