Oct 24

Vendredi dernier, le Maire de Lyon a organisé un voyage de presse dans quatre résidences pour personnes âgées pour promouvoir les travaux de rénovation qui y ont été menés. Accompagné des médias, Gérard Collomb a ainsi visité quatre Etablissements d’hébergement (EHPA) de la ville.

Heureusement que cette opération de communication ne s’est pas déroulée la semaine précédente ! Quand on sait comment Gérard Collomb a « mobilisé » la ville pour soutenir François Hollande dans le cadre des primaires, nous aurions pu craindre que ces visites en résidences pour personnes âgées soient fortement influencées…

Ce promo-tour n’est pas passé par Montchat… et pour cause. Non seulement la résidence pour personnes âgées du quartier, qui était une véritable institution locale, n’a pas été rénovée, mais elle a été fermée, ainsi que le foyer-restaurant. Ainsi, depuis maintenant de longs mois, c’est une « friche sociale » qu’a créé la Ville de Lyon rue Constant. Une friche qui peut constituer, avec l’Hôtel Dieu, l’Internat du Serverin, le village d’enfants de Bachat-Bouloud, quelques foyers-restaurants, un élément d’un circuit des ambitions perdues de la Ville de Lyon en matière de solidarité et de lien social.

Le site de la rue Constant est certes destiné à la réalisation d’un futur EHPAD, établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Mais une question de bon sens demeure : pourquoi avoir démantelé dans l’urgence la résidence Constant, avec ce que cela a impliqué en termes de coupure de lien social pour les pensionnaires, alors que le site reste une friche ?

La version municipale « officielle », qui relève du classique « c’est la faute à l’Etat » qu’affectionne particulièrement la gauche, est de dire que le projet n’attend que le feu vert gouvernemental.

Il convient encore et toujours de rétablir la vérité et de rappeler que cette période de latence est liée à une mauvaise ingénierie du projet par la Ville : celui-ci a été lancé sans tenir compte du processus incontournable de décision collective, du fait de la diversité des institutions impliquées dans les EHPAD, en termes de missions, de responsabilités et de financement. Tous les projets envisagés dans les communes du Rhône ont ainsi fait l’objet d’un classement, en toute transparence, en fonction de critères de priorisation. Si les élus en charge, en Mairies centrale et d’arrondissement, avaient tenu compte de ce contexte, le dossier aurait été mieux défendu, son planning aurait été connu, et la résidence Constant aurait ainsi pu continuer d’offrir son service tant apprécié à de nombreux résidents pendant plusieurs années. Mais cela, il vaut mieux l’occulter dans un promo-tour.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , ,

Avr 25

CP_210411

Jeudi dernier, Michel Havard, et les élus du groupe municipal « Ensemble pour Lyon » avons tenu un point presse à l’occasion du bilan de mi-mandat municipal (je vous conseille la lecture de la plaquette que nous avons réalisée à cette occasion) ; eh oui, cela fait déjà trois ans que Gérard Collomb et son équipe ont entamé leur deuxième mandat.

Le bilan que nous tirons est celui d’un mi-mandat loin du quotidien des Lyonnais, le Maire de Lyon étant visiblement très occupé par certains grands projets et sa notoriété parisienne. Michel Havard a évoqué la réduction  brutale des dépenses dans des domaines d’action essentiels d’une Ville, ce qui ne manque pas de se traduire par une dégradation du service aux habitants et de la qualité de vie en ville : fermeture d’écoles, absence d’anticipation en matière de restauration scolaire, fermeture de 5 résidences pour personnes âgées sur 23, réduction de l’encadrement de ces résidences, refus d’instruire les demandes de RSA dans les antennes solidarité… Michel Havard a aussi évoqué trois scandales : le scandale immobilier de la rue Grôlée, le scandale financier de la SACVL et le scandale historique de la reconversion de l’Hôtel Dieu. Il a enfin dénoncé une méthode solitaire et l’attitude méprisante à l’égard des oppositions et avis divergents, ce qui explique largement les problèmes et échecs constatés.

En matière de méthode, j’ai évoqué les interrogations qui peuvent être les nôtres quand on constate comment sont engagés ou menés de grands projets d’urbanisme :

  • J’ai d’abord évoqué le projet de la « Confluence », son manque de cohérence avec notamment les difficultés d’accessibilité actuelles, qui seront encore beaucoup plus fortes dans quelques semaines. Je suis pour ma part très surpris de voir combien l’approche de l’aménagement d’un nouveau centre de ville a été déficiente à Lyon, ne serait-ce qu’en comparaison avec ce qui peut s’engager par exemple à Grenoble (municipalité PS, on ne pourra donc m’accuser d’esprit partisan). Lors de la dernière Commission permanente du Conseil régional, nous avons approuvé une convention cadre relative à l’aménagement du projet Presqu’île GIANT, convention à laquelle la Région est partie, avec toutes les collectivités iséroises concernées, les transports en commun de Grenoble, les futurs occupants du site (enseignement supérieur, équipements de recherche…). Nous sommes ici bien éloignés de la méthode lyonnaise pour Confluence.
  • Deuxième fait significatif du problème de méthode : une nouvelle phase de développement de la Part-Dieu a été lancée, prévoyant de multiples projets de démolition, construction pour développer l’offre disponible en locaux d’activité, autour de la gare Part-Dieu ; un projet qui prévoit également à court et moyen terme la réalisation de plusieurs nouvelles tours ? Où ce projet d’ampleur, fortement structurant pour la Part-Dieu et ses quartiers voisins du 3e, a-t-il été dévoilé par le Maire de Lyon : au Conseil du 3e, lors d’une réunion publique, devant les conseils de quartier concernés ? Pas du tout, c’était à Cannes, dans le cadre du salon immobilier MIPIM. Mais peut-être était-ce de la démocratie participative tournée vers les Lyonnais ayant la chance de disposer d’une résidence secondaire sur la Côte d’Azur !

Pour découvrir la plaquette « bilan de mi-mandat » du groupe Ensemble pour Lyon, cliquez ici.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , , , ,

Jan 23

Grand étonnement, il y a quelques jours, en recevant un mail de l’adjoint au Maire du 3e chargé de la démocratie de proximité, adressé aux membres des conseils de quartier, proposant une formation sur la conduite d’une ZAC. A quoi cela peut-il bien servir dans notre arrondissement de connaître le déroulement d’une zone d’aménagement concerté ? Quand on voit ce qui se passe pour l’esplanade Dauphiné-Villette Nord ou bien les tènements Merck-RVI, on est bien loin d’une telle procédure : pas de vision d’ensemble, pour s’assurer de la cohérence des aménagements et de l’équilibre urbanisation-équipements publics ; quant au qualificatif « concerté », dans le cas de RVI, c’est tout simplement un mot à bannir du vocabulaire. Il vaudrait mieux former aux méthodes utilisées pour les zones d’urbanisation prioritaire dans les pays émergents, cela serait plus proche de notre réalité.

Les terrains RVI-Merck restants disponibles, à la jonction de Sans-Souci et Montchat, ce sont plus de 60 000 m² à aménager : un vrai morceau de ville, une opportunité extraordinaire de créer un cadre de vie valorisant. Mais voilà, ces espaces sont promis à une urbanisation « à la découpe », posant ici et là tel équipement, et tout cela se décidant dans les bureaux. On parle d’une voie nouvelle au milieu du tènement RVI, mais celle-ci change de localisation et de statut au gré des discussions bureaucratiques. On annonce une école dans le programme électoral de Thierry Philip, celle-ci est positionnée sur les plans « secrets » d’aménagement, puis elle disparaît, véritable « concept électoral à durée de vie limitée ». Cela en dit long sur le sérieux des programmations et l’étude des besoins. On promet un équipement de service public pour le 3e Est, mais personne ne se pose la question de son utilité dans le secteur. On promet un parking, puis celui-ci se déplace. On n’avance pas sur le projet de station de tram rue Feuillat, alors que ce serait un plus pour desservir le nouveau pôle éducatif et d’habitation. On annonce finalement une bibliothèque (encore une fois une bonne chose si elle est correctement desservie en transports en commun). Et cela finit par le choix d’une construction d’un immeuble HLM, en bordure de Lacassagne, histoire de bien « refermer » l’îlot RVI sur lui-même (cf. mon précédent post sur cette erreur urbanistique majeure).

Un récent article des Potins d’Angèle évoquait le projet de l’Hôtel Dieu et les attentes déçues des habitants en termes de concertation ; il avait fallu dépêcher en urgence à une réunion d’information, Gérard Claisse, adjoint chargé de la concertation, pour « incarner » un semblant d’écoute. Dans le 3e, on ne se donnera même pas cette peine. Certes, nous aurons une réunion d’information lundi soir ; une réunion qui n’est pas sans lien avec le débat que j’ai initié suite au vote du projet de bibliothèque lors du dernier Conseil d’arrondissement. Voilà à quoi sert l’opposition, dénoncer ce qui mérite de l’être et faire bouger les choses au moins en termes de transparence. Mais le mouvement reste faible. Ne nous y trompons pas, il s’agit bien d’une réunion d’information au cours de laquelle seront présentés les « projets retenus » pour le tènement RVI, comme le précise le courrier d’annonce. Des projets « retenus » par des gens qui “savent” ce qui est bien pour le 3e, ou plutôt, dans leur approche, ce qui est bien pour ces m² disponibles à cet endroit de la Ville. Et attention, habitants du 3e, il convient de dire merci à ces “choix éclairés” qui sont faits pour vous (cf. la réaction virulente du Maire du 3e contre la presse lors du dernier Conseil municipal, parce que celle-ci avait osé relayer les mécontentements d’habitants du quartier).

Mais entre nous, habitants du 3e, est-il acceptable de se faire imposer ces choix « éclairés », en absence de tout débat démocratique ? Bien sûr que non, parce que ces m², ce morceau de ville de demain, c’est notre bien commun.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , , ,

Déc 04

PC040045

Rencontre avec les militants et sympathisants ce matin pour un point d’étape sur notre action d’élus du groupe municipal « Ensemble pour Lyon ». Après une réunion similaire la semaine dernière pour la rive droite et la presqu’île, la réunion de ce matin réunissait les 3e, 7e et 8 arrondissements. Au plan politique, cette rencontre a fait la démonstration que Nouveau Centre, Radicaux, MPF et UMP étaient bien décidés à poursuivre leur action commune au sein d’Ensemble pour Lyon.

Michel HAVARD, leader de notre groupe municipal, a dressé le bilan – conséquent – de notre action, en termes de réunions, prises de position et interventions. Il a évoqué les grands dossiers qui avaient jalonné ce début de mandat : l’Hôtel Dieu, le plan Piscines qui fait flop, l’affaire de la SACVL… Nora BERRA, Secrétaire d’Etat à la Santé, présente toute la matinée avant de retourner au Sénat à Paris, a fait le point sur l’action du nouveau Gouvernement. Elle a confirmé qu’elle suivra toujours de près les dossiers lyonnais, malgré son champ de responsabilités étendu. Elle est d’ailleurs repartie avec une « liste de courses » !

La plus grande partie de la réunion a été consacrée aux échanges avec le public. Premier dossier sur lequel nous avons été interpellés : celui de la grève des cantines, pour savoir si la situation était maintenant réglée. L’occasion pour Michel HAVARD de souligner d’une part que le manque de prise en compte des contraintes des Lyonnais qui travaillent continue d’imprimer sa marque à l’action de la municipalité de gauche. D’autre part, il a regretté que cette grève soit la conséquence d’un climat social très dégradé entre la Ville et ses agents, ce qui pousse plutôt au pessimisme pour la suite. Quant au surcoût pour les finances de la Ville qui résulte des mesures prises pour améliorer les moyens de surveillance des enfants, un participant a opportunément rappelé les millions d’euros perdus par la Ville dans l’opération hasardeuse de vente de l’îlot Grolée. 

Plusieurs participants ont aussi déploré que l’aménagement du futur Parc Sergent Blandan soit en panne (je corrige en “traîne en longueur”), et que le projet de passerelle permettant d’accéder au futur parc depuis le 8e (promesse de campagne PS) soit abandonné. Côté 3e, Nora BERRA est revenue sur le dossier de la Résidence pour personnes âgées Constant, que nous avons suivi ensemble, pour rappeler que ce dossier avait été géré avec beaucoup de légèreté par la Municipalité PS, à la fois pour la question du devenir de la RPA et pour celle du lancement d’un EHPAD.

Bref une belle réunion d’échanges pour faire un bilan et commencer à dessiner les perspectives. De prochains rendez-vous à suivre !

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , , , , , ,

Nov 28

PB120037

J’ai passé dernièrement un long week-end à Berlin. J’adore séjourner dans cette ville, tout particulièrement en automne. L’ayant visité à trois reprises ces dernières années, j’ai bien mesuré son évolution récente, et j’en retiens deux constats en termes de construction d’une métropole : l’audace architecturale et la mémoire de la Cité.

Berlin est une ville très agréable. Ce qui frappe tout d’abord, c’est l’espace : Tiergarten et de multiples autres vastes espaces verts, de larges avenues, les lacs à proximité. Berlin, c’est aussi la culture et la créativité : elles sont présentes partout, sous forme de musées, de galeries, de décors urbains… C’est aussi, pour qui s’intéresse à l’histoire contemporaine, des lieux forts à « chaque coin de rue » ; le souvenir du Mur et de la guerre froide, mais pas seulement. Je trouve aussi que Berlin, c’est une esthétique urbaine, avec un mélange harmonieux de nature dans la ville, de monuments et œuvres d’art bien mis en valeur, de convivialité urbaine. Et je suis frappé par le nombre d’immeubles à l’architecture audacieuse. C’est vrai pour le secteur du Bundestag ou de la PotsdamPlatz. Le retour de Berlin au rang de capitale a bien sûr favorisé ce renouveau : il n’y a qu’à voir la succession des ambassades et représentation des länder dans ce secteur. Mais on trouve aussi des constructions ou réhabilitations étonnantes, intégrées à leur quartier, qui sont autant d’éléments de valorisation du cadre urbain. 

L’autre facette berlinoise qui me marque, c’est l’approche de la mémoire de cette ville. Partout, les souvenirs de l’histoire et du passé sont présents, « intelligemment ». C’est vrai pour les heures de gloire et les moments forts de la Cité. J’ai par exemple découvert cette année la galerie « JFK » et une expo sur le Parlement allemand. Mais c’est vrai aussi pour les épisodes lourds et tragiques de ce passé, notamment sous le nazisme. On trouve à Berlin des lieux qui expliquent la genèse de la Cité : les phases de son développement urbain, son histoire sociale, politique et culturelle, son patrimoine économique. Il existe par exemple un remarquable musée de l’histoire allemande. Concernant le patrimoine économique, j’avais eu la même impression à Munich, une ville qui n’hésite pas à associer à son histoire ses « success stories » de l’entreprise et de la recherche.

Le contraste est assez saisissant avec Lyon. Je trouve que notre ville n’accorde pas assez de place à son passé, ou qu’elle le fait de façon trop sélective en se limitant aux épisodes « clés » de son histoire. On peut aussi regretter qu’elle ne valorise pas plus son patrimoine économique et d’innovation, ses grands entrepreneurs et l’histoire dont ils sont les successeurs. L’approche retenue pour la réhabilitation de l’Hôtel Dieu en est une nouvelle démonstration, alors que le lieu aurait pu servir de phare pour les pôles de compétences de la métropole et de la région.

Certes, nous avons le Musée Gadagne. Je l’ai visité de nouveau récemment. Sa rénovation a permis d’embellir encore le lieu, et ses collections sont dorénavant bien présentées. Mais en quittant le musée, on a l’impression d’avoir survolé l’histoire de la ville, avec des « escales » à des moments clés. Au-delà de ce musée, il est je pense encore nécessaire d’enrichir et d’approfondir la mise en valeur de la mémoire de notre ville, et de mieux en tirer parti pour ses projets.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , ,