Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Introspection

En ce 70e anniversaire de l’Appel du 18 juin, si j’en crois ce que lis dans la presse, les Français ne croient plus au gaullisme, ou ne savent pas trop de quoi il s’agit, alors que la plupart des élus et responsables politiques auraient leur part de gaullisme. Ceci expliquerait-il cela ?

Le 18 juin est chaque année une grande date, tant le message associé est fort. J’aime beaucoup participer à la commémoration de l’Appel devant l’auditorium. Je regrette de ne pas avoir pu le faire cette année (dommage d’avoir avancé à 17H cette commémoration !).

Le gaullisme serait ainsi un héritage commun. Sans doute pour ce qu’il représente dans l’Histoire de France, et c’est une bonne chose. Nul doute également que le gaullisme dépasse la frontière droite/gauche. Mais pour autant, le gaullisme en politique est-il aujourd’hui nulle part et partout ?

Pour ma part, je me réfère au gaullisme depuis l’origine de mon engagement politique. Une double référence : celle du 18 juin et de la Résistance bien sûr, pour ce qu’elle porte d’honneur et de volontarisme pur. Mais aussi celle de l’œuvre politique des années de Ve République pour ce qu’elle représente en termes de redressement, de construction et de modernisation. Avec dans les deux cas, le refus du renoncement et la croyance en une France qui peut se surpasser.

Ce que je crois aujourd’hui c’est qu’une approche gaulliste, actuelle, n’est pas compatible avec :

  • la quête systématique d’une déresponsabilisation des Français,
  • le refus de traiter avec courage les grands enjeux du moment, comme par exemple celui des retraites, en préférant « refiler » le mistigri aux générations suivantes,
  • un goût du Verbe et des postures déconnectés de l’action pragmatique,
  • une approche corporatiste des collectivités territoriales qui aspire à créer 22 « IVe République » régionales et 100 « IVe République » départementales,
  • la volonté d’accorder des droits « politiques » dissociés de la citoyenneté française ou européenne,
  • la tentation de la décroissance,
  • la défiance à l’égard du progrès scientifique et technique,
  • l’obsession de l’abaissement de la France et de la repentance…

Précédent

L’âme du 3e

Suivant

Merci Président

10 Comments

  1. Bonjour Pierre,

    A la lumière de ce billet, tu es prêt pour rejoindre la République Solidaire.
    Au choix, je t’invite à visionner la vidéo du discours de Dominique de Villepin (http://www.dailymotion.com/video/xdqswg_discours-de-villepin-pour-son-parti_news) ou de le lire (http://www.republiquesolidaire.fr/2781-discours-dominique-de-villepin-halle-freyssinet-19-juin-2010/)

    Nous t’accueillerons chaleureusement! 😉

    Amicalement.

  2. Pierre BERAT

    Désolé Griffon, mais je crains que le sens de mon post ait été mal perçu… à moins que tu ne l’utilises pour faire de la pub !!!!
    Ce post faisait bien écho à l’actualité du 18 juin et non à l’actu politique du week end. Concernant cette dernière, on a bien compris qu’il s’agit de la préparation d’une démarche de candidature présidentielle. Chaque démarche politique est respectable, mais je dois dire que je ne comprends pas le positionnement politique de Dominique de Villepin… et pas plus à l’issue de votre réunion d’hier : centre, antisarkozysme primaire, fondamentaux gaullistes… ? Tout cela me parait bien embrouillé et relever souvent des points 1 et 3 de mon énumération !
    Bonne fin de week end

  3. Pierre,

    Je crains que tu sois aveuglé par tes fidélités actuelles pour ne pas porter un regard neutre le discours de Dominique de Villepin. Si tu fais cet effort, je pense que tu retrouveras ce qui t’as poussé à t’engager auprès de Jacques Chirac, à l’époque …

    Aucun antisarkozysme primaire, simplement un constat lucide sur la réalité du pouvoir actuel …

    Je suis sûr que tu as compris que je faisais un peu de provocation. 😉

    A bientôt.

  4. Lyons

    Il est vrai que le 18 juin est une date importante pour la France. Les anciens ont la mémoire de cet appel. Mais aujourd’hui: que représente cette action décisive pour notre pays à la génération des 20-30 ans?
    J’ai regardé une émission où était retracée ” l’appel et la volonté du Général De Gaulle ” . Ce qui m’a interpellée est cette rigueur et la volonté de faire de la FRANCE un pays libre et respectueux.
    Il avait reconstuit notre économie avec la volonté que la France soit un pays respectueux et respecté.
    L’actualité de cette fin de semaine fut lamentable.La France semble malheuresusement “engluée” par des égos” sportifs et un politique ambitieux.
    Notre Président doit être sur tous les fronts en même temps, il réforme, c’est ce que 52% de français lui ont demandé. Mais dès qu’une proposition est annoncée, on tacle le gouvernement sans même prendre le temps de lire les textes d’origine. Le président gère l’avenir et répare les dégâts de l’immobilisme qui n’a que trop duré. Alors oui, l’évolution des technologies, oui au changement des habitudes qui nous entrainent dans la monotonie .Il faut évoluer pour génénrer une FRANCE fière et constructive au sein de l’Europe.
    Le général De Gaulle était un homme respectueux et respecté. Est-il utopiste de retrouver ces valeurs?

  5. guyot

    Gaulliste convaincu, j’ai vécu à 10ans le mois de juin 1940 et j’en ai gardé des souvenirs très précis, cela a été le départ d’une grande conviction qui s’est affirmée pendant 30 ans et après le départ du Général, j’ai vu tous ceux qui se voulaient dignes successeurs et qui n’ont été que de pâles imitateurs. Je suis tout à fait d’accord avec P.Berat on ne peut transiger sur tous les points nommés.
    On l’a vu avec l’Algérie, après le” je vous ai compris”, il a assumé les accords d’Evian . il a su s’adapter à l’évolution du Monde, cette évolution s’est précipitée ses dernières décennies, les Français enfermés dans leur petit confort ne sont pas capables d’accepter ces changements,et n’ont pas suivis il faudrait pour cela un minimum d’union, ceux qui se disent Gaullistes ne le sont pas plus que N.S. car c’est le monde qui ne l’est plus, et ce n’est pas en écoutant le chant des sirènes propulsés par les médias que l’on trouvera la solution.Je maintiens pour ma part que N.S. a eu le courage d’affronter les tabous de donner des coups de pieds dans les fourmilières des intouchables:corps constitués,jaloux de leurs prérogatives, hauts fonctionnaires, patronat, financiers, syndicats…Il ne vient pas de l’Ena, ce n’est pas un littéraire, comme Certain, ses décisions peuvent parfois choquer, mais il aura fait bouger la société Française. (Un simple citoyen de droite)

  6. Je ne comprend pas trop qu’on se dise gaulliste et qu’on soutienne Sarkozy, qui est sans doute après Madelin, ce qu’on trouve de moins gaulliste à droite.

  7. Pierre BERAT

    Cher Romain, il ne fallait pas te sentir obligé de faire la démonstration de ce que je voulais “dénoncer” dans mon billet, à savoir délivrer des brevets de gaullisme depuis “la gauche”… Ceci dit, pour répondre à ton interrogation, je te confirme que dès la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 et depuis, j’ai trouvé qu’il incarnait un volontarisme, un réformisme et une ambition pour la France qui me vont bien en tant que gaulliste de droite populaire !

  8. guyot

    En réponse à Raymond Blachier, Je souligne dans mon commentaire que le monde n’est plus Gaulliste mais , je souscris pleinement aux énumérations de Pierre Bérat, qui disent bien les points sur lesquels il ne faut pas transiger
    C’est ma conviction.

  9. Mon cher Pierre,
    Je suis toujours surpris de te voir encore te référer au Gaullisme malgré tes engagements actuels et ce d’autant plus que tes points d’intransigeances ne correspondent pas à ce que le Général mettait en oeuvre dans le pragmatisme de son action notamment dans sa dimension d’attachement à une nation sans tomber dans l’ultra-nationalisme de certains, mais en s’attachant à tracer un chemin loin de l’atlantisme.
    Quant aux satrapes qui pour certains portaient encore le titre de ministres de la république jusque récemment je ne crois pas qu’ils soient une bonne représentation du Gaullisme. Aussi mon cher Pierre, je crains que tes mandats ne freinent ton introspection.
    Je te conseille d’ailleurs pour la parfaire la lecture du N°689 de Marianne avec notamment les articles suivants:
    Fillon un Laïc à la mosquée
    Grande Bretagne. Ici on ne badine pas avec les deniers du contribuable
    Eric Woerth la preuve qu’il a menti
    Tu pourras ainsi confronter à ton référentiel Gaulliste les actions d’un gouvernement que tu supportes.
    Ainsi en dehors de la reprise en main de l’ORTF heu de Radio France par ses dirigeants nommés par l’exécutif je suis très intéressé par ton explication du caractère gaulliste de nos dirigeants
    Bien à toi
    LB

  10. Pierre BERAT

    Cher Lionel, Te voilà bien dans l’excès ! Comme je l’ai dit, je n’ai pas de problème de “congruence” politique. Bien à toi

Les commentaires sont fermés

2008 - 2021 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén