Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

La métropole européenne : pourquoi, comment ?

Gérard Collomb et Michel Mercier viennent d’annoncer leur intention de transférer les compétences du Conseil général du Rhône à la Communauté urbaine, sur le territoire du Grand Lyon, dans le but que ce dernier se renforce, pour être “à la hauteur” dans la compétition des grandes villes européennes. Si l’idée n’est pas nouvelle, l’annonce d’une concrétisation, surprise et non concertée, crée bien logiquement des remous.

Cela m’évoque deux interrogations.

D’abord, le territoire. On nous dit : il faut organiser différemment le territoire pour qu’il pèse plus en Europe ; il faut renforcer les fonctions métropolitaines de ce territoire. Mais de quel territoire parle-t-on ? Quel est son périmètre ? Où se trouvent ces fonctions métropolitaines que l’on a l’ambition de mieux organiser ?

Depuis des années, on nous parle de vision stratégique à construire sur une vaste aire métropolitaine englobant le Rhône, la Loire, le Nord-Isère et une partie de l’Ain. Depuis plus récemment, on nous rebat les oreilles avec le pôle métropolitain, alliant le Grand Lyon, Saint-Etienne, la CAPI et l’agglo de Vienne. Et voilà maintenant qu’il s’agit de créer une super-collectivité sur le territoire du Grand Lyon (pourtant jugé trop exigu et qui n’englobe pas notamment l’aéroport), à moins que le projet vise un territoire communautaire élargi. Et tout cela, en faisant référence aux mêmes fonctions métropolitaines.

Bref, cela manque clairement de cohérence. Prenons le sujet par le bon bout : où s’exercent ces fonctions métropolitaines, c’est-à-dire ce qui influe sur notre rayonnement en Europe ? Cela permettrait de voir que beaucoup se joue plutôt à l’échelle régionale.

2e question : quelle démocratie au sein de la future métropole ? Je ne parle pas de l’annonce sans concertation qui est un problème en soi. Je fais référence au fonctionnement démocratique de la future métropole. Compte tenu de l’ampleur de ses pouvoirs, cette future super-communauté urbaine devra disposer d’une assemblée à forte légitimité. Le montage à deux niveaux, tel qu’il existe au Grand Lyon, est déjà décalé : les habitants sont confrontés aux compétences communautaires (urbanisme, propreté, voirie…) sans savoir à qui demander des comptes. Le problème sera encore plus crucial demain.

Si le projet se concrétise, il faudra une vraie élection métropolitaine, avec des choix clairs, des candidats bien identifiés. Sans cela, ce sera un pas supplémentaire vers un simulacre de démocratie et l’affirmation d’une technostructure métropolitaine.

Précédent

Une rencontre à ne pas rater

Suivant

Pour l’urbain et l’humain, on repassera…

3 Comments

  1. Sylvie

    Le maire de Lyon a encore une fois montré son aptitude à la concertation…et au delà son indifférence même envers les élus municipaux et communautaires

  2. DOMINIQUE

    A ces pseudo héritiers de la Révolution Française, il convient de rappeler que le découpage des territoires ne leur appartient pas. En ce sens, je rappellerai l’abolition des privilèges et des droits féodaux par l’Assemblée Constituante le 04 Août 1789. Beaucoup de têtes sont tombées pour cette cause et de nombreux soulèvements ont eu lieu dans les campagnes où de nombreux privilèges ont disparus corvée, dîme etc. Une telle décision se doit donc d’être argumentée car les lyonnais et les français en général, ont leur mot à dire et n’ont pas seulement des impôts et taxes à payer, un retour en arrière n’est pas possible et c’est ainsi que s’applique la Démocratie. Il faut donc présenter aux citoyens les avantages et les inconvénients des différents découpages, sachant que la politique doit servir le plus grand nombre. La contradiction doit donc pouvoir être apportée. Il faut des réunions de présentation et un référendum. Les gouvernements locaux socialistes n’ont pas à se comporter en seigneurs féodaux. C’est fini tout cela et puis surtout il faut être cohérent et arrêter de tromper les français. Les français en ont marre et quand ils en ont marre, hum c’est pas bon …..

  3. Guyot

    Pour un citoyen qui essaie de rester informé de ce qui se passe dans sa ville, je suis, à l’égal de Mr Queyranne ( qui soit disant ne savait rien), surpris, par cette annonce conjointe de Messsieurs Mercier et Collomb. C’est un sujet qui rejoint les réformes proposées par N.S. sur l’aménagement du territoire des collectivités territoriales, locales, etc.. et je pense que cela nécessite l’ouverture d’un véritable débat national; Avec en premier lieu la recherche des simplifications administratives, la compression des effectfs de personnels, d’élus , pour enfin réaliser des économies de fonctionnement.

Les commentaires sont fermés

2008 - 2020 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén