Juin 05

La dernière élection européenne est pour moi une déception. Une fois encore, ce scrutin,  pourtant essentiel pour notre avenir, n’a pas traité en profondeur le sujet européen. D’abord parce que l’élection a été orientée vers un match “progressistes/populistes” sans plus de contenu. Ensuite, parce que les débats sont trop restés sur des slogans, des postures, de grandes idées… Dès l’automne, le nouveau Parlement européen aura à se prononcer sur des textes importants, concrets… La campagne ayant été ce qu’elle a été, je vois mal comment les nouveaux élus pourront aller chercher dans cette élection le mandat pour se prononcer sur la plupart des sujets soumis au vote…

Le choc ensuite, avec le score réalisé par la liste LR et ses alliés. Quand le Parti populaire espagnol réalise un score de 17 % aux dernières législatives, c’est un grave échec. Quand les conservateurs britanniques font 9 % aux européennes, c’est un tremblement de terre. Alors réaliser un score de 8,5 % quand on est dans l’opposition, c’est un échec terrible qui appelle un effort à la mesure pour se relever.

Car pour ma part, je crois que la droite et le centre ont encore une grande place à occuper sur l’échiquier politique français. Je crois que cette famille politique a encore des choses à dire aux Français. Et je crois que cette famille politique peut être porteuse d’un projet d’avenir.

Mais pour cela, il y a un colossal chantier de refondation à mener… et un certain nombre de conditions à remplir.

La première, c’est d’attirer de nouveau du monde au sein de notre Mouvement. Ces dernières années, suite aux précédentes difficultés politiques, le choix a été fait de reconstruire rapidement, d’organiser, d’encadrer… La reconstruction a certes été rapide mais elle s’est accompagnée d’une perte d’adhérents. Les orientations politiques ont été fixées elles-aussi rapidement, par un “corps politique restreint”. Cela a mené au décalage avec la population. Il faut donc faire revenir du monde au sein du Mouvement, quitte à trouver une organisation souple et agile pour cela pour s’adapter aux changements de notre temps. Un constat que je livre : pour les dernières élections, tous les partis politiques ont eu du mal à fournir les assesseurs chargés de tenir les bureaux de vote. Une tendance débutée depuis déjà pas mal d’années… Mais quand la Ville a fait un appel, elle a pu recruter sans problème de nombreuses personnes prêtes à un engagement citoyen.

Il faut ensuite travailler – oui travailler – à un projet politique pour la France qui réponde aux défis du temps et permette effectivement de fédérer tous les courants de la droite et du centre. Si nous nous focalisons sur le présent et l’avenir plutôt que sur le passé, cela devrait être plus facile. Et ces quelques engagements pour la France, conformes à nos valeurs et à nos convictions, couvrant tous les sujets de préoccupation des Français, il nous faudra les défendre avec constance d’ici 2022. Nous souffrons trop depuis de nombreuses années de positions variables et d’expressions dissonantes. Je soutiens à cet égard l’initiative du Président du Sénat Gérard Larcher, tendant à réunir le plus largement possible pour fixer une ligne et faire des propositions à partir des territoires. Et cela doit être de tous les territoires car la droite et le centre doivent aussi avoir une vision pour le monde urbain.

Il faut aussi un positionnement transparent consistant à reconnaître que nous soutenons celles des décisions gouvernementales qui réforment utilement le pays, mais tout en affirmant notre conviction que le pays a besoin d’un pôle fort de droite et du centre car nous savons que la majorité LREM est trop hétérogène et fragile pour assurer la dynamique dont le pays a besoin (cf. l’alerte récente du FMI sur le niveau d’endettement du pays).

Et pour que tout cela réussisse, il faut que le Mouvement soit dirigé par une personnalité qui s’engage à ne pas être candidat(e) à l’élection présidentielle. C’est à court terme la condition pour ouvrir, mener le travail de fond sur les idées et fédérer. Le choix du candidat qui portera le projet viendra plus tard.

écrit par Pierre BERAT


2 commentaires pour “Choc et déception”

  1. 1. EDMEE Dit:

    Il est sure que ce fut une déception mais, je n’étais pas naïve au point de croire que Mr Bellamy aurait pu se « glisser » entre ces deux fauves NON ! Mais quand même vu les sondages de 13 %, même la veille du scrutin, et quelques se retrouver à 8.5 % il y a comme un gros malaise et la effectivement je me pose des questions ou les sondages étaient « truqués » non quand même ! Et LR n’a rien vu venir (comme sœur Anne !) ou les soient disant amis qui voulaient à tout prix retourner au berceau de leur parti (vous savez c’est comme les résistants de la dernière heure c’est fou ce qu’il y en avait même le petit chien en avait té !!! ) N’étaient pas en fait que des judas ! Non le terme est sans doute fort mais tous ces élus, encartés tous ces politiques qui n’avaient pas de mots assez doux et élogieux pour encenser Mr Bellamy n’étaient en faite qu’un cheval de Troie !!! Et les retraités (j’en suis !) qui mal traités insultés et spoliés dans leur retraite bien souvent acquise après des décennies de travail et j’en oublie ont été votés pour des listes qui bien souvent n’étaient pas les leurs ! A croire qu’ils en redemandent
    Et que dire de cette fuite en avant de ces « gens » qui après avoir joués leur mauvais rôle jettent enfin leurs masques ils partent ? Je n’écrirai pas bon débarras, mais il faut cette fois et définitivement faire le ménage on est dans un parti ou on n’en est pas mais pas et garder le cap en cas de tempête ! C’est tout !
    Monsieur L.Wauqiiez n’a pas démérité au contraire mais i n’a pas vu le piège ‘était un peu « père gardez à droite père gardez à gauche !! La bataille de Bouvines » et en finalité n’a pas vu faute de garde rapprochée le trou béant qui avait été creusé. Il reste notre président de région et un bon président qui je l’espère se représentera lors des régionales en prenant en compte la dure leçon que lui ont infligé « ses amis » et effectivement faire appelle à du sang neuf qui ne quittera pas le bateau au moindre coup de vent il y a du travail et surtout un programme clair sans équivoque il faut en fini une bonne fois pour toute avec ces « mammouth » qui ne cherchent que leur intérêt et pas ceux des citoyens qu’il soient des métropoles comme Lyon, ou de la France profonde., qui elle travail et souffre depuis trop longtemps et en cela avant les récupérations et la casse je comprenais les gilets jaunes et je crains que cela ne soit que le début on ne méprise ni n’insulte un pays sans retour de bâton

    Je vous souhaite une bonne journée

  2. 2. Claude Marie Dit:

    Monsieur Berat,
    Je me reconnais dans votre analyse.
    Cependant, je trouve que la France n’a plus de colonne vertébrale, le populisme s’en empare.
    Les valeurs intrinsèques sont en voie de disparition, une preuve l’affolement de certains élus LR qui fuient leur parti pour se rallier à un parti d’opportunisme sans aucune valeur de défense de la France.
    Oui il faudrait un grand rassemblement mais c’est pas gagné….
    Bien cordialement
    Claude Marie