Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Les bras m’en tombent

J’ai accompagné Françoise Grossetête hier soir à un débat de la campagne des régionales sur la politique culturelle. J’ai pu constater que le ton continue de monter entre le PS et Europe Ecologie. Le débat a été émaillé d’échanges d’amabilités entre les deux têtes de liste (et je suis pas le seul à le dire).

Je ne sais plus comment, mais le projet de l’autoroute A45 entre Saint-Etienne et Lyon est “venu sur le tapis”, notamment avec la question des contributions que les collectivités territoriales, dont la Région, devraient être amenées à fournir pour permettre la réalisation de l’infrastructure. Et là, consternation ! Philippe Mérieu, tête de liste Europe-Ecologie, de déclarer qu’il refusera toute contribution financière à ce projet et que la somme correspondante sera utilisée pour financer des médiateurs culturels ! Côté PS, c’est un Jean-Jack Queyranne gêné aux entournures qui a répondu que rien n’était encore décidé…

Comment peut-on envisager de gouverner ensemble une Région quand il y a un désaccord aussi total sur un projet majeur pour le développement régional ? That is the question !

Précédent

Fiche de lecture

Suivant

En avant !

4 Comments

  1. catelin

    Le culturel est un sac fourre-tout, complaisamment utilisé par des politiques pour mieux paraphraser l’inutile aux dépens des urgences. Le séducteur d’états d’âmes et de choix arbitraires, néglige voire réfute les faits pour donc, mieux attirer l’électeur dans son ego.
    L’urgence s’adresse à une population plus importante et confrontée quotidiennement à des déplacements. Quel choix opérer entre l’A45 et le TER, plus critique que des atermoiements culturels ? Là se place la responsabilité politique.
    Quant à Europe écologie, il se trompe de champs de manoeuvre : la Région n’est pas l’Europe. L’une est le quotidien avec ses exigences premières, l’autre est une arlésienne truffée de règlements.
    Europe écologie tout en prenant une déculottée, facilitera la division d’une gauche quelque peu hypocrite.

  2. Aurélie

    Le débat auquel vous avez assisté hier soir est l’illustration parfaite de la difficulté de gérer une collectivité (ville, département ou région) à la tête d’une majorité “plurielle”… Tellement plurielle que d’un côté il y a ceux qui sont favorables au progrès au sens large du terme qui tirent dans un sens (tunnel, autoroutes, contournement autoroutier, la place de la voiture en ville…) et les autres qui font du blocage (recours devant les tribunaux administratifs contre des projets d’avenir qui favorisent le développement économique!)

    C’est pourquoi il est préférable de se mettre d’accord sur les grandes lignes d’un programme cohérent avant, plutôt que de se retrouver gêné aux entournures comme le Président sortant de Rhône-Alpes après.

    Votre article sur ce débat aussi autoroutier que culturel renforce mon intention de voter pour la liste de Françoise Grossetête, pour changer l’équipe qui gère Rhône-Alpes!

  3. JJ Bois

    Simple question subsidiaire:C’est quoi un médiateur culturel?

  4. Pierre BERAT

    @ JJ si j’ai bien compris ce peut être n’importe qui dans sa vie quotidienne… mais vaut mieux aller à la source pour connaître les intentions… et le pourquoi du besoin d’aller chercher de l’argent des infrastructures pour cela !

Les commentaires sont fermés

2008 - 2021 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén