Juil 02

Je vous invite à prendre connaissance de mon intervention lors du dernier conseil d’arrondissement à propos de la suppression d’un arrêt du bibliobus. Sujet mineur ? Pas vraiment, puisqu’il s’agit de l’accès pour tous à la culture. L’affaire interpelle par ailleurs sur la gestion de notre Cité : qui suit les dossiers, qui décide, qui est concerté, comment se fait la communication ? Il est quand même consternant d’entendre les adjoints à la culture de la Ville et du 3e répondre que la suppression de la desserte Dauphiné est une rumeur, alors que l’information est officiellement diffusée (affiches, prospectus, site Internet de la bibliothèque) !

 

Question diverse posée lors du Conseil du 3e arrondissement du 30 juin 2009

 

« Monsieur l’adjoint, je vous ai écrit il y a quelques jours à propos de l’annonce d’une suppression de la desserte « bibliobus » du quartier Dauphiné. Vous m’avez répondu que cette suppression n’était pas à l’ordre du jour et qu’il s’agissait d’une rumeur. Vous aviez fait la même réponse lors du diagnostic en marchant du quartier Sans Souci.

 

Je reste toutefois perplexe. Vous parlez de rumeur mais j’ai entre les mains le programme de la desserte bibliobus sur lequel il est clairement indiqué que la desserte du quartier Dauphiné (Saint Maximin) est supprimée en septembre, comme d’autres lieux dans d’autres arrondissements. L’information est aussi mentionnée à l’arrêt du bibliobus. Quand vous appelez la bibliothèque municipale, on vous confirme l’information. Le motif donné est que la réduction de la desserte bibliobus résulte de réductions d’effectifs.

 

Alors de deux choses l’une Monsieur l’adjoint :

  • Soit vous avez fait machine arrière sur un mauvais projet, lancé sans aucune concertation (et on aimerait qu’il en soit de même sur d’autres projets) : mais dans ce cas, dites que vous avez revu votre position et ne parlez pas de rumeur.
  • Soit le projet va bel et bien être mis en œuvre, et je suis consterné de voir qu’il est mené sans aucune concertation de proximité, sans que cela semble retenir le moindre intérêt de votre équipe d’arrondissement. Permettez moi de vous dire que je trouve assez choquant que l’on supprime ainsi un service de proximité, sans aucune concertation. Sur un tel projet, il me semblerait logique de consulter le CIL et le conseil de quartier avant de décider.

 

La bibliothèque du 3e Est ne va pas ouvrir prochainement, et il serait dommageable de réduire à court terme la desserte bibliobus qui rend service à des personnes qui ont des difficultés pour se déplacer. Et je dirais que même lorsque la nouvelle bibliothèque sera ouverte, je ne suis pas sûr que la desserte bibliobus de Dauphiné perde de sa pertinence. »

Voir aussi Le Progrès sur le sujet.

 

Pierre Bérat

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , ,


8 commentaires pour “Le mystère du bibliobus”

  1. 1. sans souci Dit:

    Moi ça va je suis alerte : je peux me rendre à la bibliothèque Bd Vivier Merle.

    Mais pense-t-on aux personnes agées, aux mères de famille ?

    Qui croire dans cette histoire ; l’information officielle avec force affiches ou la version mairie du 3ème ?

    “ca l’affiche vraiment mal”

  2. 2. Géraldine Dit:

    Voici en tous cas une bien triste nouvelle!
    Je dois dire que c’est tout de même terrible car l’excuse “de la réduction d’effectifs” qui serait à l’origine de la décision de supprimer l’arrêt du bibliobus Rue du Dauphiné ressemble étrangement à l’excuse qui a été servi par des élus du troisième arrondissement et des techniciens du Grand Lyon pour justifier des problèmes de propreté à l’échelle du quartier Dauphiné-Sans Souci.

  3. 3. Capucine Dit:

    Merci Monsieur Bérat d’attirer notre attention sur les dysfonctionnements des décisions de nos élus. En souhaitant que votre précieuse intervention permettra à l’étape du Bibliobus rue du Dauphiné de survivre!

    La grande excuse de nos élus municipaux et d’arrondissement c’est effectivement “la réduction d’effectifs”, que ce soit pour justifier le laisser aller en matière de propreté, la fermeture de la piscine Garibaldi pendant la période estivale ou bien encore la suppression d’un arrêt de Bibliobus!

    Alors, il y a vraiment quelque chose que je ne comprend pas car si il y a vraiment “réduction d’effectifs”, comment cela se fait que les impôts locaux augmentent ?

  4. 4. BURNIER Dit:

    L’incohérence continue. Monsieur Collomb a-t-il décidé tout seul en court circuitant ses adjoints, on s’éloigne de plus en plus de la “démocratie participative”, mais est-ce une décision dite “politique” à ce moment là comme l’a dit Monsieur CORRAZOL il n’ y a pas à discuter.

  5. 5. Sylvie Dit:

    Au dela de la question des bibliobus se pose la question de l’accès des lyonnais à la lecture. Le bibliobus, qui dessert un quartier comme Montchat une heure tous les quinze jours, en pleine après midi, est un service minimum…
    Quand on voit les médiathèques qui se construisent dans les communes les plus reculées, on ne peut que constater que nos villes, et en particulier les quartiers les plus excentrés, sont vraiement très sous équipées…

  6. 6. rodolphe rous Dit:

    Stéphane Guilland vient de faire une excellente intervention au conseil d’arrondissement du huitième sur ce sujet qui se pose semble t-il au niveau de la ville de Lyon dans son ensemble:
    http://sguilland.over-blog.com/

  7. 7. admin Dit:

    Oui Rodolphe, c’est aussi pour cela que j’ai levé le lièvre en conseil du 3e. Ce dossier pose le problème d’un service public culturel de proximité, puisque plusieurs arrêts sont concernés. Il est par ailleurs l’illustration d’un problème de gouvernance de la ville. Voyons maintenant les explications qui seront données…
    Pierre Bérat

  8. 8. Stéphane Guilland Dit:

    Merci Rodolphe d’avoir relayé mon intervention en Conseil d’arrondissement et mon post sur mon blog… ce week end j’étais en famille à la plage… et sans mon PC !
    Plus sérieusement, la même réponse à la même question m’a été faite; rien n’est acté !!!
    Le huitième étant particulièrement touché (suppression de 3 arrêts sur 7… ); comme toi Pierre, ça me gène pour deux raisons: d’abord sur la méthode, aucune concertation ni avec les usagers… ni avec les personnels (a priori) mais on commence à avoir l’habitude… ensuite sur le fonds, la présence du bibliobus dans les quartiers assure une vrai mission de service public… qui mériterait qu’on réfléchisse par deux fois avant d’agir.
    A suivre.