Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Étiquette : JO2018 Annecy

Dommage

Grande déception quand j’ai appris à 17H20 que PyeongChang avait été choisie pour organiser les JO d’hiver 2018. Dommage, Annecy Haute Savoie était un beau projet. Je pense ce soir à tous ceux qui ont porté activement la candidature d’Annecy – membres du Comité de candidature, sportifs, bénévoles…  -, tout au long de ces derniers mois.

Il faut aussi saluer la présence à Durban du Premier Ministre, François Fillon, pour soutenir jusqu’au bout le projet de la France, ce projet de « montagnards ».

Je regrette que ces derniers jours, certains opposants au projet aient avancé l’argument que le projet n’était soutenu que par une courte majorité de la population de Haute-Savoie. C’était une façon bien partielle de présenter les résultats d’un sondage. C’était occulter le fait que selon le même sondage, les 2/3 des Rhônalpins y était favorables comme je l’avais signalé alors.

Il faut maintenant capitaliser sur cette candidature et sur le travail réalisé. Le projet Annecy 2018 s’était donné pour ambition de « Refonder la montagne du XXIe siècle ». C’est une belle ambition pour Rhône-Alpes qui reste pleinement d’actualité.

Des résultats notables

L’actualité a été riche en résultats notables : la croissance au 1er trimestre, la labellisation de deux Instituts de Recherche Technologique en Rhône-Alpes et le rapport de la Commission d’évaluation des candidatures aux JO2018. Ils démontrent, chacun à leur manière, la validité de certains choix. Ils sont porteurs d’espoir pour la France et notre région, même si bien sûr, il faut encore confirmer.

1 % de croissance au 1er trimestre pour la France, c’est un beau résultat, d’une ampleur  inattendue. C’est la plus forte hausse depuis 2006, et cette progression est sensiblement supérieure à celle de nombreux pays. La consommation des ménages augmente plus qu’au dernier trimestre 2010, et surtout, l’investissement des entreprises accélère nettement (+ 1,9 %). Cela tend à confirmer la pertinence de la politique économique du Gouvernement qui a permis d’encaisser le choc de la crise et d’aider les entreprises à préparer la reprise : on pense bien sûr à la mesure majeure que constitue le crédit impôt recherche et à la réforme de la taxe professionnelle, pour soutenir l’investissement. L’économie française a recommencé à créer des emplois. Souhaitons que la dynamique qui s’est concrétisée au 1er trimestre conduise à un prolongement et à une intensification de cette tendance.

Deuxième résultat : deux projets rhônalpins ont été labellisés « Institut de recherche technologique » dans le cadre des « Investissements d’avenir », financés par le Grand emprunt. Ce programme, doté de 2 milliards d’euros, vise à faire émerger des campus d’innovation technologique de dimension mondiale, qui permettront d’irriguer le développement industriel de la France.  Ces deux projets retenus en Rhône-Alpes sont LyonBioTech à Lyon, centré sur l’infectiologie, et NanoElec à Grenoble, centré sur la nano-électronique. Ils viennent s’ajouter aux 15 laboratoires d’excellence et aux 10 équipements d’excellence rhônalpins, labellisés précédemment toujours dans le cadre des Investissements d’avenir. Ils sont une reconnaissance des formidables atouts que nous avons en Rhône-Alpes en matière de recherche et d’innovation. Ils démontrent aussi l’opportunité offerte par les Investissements d’avenir, pour susciter la création de richesses et d’emplois de demain. Et dire que la majorité régionale rose-verte-rouge n’avait pas de mots assez durs, dans sa stratégie régionale de l’enseignement supérieur et de la recherche (voir mon intervention lors du vote), pour critiquer ce programme gouvernemental et le Grand emprunt…

Troisième résultat : le rapport de la Commission d’évaluation du CIO sur les trois villes candidates à l’organisation des JO d’hiver 2018. Si la candidature coréenne semble toujours favorite, le Projet Annecy Haute Savoie est pleinement dans la course, grâce au travail mené ces derniers mois. L’excellence sportive et l’excellence environnementale de ce dossier ont été soulignées. Un élément intéressant de ce rapport n’a pas été mis en avant. Il s’agit des résultats du sondage d’opinion mené par le CIO. Ils démontrent l’adhésion des Rhônalpins au projet : ils sont 63 % à y être favorables contre 12 % qui y sont opposés (les résultats en Bavière sont respectivement de 53 % et 13 %). Cette adhésion n’est pas neutre non plus.

En ces temps de scène médiatique trop souvent « décliniste », apprécions ces trois news porteuses d’optimisme, de vision d’avenir et d’esprit de conquête.

Grand principe et liste de courses

Avec mes collègues Joelle Sangouard et Nicole Vannier

Avec mes collègues Joelle Sangouard et Nicole Vannier

Session d’été la semaine dernière au Conseil régional : même si l’ordre du jour était moyennement fourni, les délibérations débattues par l’Assemblée régionale commencent à dessiner cette mandature qui débute.

Figurait notamment à l’ordre du jour, la décision budgétaire modificative, c’est-à-dire la délibération qui adapte le budget 2010, en fonction du résultat de l’année précédente et de l’ajustement du niveau des recettes : 32,5 millions d’euros de ressources « supplémentaires » ont ainsi trouvé une affectation avec cette délibération.

Plus de 40 % des nouveaux crédits de paiement votés par la coalition rose-rouge-verte vont être consacrés aux moyens généraux, dont une bonne part pour la réalisation du nouveau siège du Conseil régional. Sans revenir sur ce dossier du nouveau siège, on constate que cette décision modificative est impactée par le dérapage du coût de l’opération.

Le vote de cette délibération a de nouveau permis de mesurer la faiblesse de la politique régionale, du fait des incohérences de la coalition rose-rouge-verte. Les élus Europe Ecologie Verts ont en effet fait « leurs courses » dans les crédits supplémentaires, en demandant un vote par chapitre en matière de recherche, refusant de soutenir certaines attributions, dès lors qu’il était question de nanotechnologies ou de CEA… Rien que de très normal dans le cadre de délibérations ? En droit oui bien sûr, mais cela pose très clairement le problème de la stratégie régionale de cette “majorité” en matière de recherche, si certains des « pieds » de cette stratégie sont systématiquement « sciés ». Il va ainsi devenir difficile de parler de stratégie en la matière.

Même constat et confirmation sur le soutien au projet JO 2018 Annecy Haute Savoie. L’Assemblée régionale avait à se prononcer sur la constitution du Groupement d’Intérêt Public « Annecy 2018 », qui va dorénavant porter la candidature, et sur l’adhésion de la Région à cet organisme. Une fois de plus, les élus Verts ont affirmé leur opposition au projet. Le PS a bien essayé de mettre la « pression » en demandant un vote nominatif, mais force est de constater que cet « appel à responsabilité individuelle » n’a eu qu’un effet très marginal. Ce faisant, les Verts ont fait preuve d’un double « défaitisme » : affirmer qu’ils ne croient pas aux chances du dossier et refuser de croire que ce projet puisse être exemplaire en matière de développement durable.

Nous avons également délibéré sur un contrat d’objectifs et de moyens avec quatre chaînes de télévision locales de la région : TLM, TéléGrenoble, Télévision Loire 7 et TV8 Mont-Blanc. La Région veut développer un partenariat avec ces chaînes, pour renforcer l’information de proximité et la diffusion de programmes d’intérêt général. Dans le cadre de ce partenariat, elle accorde 480 000 euros de subventions à ces télévisions. Ce financement régional a posé question à notre groupe d’élus UDC (Union de la Droite et du Centre) : si nous sommes favorables à un soutien aux télévisions locales qui jouent un vrai rôle pour l’information de proximité, nous craignons que ces subventions permettent à la majorité régionale d’influencer le contenu. C’est la raison pour laquelle nous avons proposé la constitution d’un groupe pluraliste d’élus (avec des représentants de toutes les formations politiques) pour concevoir et suivre ce contrat, pour éviter tous risques d’ingérence de la sphère politique dans ces télévisions. Jean-Jack Queyranne a refusé notre amendement au motif qu’un tel comité pluraliste pourrait constituer une atteinte à la liberté de la presse ! En quelque sorte un appel aux grands principes pour écarter un opportun dispositif prudentiel. La meilleure défense c’est l’attaque…

2008 - 2021 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén