Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Etre clair pour bien faire

Lors du dernier Conseil d’arrondissement, en tant qu’élus UMP et apparentés, nous nous sommes abstenus lors du vote d’un projet de création d’un Groupe d’initiatives pour l’égalité dans la Ville. Nous l’avons fait parce que la création d’une « énième » structure ne sous semble pas prioritaire pour garantir l’égalité de traitement des personnes qui sont en relation avec la Ville. Mais je pense aussi que la confusion des objectifs d’un tel organisme n’est pas opportune.

Ce groupe d’initiatives a pour objectif « originel » de veiller au respect de l’égalité de traitement, à la fois pour les personnes qui travaillent ou veulent travailler à la Ville en tant que collectivité, et pour celles qui sont en relation avec la Ville dans le cadre des services qu’elle rend au public. Pas de problème sur cet objectif (nous avons d’ailleurs voté par ailleurs l’approbation d’une convention de partenariat avec la HALDE), si ce n’est encore une fois la question de l’opportunité d’une nouveau « comité » ; autant assurer un bon contrôle interne des politiques et procédures.

Par contre, il y a tout lieu de craindre un dérapage de la mission de cet organisme sur des conceptions beaucoup plus larges de l’égalité, et pour tout dire, plutôt militantes. Le texte de la délibération est à cet égard un signe. Et je dois dire que notre débat au conseil m’a conforté dans cette crainte, les discussions mélangeant allégrement égalité et solidarité, Egalité et lutte contre les inégalités, égalité de traitement dans le cadre des services rendus par la Ville et l’Egalité avec un grand E de notre République ; cette dernière étant il me semble liée à la citoyenneté française avec dans certains cas son extension communautaire.

Après le conseil, une personne qui avait assisté au débat me disait que si notre pays se trouvait bien souvent dans une situation de confusion et de relativisme, c’est aussi parce que les mots perdent leur sens. Je suis bien d’accord avec ce diagnostic, cette perte de sens résultant soit de paresse intellectuelle soit de visées idéologiques. Est-ce une cause ou la conséquence de l’effacement de certains fondamentaux de notre République, je ne sais pas trop ? Mais la réalité est là, autant ne pas l’encourager plus encore.

Dans la logique d’opportune clarté de l’action publique, j’ai particulièrement apprécié cette semaine les propos de François Fillon sur la question du droit de vote et d’éligibilité aux élections locales des étrangers non communautaires : « J’y suis totalement défavorable. J’estime que le droit de vote est fondamentalement lié à la citoyenneté. Si nous sommes un pays d’intégration, ce n’est pas pour offrir aux étrangers des demis droits électoraux, mais pour les inciter à acquérir, s’ils le souhaitent, des droits entiers en rejoignant pleinement notre communauté nationale ». Rien à ajouter.

Pierre Bérat

Précédent

Zizanie

Suivant

Quel avenir commercial pour la rue Montebello ?

1 Comment

  1. Joëlle

    Pourquoi s’étonner?
    Une énième structure, avec confusion des genres, c’est toute la politique que savent faire les socialistes à quelque niveau que ce soit.N’oubliez pas que ce sont en quelque sorte les descendants directs des Schaddocks : ils pompent, ils pompent.!!!!!;……….essentiellement nos finances !!!!!

Les commentaires sont fermés

2008 - 2021 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén