Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Malaise

Lors d’une récente visite sur le blog de Thierry Philip, à la recherche d’éléments sur le plan de mandat du 3e arrondissemement (sait-on jamais !), j’ai découvert deux posts traitant des relations entre politique et presse. C’est avec stupéfaction et un certain malaise que j’en ai pris connaissance.

 

Dans deux posts datés du 29 janvier et du 3 février, Thierry Philip traite ainsi de la relation entre presse et politique au niveau local, évoquant des « liaisons ambiguës ». Dans le premier, il revient sur l’épisode de l’estrade lors de la cérémonie des vœux de la Mairie du 3e, déplorant que la journaliste d’un grand quotidien local, négligeant son discours « consistant », se soit bornée à évoquer cet épisode. Dans le second, il dénonce le fait d’être qualifié de « Maire PS » dans les articles du même quotidien, une qualification « pénalisante » dont il serait seul l’objet.

 

C’est avec stupéfaction que j’ai pris connaissance de ces propos car ils me semblent déplacés. Quelques vérités méritent d’être soulignées.

 

Concernant « l’affaire de l’estrade », comme les lecteurs de ce blog l’auront compris, je dois d’abord préciser que je n’apprécie pas particulièrement un débat politique fait de ce type d’anecdotes. Pour autant, il faut bien constater que lors du mandat dernier, cette estrade était ouverte à tous les élus (je me souviens même y avoir vu des élus de gauche sans aucun lien avec l’arrondissement !). Je note aussi que dans le compte-rendu de la cérémonie des vœux, figurait aussi en bonne place une autre anecdote, tout à fait en faveur de l’équipe en place. Je suis enfin convaincu qu’il revient bien au journaliste d’apprécier la consistance des discours.

 

Stupéfaction encore concernant la qualification de « Maire PS ». Force est de reconnaître que cette qualification est très courante dans la presse. Contrairement à ce qu’écrit Thierry Philip, l’ancien maire était en général qualifié de Maire UMP. Pour ma part, je suis aussi en général qualifié de conseiller UMP dans les articles. Cette qualification par son parti politique est sans doute un peu réductrice. Mais il faut assumer son étiquette ! Visiblement, le Maire du 3e cherche à se construire un profil fédérateur large. J’aimerais lui suggérer, pour affirmer ce profil, de commencer par ne pas « gommer » systématiquement les élus d’opposition : cf. les photos sur le site de la Mairie du 3e habilement sélectionnées pour que n’apparaissent pas ces élus d’opposition, ou bien l’absence de citation de ces élus dans les comptes-rendus de manifestation, ou bien encore la non invitation de ces élus aux vœux du personnel alors que le communiqué de presse de cette cérémonie annonçait que l’ensemble du Conseil d’arrondissement allait présenter ses vœux…

 

Enfin, ma revue de presse de ces dernières semaines m’a permis de constater que les initiatives –nombreuses – de la Mairie du 3e arrondissement en matière de communication, avaient été très bien relayées par le quotidien « épinglé » par le Maire, avec photos à l’appui, même lorsque certains messages « people » avaient bien peu de rapport avec les compétences municipales.

 

Bref, rien qui ne témoigne d’un mauvais traitement par la presse. Ces prises de position, qui confirment certains échos récurrents, sont ainsi étonnantes et laissent un sentiment de malaise. Que faudrait-il pour « contenter » la Mairie PS ? Une presse aux ordres, allant chercher chaque jour auprès du cabinet du Maire la bonne parole à diffuser, et la façon de le dire ? Pas très sain tout ça !

Précédent

Incontournable temps long de l’action politique

Suivant

Informer c’est bien, concerter c’est mieux

11 Comments

  1. PORTO

    Effectivement c’est étonnant comme méthode

    Pourquoi un élu devrait renier son appartenance politique dès lors qu’il est élu, même si son devori est effectivement de faire des actions pour la collectivité dans son ensemble.

    Enfin, je suis étonné que Mr PHILIPPE, fasse des reproches à certains journalistes de la presse quand ils ne mettent pas en avant ce qu’il souhaite .. voudrait-il ainsi dire que la presse doit être uniquement un outil de propagande …?

  2. BURNIER

    J’ai remarqué aussi le traitement fait par la presse à notre maire du 3ème, depuis l’accueil téléphonique en passant par l’annonce anticipée de l’opération et autres annoces qui malheureusement n’éclairent pas beaucoup les détails du plan de mandat quirestent flous quand il n’y a pas contradiction mais c’est promis juré ce plan sera dans le prochain journal du 3ème “Vision”

  3. Maryse Beauchamp

    Mais cela confirme ce que j’ai toujours pensé de cet homme.

  4. Guyot

    bonjour
    sauf erreur de ma part, la presse locale serait plutot de gauche, pas assez pour Monsieur Philip. L’opposition doit se faire entendre, je suis prèt, si vous le désirez, pour une bonne occasion à lui faire un courrier ou à protester auprès du journal.
    Ce jeudi à 18h30 il y a en mairie une conférence sur l’Europe, je vais essayer d’y assister , et si nécessaire et si possible poser quelques questions, en partie sur l’impact de la présidence Française de Monsieur Sarkozy.
    Bjen sincèrement. Roger Guyot.
    .

  5. Pierre, bonsoir,

    Claudius Imperium de Lugdunum 24 heures hier, redevient un citoyen de base.

    J’ai bien lu ta note. Elle pose un grave probléme non seulement des rapports du journaliste et du politique qui n’est jamais sein ni pour l’un ni pour l’autre mais j’accèderai mon propos sur : qu’est-ce que le Progrès aujourd’hui?.
    Comme tu peux le constater toi-même, il y a de moins en moins de rubriques d’intérêt local concernant les arrondissements. De plus, il reflète de moins en moins les actions des associations qui agissent pour l’intérêt général de la cité ; il en est ainsi et je peux en témoigner concernant le 7ème arrondissement surtout dans les compte-rendus des CICA, ce qui a été le cas pour le notre du 9 décembre 2008 où aucun argument de l’ensemble des associations fut relevé. C’est ainsi que j’ai pris le taureau par les cornes et suis allé au Progrès le 20 janvier pour obtenir une interview que j’ai eue. A ce jour, rien n’est encore parue dans le quotidien. Je crois que le Progrès, là se moque des associations. Personnellement, je souhaiterai qu’une action commune de toutes les associations du 7ème et pourquoi pas au delà puissent demander d’abord à obtenir un entretien auprès du Rédacteur en Chef du Progrès ou de son Directeur général. Il y va du fonctionnement, du respect de la liberté d’expression, de la démocratie qui pour moi prend une mauvaise tournure dans ce journal, lequel d’ailleurs perd chaque jour des lecteurs.

    Entendons-nous bien, il n’est pas question pour moi d’imposer au journaliste ce qu’il doit écrire: il y va de la liberté de la presse mais je demande simplement avec mes amis qu’il informe la population des arrondissements non seulement de nos actions mais également des propos que nous tenons lors des débats en CICA notamment.
    Reçois, Pierre, sans imperium, mes sincères salutations gaulliennes

  6. admin

    Claude,
    Je ne partage pas ton point de vue concernant l’information locale dans le Progrès compte tenu de ce que je peux en apprécier au niveau du 3e que je connais très bien. Je trouve que les correspondants font souvent un gros travail d’investigation et qu’ils traduisent bien la vie des quartiers. Je trouve aussi qu’il y a un bon équilibre entre des articles de fond, le compte-rendu d’activités associatives et un bon rendu des débats locaux, même si la place semble manquer pour qu’il y ait plus d’articles. Cela ne veut pas dire que je suis toujours d’accord avec ce qui est dit. Par ailleurs, c’est vrai qu’il faudrait pouvoir plus faire parler les associations. C’est ce que nous avions voulu faire, je crois avec un certain succès, dans le journal municipal “Demain le 3e”. Enfin, concernant le CICA, je crois que le problème est d’abord d’avoir la volonté de dynamiser cette assemblée. Cela passe par le choix des thèmes, qui doivent être connectés avec l’actualité, et non pas servir à “meubler” la séance. J’ai ainsi trouvé étonnant que le dernier CICA du 3e soit consacré aux modes doux de déplacement alors que d’évidence, les choix à discuter vont se présenter dans quelques mois. Encore une occasion manquée de débattre sur du concret.
    Pierre Bérat

  7. catelin

    Je rejoins en partie ce qu’écrit M. Jeandel et m’associe à sa suggestion de susciter un meilleur travail journalistique sur les associations.
    Mes rôles professionnels m’ont appelé à cotoyer le monde journalistique. Sans dossier presse écrit et pertinent, un journaliste peut écrire, malheureusement, n’importe quoi.
    Alors çà et là, l’on constatera des erreurs, des vérités, des généralités tous trompeurs pour le lecteur.
    Ignorer la subsidiarité des associations, c’est oublier que la concertation dans de multiples domaines efface les possibles affirmations péremptoires glissant sur des extrémismes.

  8. padec

    le maire PS ‘”tout puissant” de notre arrondissement est un homme qui a un gros appétit …politique
    Non content d’être Vice président de la région Rhône Alpes, maire du 3° arrondissement de lyon , conseiller municipal et vice président du Grand Lyon, il souhaite devenir député Européen .
    Le cumul des mandats si cher à la gauche, ne parait pas lui poser de souci.
    A moins d’être un surhomme , il sera obligé de quitter un mandat.
    la mairie du 3° va-t-elle en faire les frais ?
    Il serait important de connaitre la réaction de nos concitoyens qui ont donné plus de 60% de leurs suffrages à ce boulimique !

  9. pascale

    Peut être envisage -t-il de tenir le standard téléphonique à Strasbourg !

  10. admin

    @ padec,
    La victoire de la gauche a été nette, mais n’exagérons pas, elle n’a gagné qu’avec 52 % des voix et avec 45 % d’abstention.
    Pour ce qui est du mandat à abandonner, je doute que ce soit la Mairie du 3e, puisque celle-ci sert de “base” pour les ambitions politiques semble-t-il… d’où l’obsession de la communication. Quant à l’action réelle de proximité, ce sera sans doute une autre histoire…

  11. sans souci

    Et pourtant quand on travaille en milieu hospitalier, on est généralement ” à cheval” sur les étiquettes.

Les commentaires sont fermés

2008 - 2021 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén