Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Elle est où la fébrilité ?

Actualité oblige, en cette soirée, quelques réactions à chaud à la confirmation de François Fillon au poste de Premier ministre. J’avais prévu d’évoquer la rue Garibaldi, mais ce n’est que partie remise.

J’ai entendu toute la journée les réactions à la nouvelle nomination de François Fillon à Matignon. J’ai entendu M. Ayrault, chef des députés PS, nous dire combien il avait été gêné dans ses courses dominicales pour répondre aux interrogations des Français. Il y a eu malentendu Monsieur Ayrault, il ne fallait pas « lâcher le cabas », nous ne comptions pas sur vous pour accompagner ce remaniement. J’ai aussi entendu Marine Le Pen qui n’a visiblement pas intégré le fait qu’il ne suffit pas d’enchaîner les jeux de mots « limites » pour se donner un contenu politique. Et dans la série, je viens d’entendre Ségolène Royal qui constate l’absence de remaniement… Du côté des opposants, on sent bien un certain énervement. On peut le comprendre : voilà des semaines qu’ils préparaient un argumentaire de compassion pour François Fillon face au « méchant » Président. Patatras ! Les dénonciateurs du « bling-bling » en sont aussi pour leurs frais. Il a fallu trouver autre chose.

Que nous disent ces opposants ? Ils dénoncent ces mois d’attente pour avoir un nouveau gouvernement, se plaignant de la fébrilité qui a marqué la période depuis l’été. Mais elle est où la fébrilité ? D’emblée, l’échéance de la réforme des retraites avait été posée, logiquement. Le Gouvernement sortant a assuré, tout au long de l’épisode difficile du conflit social lié à cette réforme.

« Tout ça pour ça », c’est l’autre argument largement répété après la confirmation de François Fillon. Mais que croient ces opposants ? Que le tandem Président-Premier ministre se construit dans la presse People ? Qu’il ne s’agit que de questions de personnes ? Le choix d’un Premier ministre, c’est résoudre une équation compliquée : il faut une personnalité capable de concrétiser une ambition politique à un moment donné de l’histoire de France, et de fédérer les forces politiques chargées de mener cette politique. Le Président de la République a jugé que François Fillon était, en ce mois de novembre, cette personnalité.

Le message est clair. C’est un nouveau Gouvernement pour une nouvelle étape, en cette dernière ligne droite du quinquennat. Mais c’est une nouvelle étape dans le prolongement de ce qui a été accompli, en assumant ce qui a été réalisé et qui portera ses fruits dans l’avenir, car il en va ainsi avec le temps long de la politique. Là encore, on peut comprendre que le PS ait du mal avec cette logique, lui qui brille surtout par l’inconstance de ses positions, comme par exemple lorsque sa « leader » admet le recul de l’âge de la retraite, pour monter quelques jours plus tard dans le train de la contestation, ou bien encore quand ce parti dénonce l’endettement de la France après avoir clamé haut et fort l’insuffisance budgétaire du Plan de relance…

Pas de fébrilité ce soir, une détermination solide. Le Gouvernement de la France reprend sa marche en avant. Je terminerai ce post en me félicitant du retour à une place éminente d’Alain Juppé, et en saluant les promotions de nos deux ministres lyonnais, Michel Mercier, nouveau Garde des sceaux Ministre de la justice, et Nora Berra, dont le champ de responsabilités est étendu à la Santé.

Précédent

7e République des blogs le 16 novembre

Suivant

Garibaldi : aller au-delà du trait d’union

8 Comments

  1. Bonsoir,

    Ou est la nouveauté?

    Ce n’est que le bal des revenants d’hier, voire d’avant hier et un jeu de chaises musicales. et quelques débauchages. Il semblerait d’ailleurs, que dans la France sarkozienne, la trahison soit un phénomène de mode. Après le débauchage à gauche, voici venu le débauchage des villepinistes.

    Ah, la nature humaine !!! Que ne ferait-on pas pour une circonscription perdue dans le découpage en vue de 2012 ?

    Par ailleuts, monsentiment est que ce gouvernement ressemble davantage à une équipe de campagne au service d’un candidat que d’un gouvernememt au service des Français.

    Seule consolation si l’on peut dire, la montée en charge des Lyonnais surtout pour Mme Berra. Est ce le signe de la reconquête en terre lyonnaise et rhone-alpine, l’avenir proche le dira.

    Cordialement
    Christine HOUBART
    Lyon7eme

    peut-être à mardi, le 7eme arrondissement se fera un plaisir de vous accueillir à sa 7eme République des Blogs. Une République conviviale et chaleureuse celle-là !!!i

  2. Pierre BERAT

    Bonjour,
    Je ne crois pas que la nouveauté soit une fin en soi. C’est plutôt une règle des trois C dont le pays à besoin : un Cap, des Compétences, une Cohérence. L’objectif est atteint. Quant à la nouveauté, je pense que des personnalités comme Mme Montchamp, M. Lefèvre ou M. Richert vont apporter une vision intéressante dans leur champ d’action.
    Bonne journée

  3. Milan

    Monsieur Alain Juppé , 67 ans , ministre de la Défense …..En voici un qui ne pourrait pas être conseiller d’arrondissement dans le 3ème …..

  4. Lyons

    Merci ” d’avoir remis les pendules à l’heure” . Cela devenait insupportable ces suppositions mesquines et qui n’apportent rien au débat constructif que souhaite le gouvernement.
    1- Le Président de la République a effectivement annoncé un remaiement ministériel après l’adoption de la réforme de la retraite.
    -2 Réforme fonfortée par le conseil constutitionnel
    -3 Nouveau gouvernement.
    Conclusion: objectif atteint.
    Toutes les rumeurs infondées ne sont que les fruites des médias et de ceux qui ne peuvent exister que par des critiques….
    Les 3 C répondent à un changement dans l’action. François Fillon est le chef du gouvernement et le Président pourra gèrer le G20 qui demande un grnad investissement. Pour ce faire il devait avoir une équipe solide et qui adhérait à ces réformes. Mde Nora Berra saura faire preuve d’une grande efficacité. Pour M. Mercier la tâche sera dure!!!!
    Courage, il leur en faudra.
    Le travail engagé pourra continuer et la France retrouvera une place importante au sein de l’Europe et m^me au-delà.
    M. Borloo a eu une réaction très surprenante!!!le choix de F.F. a donc été judicieux.

  5. Lionel Bally

    Bonjour Pierre,
    J’attendais avec impatience une réaction à ce nouveau gouvernement, je te félicite tu es devenu un politicien! Tu maîtrises parfaitement langue de bois et cirage de pompes
    N’oublie pas nous parler rapidement de la rue Garibaldi
    Bien à toi,
    Lionel

  6. Guyot/ Mogu

    Bravo pour le Président, le remaniement est venu à la date et à l’heure prévue , après la signature de ce cette fameuse loi des retraites, imparfaite certes mais depuis plus de 20 ans… Alors fini l’ouverture à gauche, on pouvait penser que la sagesse venant il était possible de chercher un minimum de consensus de la part de l’ensemble des partis pour régler certaines difficultés sans perdre son âme, pour le bien du pays; La démonstration est faite que cela n’est pas possible.Les retraites sont l’exemple le plus flagrant de la ringardise de la gauche. Sujet à développer!!! Il v a falloir retrouver les alliances de tous ces critiques,qu’il suffit qu’un média chatouillent au bon endroit pour faire des commentaires acides sur la façon de gouverner le pays tout en étant de la majorité.
    Dommage que mon état de santé ne me permette pas d’assister à la 7ème république des blogs.

  7. Si l’on en croit tous les commentaires de l’opposition et des journalistes favorables à celle-ci notre Président aurait du les consulter car tous ont une solution miracle pour continuer à gérer ce pays
    Il est toujours facile de critiquer, s’opposser, c’est très confortable, mais gérer au jour le jour et surtout préparer l’avenir est plus difficile et demande beaucoup de sang froid et de volonté
    On a dèjà oublié ce qui a été fait et l’on saura bientôt ce qui sera fait durant les 18 mois qui restent pour ce quinquénat
    Après que l’on soit préservé gauchiste, j’ai lu que la gauche du PS envisageait un augmentation générale des salaires on rêve
    Il y a u travail à faire et je sais qu’il sera fait

  8. Pierre BERAT

    Cher Lionel, Quelle véhémence, le climat suisse ne t’incite-t-il pas à une modération bienvenue pour un extrême centriste ! Je te confirme penser tout ce j’ai écrit. Et je te confirme que je vais bientôt parler de la rue Garibaldi…même si je crains que tu m’accuses de faire preuve de flagornerie à l’égard du Maire de Lyon. Et je compte aussi parler de Berlin, tu auras sans doute des réactions !
    @ +

Les commentaires sont fermés

2008 - 2020 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén