Sep 23

Alors que l’actualité lyonnaise est rythmée par des atteintes répétées à la tranquillité publique et des faits délictuels inacceptables, voici mon intervention lors du Conseil municipal du 23 septembre 2019 sur le sujet.

“Monsieur le Maire,

Notre Conseil municipal se prononce sur des subventions à des associations qui organisent des chantiers loisirs ou éducatifs dans le cadre de la stratégie territoriale de sécurité et de prévention de la délinquance.

Personne ne contestera ces chantiers de loisirs ou éducatifs qui aident des jeunes en difficulté à rester ou à revenir sur le bon chemin, en les inscrivant dans des projets collectifs qui travaillent le sens de l’effort, de la réalisation et de l’intérêt général.

Ce qui reste préoccupant par contre, c’est la modestie de l’engagement municipal dans la prévention de la délinquance. 75 000 euros sur l’année, soit 9 % du coût de l’expérimentation florale temporaire de la rue du Président Herriot ! On rappellera aussi l’information du dernier rapport développement durable de la Ville : pas plus de 15 jeunes délinquants chaque année concernés par les modules mis en place par la Ville pour une réparation pénale. Et pourtant, chacun mesure combien les besoins en matière de traitement de la délinquance sont colossaux et en augmentation dans notre ville. Une grande partie des Lyonnais ne se reconnaissent pas dans le bilan de baisse de la délinquance que vous avez brossé en début de conseil.

Nous venons de débattre de la situation déplorable la nuit en presqu’île et des pressions qui sont exercées sur les habitants. Beaucoup de choses ont été dites et de ce fait je modifie l’intervention prévue pour aborder deux points de votre propos en début de conseil.

1) Sur les points noirs de la délinquance. Il ne faudrait pas que cette actualité dans le 2e arrondissement occulte le fait que cela fait de nombreuses années que des Lyonnais voient leur cadre de vie se dégrader, la peur s’installer parce que des attitudes délinquantes deviennent la norme. Dans votre intervention, outre la rue Herriot, vous avez cité le bas des pentes et la place Gabriel Péri. Il y a bien d’autres points chauds. Quelques exemples qui illustrent ces réalités : courses de scooter dans les squares et tours de quads en grillant les feux à Villette Paul Bert, braquages et vols à répétition dans les commerces et nouvelle pétition des habitants excédés aux Charmilles à Montchat, trafics, consommation d’alcool et nuisances sonores au square Saint Michel dans le 7e, des rues voire des secteurs entiers où la réglementation n’est pas respectée par des commerces en termes d’horaires d’ouverture, de vente d’alcools…

Concernant la place Gabriel Péri, j’ai constaté récemment la présence de la police municipale sur la place, au milieu de la foule, pour faire cesser les divers débordements et délits qui s’y produisent. Il faut saluer l’engagement de ces agents qui prennent ainsi le sujet à bras-le-corps. Mais les problèmes dépassent largement la place et ce qu’exprime le collectif Guill’en colère, c’est un retour du droit et de la tranquillité dans l’ensemble du quartier côtés 3e et 7e. Et je ne suis pas sûr que l’étude sociologique que vous annoncez sur le secteur soit la réponse la plus attendue.

2) Votre constat M. le Maire d’une montée de l’intolérance mutuelle et votre appel à la concorde.

L’affaire de l’intrusion dans des immeubles du 2e a fait avec justesse beaucoup de bruit. Mais il y a bien longtemps dans d’autres secteurs de la ville que les habitants se gardent bien de s’exposer pour ne pas subir de représailles. Un état de fait inacceptable pour notre République.

La multiplication des collectifs met en pleine lumière cette situation.

Quand des groupes spontanés ou des bandes organisées veulent faire régner leur loi, imposer leur système ou leurs non-valeurs, il n’y a pas d’intolérance mutuelle et ce n’est plus la concorde civique qui est nécessaire, c’est la restauration de l’ordre public qui est nécessaire, avec les réponses à la hauteur des troubles.

En conclusion, l’action de la ville ne peut se limiter à quelques lieux emblématiques ou à quelques actions « coup de poing ». C’est bien d’action à grande échelle et permanente dont la ville a besoin, une action puissance 10 dans tous les lieux qui le nécessitent… ce qui veut dire une volonté politique implacable et des moyens au niveau pour les missions de tranquillité publique, y compris en amont, dans la prévention.

Tout cela n’est pas un sujet de la présidentielle de 2022 comme l’analyse Emmanuel Macron. C’est un sujet d’hier qui s’aggrave et pour lequel il faut des réponses maintenant.”

Voir aussi le compte-rendu du Conseil du 3e de juin 2019 où j’ai interpelé la Maire du 3e sur l’augmentation de l’insécurité à Montchat (pages 21-23). Lire

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , ,

Déc 19

La Ville de Lyon était propriétaire d’un immeuble du quartier Moncey, rues Villeroy et Gutenberg, loué à l’association Islam Culture et Religion qui l’utilise comme salle de prière. La Ville a décidé de vendre ces locaux à l’association. Le groupe Les Républicains et apparentés s’est opposé à cette vente. Ci-dessous la vidéo et le texte de mon intervention, expliquant les raisons, lors du Conseil municipal du 16 décembre 2016. La vente a néanmoins été approuvée par la gauche.

<“Monsieur le Maire, mes cher(e)s collègues,
Le groupe des élus Les Républicains et apparentés n’est pas favorable à votre projet de cession des immeubles détenus par la Ville de Lyon au 14 rue Villeroy et 5 rue Gutenberg. Je vais vous en expliquer les raisons.
Tout d’abord, il nous semble souhaitable de pouvoir continuer à maîtriser pleinement l’usage qui est fait des locaux par l’association qui les loue. Nous nous souvenons qu’au cours de l’année 2015, il avait fallu rappeler à l’ordre l’association lorsque l’exercice du culte avait été constaté sur l’espace public, aux abords des locaux. En gardant la maîtrise des immeubles, la Ville de Lyon peut plus facilement veiller à ce que des prières de rue ne se produisent pas. Je note que la dénomination de l’association a changé. Ce n’est plus l’association Islam Culture et Religion mais l’association cultuelle Abou Bakr Essedik.
Dans le cadre de la location, cette association peut aménager les locaux conformément à ses usages. Elle doit veiller au respect des règles de sécurité et au respect de la laïcité sur l’espace public.

Deuxième argument, urbanistique celui-là, la Ville de Lyon doit garder la maîtrise de ces immeubles dans une perspective d’aménagement urbain. D’ailleurs, si la collectivité a fait l’acquisition de ces immeubles en 2001, ce n’est pas par hasard ou par donation. C’est bien parce qu’elle considérait qu’ils comptaient pour l’aménagement urbain du secteur. Et cet aménagement urbain n’est pas encore terminé. Ces immeubles se situent dans un secteur clé, charnière entre l’axe de prestige Liberté et le quartier Moncey, à côté de l’îlot constitué par un très bel immeuble bourgeois.

On peut enfin avoir deux interrogations sur ce rapport.
D’abord la question du prix de vente : 270 000 euros alors que l’évaluation directe des domaines était plutôt de 325 000 euros. Nous n’avons par ailleurs pas eu d’éléments montrant que ce prix est celui du marché dans le secteur. La mise en avant dans votre délibération de la clause « de retour à meilleure fortune », montre bien que ces immeubles peuvent présenter un intérêt. La Ville doit préserver les siens.

Je m’interroge aussi sur l’empressement dont semble faire preuve le Maire du 3e sur ce projet si j’en crois le courrier annexé à la délibération. J’espère que cet empressement n’a pas de rapport avec les élections de 2017 et qu’il ne s’agit pas de la concrétisation d’une promesse électorale avant les grands rendez-vous démocratiques de l’année prochaine.

Nous n’approuvons donc pas cette délibération. La Ville de Lyon doit garder la maîtrise de ce tènement, pour éviter des dérapages dans son utilisation et pour préserver les capacités d’aménagement urbain.”

écrit par Pierre BERAT \\ tags: ,

Juin 12

Oasis4Ces derniers jours, deux belles associations de notre arrondissement ont fêté leurs 30 ans ! Un bel âge pour ces deux associations remarquables du 3e arrondissement.

Le premier anniversaire a été celui de l’Oasis Sans Souci. Cette association propose de multiples activités de loisirs pour tous les âges, ainsi que du soutien scolaire. Chaque année, ses portes ouvertes permettent de mesurer la richesse de son offre. L’Oasis joue un rôle clé pour le quartier Sans Souci, où elle est le principal pôle d’animation, jouant un peu le rôle d’une MJC/centre social ; un équipement porté et animé par des bénévoles.

 

 

Oasis3

La soirée d’anniversaire a été l’occasion d’une célébration émouvante de la mémoire de Madame Forasté qui fut l’une des grandes présidentes de cette association.

C’est avec un grand plaisir que Dominique Nachury et moi-même  avons participé à cette belle soirée d’anniversaire.


Quelques jours plus tard, c’était ADOS, Association pour le Dialogue et l’Orientation Scolaire, qui fêtait ses 30 ans. Basée dans le 3e ouest, la mission première de cette association est d’accueillir les enfants et les jeunes, notamment pour les aider à réussir à l’école. Elle a été fondée par des Frères qui ont tenu à ce que cette mission soit remplie dans un contexte de laïcité. La présidente Claude Ulrich a rappelé les fondements de cette association qui joue un rôle clé de cohésion sociale dans les quartiers populaires du 3e Ouest.

Voilà donc deux belles trentenaires qui illustrent à merveille la contribution des associations au bien vivre ensemble… et l’importance de l’engagement des bénévoles pour les faire vivre dans la durée. Bon anniversaire et bravo !

ADOS

écrit par Pierre BERAT \\ tags: ,

Avr 03

Depuis l’élection municipale de mars 2014, Thierry Philip et son équipe ont passé beaucoup de temps à se répartir les postes puis à changer plusieurs fois cette répartition. Le Conseil d’arrondissement a ainsi pris une allure de “Tournez manège” ! 

Pendant ce temps, les sujets de préoccupation perdurent.

En matière de sécurité, si la mobilisation des habitants, relayée par notre opposition, a conduit la Mairie à enfin reconnaitre les problèmes (place Gabriel Péri, Villette…), les solutions durables sont toujours attendues. Par ailleurs, des problèmes perdurent, comme par exemple les dégradations sur véhicules à Montchat.

La densification urbaine se poursuit à marche forcée : les habitants de la Part-Dieu découvrent toujours les projets de tours à l’issue du MIPIM ou autres salons immobiliers et l’ambiance village de Montchat est de plus en plus menacée.

Pour nos déplacements, l’offre des lignes C3, C9 et C13 reste inadaptée.

Quant à l’autosatisfaction du Maire sur les nouveaux rythmes scolaires, elle est bien décalée par rapport à ce que vivent les parents et les équipes éducatives…

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , ,

Déc 22

PA020079Le Conseil du 3e arrondissement du vendredi 12 décembre a été riche, abordant plusieurs dossiers importants pour notre arrondissement. Voici les positions que vos élus UMP ont défendu lors de ce conseil.

Un intéressant CICA a permis d’entendre les témoignages argumentés des CIL Villette et Mutualité/Préfecture sur les problèmes de sécurité et les atteintes à la tranquillité publique dans le quartier Villette Paul Bert et sur les Berges du Rhône. Alors que le Maire PS du 3e, Thierry Philip, balance sur ces sujets entre autosatisfaction et tentative de minimisation des problèmes, j’ai confirmé les difficultés rencontrées, dont m’ont témoignées de nombreux habitants. J’ai rappelé mon intervention sur la lutte contre la délinquance lors du Conseil municipal d’octobre, qui pointait déjà la situation dans certains secteurs de Villette Paul Bert. La réponse de l’Adjoint à la sécurité Sécheresse s’était alors limitée a des sarcasmes, de l’autosatisfaction et des propos indignes, un comble quand on traite en assemblée de la question des incivilités… Sur cette question de la délinquance, j’ai rappelé en conseil d’arrondissement que la mise en place de la Métropole devait être l’occasion de mieux articuler l’action des médiateurs sociaux et de la Police municipale.

Le CICA a aussi été l’occasion de la présentation d’une intéressante enquête sur l’inconfort de la ligne C13 par le CIL Sans Souci Dauphiné. Force est de constater que la situation décrite correspond à la réalité : bus bondés car sous-dimensionnés, engorgement du fait de l’obligation de monter par l’avant, d’où des retards importants… Là encore, la “non-réponse” du SYTRAL, communiquée par l’adjoint en charge, n’est pas satisfaisante.

En conseil, nous avons délibéré sur les objectifs triennaux que va se fixer la Ville en matière de production de logements sociaux. Des objectifs “sur-volontaristes” qui vont au-delà de ce que la loi exige, la Ville de Lyon compensant notamment des déficits de production dans d’autres communes du Grand Lyon. Après avoir rappelé que nous sommes favorables à la production de logements sociaux, nous avons néanmoins fait valoir les points suivants qui nous ont amenés à nous abstenir sur la délibération proposée par la Ville :

  • le niveau à atteindre en matière de logements sociaux (25 % maintenant) doit maintenant s’apprécier au niveau du Grand Lyon, avec l’avènement de la Métropole,
  • nous n’avons pas obtenu la répartition des objectifs par arrondissement,
  • nous n’avons de ce fait pas de vision sur l’accompagnement par la Ville de ces nouveaux logements, en termes d’équipements et de services publics,
  • la politique de création forcenée de logement social en diffus en centre-ville coûte très cher. Alors que l’on ne cesse de nous rappeler que la dépense publique doit se réduire drastiquement, il faut se demander si l’on peut continuer à produire des logements à un tel coût alors que l’on pourrait en offrir plus ailleurs.

Nous avons approuvé le prolongement d’un an du programme FISAC dans le quartier Moncey, qui vise à aider la rénovation et la redynamisation commerciale. J’ai toutefois demandé à ce que les élus puissent se prononcer suite aux résultats de l’étude en cours qui doit faire des propositions sur une nouvelle identité commerciale du quartier. J’ai aussi rappelé que si l’on souhaite soutenir l’activité commerciale dans le secteur, il faudrait commencer par éviter de concentrer les manifestations et après-matchs à risque cours Gambetta : les commerces de cette importante artère ont encore subi des dégradations inacceptables lors d’une récente manifestation.

Nous devions aussi nous prononcer sur l’acquisition par la Ville de locaux dans le cadre de la réalisation du futur parc RVI. Nous nous sommes abstenus sur cette acquisition. Sylvie Pendarias en a expliqué les raisons. D’une part, le coût est très élevé pour la Ville. D’autre part, cette position est cohérente avec la vision urbanistique que nous avons développée pour ce jardin : nous voulions un parc s’ouvrant sur l’avenue Lacassagne alors que la Mairie du 3e a fait le choix d’un relatif enclavement de ce jardin, en confortant l’effet tunnel des constructions sur cette avenue. Or ces acquisitions se font pour créer une entrée du Parc sur le côté, rue Rochaix.

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , , , , ,