Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Catégorie : Non classé Page 1 of 6

Election métropolitaine : notre lettre aux habitants de Lyon Est

Voici la lettre que nous adressons aux électeurs de Lyon Est dans la perspective du 2e tour des élections à la Métropole de Lyon

Madame, Monsieur,

Le 28 juin prochain, vous déciderez de l’avenir de notre Ville et de notre Métropole. Candidats à l’élection métropolitaine pour Lyon-Est, nous tenions à nous adresser à vous personnellement.

L’histoire de Lyon est singulière : les femmes et hommes politiques locaux ont toujours su, au-delà des consignes des partis politiques parisiens, bâtir un modèle de développement fait d’échanges, de dialogues et de modération. C’est à ce modèle de gouvernance, unique en France, envié par de nombreuses villes, que notre territoire doit son attractivité.

Fidèles à cette tradition de notre Ville, nous faisons, une nouvelle fois, le choix de dépasser les vieux clivages pour saisir ce qui nous rassemble afin de porter un nouveau destin pour la Métropole de Lyon.

Nous voulons un territoire équilibré, au sein duquel la solidarité, l’économie et l’écologie ne s’opposent pas mais, au contraire, s’additionnent. Une Ville durable, où malgré la crise sanitaire, l’économie demeure solide et capable de financer les investissements pour faire face aux besoins des habitants. Une Métropole ambitieuse, qui sait créer des emplois et distribuer ses richesses pour toutes et pour tous. Une Ville plus sûre qui protège ses habitants.

Pour les quartiers de Sans Souci – Dauphiné, Villette – Paul Bert et Montchat, qui composent la circonscription Lyon-Est, nos priorités seront :

• Une nature plus présente dans la ville, en proposant des continuités vertes entre les parcs du 3e Est, une extension arborée de l’Esplanade Mandela, une ouverture du Parc Chambovet vers l’avenue Lacassagne avec la préservation de l’intégralité des espaces verts de la clinique Trarieux.

• Une antenne de proximité de la Métropole pour effectuer toutes les démarches en matière de solidarité (handicap, seniors, petite enfance) et l’expérimentation d’une navette pour faciliter le déplacement des seniors vers les centres de quartier.

• Dans le cadre d’une présence de proximité renforcée des forces de police et du développement de la vidéoprotection, une action volontariste pour favoriser la coopération entre les polices municipales dans les secteurs du 3e à la limite de Bron et Villeurbanne.

• Une politique en faveur des collégiens qui renforce le soutien scolaire, pour rattraper le retard de la période du confinement, avec une action déterminée contre le harcèlement scolaire.

• Une mobilité facilitée en transports en commun en réalisant l’extension du Tramway T6 vers Villeurbanne et en améliorant la desserte de Ferrandière-Maisons neuves et la liaison entre Montchat centre et Dauphiné-la Part Dieu.

• Un cadre de vie de qualité, respectueux de l’identité des quartiers, avec des secteurs commerçants dynamiques.
Après la crise sanitaire, nous voulons construire un monde post-COVID plus agile, plus proche des réalités des territoires. Il doit donner une priorité au local, à l’éducation pour remettre les valeurs de justice sociale, de responsabilité, de solidarité, de développement durable au cœur de notre société.
C’est ce modèle lyonnais de développement que nous voulons porter, ensemble, unis, par-delà nos différences d’hier. François-Noël BUFFET, en tant que Président de la Métropole de Lyon, saura ainsi continuer à œuvrer au développement de notre Métropole comme l’a fait Gérard COLLOMB : une Métropole qui rayonne, avec un urbanisme maîtrisé, des transports multiples et adaptés à chacun d’entre vous, une Métropole avec une économie en croissance, permettant la création d’emplois, avec le respect et le développement des zones vertes, avec une solidarité efficace (petite enfance, insertion, personnes âgées et/ou handicapées).
Le 28 juin c’est vous qui déciderez de l’avenir de Lyon et de la Métropole.
Vous pourrez choisir entre deux visions. D’un côté, une coalition Verts – France insoumise – Front de gauche, inexpérimentée, guidée par l’idéologie et les consignes parisiennes et dont la politique (logique de décroissance, écologie punitive) ne manquerait pas d’aggraver les conséquences de la crise économique et sociale et de faire perdre les atouts de notre territoire.

De l’autre, notre rassemblement local, riche de sa diversité et de ses compétences, fidèle aux valeurs lyonnaises d’ouverture et de dialogue, déterminé à assurer un développement équilibré de notre Métropole.

Résolument, ensemble, nous vous invitons à choisir Lyon et à voter le dimanche 28 juin pour nos listes « La Métropole, la force du rassemblement ».

Carole BURILLON, Conseillère métropolitaine Pierre BERAT, Conseiller municipal

Explications

Nous serons donc présents au 2e tour des élections municipale et métropolitaine dans le cadre d’une alliance entre nos listes de la « Droite et du Centre » et les listes « Un temps d’avance » de Gérard Collomb et Yann Cucherat. Pour la circonscription métropolitaine Lyon Est, cette liste fusionnée sera conduite par Carole Burillon et je serai 2e. Hélène Baronnier (3e), Fabien Vicente (6e) et Luis-Georges Quintelas (8e) seront aussi sur cette liste.

Quelques mots pour vous expliquer mon point de vue d’acteur alors que vous avez pu être surpris et que vous vous posez de légitimes questions.

Pour ce qui concerne les élections métropolitaines, en tant que tête de liste de la Droite et du Centre à Lyon Est, l’une des deux circonscriptions lyonnaises sur six où nous étions en position de nous maintenir au 2e tour, la question de cette alliance s’est posée directement et très concrètement.

Le plus facile aurait été de se présenter au 2e tour avec la même liste. D’abord parce que cela aurait été poursuivre la campagne avec les 9 candidats qui ont formé une très belle équipe pour le 1er tour ; cela évitait que certains d’entre eux ne soient plus candidats. Je tiens à remercier Anne-Marie Derozier, Virginie Reymond, Jacques Rolland, Brigitte Fontanez et Jean-Edouard Guillermard pour leur implication dans notre campagne. Plus facile aussi bien sûr car cela aurait été porter un projet inchangé, intégralement défini par notre famille politique.

Mais l’explication du choix de la fusion avec les listes « Un temps d’avance » est très simple.

Le contexte politique et les résultats du 1er tour montrent qu’il y a une réelle possibilité que les Verts, alliés au PS, au PCF et à l’extrême de gauche de France Insoumise l’emportent le 28 juin, à la Ville et à la Métropole.

Cette alliance Verte-Rouge a bien sûr le droit de défendre son projet et de vouloir exercer le pouvoir.

Mais on a aussi le droit de dire que l’on considère que ce projet mettrait en péril le développement de la ville et de notre métropole et qu’il faut absolument chercher à l’éviter. Nous voyons ce qu’a provoqué cette politique à Grenoble en quelques années.

C’est ce que je pense parce que cette coalition Verte-Rouge porte en étendard une écologie qui est d’abord une vision idéologique, avec des mesures punitives, pour jouer sur des symboles plutôt que de trouver des solutions systémiques. C’est ce que je pense parce que cette coalition est constamment tentée par des logiques de décroissance, qu’elle théorise, alors même que la crise économique profonde post-Covid que nous allons connaître exige au contraire de déployer toutes nos énergies. C’est ce que je pense parce que cette coalition est, par idéalisme, laxiste sur les questions de cohésion nationale, de sécurité, de justice. Notre société troublée a besoin de tout sauf de perte de repères encore plus profonde.

Notre alliance a pour vocation de rassembler sur un projet alternatif de développement pour notre territoire : un projet avec en son cœur le développement durable, comme vision vertueuse globale, car c’est une nécessité pour notre qualité de vie, celle de nos enfants, et pour l’équilibre de notre développement ; un projet qui crée les conditions du rebond économique pour sauver l’emploi ; un projet qui contribue à rétablir les équilibres dans notre société.

C’est une alliance pour Lyon et sa métropole, et non pas un accord d’appareils politiques, au niveau local ou national.

Cette alliance, nous avons cherché à la bâtir avec les forces politiques les plus proches de nous. Et si nous avons des divergences avec l’équipe de Gérard Collomb, si nous nous sommes opposés à certains de ses projets, force est de constater que ces dernières années, sur le fond, le clivage s’est plutôt réduit. Par ailleurs, sur ses listes du 1er tour, il y avait des forces politiques centristes, le MODEM et l’UDI, avec lesquelles nous travaillons déjà à la Région. Enfin, point important, Gérard Collomb a accepté de ne pas postuler à la présidence de la Métropole, ce qui était une condition posée. C’est un geste fort.

Enfin, sur Lyon Est, je constate que sur deux sujets que nous avons portés lors de la campagne, la liste de Gérard Collomb s’était rapprochée de nos positions dès avant le 1er tour. Sur la nécessité de mieux préserver le cadre de vie de nos quartiers, Gérard Collomb avait admis que l’on était sans doute aller trop loin en termes de densification. Et sur la problématique de la sécurité et de la tranquillité publique, sa liste nous avait rejoint dans la proposition de créer un poste de police de proximité pour le 3e Est.

Voilà donc quelle est la situation.

Nous allons avoir une campagne de 2e tour finalement très politique, avec deux visions très différentes proposées aux électeurs. Le projet que nous porterons ne sera pas totalement le même que celui que nous aurions défendu seuls, mais il est celui de la responsabilité et donc du rassemblement.

Maintenant, ce sera à chacun de se prononcer le 28 juin, en conscience, et ce choix sera d’importance. C’est bien le propre de la démocratie.

Bravo !

Dans notre 3e arrondissement, aux nombreux acteurs de la santé, avec notamment les Hôpitaux Edouard Herriot, Desgenette, clinique, dispensaire, tous les médecins généralistes et infirmières libérales, les pharmaciens, un grand merci et un hommage appuyé pour leur engagement remarquable dans cette lutte contre le Covid-19.

Et un grand merci également pour tous ceux (vendeurs et caissiers dans les commerces de nécessité, policiers, livreurs, postiers, éboueurs…) qui sont au quotidien en activité, au contact de la population, pour assurer les services clés de la Nation et la continuité de l’activité.

Elections métropolitaines : résultats du 1er tour

Le 1er tour vient juste de se dérouler et pourtant il paraît déjà très loin tant la crise du Coronavirus, avec l’entrée dans la nouvelle phase du confinement, marque nos esprits. Nous sommes maintenant pleinement entrés dans une période où cette épidémie est au cœur de nos préoccupations et où nous devons tout faire pour qu’elle cesse. Nos pensées vont vers les malades, leurs familles et bien sur les soignants, à l’engagement remarquable dans cette lutte contre la maladie.

J’écris néanmoins rapidement ce billet ce soir pour faire un point sur le 1er tour des élections, pour répondre à des questions qui m’ont été posées depuis dimanche.

Je veux d’abord remercier et saluer tous ceux qui ont permis le déroulement du scrutin dans ce contexte difficile : les fonctionnaires de la mairie et toutes les personnes qui ont démontré un fort engagement citoyen en tenant les bureaux de vote.

Pour ce qui est des résultats, il faut bien sûr constater le niveau élevé du vote pour les écologistes. Mais il faut aussi être pleinement conscients que compte tenu du niveau de l’abstention (six électeurs sur dix dans la circonscription Lyon Est !), notamment du fait des inquiétudes liées à la crise sanitaire, le résultat du 1er tour est une photo sans doute biaisée du corps électoral. Soyons prudents dans sa lecture.

Deuxième enseignement, au niveau de l’ensemble de la Métropole, si les Verts sont en tête (22,6 %) , François-Noël Buffet qui conduit notre liste de la Droite et du Centre est en 2e position (17,7 %) devant les listes de David Kimelfeld puis celles de Gérard Collomb. Notre liste est donc clairement l’alternative au basculement de la Métropole vers une alliance Verts-Gauche.

Pour la circonscription Lyon Est, dans le contexte particulier de la Ville de Lyon, l’ordre d’arrivée est le suivant : les Verts (28,8 %), liste Collomb (20,2 %), Liste Kimelfeld (14,7 %) et notre liste de la Droite et du Centre (12,9 %). Ces quatre listes sont les seules à pouvoir se maintenir au 2e tour.

Bien sûr, ce résultat est en-dessous de nos attentes mais comme je le disais en commençant, il est largement biaisé par l’abstention. Par ailleurs, nous soulignons notre qualification pour le 2e tour, puisque sur 6 circonscriptions lyonnaises, nos listes ne peuvent se maintenir que dans deux : la nôtre et Lyon Nord.

Tout reste donc possible pour le 2e tour, si la participation se rétablit. Vous savez que ce 2e tour a été, avec raison, repoussé, sans doute à la fin juin. La campagne reprendra dans quelques semaines, quand nous serons sortis du drame de la crise du Coronavirus.

Bon courage à tous.

Point presse “La rue des 4 vérités”

L’article paru dans le Progrès du jour suite à notre point presse : https://www.leprogres.fr/politique/2020/03/10/metropolitaines-les-4-verites-de-pierre-berat-(lr)

« La rue des quatre vérités » : et si on s’intéressait au concret ?

Dans cette élection métropolitaine pour la circonscription LYON EST, notre liste d’union de la Droite et du Centre « Pour une Métropole Juste » défend des orientations claires. Parmi celles-ci :

  • La préservation d’un cadre de vie de qualité et de l’âme des quartiers de Dauphiné/Sans Souci, Montchat et Villette/Paul Bert,
  • La proximité avec les habitants, notamment les plus fragiles, pour toutes les compétences de solidarité de la Métropole,
  • Une gestion plus réactive des services du quotidien pour une meilleure qualité de vie,
  • Et, compte tenu d’une situation dégradée en matière de délinquance, une Métropole qui contribue à la sécurité et à la lutte contre les incivilités, en appui des communes.

Sur ces sujets, la campagne électorale donne lieu à de beaux discours et à une multitude d’engagements. Le plus étonnant, c’est que les représentants de la majorité sortante, Gérard Collomb, David Kimelfeld ou les Verts, ne se privent pas de promettre des choses qu’ils n’ont pas faites depuis 2001, soit par négligence, soit par volonté politique.

Notre opération « Rue Professeur Florence : la rue des quatre vérités » vise à illustrer concrètement nos propositions et à mettre en évidence les manquements et les positionnements hypocrites des anciens alliés de la majorité sortante.

Proximité avec les habitants : nous pensons que les services de solidarité de la Métropole, relatifs aux seniors, au handicap, à la petite enfance… doivent être rendus en proximité, notamment pour les bénéficiaires les plus fragiles, rencontrant des difficultés pour se déplacer. C’est la raison pour laquelle nous proposons une nouvelle antenne de proximité des services de la Métropole à l’Est du 3e arrondissement.

Guy Corrazol, qui conduit la liste de David Kimelfeld pour LYON EST, propose aussi de créer une Maison de la Métropole à Dauphiné Sans Souci. Mais dans le cadre de la majorité sortante, ce sont eux qui ont décidé en novembre 2017 que la Maison de la Métropole de la rue du Professeur Florence ne serait plus de plein exercice, privant les quartiers de Montchat et Sans Souci de ce service de proximité.

Préservation du cadre de vie et de l’âme des quartiers : nous pensons que la densification systématique de la ville n’est pas compatible avec la qualité du cadre de vie et qu’elle conduit à la banalisation des quartiers, ce qui réduit l’attractivité de notre métropole. Il faut donc une approche plus sélective et qualitative de l’urbanisation des quartiers. Nous défendons cette position depuis une dizaine d’années.

Gérard Collomb, dans son discours de vœux 2020 à la Mairie du 3e, a reconnu qu’il y avait sans doute eu des excès en matière de densification à Montchat. Mais avec le nouveau PLU-H, adopté en 2019, il a voulu, comme son successeur David Kimelfeld, une modification des règles d’urbanisme permettant de poursuivre cette densification : outre le dossier de la clinique Trarieux, c’est aussi le cas pour la rue Professeur Florence (où les hauteurs constructibles passent de 7 à 13 m) et pour l’entrée de Montchat du 2 au 6 rue Ferdinand Buisson (de 10 à 13 m). Ainsi, ils ont organisé une nouvelle avancée de la ville haute sur Montchat.

Sécurité et lutte contre les incivilités :  compte tenu d’une situation dégradée, nous voulons une Métropole qui contribue à la sécurité et à la lutte contre les incivilités, en appui des communes notamment pour leurs opérations d’équipement. Depuis des années, nous dénonçons le fait que les 65 000 habitants de LYON EST soient laissés sans postes de police municipale ou nationale. Un poste de proximité, servant de base à des missions d’îlotage, doit être un investissement prioritaire.

La campagne électorale aidant, Carole Burillon, candidate de Monsieur Collomb vient de se dire favorable à une telle création. Mais depuis des années, la majorité de Gérard Collomb refuse ce projet. Mieux, le nouveau Maire Gérard Collomb en 2001 est revenu sur le projet de création d’un poste de police municipale rue Professeur Florence, alors qu’un local avait pourtant été acquis dans ce but !

Mobilité : pour réduire la pollution et le trafic automobile, nous sommes favorables aux mesures permettant d’inciter les usagers qui le peuvent à utiliser les transports en commun et les modes doux. Concernant la pratique du vélo, nous pensons qu’il faut en priorité sécuriser les grands itinéraires.

Pratiquement tous les candidats veulent le développement de la pratique du vélo. Mais force est de constater que cet objectif de sécurisation est délaissé : cf. l’état de la bande cyclable sur l’avenue Lacassagne à l’Est de la rue Professeur Florence.

Page 1 of 6

2008 - 2020 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén