Autre exemple d’une certaine désinvolture qui me semble caractériser l’action actuelle de la Mairie PS du 3e.

Il y a quelques semaines, j’ai été saisi par des habitants du secteur Charial/Saint Eusèbe à Villette Paul Bert de problèmes croissants de stationnement. L’ouverture d’un important chantier a supprimé des places de stationnement dans un quartier déjà sous tension. Par ailleurs, le secteur est aujourd’hui riche de deux équipements sportifs et culturels qui attirent des visiteurs, eux-aussi en quête de stationnement. Bref, la situation est devenue difficile pour les résidents. Un article du Progrès vient d’évoquer ces difficultés, qui ont aussi pour effet un mauvais ramassage des ordures ménagères en raison du stationnement anarchique.

J’ai saisi le Maire du 3e pour lui suggérer de chercher à trouver un accord avec un supermarché voisin pour pouvoir utiliser son parking en soirée, au moment des pics de fréquentation. Si l’on ne peut que se féliciter de la présence d’équipements culturels et sportifs dans les quartiers, il revient à la Mairie de s’assurer que les infrastructures soient adaptées.

Je parle de désinvolture car la réponse du Maire me parait très en retrait.

D’une part, au prétexte que le parking du supermarché est privé, il invite les habitants du secteur à rechercher eux-même un accord avec les responsables du commerce. Ce n’est pas ma conception de l’action municipale : le Maire doit être un apporteur de solutions pour les questions d’intérêt général. C’est à lui de réunir les parties pour tenter de construire ces solutions.

Par ailleurs, un argument désormais classique, relevant de l’idéologie “anti-voiture” sans nuance, a été opposé à ma demande. La solution à la pression en termes de stationnement dans le secteur se trouverait dans les transports en commun ; l’amélioration de la lignes C11 devant permettre aux visiteurs de se passer de leur voiture.

Nous voyons surtout en ce moment l’engorgement provoqué par la suppression d’une voie de circulation sur l’avenue Félix-Faure. Mais prétendre que la desserte est attractive pour se rendre dans le secteur en soirée, c’est osé. Il s’agit là vraiment d’un argument trop facile dans un quartier qui reste mal desservi, car dépourvu de desserte en tram ou métro.

Bref, il s’agit d’une non-réponse à un vrai problème. Les affaires locales sont peu compatibles avec des postures en retrait qui traduisent une certaine désinvolture.