Pour (notamment) tenir la promesse faite à Laetitia, un post sur une actualité du Conseil régional, à savoir l’élaboration de la future stratégie régionale d’innovation.

La Région Rhône-Alpes est en effet en train d’actualiser sa stratégie régionale d’innovation ; il s’agit, pour obtenir des financements par les fonds structurels européens sur la période 2014-2020, de répondre aux orientations de l’Union européenne. Celle-ci, dans le cadre de sa stratégie UE 2020 pour une économie “intelligente, durable et inclusive” (je cite…) demande aux régions de se fixer des thématiques prioritaires en matière d’innovation, en lien avec 6 grands défis sociétaux. Les autorités européennes veulent ainsi concentrer les moyens financiers sur des domaines clés et éviter le saupoudrage des financements (en la matière il y a du travail à la Région, dans tous les domaines d’intervention…). Tout cela doit donc se traduire pour Rhône-Alpes par une nouvelle stratégie régionale d’innovation pour une spécialisation intelligente SRI-SI (je cite toujours).

Au point où nous en sommes, l’exécutif régional a défini les domaines prioritaires suivants pour Rhône-Alpes :

  • Santé personnalisée et maladies infectieuses et chroniques
  • Procédés industriels et usine éco-efficiente
  • Réseaux et stockages énergétiques
  • Bâtiment intelligent à haute efficacité énergétique
  • Usages, technologies et systèmes de mobilité intelligents
  • Technologies numériques et systèmes bienveillants
  • Sports, sécurité et infrastructures en montagne.

Pour ma part, je comprends l’intérêt de se fixer des priorités dans le but que notre région soit en pointe sur des technologies et marchés de demain. La question que l’on peut se poser est jusqu’où faut-il spécialiser ? Aller trop loin, c’est prendre le risque de négliger certaines opportunités, dans des secteurs économiques forts en Rhône-Alpes. J’ai ainsi évoqué en commission mes craintes pour l’agroalimentaire, un domaine dont la Région ne peut se désintéresser.

Et puis, il y a la question du contenu que l’on va donner à chacune des priorités en Rhône-Alpes, dans le contexte de majorité politique gauche plurielle que nous connaissons, avec les exigences des composantes verte et extrême gauche. La stratégie de spécialisation intelligente pourrait se révéler une stratégie de spécialisation idéologique, car il faudra prendre en compte les “dadas” des alliés verts et Front de gauche. Ainsi, dans la priorité “Réseaux et stockage d’énergie”, on pourrait concentrer nos moyens sur la récupération de la chaleur dégagée par les bougies ! 🙂

Le danger est bien évidemment réel et sérieux. Pas plus tard que jeudi dernier, les conseillers régionaux Europe Ecologie Les Verts ont voté contre les contrats de performance des pôles de compétitivité ; autant dire qu’ils sont contre les pôles de compétitivité, ces dispositifs créés par Nicolas Sarkozy pour doper la R&D en France et dont on peut mesurer les avancées. Ils ont aussi voté contre l’IRT BioAster arguant du fait que l’on ne peut faire confiance à l’industrie pharmaceutique pour innover, puisqu’elle ne se préoccuperait que de gains financiers. C’est bien connu, l’Union soviétique c’était la panacée pour l’innovation médicale…