Sep 08

La desserte TCL en été n’est pas celle d’une Métropole

Déplacements Commentaires fermés sur La desserte TCL en été n’est pas celle d’une Métropole

Hier 7 septembre 2018, la Présidente du SYTRAL et le Président de la Métropole de Lyon ont organisé une visite de presse promotionnelle pour évoquer notamment le développement du réseau de tram et de la capacité des rames de tram. A cette occasion, j’ai diffusé le communiqué suivant pour que ce soit aussi l’occasion de faire le bilan des horaires d’été des TCL.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Transports en commun à Lyon : l’augmentation future des capacités, c’est bien…

L’utilisation optimale des capacités présentes, ce serait bien aussi

 

 Aujourd’hui 7 septembre, parmi les opérations de promotion de rentrée, le SYTRAL et la Métropole organisent une visite de chantiers pour évoquer notamment les projets d’augmentation des capacités de transport du tramway. Souhaitons que ce soit aussi l’occasion de tirer, enfin, les leçons d’un service estival clairement sous-dimensionné.

Si le SYTRAL et la Métropole veulent progresser dans l’offre de transports en commun à Lyon, outre l’examen de nouvelles lignes et de nouvelles rames de plus grande capacité, il faudrait effectivement aussi réaliser un bilan de la desserte estivale en transports en commun.

Tout d’abord, il faut noter que du fait des nombreux travaux cet été, certains secteurs de la ville ont subi une importante perte de qualité de leur desserte. Dans le secteur Lafayette-Baraban-Bellecombe, mais aussi à Confluence, il fallait beaucoup d’investigations et de persévérance pour savoir où passaient les bus chaque jour.

Mais de façon plus structurelle, on ne peut que faire le constat, encore cette année, que la forte réduction des fréquences de desserte avec les « horaires d’été », y compris sur les lignes de métro et de trams, a été la cause de beaucoup d’inconfort pour les usagers : temps d’attente élevés, correspondances peu fluides, rames bondées, dans des conditions de grande chaleur…

Il est plus que temps de comprendre que Lyon n’est pas une sous-préfecture où le départ en vacances des scolaires fait chuter fortement la fréquentation des transports. Qui peut croire que les Lyonnais prennent deux mois de vacances ? Dans une métropole européenne, en juillet, mais aussi en août, il y a des personnes qui travaillent et qui aimeraient pouvoir le faire dans des conditions normales. Et puis chacun peut constater, et c’est une bonne chose, qu’il y a de plus en plus de touristes qui visitent notre ville. Ces derniers attendent aussi un bon niveau d’accessibilité pour leurs visites.

La fréquence estivale des dessertes dans notre métropole est d’autant plus un souci que cette dernière souffre toujours d’un manque de liaisons performantes entre ses grands pôles : Part-Dieu<>Hôtel de ville, Hôtel de ville<>Confluence, Part-Dieu<>Confluence.

Il faut enfin que nous puissions bénéficier d’une desserte en transport en communs digne d’une métropole, y compris en été.

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , ,

Déc 22

PA020079Le Conseil du 3e arrondissement du vendredi 12 décembre a été riche, abordant plusieurs dossiers importants pour notre arrondissement. Voici les positions que vos élus UMP ont défendu lors de ce conseil.

Un intéressant CICA a permis d’entendre les témoignages argumentés des CIL Villette et Mutualité/Préfecture sur les problèmes de sécurité et les atteintes à la tranquillité publique dans le quartier Villette Paul Bert et sur les Berges du Rhône. Alors que le Maire PS du 3e, Thierry Philip, balance sur ces sujets entre autosatisfaction et tentative de minimisation des problèmes, j’ai confirmé les difficultés rencontrées, dont m’ont témoignées de nombreux habitants. J’ai rappelé mon intervention sur la lutte contre la délinquance lors du Conseil municipal d’octobre, qui pointait déjà la situation dans certains secteurs de Villette Paul Bert. La réponse de l’Adjoint à la sécurité Sécheresse s’était alors limitée a des sarcasmes, de l’autosatisfaction et des propos indignes, un comble quand on traite en assemblée de la question des incivilités… Sur cette question de la délinquance, j’ai rappelé en conseil d’arrondissement que la mise en place de la Métropole devait être l’occasion de mieux articuler l’action des médiateurs sociaux et de la Police municipale.

Le CICA a aussi été l’occasion de la présentation d’une intéressante enquête sur l’inconfort de la ligne C13 par le CIL Sans Souci Dauphiné. Force est de constater que la situation décrite correspond à la réalité : bus bondés car sous-dimensionnés, engorgement du fait de l’obligation de monter par l’avant, d’où des retards importants… Là encore, la “non-réponse” du SYTRAL, communiquée par l’adjoint en charge, n’est pas satisfaisante.

En conseil, nous avons délibéré sur les objectifs triennaux que va se fixer la Ville en matière de production de logements sociaux. Des objectifs “sur-volontaristes” qui vont au-delà de ce que la loi exige, la Ville de Lyon compensant notamment des déficits de production dans d’autres communes du Grand Lyon. Après avoir rappelé que nous sommes favorables à la production de logements sociaux, nous avons néanmoins fait valoir les points suivants qui nous ont amenés à nous abstenir sur la délibération proposée par la Ville :

  • le niveau à atteindre en matière de logements sociaux (25 % maintenant) doit maintenant s’apprécier au niveau du Grand Lyon, avec l’avènement de la Métropole,
  • nous n’avons pas obtenu la répartition des objectifs par arrondissement,
  • nous n’avons de ce fait pas de vision sur l’accompagnement par la Ville de ces nouveaux logements, en termes d’équipements et de services publics,
  • la politique de création forcenée de logement social en diffus en centre-ville coûte très cher. Alors que l’on ne cesse de nous rappeler que la dépense publique doit se réduire drastiquement, il faut se demander si l’on peut continuer à produire des logements à un tel coût alors que l’on pourrait en offrir plus ailleurs.

Nous avons approuvé le prolongement d’un an du programme FISAC dans le quartier Moncey, qui vise à aider la rénovation et la redynamisation commerciale. J’ai toutefois demandé à ce que les élus puissent se prononcer suite aux résultats de l’étude en cours qui doit faire des propositions sur une nouvelle identité commerciale du quartier. J’ai aussi rappelé que si l’on souhaite soutenir l’activité commerciale dans le secteur, il faudrait commencer par éviter de concentrer les manifestations et après-matchs à risque cours Gambetta : les commerces de cette importante artère ont encore subi des dégradations inacceptables lors d’une récente manifestation.

Nous devions aussi nous prononcer sur l’acquisition par la Ville de locaux dans le cadre de la réalisation du futur parc RVI. Nous nous sommes abstenus sur cette acquisition. Sylvie Pendarias en a expliqué les raisons. D’une part, le coût est très élevé pour la Ville. D’autre part, cette position est cohérente avec la vision urbanistique que nous avons développée pour ce jardin : nous voulions un parc s’ouvrant sur l’avenue Lacassagne alors que la Mairie du 3e a fait le choix d’un relatif enclavement de ce jardin, en confortant l’effet tunnel des constructions sur cette avenue. Or ces acquisitions se font pour créer une entrée du Parc sur le côté, rue Rochaix.

 

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , , , , ,

Juil 07

Je vous propose de terminer cette série de billets sur l’autre bilan de la Mairie PS du 3e arrondissement en traitant du sujet clé de la mobilité. Là encore, le bilan n’est pas bon ; des choix incohérents et l’idéologie « anti-voiture » d’une partie de la majorité ont conduit à une dégradation de notre capacité à se déplacer.

Ce mandat s’est d’abord traduit par la réduction des capacités de circulation sur deux axes majeurs du 3e : l’avenue Félix-Faure et l’avenue de Saxe. Conséquence : des déplacements beaucoup plus compliqués en heure de pointe en Est-Ouest et Sud-Nord.

Dans le même temps, un plan d’ensemble semble avoir été lancé pour contraindre les déplacements automobiles dans le secteur de la Part-Dieu, alors même que la construction de plusieurs tours est envisagée. La suppression de la trémie de Garibaldi au niveau du cours Lafayette va créer une intersection très chargée entre deux axes majeurs de circulation. La nouvelle tour InCity se construit sans parking, ce qui provoquera une saturation du stationnement en surface et des automobilistes tournant dans le secteur à la recherche d’une place. Pour corser la situation, se prépare l’aberrante fermeture de la rue Servient sous la Part-Dieu, le trafic étant dévié vers un prolongement de la rue Bouchut. Le réaménagement de la gare Part-Dieu va se traduire aussi par la suppression de deux files de circulation de l’avenue Pompidou, sous les voies ferrées, un choix qui va contraindre l’accessibilité du quartier Villette. Lors de la réunion de présentation de ce projet, j’ai posé la question des conséquences pour la fluidité du trafic. Réponse : « il est clair que la suppression de deux voies de circulation va causer des remontées de trafic ! ».

Autre constat : depuis quelques mois, Montchat connaît de coûteux travaux de voirie dont le résultat immédiat est de réduire les capacités de stationnement et de compliquer les conditions de circulation.

Cette dégradation des conditions de mobilité est d’autant plus dommageable que la desserte en transports en commun a peu progressé. Seul le prolongement de T4 jusqu’à Part-Dieu constituera prochainement une réelle amélioration. La ligne C3 reste toujours aussi irrégulière. Les déplacements entre l’Est et l’Ouest de l’arrondissement en C9 et C13 sont toujours une épreuve (desserte insuffisante, bus bondés). L’électrification du C13 va même entraîner une dégradation du service puisque le quartier de la Mairie du 3e ne sera plus desservi. Quant à la navette de Montchat, elle reste bien une promesse non tenue.

Voilà les constats que je fais après cinq ans de mandat de Thierry Philip. Je le fais sans être un adepte du tout voiture en ville. Personnellement, je fais environ 80 % de mes déplacements domicile-travail ou domicile-école à pied, en transport en commun ou en Velo’V. Mais il faut admettre qu’il y a des situations personnelles, de famille ou d’activité professionnelle qui font que l’usage de la voiture est incontournable.

Le Maire du 3e nous dira sans doute que les déplacements « c’est pas lui » mais le SYTRAL de M. Rivalta. On a vu son effacement quand s’est posé le problème de la caricature de concertation sur le dossier « C3 ». Thierry Philip promettait pourtant en 2008 qu’il serait un chef d’orchestre, et que jamais il ne dirait à propos des sujets locaux « ce n’est pas de ma responsabilité »…

écrit par Pierre BERAT \\ tags: , , , , , , , , , ,