Vendredi dernier, le Maire de Lyon a organisé un voyage de presse dans quatre résidences pour personnes âgées pour promouvoir les travaux de rénovation qui y ont été menés. Accompagné des médias, Gérard Collomb a ainsi visité quatre Etablissements d’hébergement (EHPA) de la ville.

Heureusement que cette opération de communication ne s’est pas déroulée la semaine précédente ! Quand on sait comment Gérard Collomb a « mobilisé » la ville pour soutenir François Hollande dans le cadre des primaires, nous aurions pu craindre que ces visites en résidences pour personnes âgées soient fortement influencées…

Ce promo-tour n’est pas passé par Montchat… et pour cause. Non seulement la résidence pour personnes âgées du quartier, qui était une véritable institution locale, n’a pas été rénovée, mais elle a été fermée, ainsi que le foyer-restaurant. Ainsi, depuis maintenant de longs mois, c’est une « friche sociale » qu’a créé la Ville de Lyon rue Constant. Une friche qui peut constituer, avec l’Hôtel Dieu, l’Internat du Serverin, le village d’enfants de Bachat-Bouloud, quelques foyers-restaurants, un élément d’un circuit des ambitions perdues de la Ville de Lyon en matière de solidarité et de lien social.

Le site de la rue Constant est certes destiné à la réalisation d’un futur EHPAD, établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Mais une question de bon sens demeure : pourquoi avoir démantelé dans l’urgence la résidence Constant, avec ce que cela a impliqué en termes de coupure de lien social pour les pensionnaires, alors que le site reste une friche ?

La version municipale « officielle », qui relève du classique « c’est la faute à l’Etat » qu’affectionne particulièrement la gauche, est de dire que le projet n’attend que le feu vert gouvernemental.

Il convient encore et toujours de rétablir la vérité et de rappeler que cette période de latence est liée à une mauvaise ingénierie du projet par la Ville : celui-ci a été lancé sans tenir compte du processus incontournable de décision collective, du fait de la diversité des institutions impliquées dans les EHPAD, en termes de missions, de responsabilités et de financement. Tous les projets envisagés dans les communes du Rhône ont ainsi fait l’objet d’un classement, en toute transparence, en fonction de critères de priorisation. Si les élus en charge, en Mairies centrale et d’arrondissement, avaient tenu compte de ce contexte, le dossier aurait été mieux défendu, son planning aurait été connu, et la résidence Constant aurait ainsi pu continuer d’offrir son service tant apprécié à de nombreux résidents pendant plusieurs années. Mais cela, il vaut mieux l’occulter dans un promo-tour.