Pierre Bérat

Conseiller municipal de Lyon 3e, Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes

Prévention de la délinquance : il faut recentrer l’action

Lyon-20140827-00407Voici mon intervention d’hier en Conseil municipal sur les subventions en matière de prévention de la délinquance ; intervention qui m’a valu les insultes de M. Sécheresse, l’Adjoint PS à la Sécurité, parlant de mon “cerveau encombré” et de “propos nauséabonds”. Je laisse chacun juger à la lecture du texte… Cette réaction permet de mieux comprendre les limites de la politique municipale de sécurité. Quant à l’indignité des propos de l’élu, cela interroge bien évidemment. Comment un tel personnel politique peut-il conduire une Métropole de niveau européen ?

“Monsieur le Maire,

Les temps sont durs. Dans la lutte contre la délinquance, vous ne pouvez pas continuer à agir à côté de la cible.

L’argent manque. Chaque euro dépensé doit financer des actions qui renforcent directement la sécurité.

Le groupe EPL-UMP s’abstient sur ce dossier. Une abstention « signal », pour vous inciter de nouveau à recentrer la politique lyonnaise de sécurité.

Qui peut vouloir lever le pied en matière de lutte contre la délinquance ?

  • Une récente enquête approfondie a montré que Lyon était, parmi les grandes villes françaises, celle avec le taux le plus élevé de coups et blessures volontaires.
  • 14 % des collégiens ne sont pas en sécurité. Peut-être considérez-vous que ce chiffre est faible ? Je pense qu’il est inacceptable.
  • Autre constat : les braquages de commerces sont fréquents, bien trop fréquents, comme va le rappeler le Maire du 6e suite à une nouvelle attaque de bijouterie ou comme nous venons de le constater encore samedi dernier avec un nouveau braquage de supérette dans le 3e arrondissement.

 Face à ces constats, il n’est plus possible que les actions subventionnées dans la cadre du Contrat Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance soient trop souvent à côté de la cible. La Chambre régionale des comptes a déploré une juxtaposition d’actions sans cohérence. Nous vous avons de nouveau alerté en mai dernier. Mais vous poursuivez sur les mêmes chemins de traverse.

  • 25 % des crédits 2014 sont concacrés à des actions ayant un lien très indirect, voire lontain, avec la sécurisation des Lyonnais.
  • 25 % seulement vont à des actions de prévention de la délinquance chez les jeunes.
  • D’autres sont intéressantes mais tellement ponctuelles : que va changer une action sur 15 collégiens ? Quel peut être le résultat pour la Ville de ce saupoudrage ?

Que répondre aux Lyonnais avec lesquels j’ai été en contact cet été, dans le secteur Villette-Ferrandière, secteur qu’une bande considère comme son territoire, avec violences à la clé ? Faut-il répondre que la Ville est active, qu’elle finance un festival sur la violence, ainsi que des pièces de théâtre pour l’égalité garçons/filles ?

Ce qui s’est passé ces derniers jours place Gabriel Péri, suite à l’interpellation de notre groupe, prouve bien qu’il faut s’attaquer directement aux problèmes.

 Comprenons-nous bien. Mon propos n’est pas de mettre en cause les structures bénéficiaires des subventions. Il y a d’ailleurs des actions parfaitement ciblées comme ce que fait Lyon Aide aux Victimes dans nos écoles, sur les sujets du racket, du vol et des violences.

Pas de remise en cause, mais l’affirmation claire que les actions sans lien direct avec la lutte contre la délinquance doivent être financées – éventuellement -, par les politiques de solidarité, de lutte contre les discriminations…

Je note aussi un certain manque de transparence puisque les précisions demandées en conseil du 3e arrondissement sont restées sans suite.

Notre abstention est donc un signal. En ce moment de refonte de la politique de la ville, et où la Métropole change la donne avec le Département, nous vous demandons :

  • De présenter votre diagnostic de l’insécurité à Lyon, ici, ou mieux encore dans les arrondissements,
  • De revoir vos priorités dans la lutte contre la délinquance,
  • D’utiliser l’argent des Lyonnais pour des actions qui les sécurisent effectivement, notamment pour les plus vulnérables.”

Précédent

Vue sur la bataille de Kobané…

Suivant

Quelques rappels sur le projet Part-Dieu

4 Comments

  1. edmee

    Je ne peux qu’adhérer à vos propos concernant la sécurité des bien et des gens et je ne suis guère étonnée de la « volée de bois vert » qui a servit de réponse à votre interventio
    Je ne sais si je vous avais dit qu’en décembre 2013 je m’étais rendue (suite à une demande de cette personne) pour lui parler des méfaits et autres qui se passaient sous mes fenêtres depuis des mois place St Anne pour ne pas la nommer….
    Réponse de l’élue « il faut bien que jeunesse se passe et le fait qu’il ne soit pas en règle n’est pas un problème ! » la BAC passe en civile régulièrement et les gens et les commerçants sont en parfaites sécurité moralité … circulez il n’y a rien voir !
    De ce fait, rien n’a changé au contraire, j’en arrive à regretter de demeurer dans ce quartier mais je me « console » en me disant que je n’habite pas place du pont et que tant que nous n’aurons pas un GVT fort avec hélas une tolérance zéro nous devrons nous armer de patience mais la patience a des limites
    bonne semaine

  2. helene

    beaucoup de problèmes place renaudel et rue desaix ….surtout a la sortie de la boite de nuit le bloc ….alcool , bagarre , cris , courses de cadie carrefour …..et cela a été dit a la mairie du 3eme ,mais cela ne semble pas être pris en compte dans le projet part dieu ..car on a jamais été concerté sur la nature et l’aménagement des espaces publics rue desaix cuirassiers …..et pourtant on connait le quartier ….je ne parle meme pas de la gare la nuit surtout les abords de la gare ……il faut déjà de la prévention , des aménagements adaptés ;;.Des structures pour les jeunes et les moins jeunes qui n ‘ont pas de logement et qui se concentrent vers la gare ou devant l’ hotel du grand lyon ….depuis le temps je suppose que le Maire a vu ….et que le sytral mette des bus a 5 heures du matin ….toutes les bagarres c ‘est entre la sortie de la boite de nuit jusqu ‘a l’arrivée des bus …bref pdt l’attente ….Et puis le trafic de drogue est connu aux abords de la gare …déjà signalé par les habitants

  3. MILAN

    Il est à remarquer une recrudescence de bandes au coin de chaque rue ( ou presque ) à n’importe quelle heure du jour et de la nuit depuis cet été. Les riverains s’en plaignent , apellent la police , vont voir les services ….Rien , puisque cela augmentent . “Il faut bien que jeunesse se passe” ? Une telle réponse est inadmissible , scandaleuse de la part d’une élue à une personne qui , somme toute , vient chercher de l’aide .
    “Le bonheur est à droite” c’est le titre d’un ouvrage paru récemment .
    Même sans l’avoir lu , il faut croire que oui .

  4. L’agression relatée dans la presse ce jour” viol d’une femme avenue Berthelot ce dimanche matin, en pleine rue” devrait faire réfléchir la municipalité sur la sécurité en ville et apporte un démenti cinglant à la position de madame la responsable , que vous nous relatez. Pour confirmer cette situation d’insécurité, je suis profondément inquiet à la confidence d’un de mes proches qui ayant des horaires de travail assez décalés ainsi que son épouse, se sont équipés d’un “Taser” pour faire face à une éventuelle agression. Cette insécurité se prolonge dans les établissements scolaires, ou si vous êtes un bon élève on ne manque pas une occasion de vous agresser verbalement soit en classe ou à la sortie sous le regard indifférent des profs impuissants.(quartier Villette P. Bert) Je vous dirais aussi la stupide intervention d’une bande de jeunes ,dans le tram, un dimanche après-midi place G. Peri, nous traitant de Frontistes et ventant la France Algérienne au grand dam de mon épouse, qui depuis ne veut plus prendre le tram.Il ne pas s’agit bien sûr d’en rajouter sur l’insécurité, mais je pense que sans faire d’amalgames il est nécessaire de regarder les choses en façe.

Les commentaires sont fermés

2008 - 2019 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén