Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Une (courte) victoire… mais à quel prix !

François Hollande a remporté l’élection présidentielle. Mais avec 51 %, nous sommes bien loin d’un raz-de-marée ou d’une adhésion massive, contrairement à ce dont on nous a abreuvé depuis des mois. Clairement, il s’agit d’un petit score, quand on sait ce qu’il recouvre : des électeurs de gauche certes, mais aussi des électeurs “anti Nicolas Sarkozy” que la gauche a su habilement “exciter” ces dernières années et encore tous ces suffrages qui se sont portés sur Hollande, suite aux calculs politiciens irresponsables ou petites rancoeurs de certains “responsables” politiques. Le fameux rassemblement est bien court et peu homogène. Comme je l’ai écrit au lendemain du 1er tour, je suis convaincu qu’il n’y a pas de majorité de gauche dans ce pays. Cela doit inviter le PS a beaucoup de prudence et de modestie. Et cela ouvre de réels espoirs pour le centre et la droite pour les législatives, si nous savons garder notre sang froid, éviter toute division et promouvoir nos propositions pour la mandature.

Mais je voudrais à ce stade revenir sur cette courte victoire de François Hollande, et souligner son douloureux prix, qui laissera des traces dans le pays.

D’abord il faut constater qu’une fois de plus, le pays est tombé dans la caricature en cette fin de campagne. De nouveau, le champ médiatique a montré qu’il n’était pas possible d’aborder les questions de nationalité, de cohésion nationale, de valeurs de la République française, de sécurité et de tranquillité publique, sans que les défenseurs de ces thèmes se fassent injurier. Des débats qui ne posent aucuns problèmes dans la plupart des pays, devraient ainsi demeurer tabous en France. En jouant ce petit jeu de la diabolisation, les forces de gauche ont certainement gagné à elles quelques électeurs “modérés”. Cela a contribué à leur victoire, mais quel risque pour l’avenir. De plus en plus de Français ne supportent plus cette chape de plomb moralisatrice.

Ensuite, revenons sur ce mandat de Nicolas Sarkozy. Jamais un Président de la République n’a fait l’objet d’attaques coalisées aussi violentes. Quels panache et dignité dans la “réponse” de Nicolas Sarkozy hier soir. Depuis 5 ans, un patient travail de sape a été organisé, il faut le reconnaître avec habileté. La vigueur de la fronde a été à la hauteur de la volonté réformatrice de Nicolas Sarkozy. Parallèlement, la gauche a de façon totalement irresponsable, saisi toutes les occasions pour semer l’indignation dans le pays. Résultats, il y a aujourd’hui dans le pays :

  • d’une part un certain déni des efforts et réformes à poursuivre,
  • et d’autre part, trop souvent, une “culture” de l’indignation là où il faudrait construire ensemble.

En préparant ainsi sa victoire, la gauche a pris une très grosse responsabilité. Saura-t-elle maintenant lever ces pesanteurs et maîtriser ces réflexes d’indignation ?

Je constate que le ton a beaucoup changé depuis dimanche soir. Les responsables socialistes font maintenant appel au large rassemblement, à la concorde, on sensibilise (enfin) aux efforts à poursuivre. Mais au passif de la gauche, il reste son attitude depuis 2007, et le choix qu’elle a fait de la victoire “à tous prix”.

Précédent

Démocratie à la “sauce” socialiste

Suivant

Commémoration de l’armistice du 8 mai 1945

7 Comments

  1. Philippe

    Avez-vous observe le score réalise par Nicolas Sarkozy dans la quatrième circonscription du Rhone? C’est un élément intéressant et prometteur pour le duo de choc que vous formez avec Dominique Nachury.

  2. Josiane

    La quatrième circonscription a résiste vaillamment a l’effet de mode et a la superficialité politico-médiatique ambiante incarnée par la Conseillère générale fantôme de Montchat… Nous voulons une élue de terrain, qui soit capable de travailler a Paris comme a Lyon… D’expérience, a l’écoute et ne perdant pas le sens des réalités… Le tandem Dominique Nachury/Pierre Berat est a la hauteur des défis a relever tant sur le terrain que sur le plan du travail parlementaire.

  3. Math

    Oui, cette courte victoire avec un nombre de bulletins blancs jamais atteint. Ils commencent à être plus modérés dans leurs propos car ils savent qu’ils ont trop promis et qu’ils sont face à la réalité. Un passif de la gauche me reste en travers de la gorge mais je reste digne comme nous le conseille notre Président encore Nicolas SARCOKY. Son discours d’une rare dignité me redonne espoir pour les législatives. Nous allons tous nous mobiliser pour ne pas concentrer les pouvoirs.
    D’ores et déjà, bonjour les impôts pour la classe moyenne qui sera largement taxée. Avec le temps les querelles feront jour, ils tous un “égo” démesuré et leur Président aura bien du mal a rassembler. La France s’est privée d’une énergie et d’une puissance intellectuelle qu’elle va vite découvrir. Le peuple ne lui fera pas de cadeaux, il sera bien seul pou mener le destin de notre pays qui j’espère restera au niveau européen aussi qu’il l’était.
    Continuons pour les législatives et restons mobilisés.

  4. JJ Bois

    Très bonne analyse de cette courte défaite dont le résultat amplifié nous était annoncé depuis des mois par des médias acquis à la gauche caviar,à tel point que l’on se demandait si il était encore utile d’aller voter…les sondages suffisaient!

    Maintenant, compte tenu de ce constat,il va falloir aller chercher les sièges à l’assemblée sans trembler et sans complexe,car nous sommes majoritaires!!
    Je fais totale confiance à votre duo pour renvoyer à ses études la caricature de la diversité qui représente le PS dans la 4eme circo.

    De plus cette fois elle sera défendue par des “locaux” et non des parachutés!
    Nous devons,vous devez la conserver ,et si des divisions dans notre camp menaient à un échec,les dissidents responsables devraient en répondre devant les électeurs de la droite traditionnellle,quelle que soient les “sensibilités” de chacun ou chacune que nous respectons ,mais l’intéret de notre pays est en jeu et notre responsabilité vis à vis des générations à venir est grande.
    Nous et vous n’avons pas le droit de perdre…..mais vous avez notre confiance.

  5. Guyot Roger

    Rendons hommage à la dignité de N.S. dans son acceptation de sa défaite, à laquelle les petits, les humbles ,les sans grades, ne pouvaient croire attendant la divine surprise, ce qui hélas n’a pas été le cas de tout l’entourage du président!!! Maintenant il faut absolument empêcher une majorité à l’assemblée nationale du P.S. ce qui serait un déni de démocratie en laissant tous les pouvoirs à une seule majorité sur l’ensemble du territoire. Je crois que c’est l’argument majeur à développer pour les législatives et les difficultés du nouveau Président dans les jours qui viennent vont ouvrir les yeux de ceux qui ne se sont pas souciés de l’avenir.

  6. BURNIER

    Que la droite gagne le troisième tour. Ceci est possible au premier tour de la présidentielle en totalisant les voix la gauche était minoritaire.
    Le matraquage contre Nicolas Sarkozy a fait se détourner de lui bon nombre d’électeurs.

  7. BD

    Oui on peut être fier de ce qu’a réalisé NS, dont l’envergure exceptionnelle ne va pas tarder à être reconnue…!
    En route pour un Barrage du PS à tous prix aux législatives !

Les commentaires sont fermés

2008 - 2021 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén