Un dernier billet pour rappeler encore des promesses non tenues par Thierry Philip ; il ne marque pas pour autant la fin de notre série sur le vrai bilan de la Mairie PS du 3e arrondissement. Nous le poursuivrons dans les prochaines semaines avec d’autres aspects de notre vie municipale.

Je reviens donc encore sur l’autojugement du Maire du 3e arrondissement sur ses promesses de campagne “on a presque tout fait et même plus”.

Dans ce “presque”, on trouve un certain nombre de projets promis en matière d’animation et de vie culturelle. Certes, sur ces sujets, la Gauche sait “faire de la mousse”, persuadée qu’elle-seule est en mesure de porter une ambition culturelle… Nos conseils d’arrondissement ressemblent ainsi parfois à la réunion d’accueil dans un club vacances, quand les GO vous présentent les activités de la semaine. Je l’ai fait remarquer au Premier adjoint lors du dernier Conseil, et il n’a pas apprécié, m’accusant de dénigrer l’action culturelle. Agir en matière culturelle, c’est bien, glauser, on peut s’en passer. Mon propos était juste de faire remarquer qu’avant de présenter dans le détail la programmation culturelle, il y avait d’autres sujets à traiter dans une assemblée délibérante, comme les questions de sécurité, de transport, de fermeture de résidences pour personnes âgées… Mais bon, c’est comme cela, il faut se pamer devant les réalisations culturelles de la Mairie d’arrondissement. Il y a pourtant à dire. Ainsi, on peut se demander où sont passées les promesses en la matière : le projet de Salon de l’art, de festival inter-culturel de spectacle vivant, l’installation d’oeuvres d’art sur l’espace public, mais aussi la promesse d’extension de la Maison pour Tous (Salle des Rancy), dans un secteur pourtant en mutation en termes d’habitat.

En matière de déplacements également, deux projets pourtant à forte orientation “développement durable” resteront des souvenirs de campagne électorale : la station de tramway de la rue Feuillat, qui aurait pourtant vocation à desservir plusieurs établissements scolaires et d’apprentissage, et la navette TCL de Montchat, qui faciliterait les liaisons entre le centre de Montchat et les lignes fortes Métro et Tram se trouvant en périphérie du quartier, tout en facilitant grandement les déplacements des personnes âgées. On nous répond qu’il faut bien étaler les projets compte tenu des contraintes financières. Rappelons que des projets non prévus ont été dans le même temps lancés au cours de ce mandat par le SYTRAL.

En matière de cadre urbain, la encore, dans le “presque tout réalisé”, on trouve des oublis qui ne sont pas des broutilles. On nous avait ainsi promis la rénovation de la place du Château, celle de la place Guichard en synergie avec une rédynamisation de la rue de Créqui, et encore la mise en valeur de l’entrée Guillotière/Paul Bert….

Comme je l’ai indiqué en introduction, la série continue. A venir dans quelques jours : c’est quoi cette concertation ?