Pierre Bérat

Engagé pour une droite ouverte, européenne, qui ne se désintéresse pas des Métropoles. Elu régional et municipal de Lyon jusqu'en 2020/2021.

Catégorie : Cadre de vie Page 1 of 22

Extension de l’esplanade Mandela : les acquis et les questions

Le 3 mars dernier j’ai assisté à la réunion de concertation en visio-conférence sur le projet d’extension de l’esplanade Mandela. Il s’agit de compléter l’espace actuel en aménageant le terrain au Nord, entre l’avenue Félix-Faure et la rue Paul Bert. 1,2 hectare supplémentaire sera aménagé ce qui portera la totalité de l’espace à 4 hectares. On parle donc de la valorisation d’un espace clé pour le 3e, les quartiers Dauphiné, Villette-Paul Bert et Part-Dieu.

Je dois dire d’abord que cette réunion a été plutôt une réussite, avec beaucoup de participants, ce qui confirme ce caractère clé du site. Bien menée par la SPL Part-Dieu elle a permis certes d’entendre les objectifs des élus mais aussi de nombreux avis et questions d’habitants. La place aux échanges n’est pas toujours assurée dans ce type de réunion donc, quand c’est le cas, on peut le remarquer.

On déduit de la présentation qu’il y a déjà un certain nombre d’acquis : l’aménagement de nouveaux terrains va se traduire par d’importantes plantations d’arbres et le nouvel espace devrait comporter de l’eau. Je me félicite de ces orientations. Cela faisait partie de nos propositions lors de la campagne des élections métropolitaines.

Je suis aussi satisfait que la future extension comporte des équipements sportifs et pour les enfants. C’est l’un des enjeux du projet ; il faut que l’esplanade Mandela ne soit pas que l’un des espaces verts du quartier d’affaires Part-Dieu, mais qu’elle reste bien un espace de proximité destiné aux familles de Villette-Paul Bert, de Dauphiné et de la Buire.

Nous avons ensuite compris qu’il reste des précisions à apporter concernant ces équipements, ainsi que pour la vocation future de la zone sud-est de l’esplanade, celle qui est la plus proche des habitations.

Un élément nouveau est en revanche apparu lors de cette réunion avec l’annonce d’une place centrale, de part et d’autre de l’avenue Félix Faure ; une place qualifiée “d’espace capable” (?) ayant vocation à être un lieu d’événements.

Je dois dire que cette nouveauté m’interroge. Pourquoi envisager d’implanter un lieu ayant vocation à accueillir de nombreux visiteurs, avec des enfants, de part et d’autre de l’avenue Félix Faure? Cette avenue est un axe majeur de déplacement. Dès lors pourquoi faire passer un flux important de circulation au milieu d’une place (cf. la photo ci-dessous) ? C’est un peu comme si on envisageait de faire des animations au milieu de la place Charles Hernu à Charpennes, avec le cours Emile Zola qui passe au milieu… Ne pourrait-on pas implanter cet espace pour les événements en retrait de l’avenue Félix Faure, pour qu’il soit un lieu plus sûr ?

Cette proposition nouvelle m’amène une interrogation. N’est-ce-pas une nouvelle illustration de l’utilisation, par la nouvelle municipalité Verte, d’un aménagement pour mener sa politique systématique anti-voitures ? On a vu que certains couloirs cyclables “provisoires” avaient neutralisé une voie de circulation sur des axes peu “utiles” pour les cyclistes. On voit dans notre arrondissement le cas de la fermeture permanente de la rue de l’Harmonie, alors que cette décision n’améliore qu’en partie seulement la sécurisation des abords de l’école… Il ne faudrait pas que ce nouvel espace central de l’esplanade Mandela soit créé pour constituer un goulot d’étranglement sur l’avenue Félix-Faure. Les visiteurs de l’esplanade Mandela ne sont pas là pour mener un combat anti-voitures mais pour y passer un bon moment, en sécurité !

Il est encore temps de revenir à la raison

La nouvelle majorité Verte du 3e arrondissement persiste dans sa volonté de fermeture permanente de la rue de l’Harmonie. Ci-dessous la vidéo de ma prise de position suite à l’entrée en vigueur de la mesure : d’autres dispositions plus adaptées sont possibles pour sécuriser les abords des écoles Rebatel, il faut éviter de prendre une mesure aussi excessive et incohérente, motivée par une volonté d’affichage politique. Elle va gravement pénaliser des centaines d’habitants et va nuire à la qualité de vie du secteur. Je soutiens les habitants qui refusent cette fermeture permanente.

Pour rappel, la démarche que j’avais faite en novembre auprès de la Madame la Maire du 3e pour trouver d’autres solutions moins pénalisantes : ici.

Une priorité où il ne faut pas se perdre !

Le Maire de Lyon, comme la Maire du 3e, ont déclaré que la place Gabriel Péri serait un dossier prioritaire du mandat. On peut soutenir ce choix tant cette place a vu sa situation se dégrader depuis de nombreuses années en termes de sécurité, de non-respect des règles de la République, de propreté, de qualité de vie… J’ajouterais néanmoins deux points. Le premier, c’est que cette situation très dégradée ne se limite pas à cette place mais touche une zone à cheval sur le 3e et le 7e arrondissements qui a tendance à s’élargir. Le deuxième, c’est que ce quartier ne peut être le seul sujet traité avec la Part-Dieu au cours du mandat, car il y a d’autres besoins dans le 3e, vaste territoire de plus de 100 000 habitants.

Si je souscris à la dimension prioritaire, je m’inquiète en revanche des premières déclarations d’intention du Maire de Lyon. Pour solutionner les problèmes sur la place, Grégory Doucet en appelle à de grands projets urbains : le déplacement du tramway est envisagé et on reparle de la démolition du CLIP… Je crains que l’on se trompe de diagnostic. Les millions d’euros nécessaires à ces projets risquent bien de ne changer en rien une situation qui tient d’abord au fait que l’on a laissé s’installer des comportements ne respectant pas les règles de la République. Je rappelle que cet espace a déjà fait l’objet de plusieurs aménagements de voirie et des espaces publics, sans que cela change la situation. Quant au déplacement du tramway, je ne suis pas sûr qu’une place qui deviendrait plus enclavée, retrouve une meilleure qualité de vie… l’enclavement, c’est justement le reproche fait au CLIP vis-à-vis du quartier Moncey…

Au plan urbain, redonner du lustre à la place Gabriel Péri, c’est d’abord concevoir qu’elle est l’une des portes du 3e, à quelques centaines de mètres du centre de Lyon. Une porte qui ouvre sur deux beaux grands axes de la Ville (le cours Gambetta et le cours de la Liberté), qui devraient être plus valorisés comme éléments du centre-ville. Une porte qui ouvre aussi sur la rue Paul Bert, épine dorsale du 3e arrondissement.

Mais pour cela, encore faut-il que la place Gabriel Péri ne soit pas l’un de ces lieux de notre ville où les règles de notre République, et celles de la Ville, sont clairement bafouées. Au commencement d’un projet pour le secteur Gabriel Péri, il doit y avoir le rétablissement du respect de ces règles.

Et c’est là ma deuxième inquiétude quand j’entends Grégory Doucet dire, en parlant de cet espace, « que personne n’a envie d’habiter un quartier où la moitié des gens dans le rue sont des policier ». Message bien décalé et maladroit quand on connaît l’ampleur du terrain qui doit être regagné.

Car bien évidemment, il ne s’agit pas de nier la complexité des problèmes à régler et il faut rendre hommage aux forces de police, nationale et municipale, qui interviennent dans le secteur dans des conditions très dures. Pour s’en sortir il faudra être capable, dans la durée, de déployer des effectifs et tous les outils disponibles, de la prévention à la sanction. C’est bien dans cet esprit que j’avais réussi à obtenir il y a quelques mois l’extension de la vidéoverbalisation dans la partie 3e du secteur (lire). Il s’agissait ainsi d’apporter un outil complémentaire, pour lutter contre les problèmes spécifiques de comportements dangereux sur la voirie et d’occupation de cette dernière, point d’appui à des nuisances nocturnes.

Parlons clairement : vouloir solutionner les problèmes de la place Gabriel Péri par une politique de bisounours ne règlera rien… et coûtera beaucoup.

On en revient à une question de conception de la ville

A quoi ressemblera le site de l’ancienne clinique Trarieux dans quelques années ? Que sera devenu ce magnifique site arboré sur les hauteurs de Montchat, élément d’identité du secteur pavillonnaire de Montchat ? La question reste d’actualité.

La nouvelle équipe municipale dominée par Europe Ecologie Les Verts a annoncé être en pourparlers avec le promoteur immobilier pour faire évoluer son projet afin de mieux préserver les surfaces naturelles du site.

Il faut effectivement mener ces discussions. C’est ce que nous nous étions engagés à faire lors des élections métropolitaines et c’est donc ce que nous aurions aussi fait si nous avions emporté cette élection. A partir du moment où les règles d’urbanisme avaient été modifiées par l’ancienne majorité socialiste (avec l’approbation des élus EELV de l’époque…), dès 2013 puis avec une confirmation lors de la dernière révision du PLU-H, il n’y a pas vraiment d’autre issue à court terme pour corriger le tir. Cette volonté politique de bétonisation a été une grave erreur contre laquelle je me suis battu. Au plan du droit de l’urbanisme, le « lait a été renversé » depuis 2013. On dit qu’il ne sert à rien de pleurer sur le lait renversé… mais néanmoins, avec une bonne prise de conscience de chacun, il est encore possible de limiter les dégâts et j’espère que ces pourparlers y parviendront.

A propos de cette prise de conscience, je veux saluer l’action de l’association d’habitants « J’Aime Montchat » qui a largement contribué à démontrer l’importance de préserver ce site d’exception, par son action constante, constructive et innovante. Une fois de plus, ce dossier a montré l’importance de la mobilisation des habitants, en parallèle des débats dans les assemblées politiques.

Si je partage cette initiative de la Ville de Lyon, en liaison avec la Métropole, de discuter avec le promoteur, j’ai néanmoins une crainte compte tenu des objectifs que la Ville s’est donnée dans ces échanges : préverser les espaces de nature de l’artificialisation et maintenir le nombre de logements prévus dans le cadre du projet d’urbanisation.

Je partage bien sûr le premier objectif. Le site est d’exception par l’ampleur et la qualité de ses espaces verts et des arbres qu’ils accueillent. Compte tenu de l’impératif du développement durable, avant de chercher à recréer des espaces verts, il semble assez logique de préserver ceux que l’on a encore ! Et pour avoir toutes les garanties, cette protection doit être de nouveau inscrite au PLU-H.

En revanche, je vois mal comment on peut préserver le site en maintenant un objectif de densification élevée, avec un grand nombre de logements. La majorité affiche son volontarisme en matière de construction de logements, pour faire face aux besoins prévus.

En la matière, on peut d’abord poser une question d’actualité. Est-ce que les effets de la crise sanitaire que nous avons sous les yeux n’amènent pas à ajuster un peu les prévisions en matière de poursuite de la métropolisation ? Est-on sûrs que le choc sanitaire que nous avons subi ne va pas modifier durablement la façon de travailler de beaucoup d’entre nous, ainsi que les aspirations en matière d’habitation ? N’est-ce pas une opportunité de certains rééquilibrages de l’occupation du territoire, avec une nouvelle chance pour les villes petites et moyennes de notre région ?

Mais au-delà de cette prospective globale, il y a aussi une question de conception de la ville, notamment des métropoles. Celles-ci doivent-elles se construire et se densifier de façon systématique et homogène ? Est-ce réellement un bon choix que de construire des villes où tous les quartiers se ressemblent, remplissant les mêmes fonctions urbaines ?

Le 6e arrondissement serait-il le même sans le Parc de la Tête d’or ? Berlin serait-elle la même sans le Tiergarten ? Marseille aurait-elle sa qualité de vie sans la Pointe rouge et les Goudes ? Et Lyon serait-elle la même si certains ne s’étaient pas levés pour s’opposer au projet de destruction du Vieux Lyon au nom d’une rationalisation de la ville ?

Pour ma part, je continue de croire que les métropoles doivent se développer en préservant leur diversité urbanistique, car cette diversité de l’habitat est un atout majeur, elle fait leur richesse au plan de la qualité de vie. La densification doit se faire de façon différenciée, en fonction des mutations urbaines (avec priorité aux sites industriels libérés du fait de relocalisations) et en fonction des infrastructures lourdes de transports en commun.

Pour le 3e et Montchat, c’est ce qui se joue en ce moment sur le site de la clinique Trarieux. Et compte tenu de sa spécificité, c’est même un enjeu pour Lyon.

Pour ma part, il est d’intérêt général que Montchat reste un quartier spécifique, avec une part importante de secteur pavillonnaire et une grande surface de nature.

Un peu court

J’ai lu avec attention dans le Progrès du jour les résolutions 2021 pour l’arrondissement de Madame la Maire du 3e. Je la rejoins pour souhaiter que nous puissions retrouver au plus vite une vie sociale sans les entraves de la crise sanitaire…

Pour le reste, on a bien compris que Moncey-Guillotière était une priorité. Effectivement, il y a urgence à agir pour rétablir le secteur. Mais le 3e est grand, avec 100 000 habitants, et il faut aussi une vision pour ses autres quartiers. D’autres quartiers où les attentes sont nombreuses : lutte contre la délinquance, meilleure maîtrise des espaces verts, partage de la voirie entre les modes de déplacement, lien social dans le contexte du Covid…

Ce manque de volonté d’agir est d’autant plus étonnant quand on lit le projet de créer de nouveaux conseils, de nouvelles structures de concertation. Pas sûr que la population attende des structures supplémentaires et un effet d’affichage. Il serait préférable déjà de prendre l’habitude de se concerter. Et ensuite, de se servir des structures qui existent. La Maire du 3e propose de créer un conseil consultatif économique d’arrondissement. Il est clair que d’être à l’écoute des entreprises, et notamment des artisans et commerçants, est une nécessité. Mais pourquoi créer un conseil supplémentaire alors que le CICA peut jouer ce rôle avec les associations de commerçants ? Encore faut-il le réunir comme le prévoit la loi… Et au-delà de l’écoute, il faut surtout être en appui des artisans et commerçants durement touchés par les conséquences de la crise sanitaire. Un appui concret ! A la Région, rien que lors de la dernière commission permanente du 30 décembre, nous avons voté un soutien financier pour pas moins de 10 projets d’investissement de commerces dans le 3e. Et pendant ce temps, la Ville de Lyon adresse les avis de paiement de la taxe sur les étalages extérieurs…

Page 1 of 22

2008 - 2021 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén