Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Page 2 of 86

Explications

Nous serons donc présents au 2e tour des élections municipale et métropolitaine dans le cadre d’une alliance entre nos listes de la « Droite et du Centre » et les listes « Un temps d’avance » de Gérard Collomb et Yann Cucherat. Pour la circonscription métropolitaine Lyon Est, cette liste fusionnée sera conduite par Carole Burillon et je serai 2e. Hélène Baronnier (3e), Fabien Vicente (6e) et Luis-Georges Quintelas (8e) seront aussi sur cette liste.

Quelques mots pour vous expliquer mon point de vue d’acteur alors que vous avez pu être surpris et que vous vous posez de légitimes questions.

Pour ce qui concerne les élections métropolitaines, en tant que tête de liste de la Droite et du Centre à Lyon Est, l’une des deux circonscriptions lyonnaises sur six où nous étions en position de nous maintenir au 2e tour, la question de cette alliance s’est posée directement et très concrètement.

Le plus facile aurait été de se présenter au 2e tour avec la même liste. D’abord parce que cela aurait été poursuivre la campagne avec les 9 candidats qui ont formé une très belle équipe pour le 1er tour ; cela évitait que certains d’entre eux ne soient plus candidats. Je tiens à remercier Anne-Marie Derozier, Virginie Reymond, Jacques Rolland, Brigitte Fontanez et Jean-Edouard Guillermard pour leur implication dans notre campagne. Plus facile aussi bien sûr car cela aurait été porter un projet inchangé, intégralement défini par notre famille politique.

Mais l’explication du choix de la fusion avec les listes « Un temps d’avance » est très simple.

Le contexte politique et les résultats du 1er tour montrent qu’il y a une réelle possibilité que les Verts, alliés au PS, au PCF et à l’extrême de gauche de France Insoumise l’emportent le 28 juin, à la Ville et à la Métropole.

Cette alliance Verte-Rouge a bien sûr le droit de défendre son projet et de vouloir exercer le pouvoir.

Mais on a aussi le droit de dire que l’on considère que ce projet mettrait en péril le développement de la ville et de notre métropole et qu’il faut absolument chercher à l’éviter. Nous voyons ce qu’a provoqué cette politique à Grenoble en quelques années.

C’est ce que je pense parce que cette coalition Verte-Rouge porte en étendard une écologie qui est d’abord une vision idéologique, avec des mesures punitives, pour jouer sur des symboles plutôt que de trouver des solutions systémiques. C’est ce que je pense parce que cette coalition est constamment tentée par des logiques de décroissance, qu’elle théorise, alors même que la crise économique profonde post-Covid que nous allons connaître exige au contraire de déployer toutes nos énergies. C’est ce que je pense parce que cette coalition est, par idéalisme, laxiste sur les questions de cohésion nationale, de sécurité, de justice. Notre société troublée a besoin de tout sauf de perte de repères encore plus profonde.

Notre alliance a pour vocation de rassembler sur un projet alternatif de développement pour notre territoire : un projet avec en son cœur le développement durable, comme vision vertueuse globale, car c’est une nécessité pour notre qualité de vie, celle de nos enfants, et pour l’équilibre de notre développement ; un projet qui crée les conditions du rebond économique pour sauver l’emploi ; un projet qui contribue à rétablir les équilibres dans notre société.

C’est une alliance pour Lyon et sa métropole, et non pas un accord d’appareils politiques, au niveau local ou national.

Cette alliance, nous avons cherché à la bâtir avec les forces politiques les plus proches de nous. Et si nous avons des divergences avec l’équipe de Gérard Collomb, si nous nous sommes opposés à certains de ses projets, force est de constater que ces dernières années, sur le fond, le clivage s’est plutôt réduit. Par ailleurs, sur ses listes du 1er tour, il y avait des forces politiques centristes, le MODEM et l’UDI, avec lesquelles nous travaillons déjà à la Région. Enfin, point important, Gérard Collomb a accepté de ne pas postuler à la présidence de la Métropole, ce qui était une condition posée. C’est un geste fort.

Enfin, sur Lyon Est, je constate que sur deux sujets que nous avons portés lors de la campagne, la liste de Gérard Collomb s’était rapprochée de nos positions dès avant le 1er tour. Sur la nécessité de mieux préserver le cadre de vie de nos quartiers, Gérard Collomb avait admis que l’on était sans doute aller trop loin en termes de densification. Et sur la problématique de la sécurité et de la tranquillité publique, sa liste nous avait rejoint dans la proposition de créer un poste de police de proximité pour le 3e Est.

Voilà donc quelle est la situation.

Nous allons avoir une campagne de 2e tour finalement très politique, avec deux visions très différentes proposées aux électeurs. Le projet que nous porterons ne sera pas totalement le même que celui que nous aurions défendu seuls, mais il est celui de la responsabilité et donc du rassemblement.

Maintenant, ce sera à chacun de se prononcer le 28 juin, en conscience, et ce choix sera d’importance. C’est bien le propre de la démocratie.

Une reprise en main urgente de l’ordre public

COMMUNIQUE DE PRESSE

Visiblement, dans certains secteurs du 3e arrondissement, des bandes ont profité du confinement pour considérer qu’elles pouvaient s’approprier l’espace public. Depuis plusieurs semaines j’alerte la Maire du 3e sur cette situation. Hier soir, de graves débordements se sont de nouveau produits sur les hauts de Montchat. Une reprise en main de l’ordre public est urgente.

Les médias ont évoqué la situation inadmissible du secteur Péri-Guillotière où l’habitude a été prise de ne pas respecter les lois républicaines, que l’on soit ou non en période de confinement. Mais il ne faut pas croire que c’est le seul endroit problématique à Lyon. Dans le 3e arrondissement, des problèmes existants de sécurité et de tranquillité publique se sont aggravés pendant le confinement. Certaines bandes semblent plus que jamais considérer pouvoir s’approprier une partie de territoire.

Depuis plusieurs semaines, j’alerte Catherine Panassier, Maire du 3e arrondissement, sur la situation autour de la résidence des Charmilles à Montchat : regroupements dans la rue ou sur le parking de la résidence, rodéos dans les rues, bagarres, trafics, détériorations… A la fois Maire d’arrondissement et Présidente de Grand Lyon Habitat, elle devrait pouvoir réagir plus efficacement. Il en va de même dans le secteur des Maisons-neuves, à la limite de Lyon 3e et Villeurbanne : rodéos sur la rue Frédéric-Mistral notamment. Les habitants n’en peuvent plus de cette pression permanente et des menaces quand ils « osent se plaindre ».

Hier soir, une nouvelle escalade prévisible a été enregistrée avec des troubles sur les hauts de Montchat : rassemblement de plusieurs dizaines de personnes, circulations de véhicules qui klaxonnent, jets de pierre, tirs de mortier d’artifice. Un riverain a été molesté.

Il faut maintenant que la gravité de ces situations soit prise en compte et que des réponses soient apportées pour rétablir l’ordre public :

  • Réunion de crise de toutes les parties prenantes (polices nationale et municipale, justice, bailleurs sociaux…) pour examiner de façon globale la situation des fauteurs de troubles. Je demande que le conseil du 3e soit informé des réponses apportées,
  • Mobilisation beaucoup plus forte de la Police municipale, avec des rondes régulières qui ne se limitent pas à des passages de véhicules.

L’ordre public fait bien partie de la gestion des affaires courantes. C’est même une priorité.

Mesures d’urgence de la crise sanitaire Covid-19

Voici le texte de mon intervention lors du Conseil municipal du 7 mai 2020 réalisé en Visioconférence.

“Monsieur le Maire,

Je commencerai par vous dire l’intérêt que nous avons, nous élus du groupe Les Républicains et apparentés, à pouvoir échanger sur les mesures d’urgence pour faire face à la crise sanitaire et à ses conséquences.

Cette crise est dramatique. Elle l’est en matière de santé et nous pensons aux victimes du Covid, à leur famille, aux malades qui sont en train de se battre. Nous pensons aux soignants, en 1ère ligne pour sauver des vies. Leur engagement est remarquable il doit nous amener à porter un autre regard sur notre système de santé et, plus largement, sur les priorités de l’action publique.

Cette crise est aussi dramatique par ses conséquences économiques et sociales.

Il est donc important que la démocratie puisse jouer son rôle et il faut quand même regretter que ce premier conseil municipal de l’après-covid se tienne près de 2 mois après l’entrée en confinement. Certes il faut de l’efficacité dans la réponse apportée et donc ne pas se perdre dans des débats stériles. Mais pour autant, il faut que les assemblées qui représentent la population puissent s’impliquer pour prendre en compte toutes les réalités sociales et pour fédérer toutes les forces, car bien sûr le combat que nous devons mener doit nous réunir. Mon intervention s’inscrit dans cette perspective.

Notre groupe Les Républicains et apparentés soutient les mesures d’urgence. La situation l’exige.

Ces mesures couvrent un vaste champ de sujets. Je l’ai dit, le temps n’est pas aux grands discours. Vous comprendrez donc que je ne passe pas en revue toutes nos approbations et que je me concentre sur nos propositions et les sujets qui posent question.

Je ne reviens pas sur les sujets importants de la distribution des masques aux Lyonnais et de la lutte contre les incivilités qui ont été abordés par des collègues de mon groupe.

Je commence avec le retour à l’école qui est le sujet d’actualité. Beaucoup de questions se posent encore et les maires portent un lourd fardeau. On voit bien sur ce sujet clé la limite du « en même temps ». Nous plaidons pour mieux associer les parents d’élèves et directeurs à la mise en place du dispositif. Pour conforter la confiance des élèves, parents et personnels, pourquoi la Ville ne propose-t-elle pas des tests de température à l’arrivée le matin et un test sérologique pour le personnel intervenant ? Et puisque l’un des objectifs est de favoriser le redémarrage du pays, il faut veiller à ce que cette reprise des cours soit adaptée à la reprise de l’activité par les parents.

Autre sujet clé, la solidarité avec les personnes fragiles qui se sont retrouvées dans des situations d’isolement et d’angoisse. Le CCAS a utilement réalisé des appels auprès des seniors de plus de 75 ans. Près de 9000 appels auraient été réalisés selon votre rapport. Mais cela reste peu si l’on considère les 39 000 Lyonnais de 75 ans et plus. Et puis il y a aussi toutes les personnes avec handicap et tous les malades, à l’immunité affaiblie. Personnellement, par les appels que j’ai pu réaliser, j’ai constaté que des personnes n’étaient pas touchés par le dispositif du CCAS. Par ailleurs, un service de livraison de paniers alimentaires a été mis en place au profit des détenteurs de la carte Senior, mais il est intervenu très tardivement.

Notre pays n’était pas prêt pour faire face à une telle crise sanitaire, je crois que la Ville ne l’était pas suffisamment pour assister rapidement les plus fragiles. Il me semble nécessaire de progresser sur les points suivants : compléter les fichiers de personnes fragiles, assurer un suivi des appels à Lyon en ligne, permettre plus facilement aux personnes de se signaler (pas d’information claire sur le site Internet) et augmenter les capacités d’appels téléphoniques de la Ville, quitte à redéployer des effectifs en période de crise, le télétravail offrant beaucoup de possibilités.

Dans une grande ville comme Lyon, l’assistance ne peut reposer uniquement sur les associations et la solidarité de voisinage, aussi remarquables soient-elles.

En matière de soutien à l’économie et aux entreprises, nous soutenons bien sûr toutes les mesures d’allégement de charges prévues. Il faut néanmoins être conscients que pour les entreprises sans terrasse ou qui ne font pas de publicité, l’avantage sera limité. Il faudra sans doute compléter les choses avec un dispositif plus général ; les commerçants ont posé la question de la suspension du stationnement payant.

Nous regrettons qu’il ait fallu attendre ces derniers jours pour que soient mis en place des dispositifs sécurisés permettant la réouverture de quelques marchés. Une action plus volontariste de la ville, avec des agents en soutien des forains, pourrait permettre d’ouvrir plus de marchés.

Il faut aussi nous mobiliser pour maximiser la reprise de l’activité. Il s’agit d’assurer un avenir aux entreprises et notamment aux TPE, en sachant que l’on parle ici de professionnels qui ont vu en quelques semaines leur affaire, dans laquelle ils ont engagé leurs ressources, être atteinte par l’absence de chiffre d’affaires. Il s’agit aussi de sauver les emplois liés à ces activités. Mais ne nous y trompons pas, il s’agit aussi de sauver le tissu d’entreprises qui est la source de la création de richesses et qui permet donc le financement de l’investissement public et des dispositifs de solidarité qui sont si utiles aujourd’hui.

Il faut donc une vraie stratégie de reprise économique. Au plan commercial, notre Ville avait déjà beaucoup souffert des mouvements sociaux, la crise sanitaire est un nouveau choc. Pour assurer l’attractivité commerciale, il est sans doute opportun et urgent de mettre un terme à la «guerre des bacs à fleurs » dans les rues du centre-ville et de ne pas asphyxier les accès à la Presqu’île.

Enfin, pour terminer, un autre sujet d’anticipation. Il apparaît de plus en plus probable que la période estivale sera encore marquée par des contraintes de déplacements. Nombreux seront les Lyonnais présents dans la ville, avec un légitime besoin de prendre l’air, de souffler, de se dépenser… dans ce contexte, il sera bien sûr d’autant plus inacceptable de voir des parcs, squares et jardins fermés pour éviter l’installation de campements sauvages. C’est la situation que nous avons connue ces derniers mois dans le quartier Villette de Lyon 3e. Merci de faire en sorte que la Ville, en liaison avec les services de l’Etat, assure la maîtrise de ces espaces verts pour que les Lyonnais puissent en bénéficier dès leur réouverture post-confinement et ceci tout l’été.

Voilà, nous approuvons donc ces mesures d’urgence et nous avançons les propositions suivantes pour les compléter : rassurer les enfants, parents et personnels en organisant des contrôles de température et des tests pour la reprise de l’école, développer les capacités de la Ville pour identifier et contacter toutes les personnes fragiles, réfléchir à une aide aux entreprises plus générale, faire preuve de plus de volontarisme pour la réouverture de marchés sécurisés, s’assurer que les parcs et jardins bénéficieront bien aux Lyonnais cet été.

Affaires locales du 3e arrondissement

Vous le savez, depuis quelques temps déjà, je demande à Madame la Maire du 3e la tenue d’un conseil d’arrondissement, sous une forme adaptée au contexte du confinement. Il me semble en effet particulièrement important d’assurer la continuité des institutions pendant les périodes de crise et par ailleurs, un conseil d’arrondissement est un lieu de débat et d’échanges sur les affaires locales, et la crise sanitaire amène à se poser des questions. Voici en tous cas les questions que j’ai posées à Catherine Panassier.

1) Il me semble très important de s’assurer que les personnes âgées isolées/personnes fragiles se voient proposer des solutions pour se ravitailler. Certes il faut espérer que la solidarité de voisinage joue son rôle. Mais notre collectivité ne peut se contenter d’espérer cela. Vous nous avez indiqué que le CCAS effectuait des appels, comme cela se fait pendant la canicule. Peut-on avoir un bilan quantitatif des appels réalisés ? Quelles sont les catégories de personnes contactées ? Je vous pose ces questions car dans les appels que j’ai pu réaliser en fonction de mes connaissances, j’ai constaté que des personnes pourtant fragiles n’avaient eu aucun appel.

2) La situation des entreprises, et notamment des plus petites d’entre elles, est très difficile. Dans ce contexte, le respect des délais de paiement est primordial pour ne pas augmenter les problèmes de trésorerie. La Ville de Lyon a-t-elle donné des consignes pour payer le plus visite possible les factures de ses fournisseurs ?

3) Relativement au confinement, la nécessité de ne pas se regrouper dans la rue est-elle respectée ?

4) Fermeture des marchés : j’ai lu dans la presse l’évolution de l’actualité lyonnaise sur le sujet. Dans ce contexte, pour limiter les difficultés des producteurs, est-on assuré que tous les producteurs présents sur les marchés habituels du 3e ont bien été contactés pour leur proposer de participer aux dispositifs alternatifs de commercialisation de leur production ?

5) Les structures de portage de repas à domicile vont-elles bénéficier de dotations appropriées en masques de protection ?

Bravo !

Dans notre 3e arrondissement, aux nombreux acteurs de la santé, avec notamment les Hôpitaux Edouard Herriot, Desgenette, clinique, dispensaire, tous les médecins généralistes et infirmières libérales, les pharmaciens, un grand merci et un hommage appuyé pour leur engagement remarquable dans cette lutte contre le Covid-19.

Et un grand merci également pour tous ceux (vendeurs et caissiers dans les commerces de nécessité, policiers, livreurs, postiers, éboueurs…) qui sont au quotidien en activité, au contact de la population, pour assurer les services clés de la Nation et la continuité de l’activité.

2008 - 2020 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén