Pierre Bérat

Conseiller municipal de Lyon 3e, Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes

Cela va mieux en le réaffirmant


Alors que le PS ressort et promeut via le Sénat son projet de donner le droit de vote aux élections locales aux étrangers non communautaires , avec des visées tactiques et politiciennes évidentes, un élément récent de l’actualité a été peu commenté : je veux parler de la remise au Ministre de l’intérieur par le Haut Conseil à l’Intégration du projet de Charte des Droits et Devoirs du citoyen français. Pourtant, ce texte, s’il réaffirme des évidences, s’avère lui particulièrement opportun.

Le PS a ainsi décidé de pousser de nouveau pour l’instauration du droit de vote aux étrangers. Si cette démarche politique correspond sans doute à des convictions « universalistes » d’une partie de ses troupes, chacun a bien compris que l’opération était d’abord purement tactique pour essayer de gonfler le vote FN, dans le but de battre la droite (un grand classique). Cela ne gêne pas ce parti d’avancer ce projet présenté comme « généreux » et marqué par « l’ouverture », alors que dans le même temps, l’un de ses leaders, qui postulait encore il y a peu pour la fonction présidentielle, tente de raviver l’anti-germanisme avec des mots scandaleux… Mais là encore, comme cela vient du PS, mouvement « dépositaire » des valeurs universelles, cela est sans doute admissible…

Je disais donc qu’au milieu de cette actualité très politique, le Haut Conseil à l’Intégration a remis au Gouvernement un projet de Charte des droits et devoirs du citoyen français. Les étrangers demandant à devenir Français devraient à l’avenir adhérer préalablement à cette charte qui rappelle les valeurs fondatrices de la France et les droits et devoirs attachés à cette citoyenneté.

Voici quelques passages fondamentaux de cette charte, qui ne font certes que renvoyer à notre Constitution ou à des textes de loi, mais qu’il est utile de réaffirmer, et pour lesquels il est effectivement utile de demander une adhésion claire au moment de la naturalisation :

  • « Devenir Français n’est pas une simple démarche administrative. (…) c’est une décision qui vous engage, et au-delà de vous, engage vos descendants. »
  • « C’est pour vous la volonté d’adopter ce pays qui vous a accueilli et qui va devenir le vôtre, adopter son histoire, ses principes et ses valeurs, …, accepter de contribuer à le défendre et devenir un acteur solidaire de son avenir. »
  • « loyauté que chacun doit à la République française ».
  • « vous ne pourrez plus vous réclamer d’une autre nationalité sur le territoire national ».
  • « L’emblème national est le drapeau tricolore».

A noter que le Sénateur UMP du Rhône, François-Noël BUFFET a participé aux travaux ayant abouti à cette charte.

Les positions sont ainsi claires sur notre échiquier politique national : d’un côté on affaiblit la citoyenneté en voulant dissocier le droit de vote de la nationalité, et de l’autre, on continue de défendre les fondamentaux sur cette citoyenneté.

Précédent

A n’y rien comprendre

Suivant

Dossiers montchatois

5 Comments

  1. sans souci

    Ce serait bien de prendre exemple sur le 1er Ministre australien.

  2. Dominique

    Cela est bien un minimum …et pourtant qui plus que moi devrait aimer les étrangers ?
    Cependant, une nation ne peut exister sans consensus social, sans adhésion à son contrat social. Le but d’un tel pacte ne doit nullement être perçu comme une contrainte mais au contraire comme une invitation au bien vivre ensemble et cela ne peut se faire sans abandonner certains principes ou préférences venus d’ailleurs. On choisit un pays parce qu’on aime ses valeurs et son peuple. Nombreux sont les français dont les ascendants étaient complètement ou partiellement étrangers même avec si certains présentent aujourd’hui des patronymes très français. Aussi ne peut-on pas se permettre de se plaindre d’être victime de stigmatisation quand on prône le droit à la différence. L’assimilation est certes mieux que l’intégration car l’essentiel est d’aller ensemble vers une unification qui évite le communautarisme. Ainsi présenté, les choses sont claires, on dit aimer la France mais il faut le prouver par respect pour ses valeurs, pour son peuple et aussi pour tous ceux qui sont tomber pour elle. Les avantages sociaux ne doivent pas être le premier critère dans le choix d’une nation. Ma grand-mère parlait de son Espagne natale avec beaucoup de nostalgie mais quand on l’interrogeait sur sa préférence, elle répondait sans hésitation, fière d’être naturalisée : “mon pays, c’est la France” et …..cependant, mère de huit enfants, elle n’a jamais encaissé d’aides sociales ….Ses garçons ont fait la guerre d’Algérie aux couleurs de la France, gravement blessé pour l’un d’eux et les plus jeunes le service militaire comme mon père dans une Allemagne en reconstruction, prêts à défendre leur nation. Cela n’a rien d’extraordinaire car c’est tellement normal ! A quel titre ferions-nous des exceptions aujourd’hui si ce n’est par hypocrisie et cela ne deviendrait-il pas une injustice sociale pour le coup ? Restons cohérents.

  3. edmee

    Je suis d’accord avec ce qu’à écrit sans souci, à savoir une lettre qui est passé dans tous les medias australiens via la télé (mon petit neveu travaille en Australie dans un consulat pour être exact) ou la ministre remettait les pendules à l’heure en ce qui concerne les étrangers dans son pays (et quand je dit étranger, cela signifie français inclus) mon petit neveu s’est fait un plaisir de me la transmettre via internet. Cela est très clair. La première missive datant qu’il y a plus de 18, mois était déjà rude mais celle ci l’est encore plus.
    D’autre part, mon frère qui a fait toute sa carrière en Allemagne via une société française était logé à la même enseigne 30 ans en Allemagne comme ressortissant français ne lui a donné aucun droit sauf, celui en fin de carrière de participer aux élections municipales (enfin l’équivalent) et encore sous certaines conditions. (Comme ressortissant de la communauté européenne) je crois que c’est ce qui se passe en France actuellement
    En 30 ans de travail en Allemagne, mon frère et maintenant mon petit neveu (Australie) ne s’est jamais permis de juger la politique du pays qui l’acceptait et comme dit la ministre australienne ces jours ci s’il n’était pas content il y avait un aéroport pas loin.
    D’ailleurs dans ces pays on vous demande de vous conduire correctement en respectant le lois en vigueur ce qui et normal et de ne pas juger la politique du pays qui vous reçoit ce qu’ils ont fait et ce qu’il continu de faire.
    Il serait très dommageable qu’un jour nous soyons obligés de faire comme en suisse un référendum (la Suisse étant à ce jour un modèle de démocratie) Comme le dit effectivement la constitution nous avons des droits mais aussi des devoirs et si les étrangers veulent être des membres actifs de la nation ils doivent en accepter toutes les conditions à savoir devenir français et être en règle avec la lois et de ne pas jouer sur les deux tableaux. On n’et pas français à 40 ou 50 % mais a 100 %.

    D’autre part, on ne va pas revenir sans cesse, sur ce qui s’est passé il y a 70 ans D’ailleurs, ce ne sont pas les grands-parents ou arrière parents qui demandent quelque chose mais une infirme parti de jeunes (souvent hélas sans instruction) instrumentée bien trop souvent (carotte électorale) par des partis politiques et des associations inconscientes qui ne voient pas plus loi que leur casquette.
    Que mes écrits en choquent plus d’un c’est peu être certains, mais venant d’une famille ou pour réussir nous n’avons pas hésiter à traverser des continents ou des pays proches nous sommes à même de donner nos grain de sel. Rappeler sans fin pour faire pleurer dans les chaumières des événements graves et historiques ne sert pas le débat (voir les paroles outrancières d’un élu socialiste de la semaine dernière) Un page a été tournée et c’est de cette manière que l’Europe s’est construite sur le pardon et que depuis 1945 nous vivons en paix en Europe. Cet élu socialiste aurait dû s’en souvenir. Nous et nos enfants ne devont RIEN à qui que ce soit on ne va pas sans cesse rabaché des événements ou nous e sommes en rien coupable (voir certains propos des maires d’arrondissement)
    L’histoire est ainsi faite actuellement, trop de politiques de tous bords ou de particuliers ayant une petit notoriété se permettent sous une forme ou une autre de nous culpabiliser pour des faits datant parfois de plusieurs centaines d’années et avec les présidentielles cela prend des proportions de relents de caniveau.

  4. milan

    <<Le Sénat ayant basculé à gauche en septembre 2011 , tout devient possible dans l'hypothèse où la gauche gagnerait les législatives . La tactique est devenue stratégie à long terme . Et l'appel aux suffrages immigrés , non plus seulement un moyen de diviser la droite mais un levier permettant à la gauche de garder plus facilement le pouvoir si elle y parvient …<<
    ( VALEURS ACTUELLES de cette semaine )

  5. BURNIER

    Exactement il faut affirmer son appartenance à la nation, être français, afin de pouvoir voter. La maneouvre du PS est elctoraliste ce parti pense récuperer des voix

Les commentaires sont fermés

2008 - 2020 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén