Avr 27

La conférence de presse du Président de la République du 25 avril vient enfin d’engager la sortie du Grand débat. Après bientôt six mois de tensions et de mouvement social, il est plus que temps pour le pays de repartir de l’avant.

Si la longueur et la mise en scène de cet échange avec la presse à l’Elysée donne une impression de grand bavardage, et si plusieurs des mesures évoquées restent à préciser ou clarifier, je ne dirais pas comme certains qu’Emmanuel Macron n’a rien annoncé. Il y a bien un certain nombre d’évolutions et de projets dans ses réponses. On retiendra notamment la baisse d’impôt sur le revenu dont devraient bénéficier certains contribuables de la classe moyenne ainsi que le coup de pouce aux petites retraites, et même à l’ensemble des retraites d’ici 2021. Ce sont des avancées. Dans le domaine de l’enseignement supérieur que je suis à la Région, j’ai noté aussi l’annonce d’un développement des filière universitaires courtes.

Des changements sont donc annoncés pour répondre à la colère sociale qui s’est notamment exprimée dans le mouvement des gilets jaunes. Après les premières mesures annoncées en décembre, pour un coût de 10 Md d’euros, les dernières annonces ont aussi un coût conséquent : on parle de 5 Md d’euros pour la réduction d’IRPP, de 3 Md d’euros pour l’indexation des retraites à l’horizon 2021.

Mais pour ma part, ces annonces de décembre et d’avril m’évoquent une double interrogation.

La première est celle de leur financement. Comment cela va-t-il être financé, qui va “payer” ? Les indications manquent de clarté et ne semblent pas à la hauteur du chantier.

La deuxième interrogation porte sur la cohérence de l’ensemble des mesures. Je ne perçois pas comment cela constitue un plan d’ensemble permettant de répondre aux défis du pays. Je n’y trouve pas de réponse à ce qui est à mon avis la problématique essentielle : comment retrouver la cohésion nationale et les marges de manœuvre financières pour que la France soit en mesure de faire face aux enjeux : le vieillissement, l’élévation des compétences, l’innovation, la transition énergétique, la défense… ?

L’éventail des annonces laisse plutôt penser qu’Emmanuel Macron cherche à accorder des avancées à différentes catégories de Français, pour que le plus possible puissent se dire qu’ils ont obtenu quelque chose. Cela rappelle finalement la campagne présidentielle, avec un patchwork de promesses qui n’a pas fait un projet politique cohérent… et qui a conduit à la crise quelques mois après.

Il y a donc de quoi être inquiets quant à la marche en avant que doit reprendre le pays. Et on peut aussi craindre que les élections européennes servent du coup à s’exprimer sur cette sortie de crise. Ce serait dramatique. Car après une élection présidentielle en 2017 qui n’a pas vraiment permis au pays de se prononcer sur le chemin qu’il voulait emprunter, on risque donc de passer à côté d’une élection européenne qui elle-aussi a vocation à trancher des choix importants : sur quels sujets et comment l’Union européenne doit-elle apporter une valeur ajoutée aux pays européens pour faire face aux défis de notre temps…

écrit par Pierre BERAT \\ tags: ,


2 commentaires pour “Colmatage”

  1. 1. EDMEE Dit:

    zut c’etait vraiment bête mais c’était la soirée sur Arte !!! un vrai “casse tête”
    j’ai été obligé de jouer à pile ou face et c’est face qui a gagné donc Arte et de us à 18 h sortie de Valy !! double excuse (avec un bulletin signé !!) et comme le lendemain j’en ai mangé à toutes les heures je n’ai perdu surtout que prendre la posture du Général sans en avoir le talent pauvre Général il a du une fois de plus se retourner dans sa tombe
    des milliards à trouver ( dans quelle poche) un GVT complètement discrédité
    qui avait l’air (d’après photo de se demander ce qu’il faisait a un castaner avec la tête d’un lendemain de cuite ! ! etc etc j’en oubli on se serait cru (d’après la 2) à une distribution de mauvais prix et les mauvais prix nous en avons eux car surtout ne pas d se faire trop d’illusions cela va trainer jusqu’au vacances et sans doute après, histoire que l’on oubli, les retraités dont je suis et oui les années sont la ! ! devront attendre (enfin pas tous) 2020 ou 2020 pour qu’on leur rende ce que ce GVT et l’autre leur à pris et en 2025 pour le plein emploi alors la permettez moi de “ricaner” car tant que les aides de l’état correspondront à un petit smig une grosse majorité restera bien au chaud à la maison ou au bistrot (en face de chez moi !) en terrasse ! Pourquoi ne pas refaire ce que jospin avait défait le dégressif ? I Ne dit-on pas que les promesses n’engagent que ceux qui les disent ou les écoutent ?
    Car pendant ce temps les GJ enfin ce qu’il en reste j’écrirai pustot les voyous en tous genre continueront à tout casse dans les grandes villes au nom de jene sais quoi car ils ont parfaitemetn compris que castaner n’es tpa sà la hauteur, je n’apprecie pas collomb (vu les dernières grèves des poubelles et la saleté des quartiers dont le mien il est maire quand même ! !!) mais il avait été assez futé pour partir avant car il avait compris que cela commençait à sentir mauvais pour ce GVT
    Une question quelle est la difference entre Mr Bellamy et Me Loiseau ? l’un n’a pas de casserole et l’autre bien que sortant de l’ENA à de gros trous de mémoire car elle ne se souvient pas d’avoir été affiliée dans un groupe d’extrême droite !! comme quoi bien qu’encore jeune elle a des grands trous de mémoire et elle est elligible aux européennes
    Ha ‘j’oubliai notre narcisse veut reconstruire (avec l’argent des dons entre autres des grandes familles qu’il faut remercier et de millions de petits dons) Notre Dame et, la, nous avons eu droit à une scène digne d’un Tartufe reniflant le pactole mefiance il est capable de nous faire une nouvelle Cathédrale copie conforme au Centre Pompidou avec son portrait à l’entrée
    En ce jour de ler mai je vous envoie un petit brin de cette fleur si fragile comme la Liberté

  2. 2. Roger Dit:

    Le président n’a pas compris , si dans l’ensemble les mesures annoncées sont dans l’ensemble positives , leur applications sont du domaine du plus tard,il n’a toujours pas pris en compte le désir de sécurité des citoyens qui aurait nécessité au minimum une mesure choc et sans aller à sa démission comme certains le réclame,il aurait du changer le gouvernement , dissoudre le parlement..??? Il attends les élections Européennes qui ne changeront pas grand chose pour le peuple et ne parlons pas du domaine du déficit monétaire que le pays devra bien un jour payer!!! Je pense que le costume présidentiel est un peu trop grand pour le porteur.