Ecoutant Gérard Collomb dimanche dernier à l’inauguration des berges de Saône, j’ai été étonné de le voir se satisfaire du modèle lyonnais de cohésion, modèle qui expliquerait une situation plus enviable que dans d’autres villes (sans doute voulait-il faire allusion à Marseille). D’abord, je pense qu’un Maire doit éviter de porter des jugements sur d’autres villes. Ensuite et surtout, la situation lyonnaise en termes de sécurité ne me semble pas justifier un tel contentement. Pour ne parler que de la situation du 3e arrondissement : viols dans les coursives de la gare Part-Dieu, braquages de commerces, trafics de la place du Pont, agression contre les pompiers cet été devant l’auditorium…

Il y a aussi l’intéressant dossier qui vient de paraître dans LyonMag2 sur les cartes de l’insécurité à Lyon. On apprend ainsi que le 3e arrondissement est bien mal placé. Je l’avais déjà signalé il y a quelques mois à propos du nombre record de cambriolages. Un bilan pas brillant dans un arrondissement dont le Maire, Thierry Philip, a pourtant dit que dans sa vocation de chef d’orchestre, il prenait directement les choses en mains… Il faudra le faire aussi pour le bilan !

Et puis il y a aussi la tranquillité publique. Je ne compte plus les témoignages d’habitants depuis la rentrée qui me font part de l’été difficile qu’ils ont passé du fait de nuisances dans les espaces publics, notamment la nuit. Le centre de Monchat a dû supporter régulièrement des cris la nuit, des équipements publics récemment installés ont été dégradés. Les riverains ont dû supporter une occupation du square de la place de la Reconnaissance jusqu’à 2H du matin ! Pas idéal quand il faut se lever à 6H du matin pour aller travailler. On peut aussi mentionner la Buire, la place Sainte Anne, Bazin…. et bien sûr la boîte à ciel ouvert des berges du Rhône.

Peut-être que pour certains des responsables de cette ville qui s’absentent de Lyon tout l’été cette situation importe peu. La réalité des Lyonnais est autre : ils sont en général présents la moitié de l’été, pour y travailler. Nombreux sont aussi ceux qui restent tout l’été à Lyon. Chacun a droit à la quiétude de son cadre de vie. Il est bien que les espaces publics contribuent à la convivialité des quartiers, mais je dirais aux “heures ouvrables”. On ne peut accepter un usage non maîtrisé de nos places, parcs et jardins.

Toujours d’après les témoignages que j’ai collectés, la Mairie semble avoir fait la sourde oreille aux problèmes signalés, quand elle n’avoue pas une incapacité à agir. La Ville doit pouvoir agir. Elle dispose d’une des plus importantes polices municipales du pays. Ce bel outil doit être mobilisé pour empêcher ces dérives.