Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Que retenir du Brexit ?

Brexit2Une majorité de Britanniques a donc choisi de quitter l’Union européenne. On peut le regretter, on peut en craindre les conséquences, mais il faut en prendre acte. C’est le jeu de la démocratie.

Quelques réactions après cet événement et ce que nous entendons depuis vendredi.

Beaucoup de critiques ont été exprimées contre le Premier ministre Cameron, qui aurait joué à “l’apprenti sorcier”. Peut-être peut-on lui reprocher de ne pas avoir su convaincre. Mais pour ce qui est d’avoir donné la parole aux Britanniques, c’est à mon avis une autre histoire. Il en a ressenti la nécessité. Le référendum et son résultat démontrent les interrogations qui parcouraient le Royaume-Uni, qui va avoir d’autres questions à résoudre avec l’Ecosse et l’Irlande du Nord… Pour ma part, je ne crois pas que l’Europe puisse se construire contre les citoyens ou en cachette.

J’entends aussi que beaucoup s’interrogent pour qualifier le divorce : amiable ou pas ? Laissons de côté la passion. A mon avis, le devoir pour nous est maintenant de veiller aux intérêts de l’UE, comme cela se passe en cas de divorce, même s’il est amiable, ce qui n’empêche pas de préserver les enfants ! Les Britanniques veulent quitter l’Union ? Prenons en acte et préoccupons-nous de nos intérêts. Je comprends la prise de position de Xavier Bertrand qui souhaite que les candidats à l’émigration au Royaume-Uni soient maintenant pris en compte de l’autre côté de la Manche. Les partisans du Brexit ont pensé que le Royaume-Uni y gagnerait en attractivité, qu’ils en gèrent toutes les conséquences.

Et maintenant, que devient l’Union ? C’est bien sûr la question majeure qui se pose, car je fais partie de ceux qui pensent que l’on ne peut continuer sur la voie actuelle de la construction européenne. Oui il semble incontournable de refonder le projet européen si l’on veut que les citoyens partagent l’objectif de construction européenne.

Il faut donner à ce projet un contenu politique fort. On ne peut aborder l’Union européenne uniquement sous l’angle du retour financier. A ce propos, on ne peut qu’être stupéfaits quand on entend que des forces politiques dans certains pays de l’Est de l’Europe plaident aussi pour un départ. Après tous les milliards d’euros dont ils ont bénéficié et des règles accélérant leur développement ces dernières années ?

Les chefs d’Etat devraient annoncer prochainement une initiative pour relancer l’Union. Je pense que les changements d’organisation, et moins encore les annonces de changement d’organisation, ne suffiront pas.

Pour que le projet d’Union européenne recueille l’adhésion populaire, il nous faut répondre aux questions suivantes :

  • quels sont les fondements politiques actualisés de l’Union et quel périmètre territorial est compatible avec ces fondements ?
  • en termes de sécurité, sommes-nous d’accord sur les menaces auxquelles nous faisons face et sur les moyens d’y répondre collectivement ?
  • sommes-nous capables de tendre vers un socle commun assurant les conditions économiques et sociales de notre compétitivité, dans le contexte de mondialisation ?
  • sommes-nous capables de définir des conditions communes d’immigration dans l’Union et si oui, d’assurer enfin la maîtrise de nos frontières ?
  • sommes-nous capables de définir une vision cohérente de notre approvisionnement énergétique et de notre développement durable ?

Pas facile, mais incontournable, isn’t it !!!

 

Précédent

Faciliter le quotidien des usagers du TER

Suivant

Hommage à Christian Favre

4 Comments

  1. Marc Brun

    Tant que les réformes préconisées par la droite ne seront pas misent en œuvre, qui permettront un rapprochement avec le système économique et social allemand, rien ne sera vraiment possible… Les Italiens l’ont bien compris. La France doit vraiment se remettre en question.

  2. milan

    Il serait probablement dangereux de poursuivre l’Europe telle qu’elle est aujourd’hui .
    On sait qu’elle n’aime pas les référendums la concernant ; les Britanniques ont voulu tourner le dos à toute cette technocratie qui finit par mépriser les peuples . Il s’agit maintenant de réfléchir à une autre façon de faire l’Europe .

  3. BURNIER

    Ce référendum d’après les échos que l’on en a eu est le fait d’un mécontentement de gens à qui l’on a fait croire que tout le mal vient de la Communauté Européenne sans développer les avantages qu’il y a en contrepartie le plus bel exemple est ce qui était annoncé de l’usage qui serait fait de l’argent économisé par la contribution de l’Angleterre à la CE usage démenti dès l’annonce du BREXIT, un avantage en contrepartie qui risque de disparaître c’est le recrutement aisé pour les Sociétés Anglaises de gens compétents issus de l’Europe. La difficulté dans un référendum est de répondre par OUI ou NON à des problèmes variés, complexes et par fois contradictoires. Nos dirigeants Européens ont une grande tâche à accomplir pour mieux harmoniser les lois et réglementations des pays sans léser les uns ou les autres. Enfin qui vivra verra mais quel travail

  4. Guyot

    Pour un ancien qui a vécu ,gamin, la guerre et assisté à la victoire des alliés , il est difficile de voir se disloquer cette Europe à laquelle nous avons cru et qui à part les Balkans nous a amené la paix depuis plus de 60 ans. Ce qui a été une forte incitation pour sa réalisation hélas détournée depuis par une technocratie qui ne tient plus compte des aspirations des peuples . La France et l’Allemagne devront se remettre en question et revenir au traité de Rome, revoir Maestritch et Lisbonne et quand à un référendum, il ne pourra avoir lieu qu’après cette refondation. Mais hélas nos dirigeants actuels sont-t-ils à la hauteur de la situation? Sans rancoeur,pour le peuple Britannique nous devons en cette année du souvenir de Verdun, rappeler la date du 1er Juillet 1916 qui vit tomber plus de 20.000 combattants dans la journée au départ de la bataille de la Somme, déclenchée pour soutenir et dégager Verdun.

Les commentaires sont fermés

2008 - 2021 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén