Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Proximité proche

Proximité proche ? Ouah, le pléonasme. Sans doute, mais quand on lit ce qu’on lit, ce pléonasme risque de devenir nécessaire. J’en veux pour preuve le dossier du réaménagement de la place de Francfort dont j’ai parlé dans mon post du 7 février. Un projet voté au Grand Lyon sans concertation au plan local, la Mairie du 3e arrondissement ayant été déficiente sur le sujet.

Mon post aura eu un premier effet : quelques jours après sa mise en ligne, et après le vote au Grand Lyon,  l’adjoint du 3e chargé de la démocratie participative mettait en ligne le plan de l’aménagement. C’est cela l’opposition aiguillon !

Quand j’ai évoqué ce sujet, certains ont douté de la nécessité d’une concertation de proximité, au motif que cette place serait une annexe de la gare Part-Dieu, et que son devenir ne préoccuperait que les Lyonnais utilisateurs de la dépose minute… Autrement dit, comment un quartier abandonnerait l’un de ses espaces au bénéfice de la Centralité.

Ce que je constate, c’est qu’après la mise en ligne de mon post, plusieurs internautes m’ont demandé le plan d’aménagement dont je proposais la diffusion (en guise de substitut démocratique) : l’intérêt des « voisins » pour ce projet est donc bien réel.

Je constate aussi à l’occasion des échanges que j’ai pu avoir, que les éléments de préoccupations sont nombreux :

  • Nuisances sonores et pollutions que pourrait causer le déplacement de la gare routière sous les fenêtres des habitants des immeubles voisins (eh oui il n’y a pas que des bureaux à côté de la gare),
  • Ras le bol des riverains de l’itinéraire Bonnel/Villette/Flandin déjà saturé et qui risque de l’être encore plus demain,
  • Interrogations quant à des investissements en projet compte tenu des mutations que va connaître le secteur.

Bref, il y a matière à discussion locale.

Les édiles socialistes qui ont la charge du devenir de notre arrondissement et de notre ville, ne sont pas avares de l’usage du terme « proximité ». Vous pouvez d’ailleurs le constater dans les documents de campagne de ces édiles qui ont décidé de se présenter également aux élections cantonales. Difficile de les croire sur parole face à un tel constat de carence, comme le dossier « place de Francfort » le montre. Alors à l’avenir, misez sur une proximité proche ! Et pour les élections de dimanche prochain, si vous aspirez à cette proximité proche, jugez sur pièces avant de voter !

Précédent

Des évidences pas si évidentes…

Suivant

Les deux enjeux de dimanche

2 Comments

  1. Sylvie

    Quand nous allions chercher les voyageurs à la gare Pardieu, nous avions environ 50 places côté Vivier Merle et 100 côté Franckfort. Le projet ne prévoit plus que 50 places côté Frankfort, et on ne sait pas ce que devient celui de Vivier Merle , fermé ou embouteillé le plus souvent.
    100 places de stationnement pour les usagers de TGV de Paris, c’est peu. Certes, il y a un tram toutes les 20 minutes… avec des bagages, ce n’est guère pratique…

    Bref, les riverains ne sont pas contents, mais les usagers de la SNCF non plus.

  2. Gisèle

    Votre article est une fois de plus la démonstration que la démocratie participative est un concept abstrait qui dérange l’élu en charge de cette question à la Mairie du 3 ème arrondissement dès que les habitants que nous sommes soulèvent des questions de la vie quotidienne! Je suis par ailleurs surprise d’avoir reçu un courrier de propagande du Conseiller général qui indique être “implanté dans le quartier”. Il me semble avoir compris que ce Monsieur n’est pas vraiment concerné par le devenir de Villette Paul Bert, n’habitant même pas son canton! Il se dit soucieux de mener une politique plus respectueuse de l’humain… Mais a t’il seulement fait quelque chose lorsque nos enfants n’avaient plus de cantine ?

Les commentaires sont fermés

2008 - 2020 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén