Pierre Bérat

Engagé pour une droite ouverte, européenne, qui ne se désintéresse pas des Métropoles. Elu régional et municipal de Lyon jusqu'en 2020/2021.

Étiquette : residence constant

Les faits qui fâchent

P1040019Voici le texte de mon intervention lors du Conseil d’arrondissement du 8 juin 2010 sur le dossier de la résidence pour personnes âgées Constant.

“Le dossier du projet d’EHPAD Constant est temporairement dans l’impasse, et
contrairement à ce qui a été dit ou écrit par les élus responsables de la Ville de Lyon, ce n’est pas en raison d’un refus de financement par l’Etat mais parce que ce dossier a été mené par la Ville de Lyon avec légèreté, sans prendre les garanties nécessaires quant au financement.

Un courrier de Nora Berra, Secrétaire d’Etat chargé des aînés, vient de rappeler les éléments objectifs d’information sur ce dossier.

Il s’agit donc d’un raté politico/administratif municipal dont il faut bien comprendre les raisons :

  • Méconnaissance du quartier qui a conduit la Ville à supprimer une Résidence pour personnes âgées (RPA) pourtant parfaitement intégrée au tissu social,
  • Volonté de la Majorité municipale centrale et d’arrondissement de faire un coup politique, ce qui explique sans doute l’absence d’écoute et de concertation,
  • Rivalités politiques internes à la Majorité.

Mais c’est plus qu’un raté politico/administratif puisque les résidents de la RPA Constant ont durement subi cette situation.

Je cite Nora Berra : « Sachez néanmoins que je suis la première à regretter cette situation qui a nécessité de faire déménager des personnes âgées, souvent vulnérables, sans que les plus élémentaires précautions aient été prises en amont pour s’assurer du financement indispensable de l’Etat. »

La conséquence concrète nous la connaissons en effet : c’est le démantèlement et la fermeture de la RPA Constant, menés à marche forcée, avec des conséquences douloureuses pour les pensionnaires de cet établissement et leur famille. Avec cette fermeture, Montchat vient de perdre un équipement essentiel pour le Bien vivre en ville des seniors, mais aussi, plus largement, pour l’animation et la convivialité du quartier. Pourtant, les acteurs locaux et les élus d’opposition n’ont eu de cesse de vous alerter pour arrêter ce projet mal engagé. Et nous savons maintenant que l’EHPAD ne devrait pas ouvrir avant 2015.

Dans ce contexte, il me semble aujourd’hui urgent et opportun, en procédant avec méthode et écoute :

  1. D’interrompre la procédure administrative visant au déclassement de la RPA,
  2. D’engager le processus de réouverture de la RPA Constant, pour les années nous séparant de l’ouverture de l’EHPAD,
  3. De mettre à profit ces années pour étudier sérieusement le maintien d’un pôle RPA sur le quartier.
     

La Mairie du 3e est-elle aujourd’hui prête à travailler sur un tel projet ? Comme je l’ai indiqué il y a déjà longtemps, elle pourra compter sur notre soutien dans cette démarche. Constant ne peut rester une friche pendant des années, témoignant au quotidien des aberrations de la gestion de ce dossier.”

Le débat animé qui a suivi cette question a permis d’apprendre de nouveaux éléments sur ce dossier :

Thierry Philip, Maire du 3e, et Pierre Hémon, adjoint aux personnes âgées de la Ville de Lyon n’ont visiblement pas la même vision sur les résidences pour personnes âgées. Ce dernier a dit que les résidences avaient encore une utilité à Lyon. Thierry Philip a par contre remis en cause leur utilité, s’appuyant sur le fait que tous les pays du monde vont connaître un vieillissement de leur population… Je ne vois pas en quoi le vieillissement de la population en Papouasie enlève tout intérêt aux RPA dans notre pays…

Autre déclaration intéressante : Pierre Hémon motive son refus de rouvrir la RPA par le fait que pour une ouverture en 2015 de l’EHPAD, les résidents de Constant auraient de toutes façons du partir en 2011, donc cela ne vaut pas le coup de rouvrir la RPA. Il avance donc un délai de 4 ans pour la réalisation du projet. Comment se fait-il alors que la Municipalité ait annoncé une ouverture de l’EHPAD en 2013 alors que les résidents viennent de partir. Voici un délai opportunément élastique.

Enfin, pour contrer le propos des élus du 3e qui accusent Nora Berra de « punir » le 3e, alors qu’ils n’assument pas leurs négligences, on fera remarquer que l’Etat va financer d’ici 2012 l’extension du logement-foyer « Ma demeure » dans l’arrondissement.

Au fil de la campagne

Marché Augagneur 2010_4

Voilà déjà quelques semaines que je suis engagé dans cette campagne des élections régionales en tant que candidat. A quinze jours du scrutin, voici quelques constats que je tire de ma présence sur le terrain dans le 3e arrondissement et ailleurs.

Premier constat, comme pour les dernières campagnes, les candidats sont saisis par des collectifs, lobbies, groupes d’intérêt, et ils sont « sommés » de répondre à des questions plutôt pointues. Je dis « sommés » car ces questionnaires ou ces invitations à des débats, sont parfois très impératifs, menaçant d’apocalypse médiatique en cas de non réponse. Je constate que les sujets évoqués sont parfois très éloignés des compétences de la Région, et parfois que l’interrogation est largement téléguidée par certains mouvements politiques… Diversion, diversion… Pour ma part, j’entends plutôt me concentrer sur le débat relatif aux politiques que peut mener la collectivité « Région ».

Alors quels sont les sujets sur lesquels un candidat aux régionales est amené à discuter dans le cadre de cette campagne ?

Ce serait mentir que de dire que toutes les questions portent sur des compétences régionales. Pas une seule présence marché ou visite de commerce, sans que ne soit évoquée la question de la propreté. C’est le reflet d’une réalité et de l’échec de la politique du Grand Lyon en la matière. Souhaitons que le Vice-président en charge de cette question se saisisse enfin du problème après sa campagne régionale !

De façon générale, on constate que nos concitoyens ont beaucoup de difficultés pour se repérer dans les compétences des collectivités territoriales. Et ne parlons pas du mode de scrutin des régionales. Ce constat que chacun peut faire en faisant campagne devrait amener ceux qui sont vent debout contre la réforme des collectivités territoriales à réfléchir encore au sujet. Pour ma part, je suis encore plus convaincu que oui, il faut clarifier les compétences, pour que chacun sache bien « qui fait quoi avec quel impôt », et oui, un conseiller territorial, bien identifié sur un territoire déterminé, serait une très bonne chose pour susciter l’adhésion des citoyens.

Parmi les sujets de compétences régionales, j’ai noté les échanges suivants lors de mes rencontres :

  • La question de l’insertion professionnelle des jeunes : comment mieux orienter les jeunes vers des métiers d’avenir, pour assurer l’emploi ? C’est le souci de nombreux jeunes et parents. C’est la raison pour laquelle notre programme propose de renforcer l’information sur les filières porteuses, en manque de candidats, de rendre plus réactif le dispositif régional de formation et d’encourager l’apprentissage par une nouvelle aide financière.
  • La question du soutien aux entreprises : de nombreux commerçants et autres responsables de TPE que j’ai rencontrés font part des mois très difficiles qu’ils ont connus ou connaissent du fait de la crise. Souvent, ils posent la question, mais que fait pour moi la Région ? C’est pourtant la collectivité première en matière de soutien à l’économie. C’est pourquoi nous proposons de simplifier le dispositif d’aides en élargissant notamment les conditions pour bénéficier de garanties d’emprunt.
  • Comment conjuguer stratégie régionale de développement économique et réponse de proximité pour les entreprises qui ont besoin d’accompagnement, tout en assurant une équité entre toutes les entreprises ? Voilà une question, évoquée avec des artisans, qui constitue un vrai chantier à mener dans la perspective de la nouvelle organisation des collectivités territoriales.

Je note aussi que nombreux sont les électeurs qui sont sensibles à la nécessité de mieux maîtriser les dépenses des collectivités territoriales. Que cela plaise ou non à ceux qui se sont positionnés comme des contre-pouvoirs locaux, la pression fiscale locale est jugée excessive et la question est souvent posée de la pertinence de certaines dépenses.

Enfin un échange que j’ai trouvé significatif. Samedi sur le marché de Montchat, une dame m’expliquait qu’elle avait rencontré le candidat Thierry PHILIP, lequel en bon candidat PS, se veut le représentant patenté de la Solidarité. La dame lui dit « mais je ne vais pas pouvoir voter ». Le Maire de répondre : mais pourquoi cela ? “Mais parce que j’habite à la Résidence pour Personnes Agées Constant, vous savez la résidence que vous faites fermer !” Il semblerait que l’échange ait tourné court…

L’embrouille continue

Je vous conseille de lire l’article du Progrès du jour sur le dossier « Constant », qui prolonge mon intervention lors du dernier Conseil d’arrondissement (voir mon post du 12 septembre). On y apprend que Thierry Philip tient à préciser que le projet d’EHPAD sur le terrain Merck est bien distinct du projet sur le tènement « Constant », sans visiblement prendre la mesure du problème politique que cela pose.

 

On apprend aussi, dans cet intéressant article, que ce que le Maire du 3e dit impossible à réaliser avec la SACVL, société contrôlée par la Ville de Lyon, la municipalité va le faire avec la SAHLMAS, autre société contrôlée par la Ville !

 

A lire donc !

Encore du nouveau

Désolé pour ceux qui trouvent que je parle trop du dossier de la RPA Constant. Il le mérite largement, et il y a du nouveau depuis la rentrée. Du nouveau qui tend à confirmer qu’il y avait une autre possibilité permettant de préserver la résidence.

 

Le démantèlement de la résidence pour personnes âgées Constant à Montchat, pour construire à la place un EHPAD, s’est poursuivi cet été, avec les conséquences que l’on imagine pour les résidents. Cela ne manque pas d’attrister tous ceux qui sont attachés à cet équipement de solidarité.

 

Selon le Maire du 3e il n’y avait pas d’autres terrains, pour créer un EHPAD « municipal », que celui de la rue Constant, d’où la fermeture de la résidence. Or il nous apprend en cette rentrée qu’un EHPAD privé pourrait aussi voir le jour dans le quartier, rue Jules Verne, dans les anciens locaux d’une entreprise pharmaceutique ; des locaux commercialisés par la SACVL ! Thierry Philip l’a indiqué mardi dernier suite à une question que j’ai posée en Conseil d’arrondissement.

 

Pour créer son EHPAD « social », la Ville de Lyon n’aurait-elle pas pu trouver un montage adapté avec la SACVL, société qu’elle contrôle, pour une implantation rue Jules Verne ? Il est vrai que suite à une gestion hasardeuse de ses emprunts, la SACVL se retrouve avec une dette de 30 millions. Cela laisse peu de marge pour les projets « sociaux ».

 

On aurait ainsi pu créer l’EHPAD « social » tout en conservant la résidence.

Page 2 of 2

2008 - 2021 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén