L’actualité a été riche en résultats notables : la croissance au 1er trimestre, la labellisation de deux Instituts de Recherche Technologique en Rhône-Alpes et le rapport de la Commission d’évaluation des candidatures aux JO2018. Ils démontrent, chacun à leur manière, la validité de certains choix. Ils sont porteurs d’espoir pour la France et notre région, même si bien sûr, il faut encore confirmer.

1 % de croissance au 1er trimestre pour la France, c’est un beau résultat, d’une ampleur  inattendue. C’est la plus forte hausse depuis 2006, et cette progression est sensiblement supérieure à celle de nombreux pays. La consommation des ménages augmente plus qu’au dernier trimestre 2010, et surtout, l’investissement des entreprises accélère nettement (+ 1,9 %). Cela tend à confirmer la pertinence de la politique économique du Gouvernement qui a permis d’encaisser le choc de la crise et d’aider les entreprises à préparer la reprise : on pense bien sûr à la mesure majeure que constitue le crédit impôt recherche et à la réforme de la taxe professionnelle, pour soutenir l’investissement. L’économie française a recommencé à créer des emplois. Souhaitons que la dynamique qui s’est concrétisée au 1er trimestre conduise à un prolongement et à une intensification de cette tendance.

Deuxième résultat : deux projets rhônalpins ont été labellisés « Institut de recherche technologique » dans le cadre des « Investissements d’avenir », financés par le Grand emprunt. Ce programme, doté de 2 milliards d’euros, vise à faire émerger des campus d’innovation technologique de dimension mondiale, qui permettront d’irriguer le développement industriel de la France.  Ces deux projets retenus en Rhône-Alpes sont LyonBioTech à Lyon, centré sur l’infectiologie, et NanoElec à Grenoble, centré sur la nano-électronique. Ils viennent s’ajouter aux 15 laboratoires d’excellence et aux 10 équipements d’excellence rhônalpins, labellisés précédemment toujours dans le cadre des Investissements d’avenir. Ils sont une reconnaissance des formidables atouts que nous avons en Rhône-Alpes en matière de recherche et d’innovation. Ils démontrent aussi l’opportunité offerte par les Investissements d’avenir, pour susciter la création de richesses et d’emplois de demain. Et dire que la majorité régionale rose-verte-rouge n’avait pas de mots assez durs, dans sa stratégie régionale de l’enseignement supérieur et de la recherche (voir mon intervention lors du vote), pour critiquer ce programme gouvernemental et le Grand emprunt…

Troisième résultat : le rapport de la Commission d’évaluation du CIO sur les trois villes candidates à l’organisation des JO d’hiver 2018. Si la candidature coréenne semble toujours favorite, le Projet Annecy Haute Savoie est pleinement dans la course, grâce au travail mené ces derniers mois. L’excellence sportive et l’excellence environnementale de ce dossier ont été soulignées. Un élément intéressant de ce rapport n’a pas été mis en avant. Il s’agit des résultats du sondage d’opinion mené par le CIO. Ils démontrent l’adhésion des Rhônalpins au projet : ils sont 63 % à y être favorables contre 12 % qui y sont opposés (les résultats en Bavière sont respectivement de 53 % et 13 %). Cette adhésion n’est pas neutre non plus.

En ces temps de scène médiatique trop souvent « décliniste », apprécions ces trois news porteuses d’optimisme, de vision d’avenir et d’esprit de conquête.