Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Quizz d’avant primaire

PRIMAIRES, tel a été cette semaine le leitmotiv des « aspirants » à la rénovation du PS ; un battage médiatique qui balançait furieusement entre la fuite en avant et l’écran de fumée. C’était particulièrement le cas pour ceux qui plaidaient pour des primaires larges, ouvertes à l’ensemble du « peuple de gauche », voire allant du PCF au MODEM. Désigner un leader, soit, mais pour porter quel projet ?

 

Soyons honnête, Martine Aubry a essayé de mettre un peu de méthode en précisant qu’un projet devra précéder les alliances ; car primaire élargie implique nécessairement des alliances. Mais pour de nombreux autres leaders socialistes, la primaire semble l’outil miracle permettant de s’affranchir du patchwork et des contradictions idéologiques. Les évidences risquent pourtant de s’imposer rapidement.

 

Voici un mini-quizz, fait de questions en vrac de niveau national et régional, qui permettra à nos amis socialistes de tester leur cohérence « idéologique », en interne et avec leurs partenaires « envisagés », pour clarifier leur projet – en nous éclairant ce faisant sur leurs intentions .

 

  • La France peut-elle s’affranchir des contraintes d’une économie mondialisée ou autrement dit,  peut-elle mener une stratégie économique autonome ?
  • Est-on convaincu qu’il faut d’abord créer de la richesse avant de la partager ?
  • Est-il normal de faire payer aux générations futures les dépenses publiques de « fonctionnement » ?
  • Tout avantage social est-il un droit acquis ou considère-t-on que l’équité sociale amène à adapter constamment les dispositifs de solidarité ?
  • Peut-on tout régler par la prévention en matière de sécurité ?
  • La France doit-elle accueillir sur son sol tous les immigrants qui entrent sur son territoire, y compris dans l’illégalité, ou admet-on qu’il doit y avoir des limites ?
  • Doit-on chercher à réduire les émissions de CO2 uniquement par la sensibilisation ?
  • Apprendre la Marseillaise à l’école : archaïsme ou nécessité ?
  • Faut-il reconnaître les diplômes des universités catholiques comme les diplômes des autres universités ?
  • Le nucléaire est-il une source énergétique d’avenir pour notre pays ? Rhône-Alpes doit-elle jouer une nouvelle carte en la matière ?
  • Organiser de nouveaux Jeux olympiques d’hiver en Rhône-Alpes : opportunité de développement et de rayonnement ou atteinte à l’environnement ?
  • Peut-on encore construire des autoroutes dans une optique d’aménagement du territoire ?

 

Il faudra bien que les forces dites de gauche qui plaident pour les primaires donnent leur position sur ce type de questions. L’agenda politique ne se limite pas en effet à la mise en place de Vélo’V ou à l’aménagement des Berges du Rhône. Quant à une coalition fondée sur « la défense des valeurs républicaines malmenées par Sarkozy », selon les propos récents d’un leader socialiste régional dans le Progrès, outre le fait que le propos est limite, la ficelle est un peu grosse pour servir de programme de gouvernement.

 

Pierre Bérat

Précédent

Carnets de voyage

Suivant

Un dimanche à la campagne

8 Comments

  1. Altercitoyen

    pas de grande difficulté pour arriver à un projet fédérateur entre forces progressistes sur ces enjeux. Ocupez vous plutot de votre majorite hétéroclite

  2. Pierre Bérat

    J’imagine bien… Sans remonter trop loin, il n’y a qu’à voir la question de la contribution climat énergie. Entre les écologistes et la démagogie ségolienne – de retour – telle qu’elle a été exprimée ce week end, la divergence est minime… C’est la même chose sur la question de l’immigration, entre les propos “off” de Monsieur Valls cet été et ceux qui donnent des signaux encourageants à l’immigration clandestine.

  3. La contribution climat énergie n’est rien d’autre qu’un nouvel épisode de la saga TIPP (tipp flottante, exo partielle pour les transporteurs) … Après avoir transféré une partie de ses produits aux régions, le gvt va rajouter une couche sur cette taxe existante. D’ailleurs, si le but est bien de financer les collectivités territoriales, il faudrait créer une usine à gaz sur un niveau régional pour organiser une redistribution entre les départements, les communes et les EPCI … ça aurait le bénéfice de faire porter la responsabilité sur les collectivités plutôt que sur l’Etat mais c’est contradictoire avec l’esprit de la réforme des collectivités qui voudrait arriver à avoir un impôt identifié par strate et non l’imbroglio actuel … De plus, ce dispositif renforce les inégalités régionales …

  4. admin

    @ Griffon lyonnais, je vois en tous cas un point commun avec la TIPP c’est que la contribution climat énergie devrait être par “essence” si j’ose dire une taxation “non dynamique” puisque sa logique est de réduire ce qui constitue son assiette. Je crois que sur cette question de la CCE, il faut bien garder à l’esprit (1) l’objectif = inciter à une réduction des émissions de CO2 donc à une moindre consommation d’énergie “fossile”, (2) que la CCE ne doit pas aboutir à une pression fiscale supplémentaire, et qu’il faut donc globalement une compensation et (3) qu’il faut tout faire pour que la logique ne se limite pas à la France.

  5. Par votre réponse, vous démontrez tout le paradoxe de notre souverain républicain qui a émis le souhait de supprimer la TP pour la substituer par la taxe carbone … Pour faire bonne mesure, il ne serait pas étonnant que la TVA sociale renaisse de ses cendres …

  6. admin

    @ Griffon, vous m’aurez donc mal compris, l’heure tardive sans doute… Les trois points que j’ai listés se combinent. Il ne s’agit pas de retrouver des ressources fiscales de remplacement à une taxe qui va fort opportunément disparaître. Regardez les chiffres qui sont largement commentés ces jours dans la presse. Il s’agit de trouver le moyen le plus pertinent (en termes d’équité et d’incitation) de compenser les nouveaux prélèvements qui seraient liés à la CCE.

  7. A 14 euros, cette taxe devrait rapporter quelque 2 milliards de recettes brutes à l’Etat et coûter de 80 euros en moyenne sur 2010 aux ménages. Au niveau des compensations, le chiffre de 500 millions est avancé pour les plus fragiles.

    Pour les entreprises, la taxe carbone sera compensée par une suppression de la part de la taxe professionnelle qui porte sur les investissements conformément aux engagements du souverain républicain. La CCE ne serait pas étendue à l’ensemble des entreprises par risque de délocalisations. Or, cela signifie un manque à gagner de 2 Mds d’euros …

    En net, cette nouvelle taxe devrait rapporter 1,5 Mds d’euros au budget 2010 et cela en mettant à contribution seulement les particuliers … De plus, cette recette est vouée à être constante sur le moyen terme. En étant optimiste sur la capacité à réduire les volumes de consommation, il ne faut pas oublier qu’elle doit atteindre 100 euros la tonne de C02 en 2030 …

  8. admin

    A l’issue de ma revue de presse hebdomadaire, je ne résiste pas à la citation des propos suivants de Manuel Valls dans La Tribune du 4/9 : “Un sentiment de confusion s’est installé à propos de la position des socialistes après l’intervention de Martine Aubry et les déclarations étonnantes de Ségolène Royal, qui commet une grave erreur d’appréciation. Dès lors, je doute qu’elle soit la candidate écologiste qu’elle prétend incarner. Nous devons dire la vérité aux Français et refuser tout populisme dès que l’on touche à la fiscalité”.

    Bigre ! des primaires, des primaires, vite !!!
    Pierre Bérat

Les commentaires sont fermés

2008 - 2021 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén