Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Catégorie : Devoir de mémoire

Chronique d’une semaine de rentrée

 

Cette fois ça y est, la rentrée est vraiment là, y compris au plan politique. La semaine a été rythmée par les rendez-vous habituels : réunion de groupe municipal, visites et rencontres sur le « terrain ». Mais c’est dans la tristesse que cette semaine avait débuté.

 
 Nous avons en effet appris la disparition de Monsieur TASSANI. Résistant, déporté, combattant de la liberté, il était le respecté Président de l’association des Rescapés de Montluc, prison où il avait été détenu avant d’être déporté. Chaque 24 août, il organisait la commémoration de la libération de Montluc par la résistance. Détenu dans cette prison, ayant subi la torture avant de partir en déportation, son témoignage lors de cette cérémonie avait une grande force. Il permettait de se souvenir qu’ici, au cœur du 3e, tant de femmes et d’hommes ont été victimes de la barbarie. Georges TASSANI s’était fait le devoir de transmettre cette histoire de la résistance et de la déportation, et pour cela, de conduire une action déterminée pour que la prison Montluc devienne un lieu de mémoire, projet qu’il a mené à terme (voir l’hommage rendu par Dominique PERBEN).

 

Rentrée politique donc cette semaine. Nous avons eu la première réunion du groupe municipal Ensemble pour Lyon pour préparer les conseils d’arrondissement ; l’occasion de féliciter Michel HAVARD pour la mission que vient de lui confier le Président de la République sur le « bilan carbone ». L’occasion aussi d’échanger avec notre Secrétaire d’Etat aux aînés Nora BERRA, toujours aussi conviviale et accessible. Elle nous a exposé ses thèmes de travail ministériel : la prévention de la grippe A, le plan Alzheimer, l’aide aux aidants, un futur débat national « seniors »… Notre discussion de groupe s’est terminée sur la question de la diversité des modes de garde «petite enfance ».Cette semaine fut aussi rythmée par des rencontres avec des concitoyens pour aborder divers sujets : la rentrée scolaire – en tant que parent et élu ! -, le fonctionnement des conseils de quartier, la prochaine mise en œuvre des contre sens cyclables, les aménagements de voirie rue « Saint Maximin ». Je constate que le chantier du skate parc Dauphiné a peu avancé cet été. Alors que dans le cadre du Plan de relance, les pouvoirs publics se démènent pour accélérer l’ouverture des chantiers, le projet de skate parc semble en marge de cette dynamique. La Mairie du 3e  est décidément peu performante sur ce dossier. Bizarre et surtout dommage pour les jeunes qui attendent d’utiliser l’équipement.

 

 

Le site du futur skate-parc le 4 septembre
Le site du futur skate-parc le 4 septembre

 

 

 

 

Pierre Bérat

 

 

 

 

 

 

 

 

Transmission de mémoire

Le devoir de mémoire a été au cœur de ce dernier week-end avec la traditionnelle cérémonie de commémoration du 8 mai 1945 à Montchat et l’inauguration du Parc Jacob Kaplan la veille. Deux manifestations qui m’évoquent aussi fortement l’impératif de la transmission de la mémoire.

 

Comme chaque fois que je le peux, j’ai assisté à l’attachante cérémonie de commémoration du 8 mai à Montchat. L’ambiance de village du quartier fait que les commémorations de Montchat sont particulièrement fortes, puisqu’elles traduisent l’hommage d’une communauté locale à ses membres disparus lors des derniers conflits mondiaux. Elles me rappellent les cérémonies auxquelles j’assistais enfant, au cours desquelles nous rendions hommage aux soldats disparus, en tant qu’écoliers, en ponctuant l’énoncé de leur nom par un « Mort pour la France ».

 

J’ai décidé cette année d’aller à cette cérémonie avec mes deux fils. Ils sont en âge de commencer à comprendre ce qu’une telle manifestation peut signifier. Je crois que cette transmission de mémoire est essentielle. Les enfants d’aujourd’hui ont peu ou pas connu leurs arrière-grand-parents qui ont pris part à la seconde guerre mondiale. Sans témoin direct, la perception de l’événement n’en est que plus difficile. D’où l’importance de veiller à leur faire connaître, à leur faire comprendre ce qu’ont été les guerres mondiales. Leur faire prendre conscience tout d’abord ce que cela signifie que de répondre à l’appel du pays pour le défendre ; que nombre de personnes ont pour cela sacrifié leur vie ; que nombre d’entre eux en ont subi des traumatismes physiques et psychologiques et que tous y ont perdu des années de jeunesse.

 

Il est aussi capital de leur faire comprendre ce que peut représenter le 8 mai 1945, en tant que victoire sur le nazisme et ses crimes ; leur révéler que la liberté d’aujourd’hui, nous la devons à ces soldats, Français de métropole et des territoires de l’outre-mer, des pays alliés, à ces héros de la résistance, qui chacun ont mené leur part du terrible combat qui a permis de recouvrer la liberté. C’est avec intérêt que j’ai pu voir qu’une telle cérémonie venait en résonance avec les enseignements de l’école.

 

La veille, nous vivions un autre moment fort dans l’arrondissement avec l’inauguration du Parc Jacob Kaplan. En donnant ce nom au parc de la Buire, la Ville rend hommage à un résistant français, qui fut décoré de la croix de guerre lors des deux guerres mondiales. Cet hommage comporte bien sûr une dimension particulière, puisque Jacob Kaplan a eu le courage de dénoncer publiquement dès 1940 la déportation des Juifs, puis les lois anti-juives adoptées par les autorités de Vichy, malgré les risques encore plus forts que pouvaient entraîner de tels actes de résistance pour un Français de confession juive, rabbin, pour lui-même et sa famille. Cet hommage nous rappelle ces heures sombres de notre histoire nationale. Là encore, il est de notre responsabilité de transmettre cette mémoire.

 

Pierre Bérat

Page 2 of 2

2008 - 2021 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén