Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Stationnement payant : il faudrait faire mieux

Intervention lors du Conseil d’arrondissement du 1er décembre 2009 relative à la modification du stationnement payant.

Les débats du Conseil d’arrondissement constituent bien logiquement le cadre privilégié de notre démocratie locale. Aussi, vous trouverez sur ce blog mes interventions dans le cadre de ce conseil (il s’agit de la retranscription de l’intervention orale).

Le groupe Ensemble pour Lyon va s’abstenir sur cette délibération :

  • d’abord parce que nous n’avons pas obtenu en commission les éléments pour savoir quel serait l’impact de la mesure d’extension des horaires et des zones géographiques  en termes de retour sur investissement ;
  • ensuite il y a un sujet sur lequel l’ambition du départ n’a pas été atteinte, c’est la situation des professionnels mobiles. Vous n’avez pas trouvé le moyen de faciliter la vie des artisans qui travaillent dans nos quartiers, c’est dommage ;
  • enfin l’augmentation, même si elle est faible, du forfait mensuel du tarif résident n’est pas bienvenue dans la période actuelle, car c’est une période difficile pour les ménages et dans un contexte d’une pression fiscale locale qui a déjà augmenté de 9 points cette année.

Pour toutes ces raisons nous nous abstiendrons sur cette délibération. ”

Je ne fais pas figurer les réponses pour éviter les problèmes de citation (le procès-verbal n’est validé qu’avec un certain délai). Mais vous pouvez consulter l’intégralité des débats sur le site de la ville de Lyon à l’adresse suivante :

http://www.lyon.fr/vdl/sections/fr/arrondissements/3arrdt/vie_democratique1733/conseil_darrondisse/?aIndex=1

Précédent

Régionales : de Montpellier à Lyon

Suivant

L’art de réduire les possibles

4 Comments

  1. Selon un article du Progrès (11/12/09), il faut compter 8 à 10 voitures par jour sur un emplacement payant. Aussi, il faut prendre en considération l’amplitude horaire (de 9h à 19h), le nombre de places et la grille tarifaire pour se faire une idée des rentrées estimées. Je ne peux pas me livrer à l’exercice n’ayant pas ce dernier élément mais ça ne doit pas être trop compliqué pour un ancien adjoint chargé des déplacements et de la circulation … 😉

  2. Pierre BERAT

    @ Griffon, c’est largement sur-estimé la capacité d’accès des élus d’opposition à l’information dans notre bonne ville de Lyon ! Par ailleurs, le calcul n’est pas aussi “simple” car dans l’équation, il faut prendre en compte la part plus ou moins importante de stationnement résident, qui – heureusement – “paie moins”. Enfin, le problème c’est que cette extension se fait à moyens constants, donc avec forcément une baisse de l’efficacité du contrôle. Et je ne connais pas le coup de l’investissement : marquages, horodateurs…

  3. @ Pierre : si la démocratie est respectée, tu dois pouvoir obtenir ces informations statistiques auprès des services municipaux. S’il y a obstruction pour des infos aussi basiques, il y a un souci.

    Pour le reste des renseignements, demande à Cochet, ses services doivent avoir une idée de ce que tout cela coute.

  4. Burnier

    La politique du stationnement et donc de la circulation en ville semble plutôt incohérente.
    Il est certain que ce n’est pas facile mais il est une chose certaine une bonne partie des voitures en stationnement appartiennent à des habitants, soit ils n’ont pas de garage dans l’immeuble, soit c’est la deuxième et même troisième
    voiture de la famille et même dans certains immeubles locatifs la location du garage ou parking est en plus de celle du logement. Faut-il compter comme le dit Monsieur Burna attendre que les gens utilisent les transports en commun pour pallier au stationnement ? Bizarre car les gens ont une voiture de toutes façons. Il faudrait encourager les parking et garages locatifs afin de vider les
    rues ce n’est pas facile j’en conviens mais on voit que L.P.A avance dans ce sens, ce type d’investissement est-il rentable ? Je le pense mais pas à court terme.
    Le prétexte du transport en commun est fallacieux : car pour un déplacement en ville il est très souvent moins couteux de prendre sa voiture et de payer le stationnement que de prendre le bus de plus si l’on prend le bus les frais fixes de la voiture sont toujours là. Sur une grande distance l’argument est plus difficile à tenir surtout s’il y a des embouteillages.
    Pour les gens de l’extérieur à Lyon venant travailler dans notre bonne ville les transports en commun semble la bonne solution mais parfois on a des doutes lorsque l’on voit les files de voitures qui entrent à Lyon et qui en sortent
    le soir d’autant que le phénomène inverse existe des habitants de Lyon vont travailler à la périphérie.
    A ce sujet le Conseil Régional au confluent semble de
    ce fait une hérésie, je sais on va faire le pont des “Girondins” mais tout le monde qui travaille dans cette administration n’habite pas Lyon pour le moment mais a du se trouver une habitation dans le coin de Charbonnières

Les commentaires sont fermés

2008 - 2021 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén