Fév 20

Dans le contexte qui est le nôtre en matière de déficits publics et de pression fiscale, les collectivités territoriales ne doivent-elles pas s’engager, elles aussi, dans une démarche visant à limiter la dépense publique ? Petite démonstration dans le 3e arrondissement.

En cette période électorale, la Gauche mène un intense combat médiatique contre les réformes des collectivités territoriales et de la taxe professionnelle, soi-disant pour préserver la capacité d’action des collectivités et « sauver les libertés locales ». Il y a une autre façon de voir la question : face à l’exigence de limiter la dépense publique pour réduire l’endettement et la pression fiscale, les collectivités ne pourraient-elles faire quelques économies ou autrement dit, éviter quelques dépenses ? La pratique du Maire du 3e arrondissement, Thierry PHILIP, qui est aussi un éminent acteur de la liste PS aux régionales, est à cet égard assez frappante.

Je l’ai interrogé lors du dernier Conseil d’arrondissement, sur les emplois du Cabinet des élus de la Mairie du 3e (une interrogation qui portait bien sur les effectifs du Cabinet et non sur les effectifs d’agents municipaux, contrairement à ce qui figure dans le compte-rendu du Progrès).

Que constate-t-on ? Sous le mandat précédent, lorsque Patrick HUGUET était Maire, les collaborateurs attachés aux élus étaient au nombre de quatre : une assistante de direction du Maire et trois autres assistantes attachées aux adjoints.

Quelle est la situation aujourd’hui ? Thierry PHILIP s’est entouré :

  • D’un directeur de cabinet et de la communication
  • D’un directeur adjoint de cabinet
  • D’un chef de cabinet
  • De deux collaboratrices de cabinet !

(Et encore, liste peut être non exhaustive dans l’attente de l’examen de la fonction exercée par certains autres postes).

Tout cela sachant que dans le même temps, les demandes des habitants concernant le cadre de vie, qui étaient gérées par le Cabinet jusqu’en 2008, ont maintenant été largement transférées sur des agents administratifs de la Mairie. C’est dire l’inflation de moyens qui sont consacrés aux « affaires politiques ». Je disais en Conseil que ce n’est plus une Mairie d’arrondissement, c’est à la « Maison blanche ». Il ne manque plus qu’un conseiller diplomatique et un porte-parole !

Que répond Thierry PHILIP ? D’une part que certains de ces emplois sont à temps partiel (sur ce point voir l’article du Progrès). Précisons aussi que si le nombre de postes n’augmente pas fortement, il n’en va pas de même de la masse salariale correspondante compte tenu du niveau des postes créés. D’autre part, il répond que ce Cabinet généreux vise à suivre les dossiers de l’arrondissement ! Une approche plus “light” ne nous a pas empêché au cours du mandat dernier de suivre les projets clés de l’arrondissement : cf. le sauvetage des Halles de Lyon menacés de délocalisation, celui de l’Esplanade Dauphiné menacée d’accueillir une déchetterie, la dénonciation de l’abandon de l’emplacement réservé pour espace vert sur le tènement Keller-Dorian ou encore les premiers aménagements de Garibaldi que nous avons « arrachés de haute lutte ».

Par ailleurs, les adjoints ne sont-ils pas là justement pour assurer ce suivi des dossiers ? Ils sont treize autour du Maire du 3e, à percevoir chaque mois une indemnité de plus de 1100 euros (indemnité justifiée je précise quand le travail est fait). Pourquoi vouloir doubler le rôle des élus par des collaborateurs de Cabinet ? Est-ce un problème de confiance du Maire envers ses colistiers ?

Comme je l’ai dit en Conseil d’arrondissement, je trouve qu’un tel Cabinet d’élu est excessif dans une Mairie d’arrondissement, et que dans le contexte de crise que nous connaissons, c’est même indécent quand on connaît les difficultés de nombreuses familles, ou quand on constate par exemple que de nombreux commerçants et autres chefs d’entreprise ne se versent plus de salaire depuis des mois pour pouvoir passer le cap de la crise.

Oui nous touchons bien là à une conception de la politique et de la gestion des finances publiques, lesquelles proviennent, comme chacun le sait, des poches des contribuables. Oui quand on voit cela, on se dit qu’il y a des économies à faire aussi dans les collectivités. Pensez-y pour les prochaines régionales !

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , ,


13 commentaires pour “Jugez par les faits !”

  1. 1. sans souci Dit:

    Le maire du 3ème doit rêver à 2014 et il se met en situation…
    avec nos impôts.

  2. 2. Pierre BERAT Dit:

    Bien synthétisé sans souci… en ajoutant que c’est pour 2014 et les autres échéances!

  3. 3. Milan Dit:

    Il est bon de rappeler , en effet , ( ce que nul ne devrait ignorer , en vérité ) que l’équipe élue en 2001 a su travailler dans le respect des habitants-contribuables du 3ème arrondissement et de la dépense publique , tout en portant à leur terme des dossiers majeurs et complexes cités dans le texte de Pierre Bérat .

  4. 4. Griffon Lyonnais Dit:

    @ Pierre : il faut faire la distinction entre les emplois de cabinet et les fonctionnaires qui y travaillent. Les premiers sont des contractuels, les seconds des fonctionnaires territoriaux. Pour connaître le nombre de postes, il faut regarder dans le budget le tableau des effectifs et les emplois régis par l’article 110 et tu as également l’indice auquel les postes sont rémunérés.

    Avec 90 000 habitants, tu dois trouver maximum 4 postes à temps plein.

    En sachant que le Maire du 3ème est également VP de la région, il doit aussi avoir des collaborateurs à Charbonnières et quelqu’un doit certainement coordonner tout ça …

  5. 5. Pierre BERAT Dit:

    Merci Griffon de ces éléments comme toujours très pointus. Ce que je regarde, politiquement, ce sont les moyens supplémentaires mis à disposition des “affaires politiques” en tenant compte des transferts de tâches vers les services. Bonne fin de week end

  6. 6. Burnier Dit:

    Dépenses pour quelle rentabilité ?????
    Il est étonnant que dans beaucoup d’administrations on dépense sans justification économique, cette inflation des collaborateurs est un exemple et après on pleure sur le déficit arguant que c’est la faute au gouvernement qui ne dote pas les échelons régionaux, départementaux et même communaux de moyens suffisants suite à la transmission de compétences, (réclamée à cor et à cri)

  7. 7. Pierre BERAT Dit:

    Monsieur Burnier, on peut effectivement se poser la question de la rentabilité pour la collectivité. La rentabilité pour les ambitions politiques est plus évidente…

  8. 8. GOMES Serge Dit:

    Pierre,
    Il faut bien faire “tourner” la maison T Philip…j avais oublié, il devrait faire tourner la maison 3 mais il semble bien que ce soit secondaire…ambitions ambitions
    Tiens au fait j ai pas souvenir que nous avions autant de collaborateurs lors du précédent mandat et pourtant il me semble aussi que nous nous en sortions.
    Mais bon nous n avons pas la même vision de l engagement politique c’est probablement là la grosse différente!
    Amitiés et bonne campagne

  9. 9. Daemon Dit:

    Bonjour Pierre
    je fais une petite étude anthropologique sur les élections à Lyon….votre blog est trés sérieux , documenté et argumenté. Bravo !! je reviendrai vous voir sans aucun doute prochainement
    http://daemon.numeriblog.fr/lyon/

  10. 10. Pierre BERAT Dit:

    @ Daemon, merci de vos appréciations et bonne investigation !
    @ Serge, tu sais de quoi tu parles en termes de suivi efficace des dossiers, sans débauche de moyens ! Bien à toi

  11. 11. Jean-Pierre Dit:

    Pierre
    Il serait intéressant de nous livrer, chacun dans nos communes, je veux bien le faire pour BRON, à un petit jeu de comparaisons des moyens humains engagés, de leur niveau par rapport au nombre d’habitants, et pourquoi pas des résultats obtenus.
    Le constat, je le crains d’avance, ne pencherait guère en faveur des collectivités territoriales de gauche qui, on le sait, sont restés fortement encrées dans le schéma vertical Etat-Collectivités locales. Et ce schéma insite fortement à la dépense.

  12. 12. Pierre BERAT Dit:

    Jean-Pierre, la comparaison est toujours intéressante. Là où cela se complique, c’est quand il faut déterminer à quoi servent réellement les emplois de cabinet : à gérer les affaires locales, comme nous le faisions dans le 3e entre 2001 et 2008, ou à gérer d’autres affaires… Dès lors un même ratio peut recouvrir des réalités bien différentes.

  13. 13. Daemon Dit:

    excellent tous ces commentaires !!
    http://daemon.numeriblog.fr/lyon/