Avr 08

Lors de l’Assemblée du 29 mars 2018 du Conseil régional je suis intervenu pour marquer le soutien du groupe Les Républicains, DVD et société civile au partenariat entre l’Etat et  le Conseil régional dans le cadre du Programme d’Investissement d’Avenir 3, au service de l’innovation et du développement économique, et donc de l’emploi.

“Le groupe LR-DVD et apparentés se félicite de la délibération que vous nous présentez aujourd’hui, Monsieur le premier Vice-Président, Madame, Monsieur les Vice-Présidents. Nous nous en félicitons car il incarne, une fois de plus, les principes d’action de la nouvelle Région : volontarisme politique, préparation de l’avenir et simplification.

Volontarisme politique : dès le lancement des fonds régionalisés du Programme d’Investissement d’Avenir 3, vous avez marqué ce volontarisme en décidant de mobiliser l’enveloppe maximum proposée. C’est une vraie décision puisqu’elle conduit la Région à affecter 29 millions d’euros, pour un programme global de 58 millions d’euros.

Je me souviens d’un temps pas si lointain, dans cette enceinte, où au moment du lancement du Grand Emprunt, et de sa déclinaison pour l’enseignement supérieur et la recherche, le “volontarisme” des décideurs se bornait souvent à des lettres de soutien aux acteurs répondant aux appels à projet.

Préparation de l’avenir : ces 58 millions qui vont être engagés d’ici 2021 vont en effet contribuer à la préparation de l’avenir. Il s’agit d’abord, conformément à l’orientation politique forte que vous avez donnée, et qui s’est concrétisée ces dernières années, de financer de l’investissement. C’est important pour conforter les capacités de notre région, c’est important aussi sur le principe, car ne l’oublions pas, le PIA national est financé par l’emprunt, il est important que ses réalisations produisent leurs bénéfices aussi pour l’avenir, demain et après-demain, y compris pour notre jeunesse.

Les thématiques retenues balisent clairement ce futur :

  • La consolidation de nos filières d’activité économique, en liaison avec les domaines stratégiques que nous avons définis,
  • La croissance de nos entreprises, pour développer notamment le nombre d’ETI et de PME en forte croissance, par le soutien à l’innovation,
  • Le soutien à la qualification et à l’adaptation des compétences de la population active de notre région.

Simplification enfin : je tiens à souligner cet aspect dans cette explication de vote car il ne s’agit pas uniquement de tuyauterie administrative. Comme vous le faites pour l’ensemble de nos politiques, vous avez veillé dans le mode de sélection des projets à faire au plus simple dans la démarche administrative et à faire au plus réactif dans le processus. Cela n’est pas seulement de la tuyauterie administrative : c’est une nécessité pour les entreprises qui répondront aux appels à projet et c’est un atout pour motiver les projets les plus ambitieux.”

écrit par Pierre BERAT \\ tags: ,

Mar 21

La Région en appui de l’enseignement supérieur

Economie, emploi, Enseignement supérieur/Recherche, Europe, Jeunesse, Région Commentaires fermés sur La Région en appui de l’enseignement supérieur

A l’occasion du Forum Rhône-Alpes, salon du recrutement des jeunes ingénieurs, j’ai eu l’occasion d’évoquer la vision de la Région sur le rôle de l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Voici la vidéo de cet entretien.

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: ,

Déc 05

Soutien de la Région à la filière micro-nanoélectronique

Economie, emploi, Enseignement supérieur/Recherche, Europe, Intervention Conseil régional Commentaires fermés sur Soutien de la Région à la filière micro-nanoélectronique

La vidéo de mon intervention lors de l’Assemblée plénière du Conseil régional du 30 novembre 2017, à propos du soutien de la Région à la filière micro-nanoélectronique.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: ,

Nov 20

Le conseil des affaires générales de l’Union européenne a décidé aujourd’hui que Paris accueillera l’Autorité Bancaire Européenne, puisque celle-ci doit quitter Londres du fait du Brexit.

C’est une bonne nouvelle pour la France, l’ABE constituant un atout de plus pour la place financière parisienne.

Ceci dit, avec ce résultat, on comprend mieux pourquoi les derniers gouvernements, à la fin du mandat Hollande et sous la présidence Macron, ont été aussi peu engagés dans la défense de la candidature française pour l’accueil de l’autre agence qui doit quitter Londres, l’Agence Européenne des Médicaments. Il s’agissait sans doute de jouer l’Autorité Bancaire Européenne plutôt que l’Agence Européenne des Médicaments.

Pourtant cela aurait aussi été une très bonne nouvelle pour la France d’accueillir l’Agence Européenne des Médicaments, tout particulièrement à Lyon où elle serait venue couronner le formidable potentiel de l’agglomération et de la région en matière de Santé. L’enjeu était d’importance : 900 fonctionnaires internationaux, 3 000 emplois indirects, 36 000 visites d’experts par an, une image de marque…

L’Union européenne a fait ce soir le choix de relocaliser l’Agence Européenne des Médicaments à Amsterdam. Milan était aussi très bien placée. Comme je l’évoquais lors du dernier Conseil municipal, cela démontre que c’était moins la proximité de Londres qui était importante que l’importance du pôle de Santé et la densité économique de la ville d’accueil. Pourtant, les Gouvernements Cazeneuve et Philippe/Macron avaient mis en avant la proximité géographique de Londres pour justifier le choix de Lille aux dépens de Lyon, pour porter la candidature française.

Dans ce contexte, il faut aussi s’interroger sur le fait que le Maire de Lyon, le Président de la Métropole de Lyon et l’ancien Maire de Lyon, devenu Ministre d’Etat, ne se soient pas plus mobilisés pour porter la candidature lyonnaise à l’accueil de l’Agence Européenne des Médicaments.

Le Maire de Lyon et le Président de la Métropole surfent régulièrement sur les palmarès qui positionnent notre Ville dans le peloton de tête des villes françaises. Mais plus que les palmarès dans la presse, ce que les Lyonnais voudraient, c’est une concrétisation du leadership.

Comment la candidature de Lyon, pôle de médecine complet de grande renommée, pôle de compétitivité en infectiologie de niveau mondial, avec un tissu économique dense en industries de santé, avec l’atout supplémentaire de son cadre de vie, a-t-elle pu ne pas être retenue par les derniers gouvernements pour porter la candidature française ? Les responsables de la Ville et de la Métropole se sont-ils mobilisés à la hauteur du défi de l’accueil d’une agence européenne, pour porter une candidature solide ? Ont-ils été freinés ?

Pour ne pas rater les futures opportunités, il faudra bien répondre à ces questions, puisqu’il faut apprendre de ses échecs. En tous cas, il semble difficile d’en rester à la gêne discrète à laquelle on assiste sur ce sujet.

La vidéo de mon intervention lors du Conseil municipal du 23 octobre via ce lien.

 

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,

Fév 13

Après plusieurs mois de travail en liaison avec ma commission, le schéma régional de l’enseignement supérieur et de la recherche préparé par le Vice-Président Yannick Neuder a été adopté à une large majorité lors de la session du 9 février 2017 du Conseil régional.

La Région fait le choix d’intervenir en matière d’enseignement supérieur et de recherche. Clairement, il s’agit de miser sur la connaissance, l’innovation et la formation des jeunes pour assurer leur insertion professionnelle. Ce schéma sera notre feuille de route pour cette politique pour les cinq prochaines années. Ci-dessous, la vidéo et le texte de mon intervention lors de l’adoption du schéma.


AP 9 février 2017 ● Intervention de Pierre… par elus_lr_dvd_sc

“Monsieur le Président,
Monsieur le vice-président Yannick NEUDER,
Chers collègues,

Trop longtemps, l’enseignement supérieur et la recherche ont été volontairement éloignés du monde de l’entreprise et de l’économie, le plus souvent pour des raisons purement idéologiques. Il est temps de rattraper le retard pris en la matière, pour répondre au mieux aux problématiques qui, aujourd’hui, se posent à nos universités, aux enseignants, aux chercheurs, et bien sûr aux étudiants.

La première problématique, et c’est celle qui est la priorité de notre majorité depuis le début du mandat, c’est l’emploi.

Si l’insertion professionnelle croît en fonction du niveau de diplômes des jeunes, nous savons que la situation des étudiants du supérieur n’est pas pour autant acceptable : échecs massifs dans les premiers cycles universitaires, débouchés professionnels ne correspondant pas aux projets des jeunes diplômés. La part des jeunes en emploi trois ans après leur diplôme de L3 ou M1 a baissé entre les générations 2004 et 2010. C’est un gâchis pour les étudiants concernés, c’est un gâchis pour leur famille, c’est un gâchis pour la société française. Cette situation nous ne pouvons pas l’accepter.

Avec ce schéma Monsieur le Président, Monsieur le Vice-Président, vous mettez clairement la priorité sur la réussite des étudiants :
– avec la mise en place de parcours de formation répondant aux besoins des acteurs économiques, qui permettront d’assurer des débouchés aux jeunes diplômés dans des secteurs pérennes, tout en offrant aux employeurs des compétences adaptées et reconnues ;
– avec l’augmentation du nombre d’apprentis dans le supérieur,
– avec les expérimentations intéressantes que nous allons mener en matière d’appui à la mobilité internationale pour les étudiants entrepreneurs ou les étudiants en fin de cursus. Auvergne-Rhône-Alpes est en pointe pour les moyens consacrés aux bourses de mobilité, elle l’est aussi pour faire en sorte que cette mobilité soit plus que jamais un atout pour l’insertion professionnelle.

Cette relation gagnant-gagnant avec le monde économique, le schéma la favorise aussi avec la coopération entre les entreprises et les acteurs académiques, notamment les laboratoires de recherche. Il y a en Auvergne-Rhône-Alpes une véritable excellence avec plus de 35 000 chercheurs. Ce doit être une ressource pour les acteurs économiques, y compris les PME. Cela d’autant plus que nous sommes, avec notre objectif de devenir la Silicon Valley européenne, dans une démarche de soutien spécifique à l’innovation, autour des priorités définies dans le SRDEII, en totale cohérence stratégique. (…)

Il y a une autre qualité dont nous tenons, Monsieur le Président, et Monsieur le vice-président, à vous féliciter. Il s’agit, via les contrats d’objectifs et de moyens, du soutien aux universités et grandes écoles de tous les territoires, y compris en dehors des sites majeurs que sont Lyon/Saint-Étienne, Grenoble-Alpes et Clermont-Ferrand. Les 15 sites universitaires de la Région, qui ont tous quelque chose à apporter, sont reconnus et seront soutenus. Un soutien bienvenu, sur une compétence choisie, après un quinquennat présidentiel qui n’a pas tenu ses promesses, sur le sujet de l’enseignement supérieur comme sur les autres.

Ce soutien, ce sont tous les 300 000 étudiants de notre belle et grande région qui vont en profiter pour leur qualité d’étude et leur qualité de vie. L’effort est là pour le logement, avec un objectif de doublement des constructions, de la santé, de la culture, du sport, de la prise en compte du handicap…

Plus de 180 Millions d’euros sur la durée du mandat, c’est le montant que la Région consacrera à l’enseignement supérieur.

Ce schéma a aussi l’avantage d’être souple. Ce n’est pas un carcan administratif mais bien une feuille de route stratégique. Dans le monde d’aujourd’hui, particulièrement en matière de connaissance, il faut savoir être agile. La souplesse, c’est utile.

La pertinence de ce schéma Monsieur le Président, Monsieur le Vice-Président, il faut le dire, c’est aussi le résultat d’une large concertation dans laquelle vous vous êtes investis : avec les acteurs académiques, avec les étudiants, avec les acteurs économiques, avec les agglomérations… Les auditions et les échanges dans le cadre de la commission ont rythmé les douze derniers mois.

Cette concertation, elle va se poursuivre tout au long du mandat avec une conférence régionale annuelle au plus haut niveau.

Pour toutes ces raisons, c’est avec enthousiasme, Monsieur le Président, Monsieur le vice-président, que le groupe Les Républicains, Divers droite et Société civile approuve le Schéma régional d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation.

Réussite des étudiants, grande région de la connaissance et de l’innovation, il est un élément clé de l’ambition que nous portons pour Auvergne-Rhône-Alpes.”

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,