Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Quelle(s) nouvelle(s) voie(s) pour le vélo à Lyon ?

La concertation dans le 3e sur le schéma de développement des modes doux de déplacement s’est ouverte mardi 17 mars par une réunion au Château Sans Souci. La réalisation d’un tel schéma est une démarche utile et complexe ; elle suscite à mon avis quelques interrogations.

 

J’ai assisté avec intérêt à cette réunion de concertation. Je pratique le vélo quasi quotidiennement, notamment chaque fois que je peux pour me rendre au travail, ce qui est d’ailleurs un moment plutôt agréable.

 

Concernant la pratique du vélo, je dois d’abord dire qu’elle est possible à Lyon. Je trouve qu’il y a du progrès dans le respect des cyclistes par les automobilistes. Il faut aussi rappeler que pour une pratique sûre du vélo, il faut effectivement bien maîtriser l’engin. Vu du côté automobiliste, il est vrai que l’on voit parfois des comportements à risques de cyclistes, avec certes le non respect du Code de la route, mais aussi parfois un manque d’expérience évident.

 

Si la pratique du vélo est possible, il n’en demeure pas moins qu’elle pourrait être plus facile et plus sûre, et que subsistent des points noirs à traiter rapidement. C’est donc une bonne chose que de travailler à un schéma de développement des modes doux, visant notamment à améliorer les itinéraires cyclables.

 

Impératif de sélectivité et priorité à la cohérence, sont les deux premières conclusions que j’ai tirées de cette réunion (des appréciations uniquement tirées des éléments présentés puisqu’en tant que conseiller d’arrondissement, je n’ai eu aucune autre information sur ce schéma).

 

Impératif de sélectivité :  90 millions d’euros sont annoncés pour le plan modes doux de déplacement de 2009 à 2014. Mais en fait, hors nouveaux services et grands projets déjà prévus, ce sont en fait 22 millions qui sont prévus pour le développement du réseau cyclable structurant, dont environ un quart pour Lyon, soit 5 millions. L’enveloppe sera ainsi rapidement consommée, et sans doute, tous les tracés figurant sur les  cartes présentés ne se feront-ils pas d’ici 2014. Autant donc être sélectifs d’emblée.

 

Il demeure une inconnue pour apprécier la latitude d’action. De quels types d’aménagements parle-t-on : d’aménagements lourds ou simplement des bandes cyclables peintes sur la chaussée ? Je n’ai pas bien compris quelle était l’approche de M. Vesco concernant ces aménagements puisqu’il a dit que le budget ne permettait pas de faire des aménagements du type « rue de la Part Dieu », que les bandes « peintes » sur la chaussée ne sont pas suffisantes, et que la solution intermédiaire avec mini bordure séparant les trafics est jugée dangereuse par les associations de vélo.

 

Quoi qu’il en soit, cette nécessaire sélectivité doit amener à privilégier des itinéraires, certes utiles, mais aussi cohérents,  donc complets : c’est un peu dommage de financer la réalisation de tronçons cyclables non connectés. On nous parle par exemple de Garibaldi, mais nous savons maintenant que l’axe ne sera retraité qu’à 25 % au cours du mandat. On voit donc mal comment il pourrait constituer un itinéraire structurant Nord-Sud.

 

Il faut donner la priorité à de nouveaux itinéraires continus, qui apporteront un véritable + pour les déplacements en vélos.

 

Dans mon prochain post, je reviendrai sur la méthode retenue pour identifier ces itinéraires structurants, sur ses conséquences pour le 3e, et j’aborderai aussi la question des piétons, puisque c’est aussi un élément clé des modes doux.

 

Pierre Bérat

Précédent

Ils ont tout emporté !

Suivant

Humilité et responsabilité

5 Comments

  1. Pierre, bonsoir,

    Nous aussi nous avons un plan de déplacement doux dans le 7eme et comme nous ne sommes pas sectaires avec les habitants du 3ème, et qu’il n’ y a pas de mur de Berlin entre nos deux arrondissements, et même si apparemment tu as l’air d’avoir des difficultés d’expression au CA du 3ème, je te joints par courriel pour ton information le plan du 7ème.

    Je profite de cette occasion pour te dire que j’ai écrit sur mon blog un billet concernant Maurice Druon.

    Je proposerais au prochain CICA du 7ème le nom de Maurice Druonsoit à une rue, une avenue ou un bâtiment public. Et pourquoi pas aussi dans le 3ème, à toi de voir.

    Gaullistement

    Claude JEANDEL

  2. Valat

    Bonjour Pierre
    A-t-il été pris en considération le danger, non pour les vélos ou le autos, mais pour les piétons, de la bande roulement pour vélos dessinée sur le trottoir passant sous le pont de chemin de fer avenue Pompidou??
    Il n’y a plus de place pour les piétons et je connais plusieurs personnes qui se sont faites accrocher par un vélo.
    Merci de rappeler ce passage dangereux lors de la prochaine réunion, danger déjà signalé lors de la journée à pieds.
    Cordialement

  3. admin

    @ Claude, Mon propos n’était pas de montrer que j’avais des problèmes d’expression. La réunion de concertation que nous avons eue a été intéressante et a permis de commencer à dire des choses. Ce à quoi je faisais allusion, c’est que ce schéma “modes doux” est une nouvelle illustration du problème que pose notre organisation territoriale. Normalement, le conseil d’arrondissement ne devrait pas être saisi du schéma en tant que tel. C’est le Grand Lyon qui suit le dossier. Certes, ce schéma doit se définir au niveau de l’agglomération, donc du Grand Lyon. Mais ses aspects “locaux” devraient être discutés formellement au niveau des arrondissements, aussi par ceux qui sont élus par la population… C’est bien un exemple du manque de logique de notre organisation territoriale.
    Pour ce qui de Maurice Druon, je partage ton opinion. Il serait opportun que Lyon honore cette personnalité en donnant son nom à un axe ou une esplanade importante de notre ville, pourquoi pas au Confluent.

    A Jacques Valat, tu as raison, ce trottoir est une zone de conflits entre piétons et vélos. C’est une illustration du problème majeur de l’accessibilité de la Part Dieu en vélo. Le projet de schéma dit “pudiquement” qu’il va falloir étudier la question du maillage vers la Part-Dieu (et à travers). Effectivement, il faut trouver des solutions.

    Pierre Bérat

  4. Sylvie Pendarias

    Bonjour,

    Il est évident que le plan a été concu par le Grand Lyon, il privilégie les ” axes structurants” aux dépends de la desserte des quartiers. Ainsi, l’avenue Lacassagne, qui coupe en deux blocs le quartier de Montchat, n’a pas été retenue, ni la desserte de la place d’Arsonval et du métro de Grange Blanche. Il est prévue d’aménager la rue Viala, dont la cote décourage les cyclistes du dimanche.

    Pour ce qui est des diagnostics, pourquoi pas organiser des samedi matin de repérage, afin de pointer les points noirs à améliorer ?

    Cordialement

  5. admin

    @ Sylvie, je vais parler de cette notion d’axe structurant dans mon prochain post. Bien noté les remarques.
    Pierre Bérat

Les commentaires sont fermés

2008 - 2021 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén