Nov 20

Aménagement Part Dieu

Lors du dernier Conseil d’arrondissement, j’ai eu un échange assez vif avec le Maire du 3e à propos du développement de la Gare Part-Dieu. Le lancement d’études sur le projet d’aménagement du pôle d’échange multimodal était en effet à l’ordre du jour. J’ai fait part de mes inquiétudes sur le fait que ces études, centrées sur l’accessibilité et le fonctionnement de ce pôle, me semblaient oublier les quartiers du 3e environnants. Cela n’a visiblement pas plu à Thierry Philip.

Je maintiens que la façon avec laquelle Gérard Collomb et Thierry Philip, les Maires PS de Lyon et du 3e, abordent la question du développement de la Gare Part-Dieu est inquiétante, pour les raisons suivantes :

  • Le projet de « hub métropolitain » de Gérard Collomb est porteur de déséquilibres. Quand on l’entend, on voit que la Part-Dieu est vue comme un méga pôle d’emplois vers lequel doivent converger tous les matins, par TER et autres transports en commun, des milliers de personnes habitant de plus en plus loin. C’est certes une réalité, mais il n’y a pas lieu de chercher à la renforcer : il faut aussi faire en sorte que des gens habitent et travaillent en centre-ville. C’est tout l’enjeu de la politique du logement : les actifs doivent pouvoir continuer à vivre dans le 3e, y compris autour de la Part-Dieu.
  • 2e constat : certes, la gare Part-Dieu est un élément clé du rayonnement de l’agglomération. Elle doit être au cœur du réseau européen de la grande vitesse et continuer à jouer le rôle de pôle d’échanges. Pour autant, il n’est pas forcément nécessaire de «tout concentrer sur la Part-Dieu ». Il est possible d’équilibrer la desserte ferroviaire avec les autres gares, ce que viennent de rappeler les services de l’Etat. La croissance de la Gare Part Dieu ne doit pas être une fin en soi.
  • Enfin, dans ces réflexions sur le développement du pôle d’échange, les quartiers d’habitation limitrophes (10 000 personnes à la Part-Dieu, 40 000 avec Villette-Paul Bert et Part Dieu Sud) semblent oubliés.

Les preuves de cela ?

  • Quand le cadrage des études se borne à préciser « qu’il faut étudier les conséquences des différents scenarii d’aménagement de la gare sur l’organisation du pôle d’échange », cela montre bien que les quartiers d’habitation voisins sont oubliés : il faudrait ainsi que ces scenarii soient aussi évalués en fonction des conséquences sur l’accessibilité de ces quartiers. On ne peut aujourd’hui que constater que les modifications de circulation dans le secteur Villette/Bonnel/Flandin dégradent le cadre de vie des habitants.
  • Ainsi, un scenario envisage une entrée supplémentaire de la gare, avenue Pompidou, ce qui pourrait entraîner la fermeture de cet axe et le report de la circulation sur Paul-Bert. Ce scenario ne peut être évalué sans prendre en compte les effets sur les conditions de circulation dans le centre de quartier de Villette-Paul Bert, déjà bien compliquées.
  • Autre fait significatif : l’aménagement de la place de Francfort a été suspendu de façon surprenante, du fait semble-t-il d’une modification de la desserte de Part-Dieu Villette en transports en commun. Cela montre bien que l’aménagement urbain du secteur est vu uniquement comme une conséquence de la desserte de la Part Dieu en transports en commun : il y a pourtant des centaines d’habitants dont c’est le cadre de vie.

Alors, le Maire du 3e peut bien être mécontent de ce débat. Je reste étonné du fait que le Maire de Lyon, et a fortiori celui du 3e, soient autant focalisés sur la gare, en oubliant les quartiers d’habitation.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , , , , , ,