COMMUNIQUE DE PRESSE

Le 11 octobre, le décès d’une dame à vélo suite à un accident avec un poids lourd a créé une vive émotion. Après le temps du recueillement, il faut en tirer des enseignements : la nécessité de sécuriser en priorité les lieux sensibles de la voirie et la nécessité de clarifier et d’homogénéiser les marquages et signalisations.

Vendredi 11 octobre, une dame circulant à vélo a perdu la vie dans un accident avec un poids lourd au carrefour Lacassagne/Félix Faure à Lyon 3e. Cette nouvelle a créé une vive émotion tant il est insupportable qu’une vie soit ainsi perdue dans un déplacement du quotidien. Cette nouvelle a été d’autant plus terrible que le même matin, un autre accident grave impliquant un cycliste est intervenu à la limite de Villeurbanne et de Lyon 3e.

Chacun pense à la douleur de la famille et je lui présente toutes mes condoléances.

L’analyse des circonstances précises du drame est en cours et elle rendra ses conclusions. Mais après le temps du recueillement, il est de notre responsabilité, pour l’intérêt général, d’en tirer déjà des enseignements.

Chacun mesure combien la circulation en ville devient complexe et combien il est aujourd’hui nécessaire d’arriver à bien organiser le partage de la voirie entre les différents modes de déplacement, en recherchant l’apaisement du trafic.

Dans cette perspective ce drame nous appelle à mon avis à retenir deux priorités :

  • D’abord, alors que les investissements en aménagements de voirie sont intenses à Lyon, ne faudrait-il pas donner la priorité à la sécurisation des lieux les plus sensibles ? Le carrefour Lacassagne/Félix Faure où s’est produit l’accident est de ceux-là. Il suffit d’échanger avec les riverains, les piétons et les cyclistes qui l’empruntent pour le comprendre. Sa sécurisation doit intervenir sans attendre, à commencer par le marquage de la continuité des bandes cyclables dans le carrefour.
  • Ensuite, il faut rendre plus claires et homogènes les marquages et signalisations qui matérialisent les règles de circulation et la place des cyclistes et des piétons. Aujourd’hui, les usagers de la voirie se trouvent confrontés à une trop grande diversité de situations qui apparaît perturbante.