Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Étiquette : Gare Part-Dieu

C’est quoi cette Gauche ?

Après quelques posts “régionaux” et “nationaux”, reprenons notre revue du bilan de mandat de la gauche plurielle dans le 3e arrondissement.

Alors que ces jours, le Maire du 3e et d’autres élus socialistes se permettent, une fois de plus, de venir décerner bons et mauvais points au sein de notre famille politique, je m’interroge sur cette Gauche donneuse de leçons, y compris au plan local.

Trop souvent, les élus de gauche se croient les étendards des valeurs humanistes et sociales ; la politique d’une majorité de gauche serait pas définition la plus humaine et la plus sociale ! Et à l’arrivée de Thierry Philip à la Mairie du 3e arrondissement, nous en avons eu un bel exemple : à l’entendre, après son élection en 2008, l’arrondissement allait enfin connaître les “Lumières” !

Cinq ans plus tard, je dois dire que deux dossiers m’ont choqué, tant ils ont montré à mon sens un manque de considération pour les “gens”. L’un des piliers de l’action du Maire du 3e, à entendre son discours d’investiture, était pourtant “pragmatisme et humanisme”.

Le premier de ces dossiers a été la fermeture de la Résidence pour personnes âgées Constant, dans l’urgence, en raison du projet d’ouverture d’un EHPAD (établissement pour personnes âgées dépendantes) sur le terrain. Alors que le dossier administratif de cet EHPAD n’était pas encore totalement monté (le dossier est complexe pour ce type de projet du fait de la multiplicité des intervenants et des financements à mobiliser), la Ville a tout fait pour opérer une fermeture rapide de la résidence pour personnes âgées. Les résidents ont été pressés de partir pour d’autres établissements, alors qu’ils étaient profondément ancrés à Montchat, dans un établissement exemplaire pour ses liens avec le quartier. La logique gestionnaire l’a clairement emporté sur une solution plus progressive qui aurait été compatible avec le calendrier de réalisation de l’EHPAD. On connait le résultat : une friche “sociale” pendant plusieurs années, dans l’attente de l’EHPAD, et des résidents qui ont été “déracinés”.

Le deuxième dossier est lié au projet Part-Dieu 2020. Ce grand projet de développement urbain de la gare et du quartier de la Part-Dieu, va comporter un certain nombre d’opérations immobilières à plus ou moins long terme. Selon le plan, l’une des premières réalisations sera la démolition de résidences (copropriétés et HLM) à côté de la gare de la Part-Dieu, pour construire à la place des immeubles de bureaux. On peut déjà s’étonner que pour un projet qui prétend promouvoir le “Vivre à la Part-Dieu”, on commence par démolir de l’habitat… Mais la façon de faire est aussi inacceptable. Alors que des sommes importantes sont dépensées dans la promotion de “Part-Dieu 2020”, ce sont des habitants déterminés et vos élus d’opposition de proximité qui ont “levé le lièvre” de ces démolitions, et des conséquences pour les habitants concernés. Un tel projet, sous réserve de la vérification de sa pertinence, devrait passer impérativement par une information complète, personnalisée et le plus en amont possible auprès des habitants et propriétaires qui vont perdre leur logement du fait d’une démolition, et par leur accompagnement. Car là encore, cela impacte des projets de vie qui ne sont pas que sur le papier, théoriques ! Engager une telle démolition, cela veut dire que l’on impacte des projets de personnes, qui ont investi dans un appartement, parfois depuis peu de temps, et qui se sont ancrés dans ce coin de centre-ville. Et cela, à un moment où la conjoncture de l’immobilier n’est pas la plus favorable.

Les projets urbanistiques doivent être abordés avec beaucoup de considération pour les personnes, tout simplement parce que l’urbain doit effectivement être au service de l’humain.

Bien évidemment, ma question titre “C’est quoi cette Gauche ?” gagnerait à être remplacée par l’affirmation toujours d’actualité “la Gauche n’a pas le monopole de l’approche humaine et sociale” ou par celle-ci “ce ne sont pas ceux qui en parlent le plus qui en font le plus” !

Une autre approche de la rénovation du quartier Part-Dieu

Retrouvez via le lien ci-dessous mon interview de mardi sur
LyonMag Jazz Radio : une interview consacrée au projet Part-Dieu dans laquelle
j’explique pourquoi il faut une autre approche du projet, dans ses objectifs et dans
sa méthode de réalisation.

http://www.lyonmag.com/article/48881/pierre-berat-ump-sur-le-projet-part-dieu-2020-une-fiction-de-concertation

 

 

Gare aux effets collatéraux

Aménagement Part Dieu

Lors du dernier Conseil d’arrondissement, j’ai eu un échange assez vif avec le Maire du 3e à propos du développement de la Gare Part-Dieu. Le lancement d’études sur le projet d’aménagement du pôle d’échange multimodal était en effet à l’ordre du jour. J’ai fait part de mes inquiétudes sur le fait que ces études, centrées sur l’accessibilité et le fonctionnement de ce pôle, me semblaient oublier les quartiers du 3e environnants. Cela n’a visiblement pas plu à Thierry Philip.

Je maintiens que la façon avec laquelle Gérard Collomb et Thierry Philip, les Maires PS de Lyon et du 3e, abordent la question du développement de la Gare Part-Dieu est inquiétante, pour les raisons suivantes :

  • Le projet de « hub métropolitain » de Gérard Collomb est porteur de déséquilibres. Quand on l’entend, on voit que la Part-Dieu est vue comme un méga pôle d’emplois vers lequel doivent converger tous les matins, par TER et autres transports en commun, des milliers de personnes habitant de plus en plus loin. C’est certes une réalité, mais il n’y a pas lieu de chercher à la renforcer : il faut aussi faire en sorte que des gens habitent et travaillent en centre-ville. C’est tout l’enjeu de la politique du logement : les actifs doivent pouvoir continuer à vivre dans le 3e, y compris autour de la Part-Dieu.
  • 2e constat : certes, la gare Part-Dieu est un élément clé du rayonnement de l’agglomération. Elle doit être au cœur du réseau européen de la grande vitesse et continuer à jouer le rôle de pôle d’échanges. Pour autant, il n’est pas forcément nécessaire de «tout concentrer sur la Part-Dieu ». Il est possible d’équilibrer la desserte ferroviaire avec les autres gares, ce que viennent de rappeler les services de l’Etat. La croissance de la Gare Part Dieu ne doit pas être une fin en soi.
  • Enfin, dans ces réflexions sur le développement du pôle d’échange, les quartiers d’habitation limitrophes (10 000 personnes à la Part-Dieu, 40 000 avec Villette-Paul Bert et Part Dieu Sud) semblent oubliés.

Les preuves de cela ?

  • Quand le cadrage des études se borne à préciser « qu’il faut étudier les conséquences des différents scenarii d’aménagement de la gare sur l’organisation du pôle d’échange », cela montre bien que les quartiers d’habitation voisins sont oubliés : il faudrait ainsi que ces scenarii soient aussi évalués en fonction des conséquences sur l’accessibilité de ces quartiers. On ne peut aujourd’hui que constater que les modifications de circulation dans le secteur Villette/Bonnel/Flandin dégradent le cadre de vie des habitants.
  • Ainsi, un scenario envisage une entrée supplémentaire de la gare, avenue Pompidou, ce qui pourrait entraîner la fermeture de cet axe et le report de la circulation sur Paul-Bert. Ce scenario ne peut être évalué sans prendre en compte les effets sur les conditions de circulation dans le centre de quartier de Villette-Paul Bert, déjà bien compliquées.
  • Autre fait significatif : l’aménagement de la place de Francfort a été suspendu de façon surprenante, du fait semble-t-il d’une modification de la desserte de Part-Dieu Villette en transports en commun. Cela montre bien que l’aménagement urbain du secteur est vu uniquement comme une conséquence de la desserte de la Part Dieu en transports en commun : il y a pourtant des centaines d’habitants dont c’est le cadre de vie.

Alors, le Maire du 3e peut bien être mécontent de ce débat. Je reste étonné du fait que le Maire de Lyon, et a fortiori celui du 3e, soient autant focalisés sur la gare, en oubliant les quartiers d’habitation.

Tout un symbole

Michel Havard et Pierre Bérat - Réunion de lancement Ensemble pour Lyon 3e
Michel Havard et Pierre Bérat – Réunion de lancement Ensemble pour Lyon 3e

Réunion de présentation de « 10 ans de mandat de Gérard Collomb » au Palais de la mutualité lundi dernier. De nouveau, la grosse artillerie de la communication pour promouvoir l’action municipale : animateur,  film branché, démocratie participative « maîtrisée », buffet… Mais au fait combien toutes ces actions de promotion nous coûtent-elles en tant que contribuables : réunions avec gros moyens de communication, Lyon Citoyen, numéro spécial « bilan de mandat » de Vision 3e …?

Bien que très professionnelle, la mécanique de cette « rencontre » avec les habitants s’est grippée par deux fois. Tout d’abord lorsque les nuisances nocturnes dans le quartier Mutualité/Augagneur, liées aux Berges du Rhône, ont été évoquées par de nombreux habitants qui n’en peuvent plus. Et dire que Thierry Philip annonçait il y a peu que les problèmes se réglaient dans le secteur. Bien sûr la réponse à l’exaspération a été classique : c’est l’Etat qui ne met pas à disposition suffisamment de policiers pour assurer la tranquillité. Mais la vraie question c’est  : est-ce que l’Etat doit assumer tous les projets mal maîtrisés lancés par les collectivités ?

Deuxième grippage avec le projet Part Dieu 2020. Gérard Collomb s’est lancé dans un exposé enflammé sur le projet : comme toujours on passe très vite sur les constructions de tours mais par contre on s’étend longuement sur les carrés d’herbe que l’on va créer ! Une allusion toutefois à l’un des projets de réaménagement lourd avec le devenir des constructions autour de la place de Milan à côté de la gare (« futur cluster d’affaires »). Le Maire de Lyon a alors parlé de la nécessité de réaménager un secteur avec des immeubles “pas terribles”. Manque de chance, l’un des occupants était présent et il a déploré que l’on parle ainsi de sa copropriété. Il a aussi dit sa consternation que les habitants du secteur n’aient eu aucune information « détaillée », déplorant, comme je l’avais fait, que les projets de tours soient dévoilés à Cannes, alors que les Lyonnais ne savent rien pour l’instant.

Le hasard a fait que l’association « Ensemble pour Lyon 3e » a été lancée quelques jours plus tard à deux pas de cette place de Milan. Tout un symbole tant cette « affaire » est significative des problèmes posés par la gestion municipale actuelle.

Moment très sympathique pour ce lancement de  l’association EPL 3e, en présence de Michel Havard ; des amis que l’on retrouve après quelques années et des personnes qui nous rejoignent. Cette association rassemble les élus municipaux EPL et tous les Lyonnais qui souhaitent travailler à un projet alternatif pour la Ville de Lyon. Je suis l’animateur pour le 3e arrondissement : n’hésitez pas à me contacter via la rubrique « Contact » de ce blog si vous souhaitez nous rejoindre.

Dès ce week-end, nous avons mené une première action avec la diffusion sur les marchés du 3e de notre bilan de la mi-mandat. Disons-le clairement, le climat est assez hostile à la « politique » du fait des affaires récentes. Mais en fait, après explication de notre démarche, j’ai surtout noté un intérêt pour les questions municipales et la vision de l’opposition sur le bilan de mi-mandat et pas mal de doléances. Bref, une présence de proximité très utile !

Là où Villette rencontre l’Europe

Suite à des “bruits” circulant dans le secteur, j’ai interrogé le Maire du 3e lors du Conseil d’arrondissement du 13 septembre 2011 ; il m’a été confirmé que ce projet d’aménagement provisoire ne se ferait finalement pas. Etonnant puisque le projet avait été voté au Grand Lyon en février. Les vérités d’hier ne sont plus celles d’aujourd’hui…

Et une page de plus qui s’écrit dans le grand livre de la « non concertation » dans le 3e arrondissement. Le Conseil du Grand Lyon va en effet examiner ce lundi soir un projet d’aménagement de la place de Francfort, entrée Est de la Gare Part-Dieu ; un projet ficelé sans que les habitants aient pu donner leur point de vue. Moi-même, élu du 3e, je ne suis au courant que grâce à ma collègue Laure Dagorne, élue du 7e et du Grand Lyon, qui a eu le réflexe de m’en parler… C’est sans doute cela une bonne gouvernance métropolitaine !

En quoi consiste ce projet ? Il est la conséquence de la réorganisation du pôle d’échange intermodal autour de la gare Part-Dieu. Concrètement, il est rendu nécessaire par l’arrivée des lignes de trolleys C1 et C2 à l’Est de la gare début 2012 (ces lignes feront alors une boucle autour de la gare). Ces nouvelles lignes obligent à relocaliser la station de taxis. La place de Francfort va donc faire l’objet d’un réaménagement pour y rassembler une station de taxis, la gare routière, la dépose-minute Est. Il s’agira d’un aménagement transitoire (pour 8-10 ans quand même), dans l’attente de l’urbanisation définitive de la place de Francfort. Coût du projet : 2,5 millions d’euros.

Revenons aux points de vue des habitants du 3e : les personnes extérieures à l’arrondissement diraient sans doute que l’on parle d’un espace « de centralité » qui n’a rien à voir avec un lieu de proximité. Ce serait mal connaître les réalités. Certes, la place de Francfort constitue l’une des entrées de la gare Part-Dieu ; c’est le premier ou le dernier aperçu de Lyon qu’ont de nombreux visiteurs. Cela justifie effectivement un traitement adapté de cet espace. Mais c’est aussi, pour des raisons historiques et d’usage, un lieu faisant partie intégrante du quartier Villette Paul Bert. L’histoire, c’est celle d’un lieu de vie locale avant la création de la gare. Je me rappelle d’ailleurs les débats parfois vifs concernant la dénomination place de Francfort ; c’était le choc des logiques de rayonnement et de proximité. Quant aux usages, cette place est traversée chaque jour par des centaines d’habitants du 3e pour rejoindre la gare, le centre commercial ou le 3e Ouest ; un cheminement vers la Part-Dieu que l’on sait problématique. Cette place, avec l’immeuble de la MAJO (plutôt réussi d’ailleurs) peut aussi redevenir un lieu de vie de quartier. Bref, autant de raisons qui font que, bien évidemment, la concertation locale était nécessaire. On sait ce qu’elle a pu apporter par exemple pour l’aménagement du Parc Jugan.

L’un des points qui me préoccupent particulièrement est celui des conséquences de l’aménagement pour la circulation. Le nouvel aménagement va faire que les taxis accéderont à leur nouvelle station par la rue Flandin, une rue déjà saturée comme chacun le sait. C’est tout le secteur qui souffre régulièrement de la congestion de la rue Flandin (rond-point Bonnel/Villette, avenue Pompidou, rues d’Aubigny et Paul Bert…). La qualité de vie s’en ressent grandement. Autre point : comment l’aménagement va-t-il s’articuler avec les nouveaux itinéraires cyclables ? Bref, les élus d’opposition et les habitants du 3e ont des choses à dire et une qualité de vie à promouvoir dans le secteur. On aimerait que la perspective « Part Dieu 2020 » le prenne en compte et que les Maires de Lyon et du 3e comprennent enfin (et pas seulement dans les discours) qu’il y a des gens qui vivent autour de la Part Dieu.

Je tiens à disposition des personnes intéressées les documents de présentation du projet (contactez moi via la rubrique « contact »).

Page 2 of 2

2008 - 2020 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén